1 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
1 matière. L’humanisme moderne sera ce parti pris, spiritualiste — ou ne méritera pas son nom. … Or, la rigueur de la science ne saura
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
2que la pauvreté, considérée par les civilisations spiritualistes comme le bien suprême dont seuls quelques élus [p. 288] peuvent se re
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
3e intellectuel, idéaliste, clérical, ni surtout « spiritualiste ».   III. — Nous ne disons pas : « Esprit ! Esprit ! » Nous disons « 
4 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
4rx dans une époque où la bourgeoisie se croyait « spiritualiste » ou « idéaliste » au sens vulgaire de ces termes. Marx révélait ains
5isme s’opposait à une bourgeoisie libérale dite « spiritualiste » qui ne se savait pas liée au capitalisme, les marxistes revendiquai
5 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
6de l’admettre comme soutien de l’État. La comédie spiritualiste, que le fascisme croit devoir jouer pour entraîner les classes moyenn
6 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
7définissait dès son premier numéro une conception spiritualiste qui n’a rien de commun avec cela qu’ont voulu voir en elle les critiq
7 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
8 se [p. 19] souvient peut-être aussi des libéraux spiritualistes qui aimaient à dire : « La solution des grands problèmes sociaux est
8 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
9mique n’est pas plus dangereuse que la perversion spiritualiste qu’on lui oppose depuis le xviiie siècle, sous le nom de Sentiment d
9 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
10tes 28 . Ils détestent la matière comme seuls les spiritualistes bourgeois savaient la détester. (Dix ans de discussions, chez les phi
10 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
11on malheur, a pris en compte, c’est la doctrine « spiritualiste » de l’esprit. Voilà l’erreur métaphysique — et nous y reviendrons pl
12ue certains écrivains de droite font aux clercs « spiritualistes » l’honneur et le crime d’avoir prémédités, avec l’appui des Loges et
13M. Renan sourit avec mélancolie. Le clerc [p. 39] spiritualiste, prêtre de l’esprit pur, s’adonne au culte solitaire des choses « sér
14rossière, la simonie. Mais la protestation de nos spiritualistes distingués vise autre chose que cette banalité morale. Elle vise en f
15iques : d’une part, les clercs nantis, volontiers spiritualistes, tombent fatalement sous la coupe de la publicité capitaliste ; et d’
16actuelle. Ni de solution théorique dans l’univers spiritualiste, pauvre paravent démodé qui ne pourra plus cacher longtemps l’univers
11 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
17enir encore au méchant couple des frères ennemis, spiritualistes et matérialistes. Car ils ont en commun cette illusion que les idées
18ous est adressé ; l’autre ascèse, anti-humaine et spiritualiste — celle qu’attaque Nietzsche dans Généalogie de la Morale — étant plu
19iale. On se souvient peut-être aussi des libéraux spiritualistes qui aimaient à dire : « La solution des grands problèmes sociaux est
12 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
20tron d’usine par un policier ; la « mystification spiritualiste » par une mystification dictatoriale autrement efficace sur les ouvri
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
21llait cela pour affranchir l’esprit des illusions spiritualistes. Mais je distingue mal l’intérêt d’un affranchissement qui consiste à
22l’invasion anarchique dans nos vies d’une hérésie spiritualiste dont nous avons perdu la clef ; 2° qu’à l’origine de notre crise du m
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
23’influence de doctrines cabalistiques aussi peu « spiritualistes » que possible. Mais la révolte des « puritains » contre la royauté e
15 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
24ation, se fondent sur une interprétation purement spiritualiste des Évangiles. Ils font du Saint-Esprit la Mère de Dieu, le principe
16 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
25tuel et matériel ; bref, une certaine déviation « spiritualiste » de la foi, mais compensée par un salutaire redressement du sens mor
17 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
26istes ». Ils méprisent la matière comme seuls les spiritualistes bourgeois savaient la mépriser. (Dix ans de discussions, chez les phi
18 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
27liste, Église de l’Unité, unitariens, théosophes, spiritualistes, catholiques romains, protestants épiscopaux, presbytériens, pentecôt
19 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
28liste, Église de l’Unité, Unitariens, Théosophes, Spiritualistes, Catholiques romains, Protestants épiscopaux, Presbytériens, Pentecôt
20 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
29lles, auxquelles notre littérature prétendument « spiritualiste » rend un culte sentimental : comme si la « poésie des travaux ménage
21 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
30hérésies des premiers siècles sont très nettement spiritualistes, ce qui indique bien que l’orthodoxie chrétienne était ressentie comm
31emontent au temps de l’animisme. En revanche, les spiritualistes n’ont pas lieu de pavoiser, car, pour les mêmes raisons, leur idée de
32 que la science subtilise sa matière, que dira le spiritualiste en voyant cette même science envahir son domaine ? Certains philosoph
22 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
33hérésies des premiers siècles sont très nettement spiritualistes, ce qui indique bien que l’orthodoxie chrétienne était ressentie comm
34montent aux temps de l’animisme. En revanche, les spiritualistes n’ont pas lieu de pavoiser, car, pour les mêmes raisons, leur idée de
35 que la science subtilise sa matière, que dira le spiritualiste en voyant cette même science envahir son domaine ? Certains philosoph
23 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
36rai progrès, sans discussion. Du point de vue des spiritualistes, l’URSS et les USA sont régressifs, encore que les seconds tolèrent b
37s hérésies et les gnoses de demain, politiques ou spiritualistes, ont-elles plus de chances que d’autres d’éviter le péril des tyranni
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
38tats souverains Vers 1826, un philosophe français spiritualiste et libéral, Théodore Jouffroy (1798-1842), écrivait dans un ouvrage s
25 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’éloge, l’élan, l’amour, le monde ouvert à ceux qui s’ouvrent, cela existe… (2-3 février 1963)
39rique ? Je ne sens pas que ce soit aux « préjugés spiritualistes » qu’il se heurte, mais plutôt au matérialisme néo-bourgeois, réalist
26 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
40si onéreux pour l’équilibre humain que l’anarchie spiritualiste. Toute vie spirituelle authentique ne s’est-elle pas toujours jouée e
27 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
41mont vient de publier une thèse d’une haute tenue spiritualiste, où il soutient que toute la poésie européenne est sortie du Languedo
28 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
42mme) ou par rejet de ses croyances fondamentales, spiritualistes et universelles (d’où le matérialisme capitaliste ou marxiste et les