1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1s choses voluptueuses, je n’ai pas dit les choses sentimentales. Le tragique de la vie ne lui échappe pas. Il en parle, il le chante
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
2ffre d’une incurable adolescence, d’un défaitisme sentimental qui l’empêtre de réticences, et le fait jouer bien maladroitement son
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
3 éveillés. Tout un système de valeurs lyriques et sentimentales que la raison ignore ou tyrannise aveuglément, car « nous avons dress
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927)
4t sang n’évoque ici qu’une tache de couleur, plus sentimental que cruel. « J’ai la beauté facile et c’est heureux. » Il y a aussi u
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
5e, vous partez en chantonnant le titre sur un air sentimental, bien décidé au fond, à retrouver Patsy, l’Irlandaise perdue par cet
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
6ez certaines femmes et l’on y voit une préciosité sentimentale qui touche à la névrose ou bien simplement une clairvoyance exception
7un livre comme celui-ci tend un merveilleux piège sentimental à la raison raisonnante. Et qu’il nous mène un peu plus loin que la s
7 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
8. Mais n’allez pas croire à des grâces faciles ou sentimentales. Il y a une sorte d’aristocratique dissimulation dans l’œuvre de Bouv
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
9dans une direction quelconque. L’étoile pleurait, sentimentale. p. 54 d. « L’individu atteint de strabisme. Conte métaphysiqu
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
10é. Un Musset moins frivole et plus pervers, moins sentimental et plus sensuel, moins spirituel et plus cinglant. Au lieu de vin dou
10 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
11nnois, je fus conduit, par une sorte de compromis sentimental, à l’Opéra où l’on donnait les Contes d’Hoffmann. Je comprends aujour
12répondit Gérard, malgré les apparences, cette vie sentimentale est une des seules réalités qui correspondent encore à l’image classi
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
13arités psychologiques, voire aux besoins purement sentimentaux qui peuvent apparaître chez les enfants ? Ce serait de l’art pour l’a
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
14’est notre américanisme et c’est notre sécheresse sentimentale. Et c’est le grand empêchement intérieur dont souffre notre imaginati
13 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cassou, La Clef des songes (août 1929)
15oir qu’ils ne s’en doutent… C’est un dévergondage sentimental, plein de malices et d’envies de pleurer. Quel dommage qu’il s’égare
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
16énéral au voyageur de ma sorte sous ses modalités sentimentales plus que documentaires, peut-être serait-il bon que je parsème ce tex
17 à ce qui forme l’opinion, cet ensemble de mythes sentimentaux qui gouverne les arguments. Ici je rentre dans mes chasses et rembouc
15 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
18istesse la plus amère invente encore des mélodies sentimentales, un peu bêtes, un peu trop lentes, comme tu les aimes — on n’a pas to
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
19— il en va tout autrement de l’histoire d’une vie sentimentale. La durée est l’élément tragique par excellence du sentiment, parce q
20é intérieure, ne trouve pas dans ces indignations sentimentales la réponse aux premiers troubles que la grâce jette dans son âme. D’a
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
21accord avec son expérience intime (je dirais même sentimentale), et avec sa foi chrétienne. Il peut livrer sans crainte le secret d’
22 qu’il s’agit d’embarras d’argent, de difficultés sentimentales, ou de mauvaises nouvelles qu’on reçoit de sa famille. À la suite d’u
23éritable, il évite rigoureusement les expressions sentimentales ou rassurantes qui pourraient dépasser une action immédiate ou voiler
18 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
24l’opposition du Beau objectif et de l’Intéressant sentimental qui pour Schiller et surtout pour Schlegel symbolisait celle de l’ant
19 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
25n germanisme révèlent ici d’heureuses complicités sentimentales. Ce qui gêne pourtant, en plusieurs endroits, c’est un certain tour d
20 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
26olution. [p. 14] ⁂ M’attardant à cette géographie sentimentale, j’avais un temps conçu l’idée d’établir une Carte du Tendre de la no
27», tels sont peut-être les mots clefs de l’Europe sentimentale. Pourquoi faut-il que notre langue les traduise, en vertu d’une conve
28 monde de l’Europe centrale. L’intelligence est sentimentale Le sentiment : un retard, un regret. Mais c’est aussi un retour amour
29l’homme devient à la fois moins abstrait et moins sentimental ; cela se marque par un trait unique : il devient plus concret dans s
30hiré, qui glorifie l’instinct perdu, en véritable sentimental.   L’instinct mène au plaisir par l’acte ; le sentiment à la mélancol
31êtise. Mais l’intelligence véritable est toujours sentimentale. ⁂ Europe du sentiment, patrie de la lenteur, — encore un paradis per
21 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
32nnois, je fus conduit, par une sorte de compromis sentimental, à l’Opéra où l’on donnait les Contes d’Hoffmann. Je comprends aujour
33répondit Gérard, malgré les apparences, cette vie sentimentale est une des seules réalités qui correspondent encore à l’image classi
22 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
34énéral au voyageur de ma sorte sous ses modalités sentimentales plus que documentaires, peut-être [p. 80] serait-il bon que je parsèm
35 à ce qui forme l’opinion, cet ensemble de mythes sentimentaux qui gouverne les arguments. Songez combien souvent les raisons qu’on
23 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
36 guère de l’étranger je ne sais quelle admiration sentimentale ou esthétique. Que feraient-ils de mes éloges, même sincères ? Ils n’
24 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
37u comte de Zinzendorf. C’était le temps du réveil sentimental et mystique dans une Allemagne luthérienne ravagée par l’Aufklärung e
25 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
38ans un conformisme à rebours, victimes de valeurs sentimentales héritées des temps révolus, prenons garde de nous laisser convaincre
26 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
39autre ? Sonnette. — Petite leçon de météorologie sentimentale. Comme vous êtes un profond pédant, dans cinq minutes je ne saurai pl
27 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
40ecommandait qu’on habillât la moindre historiette sentimentale. Mais tout cela, semble-t-il, s’évanouit en fumée, comme les fusées d
28 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
41. Saine, orgueilleuse, zélée, optimiste, brutale, sentimentale, formidablement conformiste. Le puritanisme des komsomols a ceci de s
29 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
42défaitisme révolutionnaire en France. 1° Raisons sentimentales Beaucoup de gens sentent que les injustices dont ils sont chaque jour
43veau. On pourrait toutefois défendre cet exotisme sentimental d’un nouveau genre, si la nostalgie qu’il nourrit avait un objet réel
30 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
44cation politique : c’est une espèce de fétichisme sentimental. (Voir Lévy-Brühl : La Mentalité primitive.) Il y a quelques vieux pr
31 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
45principe, à exiger de l’intellectuel une adhésion sentimentale, un enthousiasme sans réserves [p. 14] pour les plus déplorables dupe
32 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
46 prochain, c’est bien vague, cela me paraît assez sentimental… Jésus lui répondit par une parabole, celle du Bon Samaritain. Et le
33 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
47tre elles : ici matérielles, là culturelles ; ici sentimentales, là techniques ; ici raisonnables, là intéressées. Bien plus, chez un
34 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
48auche. Mais c’est précisément ce genre d’adhésion sentimentale que les deux groupes refusent avec rigueur. D’où les malentendus, par
35 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
49lement communiste. Je dis que cette « politique » sentimentale, cet ersatz de religion, cette renaissance des mythes bourgeois : 1°
36 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
50 prochain, c’est bien vague, cela me paraît assez sentimental… Jésus lui répondit par une parabole, celle du Bon Samaritain. Et le
37 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
51 nous montre un homme aux prises avec un problème sentimental douloureux, et qui cherche à le résoudre, d’abord par le plaisir, dan
52us voici plus près de Shakespeare que du piétisme sentimental et de l’unctio spiritualis des dévots… Mais plus près de Luther, auss
38 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
53 ; grâce n’a qu’un sens vaguement métaphorique et sentimental en dehors de l’Évangile, où ce mot signifie pardon, rémission des péc
39 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
54de, je fais tort au ton de ce livre, à son charme sentimental, à son humour particulier, à ses jeunes filles surtout qui suffiraien
40 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
55 Nicodème, au contraire, devenait de plus en plus sentimental et, par instant, grandiloquent : Poupette avait les joues en feu et a
41 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
56ut qu’il reste un lien obscur, informulé, un fait sentimental et tellurique, un ensemble de goûts et d’habitudes qui ne comporte ni
42 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
57pour avancer, pour dépasser ces vieilles hantises sentimentales, pour rester maître de ma [p. 40] pensée et de mes actes au milieu de
43 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
58 ne pensiez pas qu’il ne s’agit ici que de pathos sentimental. Action, et non pas sentiment, ni piété, ni extase, ni cloître. Voilà
59es pour le chrétien et pour le socialiste. L’élan sentimental est peut-être [p. 402] le même, les revendications pratiques seront p
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
60tatisme le plus brutal 15 . Une foule de préjugés sentimentaux, politiques et littéraires, très tenaces, nous empêche bien souvent d
45 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
61nce et laisse entendre un chant nouveau. Un chant sentimental et rude, qui fascine les masses et les flatte dans leurs désirs les p
46 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
62 favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou idéologiques, généreuses ou cyniques, volontaires ou touchantes, q
47 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
63ut contre certain esprit moderne que j’appellerai sentimental. Et qui dérive peut-être moins du romantisme que du xviiie siècle et
64ôt par orgueil enthousiaste, tantôt par faiblesse sentimentale au sens courant (il y a des deux chez Diderot et Rousseau) toujours p
65ous propose partout des engagements collectifs et sentimentaux !) Il faut que le sentir cède maintenant la place au faire, et cela d
48 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
66 favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou idéologiques, généreuses ou cyniques, volontaires ou touchantes qu
49 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
67lement communiste. Je dis que cette « politique » sentimentale, cet ersatz de religion, cette renaissance des mythes bourgeois : 1°
50 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
68lectualisme décharné » ont provoqué des réactions sentimentales qui, de Ruskin à Bergson, relèvent de mysticismes adultérés et égoïst
51 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
69ent en écrivant, cela met entre nous une barrière sentimentale, une gêne constamment sensible. Et je n’ai nulle envie d’en prendre m
52 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
70sités humaines données ou créées, spirituelles ou sentimentales, non-mesurables et d’autant plus « concrètes », l’État qu’ils veulent
71, les mêmes dégoûts que chez nous. Leur résonance sentimentale est différente, et c’est pourquoi leur sens est différent, en dépit d
72pprouvais certains « Éloges de l’ignorance » plus sentimentaux d’ailleurs que machiavéliques. Je sais que l’ignorance — oui, au sens
73m’oblige enfin à les considérer sans faux-fuyants sentimentaux. [p. 186] Là-dessus, deux remarques : 1. — On a coutume d’attendre d
74t le plus souvent, quand elle exprime une réalité sentimentale, mystique ou sensuelle, qui ne saurait se traduire en termes de raiso
75e entreprise. Pour des raisons que je devine plus sentimentales que les arguments qu’il m’oppose… — Tout ce que le lecteur demande, c
76l’argent, parce que nous en avons fait une valeur sentimentale, que nous sommes pris dans nos calculs. Il faut apprendre cette simpl
53 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
77r. Août 1935 Le métro considéré dans sa réalité sentimentale, sensuelle et sensible (ou sensorielle pendant que nous y sommes) est
54 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
78es ressources du conte populaire et de l’imagerie sentimentale et romanesque, qu’on croyait épuisées depuis les Victoriens, retrouve
55 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
79de la poésie française : une suite de tableautins sentimentaux, libertins, patriotiques, anticléricaux, le long desquels montent, l’
56 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
80t le plus souvent, quand elle exprime une réalité sentimentale, mystique ou sensuelle, qui ne saurait se traduire en termes de raiso
57 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
81crivant, cela met entre nous une barrière [p. 72] sentimentale, une gêne constamment sensible. Et je n’ai nulle envie d’en prendre m
58 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
82pour avancer, pour dépasser ces vieilles hantises sentimentales, pour rester maître de ma pensée et de mes actes au milieu de l’excit
59 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
83 Mais là encore, je ne parle pas d’une compassion sentimentale. Je parle d’une attitude virile et décidée, d’une volonté de libérer
60 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
84ut malentendu : irrationnel ne signifie nullement sentimental. Choisir une femme pour en faire son épouse, ce n’est pas dire à Made
85une décision de cet ordre, irrationnelle mais non sentimentale, sobre mais sans aucun cynisme, peut servir de point de départ à une
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
86-t-on que les poètes de cette époque furent moins sentimentaux que nous ne le sommes devenus, et qu’ils n’éprouvaient pas le besoin
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
87 troubadours du Midi, pour une pure fantasmagorie sentimentale. [p. 134] ] 6. Excuse aux historiens. — Je ne crois guère à l’histoi
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
88llèle à celle de Sankara. « Mystique de l’ivresse sentimentale — écrit Otto — à la faveur de laquelle le Je et le Tu des êtres unis
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
89me ou aux autres ce qu’on sent. Plus un homme est sentimental, plus il y a de chances qu’il soit verbeux et bien disant. [p. 192]
90 modifications assez profondes dans les relations sentimentales et les coutumes. Le mariage redevient l’institution de base : il atte
91ui l’ont traduit en métaphores pour les bourgeois sentimentaux, et cela donne finalement tout un verbiage sur la divinité des impres
92omantisme allemand C’est à partir de l’état d’âme sentimental — et non mystique 153 — des amants de la Nouvelle Héloïse que le rom
93 la voit s’exprimer en toute naïveté dans le film sentimental. Peu de genres plus strictement conventionnels et rhétoriques que le
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
94ute espèce de tragique intime et de problématique sentimentale. L’anarchie des mœurs et l’hygiène autoritaire agissent à peu près da
66 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
95ut malentendu : irrationnel ne signifie nullement sentimental. Choisir une femme pour en faire son épouse, ce n’est pas dire à Mlle
96une décision de cet ordre, irrationnelle mais non sentimentale, sobre mais sans aucun cynisme, peut servir de point de départ à une
67 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
97 mariage. Croyez-vous que les problèmes de la vie sentimentale et sexuelle puissent trouver une solution nouvelle ? — Pour moi, répo
68 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
98uffiront jamais à l’assurer : il y faut ce climat sentimental, cette espèce de naturel qui naît d’une entente tacite, d’une confian
69 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
99e entre les peuples, je ne la crois pas de nature sentimentale d’abord. Dans toutes ces querelles de ménage que se font les nations
70 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
100r. On croit que la poésie n’existe qu’héroïque ou sentimentale, et l’on ne sait plus la reconnaître au ras du sol, au niveau des cho
71 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
101rler de nos Alpes soit d’un point de vue purement sentimental, soit [p. 137] d’un point de vue purement utilitaire ou touristique,
72 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
102rieuses » qui pourra seul réduire les « obstacles sentimentaux ou rationnels » et provoquer l’hystérie nécessaire. Mais le dernier o
73 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
103péens me paraît être celle-ci : la haine purement sentimentale du mal qui est chez autrui peut aveugler sur le mal que l’on porte en
104u romanesque collectif. (Ainsi le mariage d’amour sentimental a pris la place du mariage de raison conclu par les parents et les no
105éesse est abstraite, mais elle n’en est pas moins sentimentale. Elle fait appel à des sentiments religieux qu’elle dirige vers le vi
74 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
106 toute l’Histoire : trouble mélange de pathétique sentimental, de freudisme mal digéré, d’égoïste sincérité, d’idées sur le droit a
107ui s’y produisent influencent indéfiniment la vie sentimentale ou spirituelle du dernier des individus qui participe à cet ensemble.
75 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
108austère rigueur de pensée, non pas cette hystérie sentimentale et cette panique de possédants taxés. Je voudrais dire ces choses plu
76 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
109tuels me paraît être celle-ci : la haine purement sentimentale du mal qui est chez autrui peut aveugler sur le mal que l’on porte en
77 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
110ans un conformisme à rebours, victimes de valeurs sentimentales héritées des temps révolus. Prenons garde de nous laisser convaincre
78 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
111issement physique à la mégalomanie, extravagants, sentimentaux entourés de monstres sadiques, souvent sadiques eux-mêmes et avec que
79 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
112uffiront jamais à l’assurer : il y faut ce climat sentimental, cette espèce de naturel qui naît d’une entente tacite, d’une confian
80 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
113r. On croit que la poésie n’existe qu’héroïque ou sentimentale, et l’on ne sait plus la reconnaître au ras du sol, au niveau des cho
81 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
114 rapidement dans l’escalier : il me paraît un peu sentimental, je me demande s’il est bien à la mesure du tragique dans lequel nous
115isque collectif. Cet accord supprime la réflexion sentimentale sur son propre cas, et sur le sort des nations. Il ne reste que la pr
82 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
116ers, et le triomphe des savants sur votre liberté sentimentale. Vous ne l’aurez pas volé, grosses dames des clubs de dames ! L’histo
83 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
117es autres. Vous voyez que les relations humaines, sentimentales, sociales et politiques vont changer de nature radicalement, si toute
118du cœur dans la souffrance, inventent mille tours sentimentaux insoupçonnés de notre barbarie, créent l’immobilité dont le sous-prod
84 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
119e. Mais je m’aperçois que votre attitude est plus sentimentale que réaliste, et qu’en vertu de cette disposition, c’est le ton de ma
85 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
120mieux informés un élan de pitié. Non pas de pitié sentimentale. (Qu’on ne pense pas un instant que la Suisse s’est mise à aimer les
86 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
121 je suis et non point tel que me désire leur goût sentimental de « l’Art ». Mais comme tout se complique et se retourne ! Celui qui
122’est pas grande, mais exagérée, mobile, nerveuse, sentimentale. Et voici qui est encore plus grave : elle est ressentie comme flatte
87 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
123issement physique à la mégalomanie, extravagants, sentimentaux, entourés de monstres sadiques, souvent sadiques eux-mêmes et avec qu
88 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
124nde maxime de sa morale nouvelle. Les difficultés sentimentales qui nous fascinent et que nous cultivons, sans nous l’avouer, lui fon
125ture prétendument « spiritualiste » rend un culte sentimental : comme si la « poésie des travaux ménagers » ne correspondait pas, e
126te générale devant l’intensité et les complexités sentimentales ; l’échange sexuel, par consentement commun, n’engage à rien, ni à l’
89 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
127Amérique, qu’il s’agisse de visas ou de questions sentimentales. Et c’est peut-être la saveur de la vie, toujours complexe, qu’elle é
128ricain vous dit votre prénom, vous raconte sa vie sentimentale et l’état de ses affaires, enfin vous invite pour un week-end. [p. 1
90 1948, Suite neuchâteloise. VII
129L’Immoraliste.) [p. 70] Près de ces eaux, ma vie sentimentale est née. Et depuis lors elle est restée lacustre. « Odeur de l’eau — 
91 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
130oseaux. L’Immoraliste Près de ces eaux, ma vie sentimentale est née. Et depuis lors elle est restée lacustre. « Odeur de l’eau po
92 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
131surables, matériels, et n’est donc point purement sentimentale ou illusoire. Consultons alors le tableau des niveaux de vie matériel
93 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
132pe « des esprits et des cœurs », formule dont les sentimentaux ont abusé, et dont se couvrent les sceptiques pour mieux refuser tout
94 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
133en trouver purifié de ses associations pieuses et sentimentales.) p. 3 r. « L’exploration de la matière », Preuves, Paris, n° 5
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
134en trouver purifié de ses associations pieuses et sentimentales.) p. 165 55. Je ne veux parler ici que d’incompatibles réels. C
96 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
135Mais il faut craindre que des partis pris d’ordre sentimental plus qu’idéologique ne tranchent pratiquement la question non point a
97 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
136acles sont dans les esprits, ou dans les préjugés sentimentaux inculqués par l’École, confirmés par la Presse et cultivés par les in
98 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
137cerai tout cela sous le signe de l’Europe, patrie sentimentale et spirituelle — sinon native — de la plupart d’entre vous ; patrie s
99 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
138re en fédéralistes pratiques, non point par choix sentimental ou doctrinal, mais par conscience professionnelle. D’autre part, s’a
100 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
139des illusions religieuses, névrotiques [p. 15] ou sentimentales, et soumis par l’intermédiaire d’analyses toujours plus indiscrètes a
140appante, non seulement de toute espèce d’impureté sentimentale mais aussi de tout horizon spirituel réduit le roman aux dimensions d