1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
1era sans doute un organisme du type des kolkhozes soviétiques. Dépersonnalisation du pouvoir. Faut-il le déplorer ? [p. 187] Tout j
2 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
2 [p. 19] La Légion étrangère soviétique (juin 1933) b Elle est formée d’intellectuels français. On serait t
3 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
3 nouveaux, qui sont : 1° l’instauration du régime soviétique en Russie ; 2° la naissance des fascismes italien et allemand. Je m’e
4ationnelles, laïques et collectives, le spirituel soviétique ne pourrait être qu’une réédition standardisée de « l’esprit » bourge
4 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
5essaire conflit de l’ange et de la bête ? L’homme soviétique se trouve soustrait aux conflits naturels. Il vit dans un monde où il
5 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
6anger plus grand pour les Églises que la tragédie soviétique. Et pour des raisons analogues, l’humanisme fasciste et le culte des
6 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
7p haut — erreur romantique — ni trop bas — erreur soviétique. Mais bien à hauteur d’homme, et c’est la vérité personnaliste. Ensei
7 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
8e culturel ou moral ont été supprimées par l’État soviétique, plus rigoureux dans son application d’une erreur initiale identique,
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
9 [p. 89] X La mesure soviétique La plupart des erreurs que l’on commet lorsqu’on se mêle de porter un
10mêle de porter un jugement sur l’immense aventure soviétique, proviennent de ce qu’on oublie ou méconnaît le rôle de l’un ou de l’
11souvent tenté de méconnaître dans la construction soviétique le rôle qu’y joua la doctrine marxiste, tout au moins comme choc init
12t, on ne peut nier que l’« esprit » des pionniers soviétiques (la doctrine marxiste-léniniste) n’ait marqué toute l’entreprise, et
13comprendre à l’évolution nécessaire de la culture soviétique, si l’on se refusait à l’examen critique des doctrines qui sont à sa
14vée confirmée par les récents congrès d’écrivains soviétiques ou favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou
15te de ce qu’il y a de plus vivant dans la réalité soviétique actuelle. Comment, alors, ne pas être frappé par leur exacte coïncide
16ion n’est pas niable. Il est clair que les masses soviétiques sont toujours plus tentées de l’opérer, avec une sorte de bonne volon
17 caractère d’une mesure vivante ? L’idéal du Plan soviétique, qui est le monde intégralement socialisé, embrasse-t-il réellement l
18i de prendre conscience du danger. La littérature soviétique est née de la révolution. Elle s’est constituée en même temps que son
19, n’en est pas moins en évidence. ⁂ Les écrivains soviétiques l’ont compris. Aussi les voit-on condamner la théorie marxiste origin
20ce changement de méthode : pour la nouvelle école soviétique, l’unité du peuple et des clercs n’est pas « quelque chose de donné »
21’inquisition intellectuelle exercée par les chefs soviétiques réussit à masquer son étendue. Le désir d’une mesure plus vivante se
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
22es deux régimes — un parallèle entre la dictature soviétique et le « Führerstaat » hitlérien 50 considérés dans leurs rapports av
23arer formellement, terme à terme, les « valeurs » soviétiques et nationales-socialistes dans le domaine de la culture.   Collectiv
24lérienne a son pendant exact dans la constitution soviétique. Il autorise, dans les deux régimes, outre les procédés juridiques qu
25insister sur la direction générale de l’humanisme soviétique. Malgré les racines qu’il plonge dans le xviiie siècle français, c’e
26ltes !) et bien qu’il attaque violemment le parti soviétique des Sans-Dieu, on ne saurait nier que le Dieu qu’il sert est immanent
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
27nt des auteurs pour dénoncer le « sans-dieuisme » soviétique. Il faudrait aussi se garder d’une certaine facilité sénile, dont la
28ation que j’ai esquissée à propos de la tentative soviétique vaut identiquement pour l’hitlérisme. Je puis la compléter maintenant
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
29ent les dictatures. Du court destin de la culture soviétique, depuis vingt ans, ou de la culture nationale-socialiste depuis trois
30strerai ceci d’un seul exemple. Juger le système soviétique, ou la mesure soviétique, ce n’est pas discuter telle ou telle modali
31emple. Juger le système soviétique, ou la mesure soviétique, ce n’est pas discuter telle ou telle modalité de son application ; c
32oit un acte de foi. Juger le système ou la mesure soviétique, c’est uniquement, et après tout comme avant tout, faire ou ne pas fa
33tions, et en vertu de notre destinée, à la mesure soviétique ou à la mesure hitlérienne, c’est qu’elles sont extérieures à la pers
12 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
34, l’État Totalitaire 82 qu’ils pourront baptiser soviétique ou fasciste, peu importe — ces noms sont insensés pour nous — l’État
13 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
35commune mesure (novembre 1936) s I. La culture soviétique Lorsqu’on critique les fondements doctrinaux du régime de l’URSS l’on
36comprendre à l’évolution nécessaire de la culture soviétique si l’on se refusait à l’examen critique des doctrines qui sont à sa b
37vée confirmée par les récents congrès d’écrivains soviétiques ou favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou
38ion n’est pas niable. Il est clair que les masses soviétiques sont toujours plus tentées de l’opérer, avec une bonne humeur et une
39 caractère d’une mesure vivante ? L’idéal du Plan soviétique, qui est le monde intégralement socialisé, embrasse-t-il réellement l
40i de prendre conscience du danger. La littérature soviétique est née de la révolution. Elle s’est constituée en même temps que son
41 n’en est pas moins une évidence. ⁂ Les écrivains soviétiques l’ont compris. Aussi les voit-on condamner la théorie marxiste origin
42ce changement de méthode : pour la nouvelle école soviétique, l’unité du peuple et des clercs n’est pas « quelque chose de donné »
43’inquisition intellectuelle exercée par les chefs soviétiques réussit à masquer son étendue. Le désir d’une mesure plus vivante se
44nt des auteurs pour dénoncer le « sans-dieuisme » soviétique. Il faudrait aussi se garder d’une certaine facilité sénile, dont la
45ation que j’ai esquissée à propos de la tentative soviétique vaut identiquement pour l’hitlérisme. Je puis la compléter maintenant
14 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
46. Voire ! Gide reproche à la fameuse autocritique soviétique de ne consister « qu’à se demander si ceci ou cela est dans la ligne
15 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
47u matérialisme ; que notre condamnation du régime soviétique ne repose pas sur une prétendue « défiance vis-à-vis de la rationalis
16 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
48mesurait la valeur d’une culture selon des normes soviétiques, il faudrait en conclure que le régime allemand est très supérieur au
17 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
49lisateur, l’oppresseur des minorités dans l’Union soviétique, qui soutient la Catalogne ! Faut-il chercher ailleurs que dans ce ve
18 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
50du Volga, pendant la révolution russe. L’officier soviétique a une tête de faux Chinois et de Chinois faux (infériorité morale des
19 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
51rainte que de satisfaction. Ramuz fait au système soviétique certains reproches que d’autres, avant lui, avaient bien souvent form
20 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
52erait le mouvement totalitaire, fasciste, nazi ou soviétique. Je crois bien qu’elle oublie que les vagues n’ont jamais rien fait a
21 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
53e qui n’est pas sans inquiéter, surtout en Russie soviétique. On prend dix singes. On les range dans une chambre le long d’une des
22 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
54t jamais connues sont celles qu’on voit en Russie soviétique. Or ce ne sont pas les différences qui me révoltent, mais la tyrannie
55e tient aucun compte des vocations. Mais le monde soviétique décrète une justice plus inhumaine que le désordre, et il supprime le
23 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
56entier les totalitaires de nuance démocratique et soviétique. Quelques détails de terminologie les séparant encore, ils ont décidé
24 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
57 les pays récemment libérés, de même qu’en Russie soviétique et au Japon. On brûle encore, à l’occasion, quelques églises protesta
25 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
58lomate américain parler de l’attitude hostile des Soviétiques à l’égard de toutes les mesures proposées ou soutenues par son pays.
26 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
59. L’auteur américain, et pour d’autres raisons le soviétique, et d’une manière plus générale tous les écrivains engagés soit au se
27 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
60 un avenir qui sera sans doute celui de la Russie soviétique et d’une partie de la jeunesse européenne. Essayons de le définir en
28 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
61, la Confédération américaine et la Confédération soviétique, sont aujourd’hui ceux qui paraissent craindre le plus l’intrusion de
29 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
62ion créatrice, tandis que l’Américain et le Russe soviétique considèrent l’existence de l’opposition comme l’indice d’un mauvais f
63e entre l’Européen, d’une part, l’Américain et le Soviétique, de l’autre, je n’ai pas à chercher bien loin. Je prendrai simplement
64ins leurs méthodes pragmatiques, et à nos voisins soviétiques leur sens aigu des implications politiques de toute pensée, même grat
65vue des exemples précis. Appelons totalitaire, ou soviétique, la déviation collectiviste. Ce que je lui oppose ici, ce n’est nulle
66brillamment conduite jusqu’ici par les hiérarques soviétiques, il faut bien constater qu’ils ont contre eux beaucoup de réalités hu
67 : il n’y a pas de commune mesure entre le danger soviétique pour l’Europe et le prétendu danger yankee. La Russie qui vise à l’au
30 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
68arler très clairement : l’opposition de la Russie soviétique ; les préjugés nationalistes, et les prétentions des partis. ⁂ Même s
69 mais très effectivement, à l’abri de l’expansion soviétique. Ils ont tort, s’ils croient un instant que l’un des buts de la Fédér
70 quitter notre camp. Ces peuples ne sont pas plus soviétiques que nous. Ils le sont moins, si l’on s’en [p. 116] tient au pourcenta
31 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
71’expiera dans ses vies ultérieures, tandis que le Soviétique, dès cette vie-ci, sera « rééduqué » pour l’avenir collectif. Nous vo
72 d’une grande passion. Enfin, le citoyen du monde soviétique se doit de rejeter avec une horreur officielle l’idée non scientifiqu
73des arabisants, et même des spécialistes du monde soviétique. En revanche, je ne connais pas « d’européologues » dans les empires
32 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
74SS, seul battant neuf parmi les ruines. Les tanks soviétiques, l’Armée rouge, la police « populaire » ont tiré sur les ouvriers qui
75: « Nous ne sommes pas des esclaves ! » Ainsi les Soviétiques viennent de renouveler ce Dimanche rouge de 1905 où le Tzar fit tirer
76 ouvriers sans armes de la Stalinallee. Les tanks soviétiques ont tiré sur la foule ouvrière. Cette phrase qu’on n’a pas lue dans l
77re « en uniforme américain » au milieu du secteur soviétique, comme l’ont écrit dans leur panique les communistes ? Pouvaient-ils
33 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
78la littérature sont tombées au plus bas en Russie soviétique ; mais le sort d’une ballerine de l’Opéra de Moscou est certainement
34 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
79de vouloir une Europe unie, réside dans la menace soviétique. La peur, affirme-t-on, serait le vrai ressort du mouvement vers l’in
35 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
80usses, mais de nos divisions. L’offensive de paix soviétique ne change rien au fait fondamental que nos pays sont trop petits pour
36 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
81olonialisme européen a vécu. Mais le colonialisme soviétique, lui, nous menace à bout portant : il a déjà conquis le tiers de l’Eu
82oussée de la révolte asiatique et du colonialisme soviétique, une Europe persistant à rester désunie doit rapidement périr par asp
37 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
83versations qu’a eues M. Bevan avec les dirigeants soviétiques. La Russie est gouvernée aujourd’hui par un pouvoir collégial. Il est
38 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
84raintes ou rancunes entretenues par la propagande soviétique. À cause de l’ignorance ou de la mauvaise éducation historique de l’o
39 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
85et leurs satellites en Asie. Mais le colonialisme soviétique, lui, nous menace à bout portant : il a déjà conquis nos six nations
86oussée de la révolte asiatique et du colonialisme soviétique, une Europe persistant à rester désunie doit rapidement périr par asp
40 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
87réponse à tout. Et de même aujourd’hui, la Russie soviétique offre ou impose à l’homme des masses plus de sécurité et beaucoup moi
41 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
88t loin d’être épuisés. La guillotine et les camps soviétiques font partie de la bonne conscience des sectateurs du Mythe de la Révo
42 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
89nds d’unir l’Europe ne dépendent pas de la menace soviétique. Ils seraient à peu près les mêmes si l’URSS n’existait pas à nos fro
90ns ils représenteraient l’Europe réelle.) Du côté soviétique, on sait bien qui commande, et quelle discipline de pensée se voit ex
43 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
91ve dans le domaine culturel, du seul fait que les Soviétiques n’ont pas donné les suites espérées à leurs ouvertures officielles de
92hez un grand nombre d’intellectuels et d’artistes soviétiques, et nous fait un devoir de tout mettre en œuvre, avec une patience in
93vident — et souligné par M. Molotov — que l’Union soviétique ne veuille (et ne puisse) accepter aucune espèce de libre échange d’i
94es surveillés, limités, filtrés par les autorités soviétiques, mais échanges tout de même. Échangeons, échangeons, il en restera to
95ulturels doit être clarifiée. Pour les dirigeants soviétiques, les échanges ont un but principal : obtenir des informations scienti
96ne sont qu’une occasion de présenter la dictature soviétique sous des aspects qui flattent notre intelligentsia dans certains de s
97es (ou post-staliniennes). Pour les intellectuels soviétiques du type Cholokhov, on peut imaginer que les échanges répondraient à u
44 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
98ation continue du niveau matériel et culturel des Soviétiques, les conditions d’une politique nouvelle. Les dirigeants actuels sont
99une période nécessairement nouvelle du communisme soviétique et mondial. Au total, je ne pense pas que le phénomène relève d’une d
100s sont exclus par le principe actif du communisme soviétique 49 . À proprement parler, il n’y a pas d’excès dans un régime totalit
101ti-pape. [p. 13] Porter au crédit de la tyrannie soviétique un règlement de comptes entre le tyran défunt et ses successeurs ; at
102s créées ou révélées dans l’univers du communisme soviétique et mondial par la Turbulence que l’on sait seront ici brièvement indi
103e résultait de la triple identification des chefs soviétiques avec le Parti, du Parti avec le Prolétariat, et de celui-ci avec le m
104hodes spirituelles 56 . Nous pouvons apporter aux Soviétiques le sens du doute, sans lequel il n’est point de foi digne de ce nom.
45 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
105 : barrer Suez, c’est peut-être livrer à l’Empire soviétique russo-chinois le reste de l’Asie [p. 82] coupée de l’Occident… On con
46 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
106oi sommes-nous choqués par les excès américain et soviétique ? Pourquoi les ressentons-nous comme des excès ? Sinon parce que le s
47 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
107t loin d’être épuisés. La guillotine et les camps soviétiques font partie de la bonne conscience des sectateurs du Mythe de la Révo
48 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
108sang des autres, qui cimente l’édifice de l’Usine soviétique, et donne la preuve démente de la réalité des utopies au nom desquell
49 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
109réponse à tout. Et de même aujourd’hui, la Russie soviétique offre ou impose à l’homme des masses plus de sécurité et beaucoup moi
50 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
110stoire connue, jusqu’à l’apparition de l’évangile soviétique — sur tous les peuples de la Terre, et il garde aussi vive que jamais
111 pas une ne peut se défendre seule, voici le bloc soviétique compact, le monde arabe hostile, l’Asie qui nous expulse. Il a fallu
112er. Les uns parient sur la Révolution : l’exemple soviétique tendrait à démontrer que cette solution, loin d’élever le niveau de v
51 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
113ices « objectifs » de ce crime, les intellectuels soviétiques. Refuser désormais tout dialogue avec eux, je ne vois aucun autre moy
52 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
114rope. Couper l’Europe en tranches pour plaire aux Soviétiques et rassurer peut-être les Américains (tout en gagnant des voix aux él
53 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
115une stabilisation des rapports entre la dictature soviétique et les démocraties occidentales, tend également à immobiliser les div
54 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
116 surprenantes dans leur succession : la politique soviétique est juste, Budapest est l’expression de cette politique, et je suis l
117 contre l’imposture gigantesque du « socialisme » soviétique. Mais, dans nos pays socialistes ou libéraux, ne serait-il pas temps
55 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
118Souvarine a montré toute la vanité. Que le régime soviétique soit en crise, on le savait. Toute dictature est un régime de crise,
119s’appuyant sur elle. Mais ce n’est pas du devenir soviétique que dépend le sort de l’Europe, la menace d’une guerre générale se tr
120e moitié du xxᵉ siècle englobe celui de la Russie soviétique et le dépasse très largement. C’est le drame qui surgit de l’affronte
56 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
121 pas des Européens ? Si vous souhaitez une Europe soviétique, dites-le. Si vous préférez une Europe colonisée, dites-le. Si vous a
57 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
122jourd’hui que l’arrivée sur la Lune d’une mission soviétique présidée par Khrouchtchev compensera de la même manière l’élimination
123 s’est trompé lui-même, en répétant que le régime soviétique stérilisait la recherche scientifique. Les deux spoutniks sont là pou
124Xe Congrès, qui a « déclaré » sa crise, le régime soviétique accumule les échecs et multiplie les signes avant-coureurs d’une dési
125ement le Plan Quinquennal, symbole même du régime soviétique, est enterré sans oraison (25 décembre 1956). Notre presse ayant épui
126élimination progressive mais fatale du communisme soviétique par ses dirigeants mêmes n’est pas de nature à endormir la vigilance
58 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
127sang des autres, qui cimente l’édifice de l’Usine soviétique et donne la preuve démente de la réalité des utopies au nom desquelle
59 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
128umis à l’occupation ou à l’influence de la Russie soviétique. C’est ce qu’on appelle le « rideau de fer ». D’autre part, les barri
129s sont les pays européens dominés par l’influence soviétique ? 5. Pourquoi parle-t-on d’union européenne ? 6. Citez trois organisa
60 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
130e, en effet, ne dit pas ce qu’il pense des offres soviétiques ou du désarmement, mais ce qu’il croit devoir dire à tel moment pour
131page la photo « exclusive » du synchrocyclotron « soviétique ». Cet appareil de 100 mètres de diamètre, le plus grand du monde, di
61 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
132hnique. (Mais les classes dirigeantes de l’empire soviétique l’éprouveront à leur tour demain. Molotov à Oulan-Bator inaugure ce n
62 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
133dalité). — La réalité et les mythes du communisme soviétique, version brutalement simplifiée de certaines valeurs et procédés de l
134e capitaliste américain, et de rejeter le système soviétique. Mais ce même paradoxe, inversé, se reproduit dans le camp de la libe
63 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
135 jusque-là. Mais voici l’insolite : les autorités soviétiques ayant annoncé qu’elles ne mettraient aucun obstacle au départ de l’éc
136 sur le cœur, que j’ai contribué à la littérature soviétique et que je puis encore lui être utile. » Il a refusé le prix, il est p
137rnak ne vint au jour qu’au lendemain du « dégel » soviétique : rien n’est encore gagné, mais quelques-uns déjà peuvent avouer quel
138 Tristan et de l’amour-passion ? Le totalitarisme soviétique et le conformisme des mœurs dans les démocraties de l’Occident ne son
64 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
139e l’Inde, l’expansion de la Chine, l’impérialisme soviétique, la tutelle américaine : tel est le cadre mondial dans lequel les « E
65 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
140Histoire ait permis de tels résultats que l’Union soviétique, qui est dans le sens de l’Histoire, doive aujourd’hui se donner pour
141 plus vite que les Américains, puisque l’économie soviétique, qui n’a que quarante-deux ans, est déjà capable de défier l’économie
142e grands problèmes à résoudre. La force du régime soviétique… c’est qu’il constitue avant tout une société orientée vers un but et
143ation au défaitisme occidental qu’aux vantardises soviétiques. Lippmann, comme la plupart de nos intellectuels, se dit en somme : —
66 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
144 jusque-là. Mais voici l’insolite : les autorités soviétiques ayant annoncé qu’elles ne mettraient aucun obstacle au départ de l’éc
145 sur le cœur, que j’ai contribué à la littérature soviétique et que je puis encore lui être utile. » Il a refusé le Prix, il est p
146rnak ne vint au jour qu’au lendemain du « dégel » soviétique : rien n’est encore gagné, mais quelques-uns déjà peuvent avouer quel
147 Tristan et de l’amour-passion ? Le totalitarisme soviétique et le conformisme des mœurs dans les démocraties de l’Occident ne son
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
148me et du « despotisme russe », — bien avant l’ère soviétique ! — n’a pas cessé de hanter à la fois les conservateurs, les libéraux
149tzia russe que toute l’histoire récente de la vie soviétique illustre et confirme. Les Russes ont témoigné d’une disposition spéc
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
150désunions passionnées : ainsi pensèrent aussi les Soviétiques ; d’autres conclurent que le nationalisme, cause de nos ruines, devai
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
151ion créatrice, tandis que l’Américain et le Russe soviétique considère l’existence de l’opposition comme l’indice d’un mauvais fon
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
152de force dans l’œuvre des deux écrivains (que les Soviétiques considèrent comme décadents), à savoir James Joyce et Marcel Proust.
71 1961, Preuves, articles (1951–1968). Pour Berlin (septembre 1961)
153scou, et que la seule comparaison de la puissance soviétique et de l’Occident « pourri » déterminera le choix des masses mondiales
72 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
154oi sommes-nous choqués par les excès américain et soviétique ? Pourquoi les ressentons-nous comme des excès ? Sinon parce que le s
155que se font jour dans la plus récente littérature soviétique des signes non-trompeurs d’une nouvelle faim de liberté. Je vous acco
156 débrouiller seul, de chasser pour son compte. Un Soviétique russe ou chinois eût invoqué le rendement technique dans le cadre du
73 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
157RSS : civisme égale obéissance au Parti La Russie soviétique n’a pas de ministère central de l’Éducation (chacun des États garde l
158cialement consacrées à l’étude de la Constitution soviétique et des « droits » du citoyen (qui sont ses devoirs envers la « constr
159s qu’elles ramènent tout à la doctrine socialiste soviétique. [p. 6] Cette imprégnation idéologique apparaît d’une manière non mo
160 opposer à la doctrine totalitaire, ou socialisme soviétique, une « doctrine capitaliste » officielle et imposée, et cela pour l’e
74 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
161ne, ce qui équivaudrait aujourd’hui à inviter les Soviétiques à se joindre au Marché commun, voire à l’OTAN ; 2° mettre fin à la gu
75 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
162tage incontestable des Américains, et surtout des Soviétiques, lorsqu’il s’agit de moderniser — c’est-à-dire d’occidentaliser — d’u
163ien de neuf. Qu’est-ce au total que le communisme soviétique ? Un mélange de 50 % de traditions proprement russes et même tzariste
164 à l’attente des jeunes nations et de la jeunesse soviétique plus qu’on ne le croit tournées vers l’Occident, par un tardif et imp
76 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
165Nous n’avons pas le droit de frustrer la jeunesse soviétique, et les autres, au moment où elles se tournent obscurément vers nous.
77 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
166lesquels 17 500 Suisses. La même année, en Russie soviétique, 1 800 000 étudiants se faisaient immatriculer. L’URSS ayant quarante
78 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
167que de « chimie allemande » ou de « mathématiques soviétiques », car avant tous ces découpages arbitraires, il y a la grande commun
79 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
168elle et actuelle, j’entends à l’ouest de l’Empire soviétique 61 . De l’Europe unie aux régions libérées Pour tenter de faire sen
80 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
169de mentionner. Mais s’il est vrai qu’aux yeux des Soviétiques l’épithète injurieuse « d’a-politique » est encore synonyme « d’Occid
81 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
170que de « chimie allemande » ou de « mathématiques soviétiques », car avant tous ces découpages arbitraires, il y a la grande commun
82 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
171e, en effet, ne dit pas ce qu’il pense des offres soviétiques ou du désarmement, mais ce qu’il croit devoir dire à tel moment pour
172page la photo « exclusive » du synchrocyclotron « soviétique ». Cet appareil de 100 mètres de diamètre, le plus grand du monde, di
83 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
173réponse à tout. Et de même aujourd’hui, la Russie soviétique offre ou impose à l’homme des masses plus de sécurité et beaucoup moi
84 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
174technique. Cette formation obligatoire des jeunes Soviétiques absorbe 67 % du temps d’étude, et ne laisse à peu près aucune place à
85 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
175it, comme il arrive, car vous serez Américains ou Soviétiques par allégeance obligatoire, économique, sociale ou idéologique ; – ou
86 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
176’expiera dans ses vies ultérieures, tandis que le Soviétique, dès cette vie-ci, sera « rééduqué » pour l’avenir collectif. Nous vo
177 d’une grande passion. Enfin, le citoyen du monde soviétique se doit de rejeter avec une horreur officielle l’idée non scientifiqu
178que de « chimie allemande » ou de « mathématiques soviétiques », car avant tous ces découpages arbitraires, il y a la grande commun
179oi sommes-nous choqués par les excès américain et soviétique ? Pourquoi les ressentons-nous comme des excès ? Sinon parce que le s
180que se font jour dans la plus récente littérature soviétique des signes non trompeurs d’une nouvelle faim de liberté. J’accorde en
181lectricité. » Or, le marxisme n’est pas un apport soviétique, ce n’est pas Popov qui l’a inventé, mais bien un Juif allemand, dont
87 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
182erses, selon qu’il s’agit par exemple de l’empire soviétique, du Nigéria ou de la Confédération suisse. Car la double exigence ant
88 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
183traditionnelle et actuelle, à l’ouest de l’empire soviétique 34 . 47. Frontières effacées, régions libérées En 1962, un colloque
89 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
184Cette politique s’oppose au gigantisme américain, soviétique et capitaliste ; elle s’oppose à l’émiettement social de la démocrati
90 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
185verses selon qu’il s’agit par exemple de l’empire soviétique, du Nigeria, ou de la Confédération suisse. Car la double exigence an
91 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
186entaires, ni la dictature fasciste, ni l’étatisme soviétique, n’envisagent la suppression de cette forme moderne de l’esclavage. 8
92 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
187se selon Karl Marx, et cependant pareil en Russie soviétique à ce qu’il est dans nos démocraties, républicaines ou monarchiques d’
93 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
188yablement calculé par les écologistes américains, soviétiques et européens. Pour la première fois dans l’histoire, l’homme se voit
94 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
189ent socialiste. Si elle s’oppose à l’impérialisme soviétique, elle conduit à une République populaire nationale et socialiste à di
95 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
190sur « l’océan mondial » (comme disent les savants soviétiques, et ils ont raison, car il occupe à peu près 68 % de la surface de la
96 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
191 ; c’est l’homme occidental et son désir, l’homme soviétique et son espoir, l’homme du Tiers Monde et son rêve d’égaler… Et quand
97 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
192Cette politique s’oppose au gigantisme américain, soviétique et capitaliste : elle s’oppose à l’émiettement social de la démocrati
98 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
193, pas de camps nazis ; pour les autres, en Russie soviétique, un système « positif » de rééducation obligatoire mais gratuit, tout
99 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
194évision de Valéry 186 , soit par des commissaires soviétiques ; ou par quelque combinaison des deux derniers. Si l’Europe est gérée
195erstitions rigoureusement communes d’ailleurs aux Soviétiques et aux capitalistes libéraux, en dépit de la « prise du pouvoir » par
196entaires, ni la dictature fasciste, ni l’étatisme soviétique, n’envisagent la suppression de cette forme moderne de l’esclavage 19
100 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
197ro. (Le phénomène se reproduit au sein de l’Union soviétique : tandis que le taux de naissance dans la partie russe demeure bas, c