1 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
1être réaliste c’était ne rien voir d’autre que le sexe et l’argent dans l’existence humaine. Cette espèce de naturalisme est
2 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
2firent réellement mourir tant d’innocents de tous sexes par milliers… qui fit passer nos manufactures aux étrangers, fit fleu
3 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
3forme la plus rationnelle des relations entre les sexes, dans une société libérée des contraintes de classe et d’argent. D’au
4 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
4rge crédit ! Étant donné que les humains des deux sexes, pris un à un, sont généralement des coquins, pourquoi seraient-ils d
5e christianisme a proclamé l’égalité parfaite des sexes, et cela de la manière la plus précise : La femme n’a pas autorité
6fée de la légende mi-déesse mi-bacchante, rêve et sexe. Mais remontons de ces prémisses générales à la psychologie la plus c
7mme de sa qualité d’égale — en la réduisant à son sexe. L’amour sauvage dépersonnalise les relations humaines. Par contre, l
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
8er d’avance : si je constate que l’instinct et le sexe connaissent une dialectique spontanée, analogue à certains égards à c
9équivoque puisqu’il tend à confondre l’attrait du sexe et le Désir sans fin. L’Essylt des légendes sacrées, « objet de conte
10lumière prend pour symbole l’attrait nocturne des sexes. Le grand Jour incréé, aux yeux de la chair, n’est que la Nuit. Mais
11sme contraignait à fuir tout contact avec l’autre sexe 40 et ces clairs troubadours, joyeux et fous, dit-on, chantant l’amo
12ussi la création, et en particulier l’attrait des sexes, mais déduisaient de cette condamnation une morale étrangement débrid
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
13 rapporte cet amour à quelque chose d’étranger au sexe [p. 157] — il en résulte des choses bizarres, comme disait à peu près
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
14exaspérée, naturalisme et réduction de l’homme au sexe. C’est la défense normale que l’homme païen oppose au mythe de l’amou
15e, aboutit à diviser l’être en intelligence et en sexe. À vrai dire, tout obstacle détruit, la passion n’a plus où se prendr
16ns littéral 150 . Cette glorification [p. 233] du sexe est une constante et rationnelle profanation de la morale profanée du
17e aimable, spirituelle et conduite entre les deux sexes sur les principes de la justice… » Il finira, bien entendu, par les c
18 d’un pauvre secret du plein jour : l’attrait des sexes, la loi toute animale des corps — ce qu’il faut à la société pour pro
19ses du désir [p. 259] animal, l’emprise totale du sexe sur l’esprit. Et la grande innocence bestiale nous guérira de votre g
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
20és, et si possible tranchés en deux de la tête au sexe d’un formidable coup d’épée. Les exagérations sauvages de ces récits
21ans équivoque que les relations individuelles des sexes ont cessé d’être le lieu par excellence où se réalise la passion. Cel
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
22forme la plus rationnelle des relations entre les sexes, dans une société libérée des contraintes de classes et d’argent. D’a
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
23rge crédit ! Étant donné que les humains des deux sexes, pris un à un, sont généralement des coquins — ou des névrosés, pourq
24e christianisme a proclamé l’égalité parfaite des sexes, et cela de la manière la plus précise : La femme n’a pas autorité s
25ée de la légende, mi-déesse mi-bacchante, rêve et sexe. Mais remontons de ces prémisses générales à la psychologie la plus c
26mme de sa qualité d’égale — en la réduisant à son sexe. L’amour sauvage dépersonnalise les relations humaines. Par contre, l
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
27 l’âme et du corps, étaient censés avoir les deux sexes, hommes en tant que corps et forme matérielle, et femmes en tant qu’i
12 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
28oser que cette passion n’est pas toujours liée au sexe. Et même il faut se demander si la sensualité, précisément, ne serait
13 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
29mour parfait bannit la crainte. » 53. Diable et sexe Le jeune lecteur qui parcourt le sommaire de ce livre se rue sur le c
30 mais on peut vivre en restant chaste. L’usage du sexe est donc en grande partie libre et conscient. D’autre part, il est li
31 et déprime secrètement l’humanité de l’homme. Le sexe n’est pas plus divin qu’il n’est honteux, mais il est lié intimement
32passion, pour aveugler notre sens des valeurs. Le sexe n’est pas une honte, mais le Diable y trouve l’occasion la plus commu
33er le mariage, et les relations sociales des deux sexes, à partir d’un mensonge à la nature ? L’expérience millénaire du coup
14 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
34 [p. 2] Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943) i Le jeune lecteur — et peut-être aussi le moins
35 mais on peut vivre en restant chaste. L’usage du sexe est donc en grande partie libre et conscient. D’autre part, il est li
36 et déprime secrètement l’humanité de l’homme. Le sexe n’est pas plus divin qu’il n’est honteux, mais il est lié intimement
15 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
37la créativité paraît avoir son siège dans le seul sexe, que la pudeur s’est localisée là ? Ne serait-ce point pour cette rai
38alement, quand deux êtres s’aiment ? Parce que le sexe reprend alors sa « propriété » symbolique. (Ce qui est honteux, doute
16 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
39oser que cette passion n’est pas toujours liée au sexe. Et même il faut se demander si la sensualité, précisément, ne serait
17 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
40 [p. 113] III Vie privée [p. 115] La Guerre des sexes en Amérique Le flirt en public (outdoor love-making) vient d’être in
41jeune Amérique vis-à-vis du problème des [p. 116] sexes. Si vous tenez entre vos mains ce texte, comme un graphologue intuiti
42 les magnats du cinéma. Ce « tonitruant troisième sexe » dérobe aux jeunes femmes — selon le même auteur — « cette part de l
43de vraie sensualité. Ils croient sentir entre les sexes une sourde hostilité, qu’ils attribuent naturellement à l’action des
44 égalité complète, désaffection mutuelle des deux sexes. (Vont-ils mourir chacun de leur côté, selon la prophétie de Vigny, f
18 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
45 — Bien entendu, c’est [p. 149] des relations des sexes que je veux parler. Une liaison durable, en Europe, accédait naguère
46l — soit dit à votre honneur — que vous portez au sexe faible. J’ai vu des Français, à New York, qui se rendaient ridicules
19 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
47ée de la Constitution de 1848. La coéducation des sexes est encore combattue en théorie dans les cantons catholiques, mais el
20 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
48r la majuscule. Byzance est morte en discutant le sexe des anges, sujet sublime, mais l’Empereur combattait sur les remparts
21 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
49itionné depuis des siècles les relations des deux sexes en Occident, encore que le jeune Européen moyen ne ressemble pas plus
50igieux, forme personnaliste des rapports des deux sexes, puisqu’il suppose l’union au sein de la distinction, il est normal q
22 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
51 deux moitiés sectionnées depuis la tête jusqu’au sexe, comme le corps d’un bœuf ou d’un mouton à l’étal d’un boucher, au be
23 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
52itionné depuis des siècles les relations des deux sexes en Occident, encore que le jeune Européen moyen ne ressemble pas plus
53igieux, forme personnaliste des rapports des deux sexes, puisqu’il suppose l’union au sein de la distinction, il est normal q
24 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
54euvième s’interdisant de parler de l’argent et du sexe, d’où le choc révélateur produit par Marx et Freud), la passion qui e
55i se cherchent : Ce désir d’un double de l’autre sexe qui nous ressemble absolument tout en étant un autre, d’une créature
25 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
56ions, et où l’on sait que les relations entre les sexes jouent un rôle décisif, minutieusement prescrit. Ainsi les Africains
57 tradition et le peuple dévot virent l’absence du sexe, donc du péché, plutôt que le signe positif d’une filiation divine… 6
58e une sorte d’analogie mystique entre l’amour des sexes dans le mariage et l’amour de Jésus pour l’ensemble des âmes croyante
26 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
59ison domine le cœur, et elle ne s’inquiète pas du sexe (l’expression « vie sexuelle » est encore impensable). Les instincts
27 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
60apparemment indépendants de l’amour et du jeu des sexes, et qui vont de la pensée spéculative religieuse ou métaphysique, à l
28 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
61le a voulu fermer les yeux sur la réalité même du sexe : interdit d’en parler, sauf du haut de la chaire, et sous le seul no
62 de les montrer sur l’écran. Ce n’est donc pas le sexe, mais l’érotisme, ni la sensualité, mais son aveu public, sa projecti
29 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
63euvième s’interdisant de parler de l’argent et du sexe, d’où le choc révélateur produit par Marx et Freud), la passion qui e
64i se cherchent : Ce désir d’un double de l’autre sexe qui nous ressemble absolument tout en étant un autre, d’une créature
30 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
65oser que cette passion n’est pas toujours liée au sexe. Et même il faut se demander si la sensualité, précisément, ne serait
31 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
66mmence précisément avec l’usage non-instinctif du sexe (j’entends l’usage non-nécessaire biologiquement). Et l’amour, que Ni
67a guerre est le moyen, dont la haine mortelle des sexes est la base. 45  » Cet amour dont Benjamin Constant a bien dit qu’il
68t typiquement adolescent, et comme indépendant du sexe. S’il réussit à se fixer sur un seul être, sans obstacles insurmontab
69en il renonce et les hait. Bientôt aimanté par le sexe, il y prend une nouvelle énergie, ou des raisons nouvelles de se reni
70ée une éternité angélique. L’autre prétend que le sexe lui suffit : à la durée il n’oppose que l’instant des brèves rencontr
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
71 même est évacué. Il n’est plus que l’attrait des sexes agissant fatalement sur des milliards d’agrégats éphémères, combinés
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
72ysique, encore que nous sachions très bien que le sexe est lié comme nulle autre fonction à la volonté de l’intellect, à l’â
73age courant semblent parfois assimiler l’amour au sexe, mais elles proviennent d’une contamination en sens inverse : si la s
74es, protestants ou laïques. Cette morale tient le sexe pour mauvais en principe. [p. 251] Comme elle sent qu’une telle attit
75t ce désir fait, de chacune, la femme en tant que sexe en général. (Au contraire, l’amour de Tristan faisait d’une seule, él
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
76vent mais en termes obscurs. Haine du corps et du sexe, méfiance profonde à l’égard de la femme, besoin constant de s’humili
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
77 de très grande continence, mais s’il est amené à sexe dissemblable, il se montre être de chaleur extrême, toutefois en aprè
36 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
78mmence précisément avec l’usage non instinctif du sexe (j’entends l’usage non nécessaire biologiquement). Et l’amour, que Ni
79a guerre est le moyen, dont la haine mortelle des sexes est la base » 119 . Cet amour dont Benjamin Constant a bien dit qu’il
37 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
80t typiquement adolescent, et comme indépendant du sexe. S’il réussit à se fixer sur un seul être, sans obstacles insurmontab
81en il renonce et les hait. Bientôt aimanté par le sexe, il y prend une nouvelle énergie, ou des raisons nouvelles de se reni
82ée une éternité angélique. L’autre prétend que le sexe lui suffit : à la durée il n’oppose que l’instant des brèves rencontr
38 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
83 même est évacué. Il n’est plus que l’attrait des sexes agissant fatalement sur des milliards d’agrégats éphémères, combinés
39 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
84e est la société nationale de tous les Suisses du sexe masculin : l’armée est la maison des hommes. » J’emprunte ces phrases
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
85rès ardemment, pas plus que deux amoureux du même sexe ne sont capables d’engendrer. Ce n’est pas affaire d’opinion, de sent
41 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
86en garde contre la familiarité exagérée entre les sexes dont on accuse sa communauté ambulante. Si l’on en croit les rumeurs
42 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
87que je définis comme « l’usage non procréateur du sexe » — j’y vois un mécanisme de défense de l’espèce contre la démographi
43 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
88 en soi, donne aux impuissants de l’intellect, du sexe ou de l’affectivité, dès dix-huit ans, les moyens surpuissants de se