1 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
1aîna sur les stades où je connus quelle confiance sourde aux contradictions intimes exige un acte victorieux. Autour de cette
2i l’exalte, et tout ce qui la dompte, tout ce qui sourd en moi de trop grand pour ma vie — toute ma joie ! » [p. 146] Ce n’é
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
3grands problèmes de l’heure. La violence même qui sourd dans son être intime l’en empêche, le préserve des états d’incertitud
3 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4, formes mouvantes, remous dans l’air et musiques sourdes. Penser serait sacrilège, comme une barre droite au travers d’un tabl
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
5rend le masque d’une aimable mélancolie. C’est la sourde tristesse des choses qui vous échappent, des amours impossibles, des
5 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
6idité d’un lac, certaines atmosphères délavées et sourdes. « Temps couvert, calme, légères précipitations » annonce le bulletin
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
7t déchirants des saxophones. Sortie dans un matin sourd, frileux, qui avait la nausée. Je rentrai seul. Voici quelques mots q
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
8quitta le bal au matin. Il neigeait dans les rues sourdes comme un songe de son enfance. Aux fenêtres du palais s’étoilèrent de
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
9Nature, choses, bêtes et anges, — le voici devenu sourd à cette harmonie universelle, incapable d’en comprendre les correspon
9 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
10iles, en hiver, viennent se briser avec un fracas sourd les îlots de glace qui descendent lentement le fleuve. Au cœur [p. 2]
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
11oman au charme pénétrant et presque trop certain, sourd, comme dit Charles Du Bos « cette tristesse par-delà la tristesse que
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
12ns la tête par la paille que je suçais : me voici sourd à la musique mais des sonorités glacées naissent en moi. Cependant qu
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
13les vidant, allant pincer le nerf Réalité avec un sourd gémissement de la pensée. J’ai vu la vie, c’est fini, je rentre en mo
14as serré contre la fenêtre. Elles ont senti cette sourde résistance et se sont assises plus loin en maugréant. La misère de to
15 tel cœur ne se fermerait pas devant la haine qui sourd de tant d’anxiétés. J’aimerais échanger mon costume clair de voyage c
13 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
16fondeur, — roman-plongée pourrait-on dire — d’une sourde et hautaine gravité, apparaît comme le premier chef-d’œuvre d’une sor
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
17ditant regard le mot suprême de la Saison, ce cri sourd du plus lucide héroïsme : « Et allons ! » Goethe seul est allé jusqu’
15 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
18er, puisque ça dure depuis si longtemps. Masse de sourds, de muets et d’aveugles, mais pas si sourds qu’ils ne s’irritent de n
19se de sourds, de muets et d’aveugles, mais pas si sourds qu’ils ne s’irritent de nos cris. Il est vrai que certains, au lendem
16 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
20ébut de la décadence. Il y a des siècles de lutte sourde entre ces deux vouloirs, et tant que dure la lutte le christianisme v
17 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
21in. Il sévit dans nos églises, avec une virulence sourde, attisée de temps à autre par un sermon courageusement moralisateur 2
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
22ébut de la décadence. Il y a des siècles de lutte sourde entre ces deux vouloirs, et tant que dure la lutte le christianisme v
19 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
23er, puisque ça dure depuis si longtemps. Masse de sourds, de muets et d’aveugles, mais pas si sourds qu’ils ne s’irritent de n
24se de sourds, de muets et d’aveugles, mais pas si sourds qu’ils ne s’irritent de nos cris. Il est vrai que certains, au lendem
20 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
25aiser ce regard qui nous perce, et si nous sommes sourds à sa voix, comment étouffer le scandale de cette mort qui définit le
21 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
26tre dans la musique de Schubert, dans tout ce qui sourd de cette Weltschmerz qui n’a pas de nom dans notre langue, et c’est p
22 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
27once à créer, qui renonce à souffrir, qui se rend sourd à la question des choses en même temps qu’à la question de Dieu. Bapt
23 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
28, nous avons parlé trop haut, à cause de quelques sourds, indisposant ceux qui ne le sont point. Nous tenterons simplement, dé
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
29s voisins sur un fond de tempête et de battements sourds — avec des gestes de prêtre, avec une sorte de douceur… Pendant six m
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
30nt que sa bonne conscience — et je ne sais quelle sourde curiosité ! — le pousse ailleurs, lui indique d’autres buts, l’invite
26 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
31contre dès les premiers pas une vieille mendiante sourde. Une voiture le dépasse, conduite par une riche jeune fille des envir
27 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
32s voisins sur un fond de tempête et de battements sourds.) Pas à pas il s’avance, il accueille l’hommage, le long de la passer
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
33certaine froideur avec laquelle nous la mènerons. Sourds et aveugles aux « charmes » du récit, essayons de résumer « objective
29 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
34. 133] la nuit, grouillant de casques, de reflets sourds et de gamelles entrechoquées. Et, plus tard, au matin, quand l’attaqu
30 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
35ng d’étroits couloirs où je coudoyais des soldats sourds et muets — tous les numéros arrachés — tandis que des sifflets annonç
31 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
36ement l’espèce de gêne morale, puis d’intolérance sourde et larvée qui paralyse chez nous les esprits « trop » entreprenants.
32 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
37 Progrès. Pendant un [p. 195] siècle, elle fit la sourde oreille, avec un petit air entendu, quand certains lui posaient cette
33 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
38ue… » Je ferme les yeux et j’écoute le grondement sourd des pneus qui mordent le béton. En cinq heures, nous aurons couvert l
34 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
39ait en savoir plus que moi sur mon propre compte. Sourde aux protestations d’un moi réel, mais qui ne pourrait produire ses pr
35 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
40ignes du monde nous appellent. Pourquoi se rendre sourd à ces invites ? Si la divination n’est encore aujourd’hui que la scie
41urs un malaise fondamental. Une espèce de révolte sourde anime la femme contre sa condition. Dans cette liberté que l’homme lu
36 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
42t ce qui peut être détruit, le soit. Que tous les sourds trop [p. 212] sourds pour entendre l’alerte périssent dans la surdité
43truit, le soit. Que tous les sourds trop [p. 212] sourds pour entendre l’alerte périssent dans la surdité. Qu’y pouvons-nous ?
37 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
44ditant regard le mot suprême de la Saison, ce cri sourd du plus lucide héroïsme : « Et allons ! » Goethe seul est allé jusqu’
38 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
45iser ce regard qui nous perce ; et si nous sommes sourds à sa voix, comment étouffer le scandale de cette mort qui définit le
39 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
46t dans la nuit, grouillant de casques, de reflets sourds et de pas lourdement rythmés. Et, plus tard, au matin, quand l’attaqu
47ng d’étroits couloirs où je coudoyais des soldats sourds et muets — tous les numéros arrachés — tandis que des sifflets annonç
40 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
48 campagnes par les chefs locaux, et sur la colère sourde de la population. Si l’Espagne entre en guerre demain, ce sera sans d
41 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
49encore l’adieu parmi la foule, refusés… Un ronron sourd fait vibrer les parois et le plancher de la cabine. Le petit ventilat
42 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
50ons peu et nous étions heureux. À sept heures une sourde explosion s’est longuement répercutée, venant du fond de la baie, prè
43 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
51ous sommes portés par cette passion à nous rendre sourds et aveugles devant tout ce qui menace de la rendre impossible. Ainsi
44 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
52ue… » Je ferme les yeux et j’écoute le grondement sourd des pneus qui mordent le béton. En cinq heures, nous aurons couvert l
45 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
53ensualité. Ils croient sentir entre les sexes une sourde hostilité, qu’ils attribuent naturellement à l’action des tabous puri
46 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
54ue… » Je ferme les yeux et j’écoute le grondement sourd des pneus qui mordent le béton. En cinq heures nous aurons couvert le
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
55épare à droite comme à gauche, avec cette minutie sourde et aveugle aux indications du réel qu’apportent à leurs petites occup
48 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
56e sont pas d’ordre technique. Ils résultent de la sourde opposition à nos entreprises que nous sentons dans certains milieux,
49 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
57 les plus anarchiques, à s’expatrier pour fuir la sourde et quasi inconsciente persécution de l’opinion publique. Mais revenon
58ion nationale ou de Bonaparte. Mais la résistance sourde et obstinée des civils, les révoltes sans cesse renaissantes des vall
50 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
59triomphé, au terme de plusieurs siècles de luttes sourdes ou déclarées, et d’intrigues diplomatiques avec les puissances voisin
51 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
60négale de nos valeurs et de nos produits) L’Asie sourde à nos mélodies L’énoncé des plus hautes valeurs européennes tient dan
52 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
61ique dévastant, la lucidité calme, le lyrisme qui sourd en dépit de l’acuité d’un regard constamment critique, l’infinie vari
53 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
62ique dévastant, la lucidité calme, le lyrisme qui sourd en dépit de l’acuité d’un regard constamment critique, l’infinie vari
54 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
63paré par ces quelques accords dissonants, dont la sourde interrogation [p. 138] n’a pu manquer de réveiller dans la mémoire de
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
64aux États divisant le corps de l’Europe restèrent sourds aux appels du Pontife, comme à ceux de son rival le roi de Bohême. Il
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
65 force la vocation fédératrice de l’Europe, et la sourde angoisse de l’époque devant les prétentions absolutistes des États. T
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
66veilleront bientôt un reste de bon sens, et cette sourde indignation que l’habitude de l’humiliation et de la terreur ne peuve
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
67rierez au despotisme étranger comme à une enclume sourde : Ô despotisme, nous t’avons servi, adoucis-toi, ouvre-toi, pour que
59 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
68paré par ces quelques accords dissonants, dont la sourde interrogation n’a pu manquer de réveiller dans la mémoire musicale de
60 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
69vec force la vocation fédérale de l’Europe, et la sourde angoisse de l’époque devant les prétentions absolutistes des États. T
61 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
70ésultent, mais aussi et peut-être surtout par une sourde insatisfaction de soi-même et de la « paix helvétique », qui trahit l
62 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
71n’est pas seulement absence du son, du sens, mais sourde pulsation d’un blanc, d’un vide. « Énigme, ce qui naît d’un jaillisse
63 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
72allois et écossais. Agitation basque et catalane, sourde mais profonde. Plasticages à Saint-Brieuc, dans le Tyrol du Sud, à Lo
64 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
73ans doute vital, et non moins vain ? 22. L’Asie sourde à nos mélodies L’énoncé des plus hautes valeurs européennes tient dan
65 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
74allois et écossais. Agitation basque et catalane, sourde mais profonde. Plasticages à Saint-Brieuc, dans le Tyrol du Sud, à Lo
66 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
75allois et écossais. Agitation basque et catalane, sourde mais profonde. Plasticages à Saint-Brieuc, dans le Tyrol du Sud, à Lo
67 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
76us experte. Seconde réaction, selon Bezzola : une sourde crise morale, qui l’amène à remettre en question « ce que l’homme dés
68 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
77onduit rapidement, dans une atmosphère de panique sourde et de délinquance généralisée, à des formes de dictature nationales e
69 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
78nte à cent ans. Quatre grands sujets d’inquiétude sourde dans les masses, d’angoisse mondiale dans les élites techniciennes, e
70 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
79 rien. » Elle voudrait substituer au sentiment de sourde culpabilité qui accompagne nécessairement tout acte libre et novateur
71 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
80futur, sinon parce que, après Hiroshima, dans une sourde anxiété d’abord, puis au cours des deux décennies suivantes, dans une
72 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
81 rien. » Elle voudrait substituer au sentiment de sourde culpabilité qui accompagne nécessairement tout acte libre et novateur
73 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
82 Nature, choses, bêtes et anges — le voici devenu sourd à cette harmonie universelle, incapable d’en comprendre les correspon
74 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
83s voisins sur un fond de tempête et de battements sourds.) Pas à pas il s’avance, il accueille l’hommage, le long de la passer
75 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
84s écocatastrophes imminentes vont forcer les plus sourds et les plus myopes à secouer leur [p. 335] torpeur fataliste et scept
76 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
85de tout dicter à partir d’un centre administratif sourd aux directives politiques quelles qu’elles soient et de si haut qu’el
77 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
86rierez au despotisme étranger comme à une enclume sourde : Ô despotisme, nous t’avons servi, adoucis-toi, ouvre-toi, pour que
78 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
87iolemment les pouvoirs politiques et économiques, sourds aux véritables exigences de liberté de l’homme. Un livre souvent inco