1 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
1ale de l’humanisme, du piétisme, du moralisme, du spiritualisme, de l’historicisme, de tout ce qui est œuvre de l’homme, pour atteind
2 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
2? (juillet 1933) e Le malaise De même que le « spiritualisme » du siècle dernier mérite et conditionne le « matérialisme » de ce s
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
3longtemps elle a cru [p. 23] pouvoir les ignorer (spiritualisme). Par un funeste et naturel retour elle risque aujourd’hui de succomb
4 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
4es ignorer et nous assistons à leur vengeance. Le spiritualisme les a déclarés vulgaires, et l’individualisme les a rationnellement [
5 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
5de l’esprit bourgeois, une dernière survivance du spiritualisme, de la « belle âme », et, pour tout dire, de l’hypocrisie de la class
6 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
6isir ou temps vide ? Le malaise De même que le « spiritualisme » du siècle dernier mérite et conditionne le « matérialisme » de ce s
7 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
7eint de croire, qu’il ne s’agissait là que d’un « spiritualisme ». De même, on a trop souvent confondu, et jusque chez les communiste
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
8es ignorer et nous assistons à leur vengeance. Le spiritualisme les a déclarés vulgaires, et l’individualisme les a rationnellement i
9 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
9qu’on voit partout inséparables : matérialisme et spiritualisme. Voici l’aspect de vérité que la personne éclaire en eux : le matéria
10 est-il plus difficile d’être équitable envers le spiritualisme : c’est qu’il nous a fait plus de mal, et que l’erreur matérialiste e
11jet soit ou non présent. Mais alors le malheur du spiritualisme fut de se replier sur cette liberté pour la chérir dans sa précieuse
12La révolte matérialiste trouve dans la carence du spiritualisme une espèce provisoire de justification. Il y a dans [p. 380] cette ré
10 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
13nité pâtit à tous les coups, soit que triomphe un spiritualisme sans corps ou que s’installe un matérialisme sans âme. ⁂ À ce degré d
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
14nos commissaires sont de bons écrivains. IV. Le spiritualisme consacre le préjugé utilitaire De tout ceci, retirons deux faits simp
15correspond toujours dans l’histoire au maximum de spiritualisme distingué. Le culte des principes en soi : voilà ce qu’il faut au rég
16ions de la jeunesse qui repousse à l’unanimité un spiritualisme complice d’intérêts devenus criminels ; — constate : que le problème
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
17r : c’est que pour l’un, esprit signifie évasion, spiritualisme et duperie bourgeoise ; pour l’autre, présence effective de la pensée
13 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
18riedmann que nous sommes beaucoup plus opposés au spiritualisme qu’il ne l’est au matérialisme ; que notre condamnation du régime sov
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
19s ambitieux et aux pompes sacrales de l’Église un spiritualisme épuré, ils aboutissent parfois, plus ou moins consciemment, à des doc
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
20ire (du moins sous sa forme orthodoxe) ; par leur spiritualisme exalté ; par leur doctrine de la « joie rayonnante » ; par leur refus
16 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
21e néglige la vie concrète, que je m’évade dans le spiritualisme, alors que je ne vois de salut pour l’esprit que dans la présence eff
17 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
22] néglige la vie concrète, que je m’évade dans le spiritualisme, alors que je ne vois de salut pour l’esprit que dans la présence eff
18 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
23ologie, forme première du paradoxe vivant dont le spiritualisme, puis le matérialisme, sont deux manières de s’évader, l’une par en h
19 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
24 aux deux sources [p. 11] à la fois, réconciliant spiritualisme et naturisme dans une alliance imprévue, mais lyrique. Avant d’analys
25 du Dieu Bon, et qui leur oppose en sourdine un « spiritualisme épuré », c’est-à-dire en fait un dualisme. Car l’homme est conçu déso
20 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
26ologie, forme première de paradoxe vivant dont le spiritualisme, puis le matérialisme, sont deux manières de s’évader, l’une par en h
21 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
27on puise aux deux sources à la fois, réconciliant spiritualisme et naturisme dans une alliance imprévue, mais lyrique. Avant d’analys
28 du Dieu Bon, et qui leur oppose en sourdine un « spiritualisme épuré », c’est-à-dire en fait un dualisme. Car l’homme est conçu déso
22 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
29lichés sur le « matérialisme occidental » et le « spiritualisme oriental » : dans quelle mesure traduisent-ils des réalités, et dans
23 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
30lles furent condamnées par les conciles pour leur spiritualisme excessif et unilatéral. Le conflit entre la science « matérialiste »
31xixe siècle et le christianisme rejeté vers le « spiritualisme pur » reposait donc sur un malentendu profond. Ce faux problème se vo