1 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
1d’anciens Habsbourg, des comtes athlétiques et la silhouette échassière de la jeune duchesse de Clam-Clamannsfeld dont le manteau
2 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
2s Habsbourg, des comtes athlétiques et la [p. 50] silhouette échassière de la jeune duchesse de Clam-Clammansfeld en manteau de ve
3 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
3Nikolaus sont bien capons de voir à sa fenêtre la silhouette de l’Étranger. On a laissé sa photo dans ma chambre, « pour que vous
4 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
4intellectuels, le petit peuple. On connaissait sa silhouette, ses plaisanteries, il avait sa légende d’« original ». On savait aus
5 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
5, les enfants terribles de Monsieur Crépin, et la silhouette élégante du Dr Festus, toujours si digne dans l’adversité, bien qu’il
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
6longues aux olivettes étagées, quelques cyprès en silhouette sur les crêtes, et des toits de ce rose émouvant des tuiles romaines
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
7oupe scolaire de la mairie communiste découpe une silhouette blanche d’un modernisme très classique. Verre et ciment, angles droit
8 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
8s par le clocher à toit plat, et des fragments de silhouettes d’arbres devant les maisons. La rumeur de la mer arrive par bouffées.
9 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
9rume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes griffues : moulins, clochers, grues, cheminées, au-dessus de faubourg
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
10intellectuels, le petit peuple. On connaissait sa silhouette, ses plaisanteries, il avait sa légende « d’original ». On savait aus
11 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
11rume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes griffues : moulins, clochers, grues, cheminées, au-dessus de faubourg
12 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
12s de pâturages nus, en pente douce. Très loin, en silhouette sur la crête d’une colline, nous voyons deux chevaux au galop. Ils di
13 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
13 de la rue, légèrement mordu sur les bords par la silhouette des escaliers de sauvetage. Ces grands seaux à ordures en métal, rare
14és de lumières et de scènes du soir, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans
14 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
15 de la rue, légèrement mordu sur les bords par la silhouette des escaliers de sauvetage. Ces grands seaux à ordures en métal, rare
16és de lumières et de scènes du soir, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans
17s de pâturages nus, en pente douce. Très loin, en silhouette sur la crête d’une colline, nous voyons deux chevaux au galop. Ils di
15 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
18s de pâturages nus, en pente douce. Très loin, en silhouette sur la crête d’une colline, nous voyons deux chevaux au galop. Ils di
16 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
19i les mâts et les cheminées d’usines, et voici la silhouette de Manhattan, et l’arrivée la plus célèbre au monde. En lisant mes de
17 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
20angle au bout de la rue, légèrement mordue par la silhouette des escaliers de sauvetage. Ces grands seaux à ordures en métal, rare
21és de lumières et de scènes du soir, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
22lochers d’églises dominent encore généralement la silhouette des villages et des villes, quelques pèlerinages ou lieux sacrés, que