1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1loignait derrière nous qui suivions maintenant le sentier du bord du fleuve, plus bas que la Promenade désertée. Sur les eaux,
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
2t, ici, est original, indigène, tant l’allure des sentiers qui vous mènent tranquillement aux points de vue les plus cocasses, q
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
3n passe une barrière, une cour vide ; on prend le sentier qui monte en zigzag à travers des jardins dont les arbustes sèchent,
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4r du bruit de mes pas). Au hasard, j’ai suivi des sentiers dans les champs de maïs, épiant la venue d’une joie inconnue. Joie d’
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
5n passe une barrière, une cour vide ; on prend le sentier qui monte en zigzag à travers des jardins dont les arbustes sèchent,
6r du bruit de mes pas). Au hasard, j’ai suivi des sentiers dans les champs de maïs, épiant la venue d’une joie inconnue. Joie d’
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
7 le bourdonnement des buissons qui surplombent un sentier rapide. Il faut enjamber le portail rouillé, redescendre quelques mar
7 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
8nir on est chacun tout seul sur son petit bout de sentier. Et il y a aussi cette malédiction, où on sent bien qu’on est (car ri
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
9ès impraticable en cette saison. Nous suivons des sentiers bordés de tamaris jusqu’aux dunes. Elles ne sont pas bien [p. 25] hau
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
10râce généreuse Qui te pousse au ciel par un droit sentier Et fait que je marche fier de mon espérance. Où Pétrarque triomphe,
10 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
11lateau de la Brie. Je montais vers Périgny par un sentier fort raide entre les ronces, aboutissant à de vieux escaliers. Une se
11 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
12e gagner le monde par un plus court chemin que le sentier du Golgotha. À [p. 38] l’origine donc, le « méchant » n’est pas celui
12 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
13e gagner le monde par un plus court chemin que le sentier de Golgotha. À l’origine, le « méchant » n’est pas celui qui agit par
13 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
14nir on est chacun tout seul sur son petit bout de sentier. Et il y a aussi cette malédiction, où on sent bien qu’on est {car ri
14 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
15eau de la Brie. Nous montions vers Périgny par un sentier fort raide entre les ronces, aboutissant à de vieux escaliers. Une se
15 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
16 réalisations » du Führer et de son Duce sont des sentiers. Trois pistes dans chaque sens, séparées par une large bande gazonnée
16 1948, Suite neuchâteloise. V
17ouge que je croyais tenir ? Où vont se perdre les sentiers de la mémoire, ces voies ouvertes à l’imagination ?   Il y a la petit
17 1948, Suite neuchâteloise. VII
18nue, et le jeune homme savait en repartant sur le sentier obscur, vers les roseaux, qu’avant le rendez-vous ce qui l’avait rejo
18 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
19nue, et le jeune homme savait en repartant sur le sentier obscur, vers les roseaux, qu’avant le rendez-vous ce qui l’avait rejo
19 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
20e risque pas à y marcher. Cette « lumière sur mon sentier », dont nous parle un psaume de David, n’éclaire pas au loin une voie
21ne peut révéler que le premier pas à faire, et le sentier se crée sous les pas qui le foulent. Ici, la seule expérience humaine
20 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
22e risque pas à y marcher. Cette « lumière sur mon sentier », dont nous parle un psaume de David, n’éclaire pas au loin une voie
23ne peut révéler que le premier pas à faire, et le sentier se crée sous les pas qui le foulent. Ici, la seule expérience humaine
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
24es et majestueuses ; bien plus, qu’au détour d’un sentier suivi dans la forêt d’avril nous attende une révélation du bonheur pu
25e ; peut dire : je suis ; mais aussi à ce coin de sentier perdu dans la forêt d’avril, petit monde complexe et fortuit, terre e
26e aimé ? Pourquoi pas rien ? Parce que ce coin de sentier m’a fait un signe et fut un signe à cet instant pour moi, existant da
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
27t de la barbarie à la civilisation, par les mêmes sentiers et à peu près d’un pas égal, il se rencontra d’autres circonstances q
23 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
28ux branches horizontales. On nous conduit par des sentiers dallés vers une maison de brique dominant le campus : vaste pelouse e
24 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
29le est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier »… Je résume mon diagnostic, qui est aussi un pronostic : l’Église pe
30eul ! Cette unicité et singularité absolue de mon sentier personnel, qui le rend à peine discernable pour ma foi seule, va perm
31s pour cela. Seul pourrait me relier à mon but le sentier de ma vocation, qui est au sens littéral improbable. Les grandes voie
25 1970, Le Cheminement des esprits. Préface. Cheminements
32a nuit, régulière, à tous risques, et qui crée le sentier sous mes pas… Le chemin contraint mais rassure. Le cheminement va lib
26 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
33e doit créer sa propre voie, et frayer son propre sentier. Partant de moi, individu sans précédent historique ni physiologique,