1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1prend qu’une telle attitude agace des gens qui se soucient avant tout de trouver des réponses de l’intelligence ou de la foi aux
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
2i manifeste franchement sa jeunesse. (« Vous vous souciez vraiment trop peu des conséquences de ce que vous écrivez ! ») [p. 2
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
3rtant Rimbaud ne fut jamais un écrivain, ni ne se soucia de l’être. Et Goethe ne fut qu’entre autres choses un écrivain, et se
4 ne fut qu’entre autres choses un écrivain, et se soucia de l’être dans la mesure seulement où il portait en tous les domaines
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
5stion de vocabulaire comme on dit, — lorsqu’on se soucie peu de savoir ce qu’on dit. p. 442 g. « Éloge de l’imprudence,
5 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
6ire de Dieu ! — qui poursuivrait son plan sans se soucier de la justice de Dieu. Et la voix du prophète s’élève contre l’Église
6 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
7ire de Dieu ! — qui poursuivrait son plan sans se soucier de la justice de Dieu. Et la voix du prophète s’élève contre l’Église
7 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8ienne. Ce n’est pas l’individu grec, puisqu’il se soucie davantage de servir que de se distinguer. Et ce n’est pas non plus la
8 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
9ns des incroyants ou des catholiques ; mais il se soucie peu d’examiner « librement », comme le veut la formule rationaliste,
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
10 de contact avec le grand public. Le peuple ne se soucie pas de comprendre cette langue étrangère, algébrique, aristocratique.
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
11ant plus excessives d’ailleurs que personne ne se soucie de les mettre à exécution 35 . « Vous n’avez pas [p. 77] idée, conclu
11 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
12r qui, une fois élus pour plusieurs années, ne se soucient pas forcément de la véritable volonté de la nation… Pour moi, ajoutai
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
13qui « jouissent » d’un mode d’existence assuré se soucient peu de connaître la mentalité du chômeur, soit que, bourgeois, ils re
14rme. Ils n’y reconnaîtraient rien de ce qui les « soucie », amuse, occupe, ou intéresse. Vraiment non, ce chapitre sur « l’ori
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
15 petit qu’on pourrait jouir des premières sans se soucier trop des secondes. Sous prétexte de réalisme, et de défense des intér
14 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
16âme, c’est l’affaire des Églises), il faudrait se soucier d’être utile, de servir la communauté, et non plus seulement d’amuser
15 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
17rme. Ils n’y reconnaîtraient rien de ce qui les « soucie », amuse, occupe, ou intéresse. Vraiment non, ce chapitre sur « l’ori
16 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
18r qui, une fois élus pour plusieurs années, ne se soucient pas forcément de la véritable volonté de la nation… Pour moi, ajoutai
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
19 cela vaut pour les meilleurs. Le grand nombre se soucie peu de connaître, et de se connaître. Il cherche simplement l’amour l
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
20urs aient vécu et chanté dans ce monde-là sans se soucier de ce que pensaient, croyaient et sentaient les seigneurs aux dépens
21 naquit La tient dedans mes bras, donc plus ne me soucie Ni de jaloux ni d’aube. Ce rossignol allègrement vient de lancer le
22, si je me comporte autrement, c’est que je ne me soucie pas d’aimer. Je ne veux pas me gêner pour les femmes, pas plus que si
19 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
23ous connaissent leurs maîtres véritables, ou s’en soucient. Meneurs de foules, savants, écrivains, journalistes, médecins : le q
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
24ienne. Ce n’est pas l’individu grec, puisqu’il se soucie davantage de servir que de se distinguer. Et ce n’est pas non plus la
21 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
25 petit qu’on pourrait jouir des premières sans se soucier trop des secondes. Sous prétexte de réalisme, et de défense des intér
22 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
26e mal que l’on porte en soi. Et donc de ne pas se soucier de la présence active du Démon. Et donc enfin de lui laisser le champ
23 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
27ée. Car Satan marche avec son temps, et paraît se soucier de moins en moins de persuader l’individu, dans une époque où celui-c
24 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
28ée. Car Satan marche avec son temps, et paraît se soucier de moins en moins de persuader l’individu, dans une époque où celui-c
25 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
29e mal que l’on porte en soi. Et donc de ne pas se soucier de la présence active du Démon. Et donc enfin de lui laisser le champ
26 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
30Pourtant Rimbaud ne fut jamais un écrivain, ne se soucia jamais de l’être. Et Goethe ne fut qu’entre autres choses un écrivain
27 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
31spirituelles, à la volée d’une imagination qui se soucie d’abord de composer. Entre une épaule et une arcade, vous découvrez u
28 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
32vention de nos esprits. Et qui donc parmi nous se soucie d’inventer ? Une atonie mondiale répond à l’événement. Nous aurons pe
29 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
33e nouveau n’est pas l’individu grec, puisqu’il se soucie davantage de servir que de se distinguer. Il n’est pas non plus le si
30 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
34s et leurs prédicateurs ont moins que jamais à se soucier, aujourd’hui, de réfuter les arguments de l’incroyance ; elles ont, t
31 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
35 il est visible que non ; et d’ailleurs, on ne se souciera de les appliquer que si l’idée d’un Code vraiment « gênant » prend co
32 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
36t pas, ou pire : comme s’il était suspect de s’en soucier. — Quoi ? nous parler de chiffres quand il s’agit de morale ? On voit
33 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
37ée physiognomonique, c’est que l’un et l’autre se soucient davantage de limites que de causes. Et cette notion de limite, si imp
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
38ée physiognomonique, c’est que l’un et l’autre se soucient davantage de limites que de causes. Et cette notion de limite, si imp
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
39arma (le fondateur du Zen) l’a déclaré, Zen ne se soucie pas de disserter sur des notions abstruses telles que Dieu, la Vérité
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
40entions pour policer et enrichir leur pays, et se soucient si peu des estrangers, qu’ils estiment une prudence politique de seme
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
41ait mieux se loger, se nourrir, se vêtir, bref se soucier davantage des nécessités physiques. Dès la fin du Moyen Âge, l’extrac
38 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
42arma (le fondateur du Zen) l’a déclaré, Zen ne se soucie pas de disserter sur des notions abstruses telles que Dieu, la Vérité
39 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
43 non à la théologie, et fort probablement ne s’en soucierait pas. Ainsi chacun va de son côté, et les représentants des discipline
40 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
44 non à la théologie, et fort probablement ne s’en soucierait pas. Ainsi chacun va de son côté, et les représentants des discipline
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
45s, des artistes, qui viennent d’ailleurs et ne se soucient pas d’exprimer l’esprit d’un régime ? ⁂ Mais, dira-t-on, que devient
42 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
46spirituelles, à la volée d’une imagination qui se soucie d’abord de composer. Entre une épaule et une arcade, vous découvrez u
43 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
47’être vu comme un Européen par des gens qui ne se souciaient pas de ma nation plus que de mon canton natal, dans les yeux des Amér
44 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
48t pas, ou pire : comme s’il était suspect de s’en soucier. — Quoi ? nous parler de chiffres quand il s’agit de morale ? On voit
45 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
49108] à la théologie, et fort probablement ne s’en soucierait pas. Ainsi chacun va de son côté, et les représentants des discipline
46 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
50 faire ; ou pour celui qui n’accepterait qu’on se soucie de la faire que si on lui prouvait d’abord qu’elle existe. Celui qui
47 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
51figure la plus ressemblante de l’Occident, qui se soucie principalement de la matière et de l’intellect, alors que l’Asie brah
52 alors que l’Asie brahmanique et bouddhiste ne se soucie que de l’esprit, et que l’Afrique noire s’exprime par la danse et le
48 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
53 (« actes publics »). Généralement la Gauche s’en soucie peu (il ne s’agit que « d’exceptions ») et la Droite s’en réjouit (ta
49 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
54t rectrice, elle n’est rien qui mérite qu’on s’en soucie. Si le CDCC limite ses ambitions à refaire l’Unesco à l’échelle de l’