1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1, tantôt c’est l’autre qui impose son absolu. Une soumission au réel durement consentie, voilà ce que nous admirons dans le Chant
2la personnalité révélée ou dans la noblesse de sa soumission. Périlleuse carrière de la grandeur où Montherlant est entré de plain
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
3e à son objet, qu’il n’y a de liberté que dans la soumission aux lois naturelles ; et leur effort est de retrouver ces lois ; ils
3 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
4hommes. Ceci n’est rien, en vérité, qu’un acte de soumission et d’espérance, car ce n’est pas aux hommes que nous disons : nous vo
4 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
5 ; le brigadier de choc, non. Le marxisme est une soumission aux faits, aux faits matériels s’entend, aux déterminismes matériels.
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
6la craintive bassesse, « humilité » ; [p. 419] la soumission à ceux qu’on hait, « obéissance » (c’est-à-dire l’obéissance à quelqu
7e à quelqu’un dont ils disent qu’il ordonne cette soumission : ils l’appellent Dieu). Ce qu’il y a d’inoffensif chez l’être faible
6 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
8 Il peut aimer : ce n’est plus un défi, c’est une soumission à l’Éternel. « Christ est ressuscité ! » Le Nouvel Adam vit. Le messa
7 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
9her son antagoniste ; l’art de Calvin est fait de soumission absolue à l’objet proposé : tout en portant la marque d’une des plus
10 qui fut jamais, il se recrée toujours lui-même. Soumission du langage à l’objet spirituellement dominé : telle serait la formule
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
11c’est l’évidence. Mais pas d’ordre total sans une soumission organique du matériel au spirituel. C’est encore là une évidence, et
9 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
12c’est l’évidence. Mais pas d’ordre total sans une soumission organique du matériel au spirituel. C’est encore là une évidence, et
10 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
13e la vie intérieure. On ne se contente plus d’une soumission même exemplaire : on dénonce comme « asocial » celui qui ne manifeste
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
14même, le troubadour arabe Ibn Dawûd disait : « La soumission à l’aimée est la marque naturelle d’un homme courtois. ») Voici la Ch
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
15l’anneau de l’éternelle fidélité et du secret. La soumission ne sera donc qu’apparente. Et le jugement par le fer rouge qu’exige l
13 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
16nts, qui voudraient faire passer pour réalisme la soumission au statu quo ? D’autre part, les pouvoirs que détiennent les ministre
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
17ccident, par une même religion commune et la même soumission au chef visible de cette dernière. Aux peuples de race différente qui
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
18 de privations, expie d’avance chez elle, par une soumission avilissante, l’espoir d’exercer la tyrannie chez les autres ; la gloi
16 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
19e du Nord, la découverte des côtes africaines, la soumission du Proche-Orient puis des Indes au xviiie siècle, la colonisation de
17 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
20t, par droit de naissance », et pour expliquer la soumission à la dame, il reprend la théorie du jongleur qui « aime en trop haut
21soumet en tout à sa volonté. Mais le thème de la soumission à la dame conduit à celui de l’épreuve qu’elle fait subir à son soupi
22n qu’exerçait sur les âmes l’amour mystique et la soumission à la domina que propageait Fontevrault ? » Tout d’un coup, c’est l’ef
23be, et les grands thèmes de l’amour courtois : la soumission du chevalier par allégeance d’amour pur à la dame, l’assai imposé par
24ur, sur le sens de la retenue dans l’asag, sur la soumission et l’allégeance de l’homme à la femme, sur la notion même de salut, s
18 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
25posait sur une « double citoyenneté » exigeant la soumission du citoyen envers la cité particulière où il était né et l’administra