1 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
1 de la Troisième République, de l’Amérique et des Soviets. Nous croyons ici que la dignité de l’homme consiste à mettre en jeu
2 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
2r le plan capitaliste, au déterminisme duquel les soviets n’échappent pas. 3° La dialectique historique ne peut que rendre comp
3 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
3 de la Troisième République, de l’Amérique et des Soviets. Nous croyons ici que la dignité de l’homme consiste à mettre en jeu
4 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
4 la collectivisation abstraite préconisée par les soviets ; antinationalistes et cependant patriotes ; fédéralistes dans le pla
5 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
5st injuste et ridicule de reprocher au régime des soviets certaines erreurs d’ordre métaphysique, qui leur paraissent sans grav
6congrès d’écrivains soviétiques ou favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou idéologiques, généreuses o
7 Plan, est même si radicale, ou si naïve, que les Soviets en sont venus à confondre, sans l’ombre d’un doute, culture et produc
8alecticiens » 43 . Les écrivains délégués par les Soviets au Congrès de Paris pour la défense de la culture, en 1935, citèrent
9 construction : la mesure pseudo-marxiste que les Soviets proposent en exemple s’est avérée, après quelques années, incapable d
6 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
10 de gauche ou de droite. Or s’il est vrai que les Soviets avaient en 1920 l’âge de l’hitlérisme en 1936, la proximité immédiate
7 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
11uvons créer. Nous ne sommes pas en retard sur les Soviets ou sur l’Allemagne, tout au contraire. Mais si nous ne marquons pas n
8 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
12nt injuste et ridicule de reprocher au régime des Soviets certaines erreurs d’ordre métaphysique, qui leur paraissent sans grav
13congrès d’écrivains soviétiques ou favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou idéologiques, généreuses o
14) au Plan est même si radicale, si naïve, que les Soviets en sont venus à confondre sans l’ombre d’un doute « culture » et « pr
15alecticiens » 56 . Les écrivains délégués par les soviets au Congrès de Paris pour la défense de la culture, en 1935, citèrent
16e construction : la mesure pseudomarxiste que les Soviets proposent en exemple s’est avérée, après quelques années, incapable d
17uvons créer. Nous ne sommes pas en retard sur les Soviets ou sur l’Allemagne, tout au contraire. Mais si nous ne marquons pas n
9 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
18n homme, non plus celle des prolétaires unis, des Soviets. » — Internationalisme ? « L’important, ici, c’est de persuader aux g
10 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
19se curieuse — ni d’un duce, ni d’un pape, ni d’un soviet, ni d’un caporal. Elle ne peut être ni achetée, ni vendue, ni élue, n
11 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
20ues écrivains bourgeois trop contents de voir les Soviets repêcher les vieux mythes de leur classe. Et l’on repart, toutes voil
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
21 j’écris quelque chose sur le fascisme ou sur les soviets, de mettre en épigraphe à mon article : Je suis contre. Sinon, pour p
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
22ncontres avec des écrivains impressionnés par les Soviets, aussi par le cortège de la Bastille. Je leur demande ce qu’ils pense
14 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
23ître les Communes révolutionnaires ; en 1917, les Soviets se sont dégagés de l’effervescence générale sous l’influence [p. 45]
15 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
24itique extérieure de la France. Le pacte avec les Soviets l’irrite vivement. « Si la France, comme vous l’affirmez, préfère en
16 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
25m du Christ ; nous disait-on, en avant contre les Soviets ! Haro sur les rouges d’Espagne ! Déclarez la guerre à Hitler ! Ils p
17 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
26e, il fut proprement balayé durant la période des Soviets. La morale des intellectuels nihilistes ou romantiques, qui inspirait
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
27, il fut en principe balayé durant la période des Soviets. La morale des intellectuels nihilistes ou romantiques, qui inspirait
19 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
28er, du Traité de Versailles, ou des Juifs, ou des Soviets, ou des Ploutocrates anglo-saxons, donc des autres, toujours des autr
20 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
29 lui au nom de la « vraie » démocratie, celle des Soviets, en s’alliant d’autre part avec certaines nations qui s’intitulent tr
21 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
30eut aller jusqu’à soutenir que s’il défendait les Soviets, il n’en resterait pas moins, par le fait de son être même, une prote
22 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
31ypocrisie. Je vais vous en donner un exemple. Les Soviets qui se disent démocrates dénoncent la Suisse, qui est la plus vieille
32u par les États fascistes, aussi bien que par les Soviets et par les socialistes anglais. Moi. — Voilà le problème embrouillé
23 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
33berté ? Ni de l’État, ni de la révolution, ni des Soviets, ni de la démocratie, et surtout pas de leurs experts. Il la tient de
24 1946, Lettres sur la bombe atomique. iv. La vérité n’est plus du côté des canons
34lle siège pour l’heure à Washington. [p. 130] Les Soviets se voient rejetés au stade mental de ces « chercheurs de Dieu » dont
25 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
35artis socialistes subsistant dans les pays où les Soviets ne règnent pas, sont en voie de divergence et non de convergence, sur
26 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
36ectacle de la mauvaise volonté internationale des Soviets, de cette brutalité vis-à-vis de leurs sujets, de ce mépris de la vie
27 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
37ypocrisie. Je vais vous en donner un exemple. Les Soviets, qui se disent démocrates, dénonçaient naguère encore la Suisse, qui
38u par les États fascistes, aussi bien que par les Soviets et par les socialistes anglais. Moi. — Voilà le problème embrouillé
28 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
39p d’approbations enthousiastes. Savez-vous si les Soviets ont, pu s’emparer du secret de la bombe atomique ? Non, et nul ne le
29 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
40ectacle de la mauvaise volonté internationale des Soviets, de cette brutalité vis-à-vis de leurs sujets, de ce mépris de la vie
30 1947, Le Figaro, articles (1939–1953). Le droit d’opposition (3 avril 1947)
41s). C’est au nom d’une doctrine semblable que les Soviets ont exigé le veto dans tous les cas où l’unanimité ne pourrait pas s’
31 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
42coutume, qui triomphent dans [p. 23] l’empire des Soviets. Comme aussi le respect de la science appliquée qui régit dans ces de
32 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
43es d’inclure les Russes — la Sainte Russie ou les Soviets — dans une fédération européenne, la question, aujourd’hui, ne se pos
44il me dit : « Le fond de l’affaire, c’est que les Soviets, dans le jeu mondial, se sentent le partenaire le plus faible. Tout l
45s, la situation est la suivante : pendant que les Soviets nous accusent de préparer un bloc occidental — et les blocs, nous dis
33 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
46’un peu d’union tout de même, pour faire face aux Soviets et au déficit en dollars. Si peu que rien, en fait, car selon sa broc
34 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
47’un peu d’union tout de même, pour faire face aux Soviets et au déficit en dollars. Si peu que rien, en fait, car selon sa broc
35 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
48ingrad : il est fermé depuis bien des années, les Soviets ayant décidé, en plein accord avec Goebbels, que notre art était déca
36 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
49temps de le répéter, ou jamais : d’autres que les Soviets ont tiré sur la foule des prolétaires revendiquant leur droit de vivr
50it d’excuser le péché des bourgeois par celui des Soviets ; mais la seconde, nous l’avons sous les yeux, consiste à s’emparer d
37 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
51 temps de le répéter ou jamais : d’autres que les Soviets ont tiré sur la foule des prolétaires revendiquant leur droit de vivr
52it d’excuser le péché des bourgeois par celui des Soviets ; mais la seconde, nous l’avons sous les yeux, consiste à s’emparer d
38 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
53oint : Vive la France ! — pas davantage que « les Soviets partout ! » ne signifiera sous Lénine : Vive la Russie ! Il [p. 11] p
39 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
54férence met en lumière l’avantage appréciable des Soviets sur Attila. Ensuite, le christianisme ne trouvait devant lui qu’une r
40 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
55 point Vive la France ! — pas davantage que « les Soviets partout ! » ne signifiera sous Lénine : Vive la Russie ! Il proclame
41 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
56hémence suspecte — par tous ceux qui admirent les Soviets. Or déjà ces derniers ont rétabli l’usage, sur une base « scientifiqu
57tiviste, et la praxis pas plus que la theoria des Soviets ne conduisant là, alors l’URSS apparaît, objectivement parlant, comme
58 américain croit mieux au sien, mais le mythe des Soviets est mieux cru hors de l’URSS. Du point de vue de la personne enfin :
59chniques (taylorisme ou psychanalyse), ce que les Soviets ont fait de la croyance en l’Histoire, et ce que les peuples de l’Ori
42 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
60ristianisme ? Du point de vue de la tactique, les Soviets jouent gagnant. Car au moment précis où le christianisme a renoncé à
43 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
61mps de faire l’Europe par crainte de déplaire aux Soviets et de plaire aux Américains, voilà qui revient en fait à supprimer l’
44 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
62ntales de démocratie socialiste, et priverait les Soviets d’un de leurs meilleurs prétextes à stopper brutalement ce progrès. P
45 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
63 sans doute d’annexer l’Europe à leurs fiefs. Les Soviets le voudraient aussi. Quoi de commun entre cette volonté impérialiste
46 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
64onde ne peut plus vous empêcher de penser que les Soviets ne sont pas si mal, puisqu’ils ont lancé leur Spoutnik. Si les États-
65ient proprement irrépressible et balaye tout. Les Soviets avaient bien calculé le raz de marée de sympathie que le petit satell
66on dira que mon plan n’eût visé qu’à frustrer les Soviets d’une gloire très légitime. En vérité, ce plan eût préparé le public
47 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
67 Chili ou l’Australie. Vient ensuite l’empire des Soviets, qui subit depuis quarante ans une occidentalisation planifiée mais g
48 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
68vy Mir, cités plus haut, la lutte idéologique des Soviets contre l’Occident serait compatible avec la coexistence pacifique, ma
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
69e par Hitler ou passée au rouleau compresseur des Soviets serait-elle encore elle-même et surtout conserverait-elle la puissanc
50 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
70es par les congrès du Parti et promulguées par le Soviet suprême et le Conseil des ministres de l’URSS. Quel que soit le degré
51 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
71e la Pologne semble prête à déclencher contre les Soviets. En 1939, Retinger qui, jusque-là, « n’a jamais servi ni un homme ni
52 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
72e histoire. Soit contre les Turcs soit contre les Soviets, il sert de prétexte opportun, il permet de dramatiser la thèse posit
53 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
73ermon ? » « La décision n’appartient-elle pas aux Soviets ? Car s’ils décident la guerre, a) ils sont victorieux et ils établis
54 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
74retirait, mine de rien, la Grande-Bretagne et les Soviets, bienveillants témoins d’un mariage de raison entre la France et l’Al
55 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
75 disait que la révolution communiste, c’était les soviets plus l’électricité. Pour moi, le fédéralisme, c’est l’autonomie des r
56 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
76de « science allemande », etc. — variétés que les Soviets englobent d’ailleurs sous le titre diffamant de « science bourgeoise 
57 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
77 disait que la révolution communiste, c’était les soviets plus l’électricité. Pour moi, le fédéralisme, c’est l’autonomie des R
58 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
78tra-nationaliste » écrasant les autonomies et les soviets locaux ou régionaux.   2. Les idéologies ne comptent pas, au regard d
59 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
79ements plus nationalistes les uns les autres. Les soviets ou conseils d’usine et de village, première formule de participation,
60 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
80Kerenski ? Il n’y avait rien à prendre. Celui des Soviets ? Lénine n’y croyait pas et fit tout pour l’éliminer, c’est-à-dire po
61 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
81s minimiser (« On exagère », « On fait le jeu des Soviets », « Nos experts ont démontré… ») ; c) à tourner les règlements édict
62 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
82que le cri de guerre des bolchéviks en 1917 : Les soviets partout ! — mais il a gagné la journée. Bonaparte faisait peu de cas
83ant à Lénine, il détruisit en fait le pouvoir des soviets (conseils d’ouvriers, paysans et soldats). Les deux slogans fameux n’