1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1’on tire de soi-même.) Hypocrisie, ce sourire des sphinx ; hypocrisie, masque ambigu d’une liberté plus précieuse que toute ce
2 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
2le lecteur pantois, comme l’antique injonction du Sphinx : devine, ou je te dévore ! Une constante [p. 64] énergie de l’énoncé
3 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
3le lecteur pantois, comme l’antique injonction du Sphinx : devine, ou je te dévore ! Une constante énergie de l’énoncé. Et une
4 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
4s de solution.   Devine ou je te dévore ! dit le Sphinx à Œdipe, qui n’a le droit de répondre que d’un mot. La réponse, aujou
5 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Quand même il serait seul… (Sur un texte de George Orwell) (automne 1975)
5berté. « Invente, ou je te dévore ! » nous dit le Sphinx assis sur le seuil du futur. « 1984 » désignait le règne omniprésent