1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1(psychologiquement) le client à faire une dépense superflue ; le scandale est qu’il l’ait trompé sur ses véritables besoins. Car
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
2e tâche constitue un programme si riche qu’il est superflu d’en formuler une seconde. Laissons ce [p. 55] soin, à des génération
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
3umains sont ici entièrement suffisants et rendent superflue l’action de la grâce). Mais quoi ? Nous laisserons-nous vraiment « te
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
4vé et civilisateur du terme. La notion moderne de superflu, qui donne aux plaisirs mondains l’aspect absurde que nous leur conna
5 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
5tre aveugle pour considérer comme inopportunes ou superflues les controverses de fractions et la délimitation rigoureuse des nuanc
6 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
6e manifestation de puissance d’un parti, au moins superflue. Les « élections » au Reichstag du 29 mars ne consistaient nullement
7 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
7oit comme une manifestation de puissance au moins superflue. Les « élections » au Reichstag, à la suite du 7 mars, ne consistaien
8 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
8t cette décision comme telle paraît secondaire ou superflue dans la mesure où l’on se persuade qu’il s’agit avant tout de calcul…
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
9t cette décision comme telle paraît secondaire ou superflue dans la mesure où l’on se persuade qu’il s’agit avant tout de calcul.
10 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
10ffaire de nuances, parfois subtiles, il n’est pas superflu d’entrer dans le détail de quelques-unes de ces transpositions. J’exa
11 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
11grément, un ensemble de spécialités paisibles, un superflu, et alors il convient de se taire lorsque la situation devient sérieu
12 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
12 commission parlementaire, loin de rendre l’armée superflue, ne peut qu’augmenter l’importance des troupes de terre. C’est bien l
13 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
13 commission parlementaire, loin de rendre l’armée superflue, ne peut qu’augmenter l’importance des troupes de terre. C’est bien [
14 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
14ue notre agitation fédéraliste est par conséquent superflue. Je persiste à penser, pour ma part, que nos gouvernements travaillen
15 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
15ue notre agitation fédéraliste est par conséquent superflue. Je persiste à penser, pour ma part, que les gouvernements travaillen
16 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
16ceptionnelles pouvons-nous distinguer ? Il serait superflu de chercher ici autre chose que ce que tout le monde sait : la tensio
17 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
17telle ou telle nation) qui rendraient cette union superflue, et auxquelles d’ailleurs, sans union, l’on ne pourra jamais satisfai
18 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
18e. La préférence pour ce préfixe malencontreux et superflu trahit l’antifédéraliste et le nationaliste invétéré qui essaie de se
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — d. Problèmes de la personne aux prises avec les mythes
19croyons décider librement — on admet qu’il serait superflu de le [p. 29] démontrer une fois de plus. Que cette action soit propa
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
20raient, — en éliminant d’abord tout ce qui serait superflu et inepte — les preuves et les instruments qu’ils examineraient consc
21 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
21eprésente, en fait, qu’un appendice pour le moins superflu à la longue tradition des excellents esprits qui surent condamner le
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
22jumelles, qui portent chacune une horloge : c’est superflu et ce n’est pas beau, mais il se peut que ce soit symbolique. La nef
23 1968, Journal de Genève, articles (1926–1982). Denis de Rougemont nous écrit (6-7 juillet 1968)
23our faire drôle. Cette mise au point, tout à fait superflue pour les lecteurs de mon livre, m’a paru nécessaire pour ceux qui n’a
24 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
24thropes qui nous adjurent de nous priver de notre superflu pour apaiser la faim du monde sont hélas en pleine utopie. Ils entret
25 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
25’on travaille pour le profit, qui est en somme du superflu. Mais dès lors que ce choix de notre avenir est libre, nous voici con
26 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
26’on travaille pour le profit, qui est en somme du superflu. [p. 54] Mais dès lors que ce choix de notre avenir est libre, nous
27 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
27’on travaille pour le profit, qui est en somme du superflu. Mais dès lors que ce choix de notre avenir est libre, nous voici con
28 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
28’on travaille pour le profit, qui est en somme du superflu. Mais dès lors que ce choix de notre avenir est libre, nous voici con
29 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
29 légendes sous les photos de magazines, et il est superflu de redire ici que je la désavoue radicalement. Que dès sa genèse au x
30 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
30tôme métaphysique, d’illusion verbale, de concept superflu. Mais j’observe que ceux qui la nient ont commencé par répéter, après
31 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
31 les habitants des régions comme des subsistances superflues et gênantes d’un passé de chicanes, d’inefficacité et de guerres. En
32 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
32ertaines…) Si nous ne savions pas cela, il serait superflu d’avoir une politique et d’en parler — la politique étant définie en
33, car il serait au moins difficile, et à coup sûr superflu, de produire 16 fois plus d’électricité vers l’an 2000, 32 fois plus
33 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
34nces démographiques… Mais ici le conditionnel est superflu : les jeux sont faits, la crise est là. Pour l’Occident d’abord, majo
34 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
35gions de l’Asie, rendait vaine toute Histoire, et superflue toute prévision. Mais l’appel de l’Esprit n’est pas reçu par tous, et
35 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
36certaines… Si nous ne savions pas cela, il serait superflu d’avoir une politique et d’en parler — la politique étant définie en
37, car il serait au moins difficile, et à coup sûr superflu, de produire 16 fois plus d’électricité vers l’an 2000, 32 fois plus
36 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
38(psychologiquement) le client à faire une dépense superflue ; le scandale est qu’il l’ait trompé sur ses véritables besoins. Car
37 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
39dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles sont superflues pour les besoins réels de la région… Une quinzaine d’autres régions s
38 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
40t social. Ce qui revient à « ajouter » un peu de superflu au nécessaire — et je dis halte ! Si la culture n’est pas première, n