1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
1urvenant : — Je vous croyais écrivain ? — Hélas ! soupirez-vous. Mais j’ai tué la littérature en moi, n’en parlez plus, j’en sor
2 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
2st vrai, on ne devrait pas les lui dire » et vous soupirez profondément. Vous ne vous sentez pas bien, aussi après le déjeuner v
3 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
3ons que jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre des douleurs de l’enfantement… Car c’est en espérance que
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
4 avons les prémices de l’Esprit ; nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, [p. 216] en attendant l’adoption, la rédemption de not
5 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
5i avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
6 et désirée ! « Mot est dolenz qui pert s’amie », soupire Tristan. Pourtant il sent déjà, au fond de la nuit qui vient, poindre
7n dirait même : plus intérieures. Lorsque Tristan soupire à voix basse après l’Iseut perdue, le frère d’Iseut aux blanches main
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
8 que je vais dans un autre pars, je me plains, je soupire et je languis. Est-il vraiment possible, se demande le lecteur, d’im
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
9on. Elle terrorise avec délices son chevaleresque soupirant, et l’on voit Polexandre, dans le roman de Gomberville, parcourir com
9 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
10se qui n’est même pas insignifiante, hélas, comme soupirait le vieux Casanova, que je relis avec plaisir dans ce milieu pseudo-na
10 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
11mot, dans l’abréviation familière pour Maman, que soupire le GI loin du foyer, dans ces trois lettres fatidiques qui sont le se
11 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
12 entendu un jeune peintre ou un jeune compositeur soupirer : « Après X ou Y on ne sait plus que faire. Nous sommes dans une impa
12 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
13 saint Paul révèle que « la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement » et qu’elle attend « dans u
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
14 saint Paul révèle que « la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement » et qu’elle attend « dans u
14 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
15, on ne répond pas à cela. Je pense à cet ami qui soupirait : « Ah je n’ai plus le temps d’écrire, même aux amis, je ne réponds p
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
16 dans les faiblesses, soumis à une même destinée, soupirant après les mêmes amours, tourmentés par les mêmes douleurs, fiers du m
16 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
17 entendu un jeune peintre ou un jeune compositeur soupirer : « Après x ou y on ne sait plus que faire. Nous sommes dans une impa
17 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
18’est-à-dire de l’épreuve que la dame impose à son soupirant, et dont j’ai parlé p. 127 à 136, en la rapprochant du tantrisme. Dav
19uit à celui de l’épreuve qu’elle fait subir à son soupirant : Ma dame me met à l’essai et m’éprouve Pour savoir en quelle guise
18 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
20; finalités de civilisation. — C’est bien cher ! soupirent quelques économistes, un demi-milliard de dollars pour une centrale d
19 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
21vons que jusqu’à ce jour la création tout entière soupire et souffre dans les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle s
22i avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes en attendant la rédemption de notre corps. Car c’est en