1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1oétique. « Orient…, toi qui n’as qu’une valeur de symbole », a dit A. Breton. C’est de cet Orient qu’il s’agit, et Jean Schlumb
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
2. Mais tandis que la plupart en sont encore à des symboles équivoques et, quoi qu’ils en disent, « artistiqués », — ils n’osent
3 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
3soleil de printemps. Libre à qui veut d’y voir un symbole. On ne saurait exagérer l’importance des conditions météorologiques d
4 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
4iques, de rapprochements superstitieux, de grands symboles païens, et l’on se perd dans un syncrétisme effarant, où Mithra, Jésu
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
5 g « Cet âge est sans pitié. » « Le véritable symbole n’est jamais prévu par l’auteur », écrivait Cocteau dans la préface d
6écise : « Inutile de dire qu’il n’y a pas un seul symbole dans la pièce. » Ce qui me gêne pourtant, c’est d’y découvrir possibl
7re d’art. Mais, d’autre part, cette équivoque des symboles, cette simplicité à chausse-trappes, cette habileté surtout. Je ne sa
6 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8’homme qui a réussi Je prends Henry Ford comme un symbole du monde moderne, et le meilleur, parce que personne ne s’est approch
7 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
9es sentiments, ils ne sont que reflets, épisodes, symboles : le vrai drame de son destin est ailleurs. Il se met à m’expliquer d
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
10x. Aussi, la confusion des noms ne comporte aucun symbole à développer noblement. Une chute dans le quotidien. Car, en somme, l
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
11ler, dans la troisième version de ce drame, à des symboles nettement messianiques… Ce par quoi Hölderlin diffère le plus peut-êt
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
12escendent le bridge et la bohème, c’est-à-dire un symbole de la servitude et un symbole de la liberté. Si la Hongrie tout de mê
13me, c’est-à-dire un symbole de la servitude et un symbole de la liberté. Si la Hongrie tout de même a quelque chose de « modern
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
14e, le corps du Christ déjà presque transfiguré en symbole mystique sur le ciel vert du plus grand jour de l’Histoire. On a beau
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
15elley), ou encore (Wordsworth) « les types et les symboles de l’Éternité ». Du panthéisme d’un Shelley au mysticisme d’un Ruskin
16La montagne, ne serait-elle jamais qu’un écrasant symbole de l’éternité ? — C’est aussi quelque chose qui devrait être surmonté
17c une ampleur inégalable : il y trouvait tous les symboles de la vie dangereuse, du risque, du triomphe conquis par la dureté. M
18e peut que certains se tournent vers ces derniers symboles physiques de la solitude et de la grandeur, les Alpes. Nous souffrons
13 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
19es sentiments, ils ne sont que reflets, épisodes, symboles : le vrai drame de son destin est ailleurs. Il se met alors à m’expli
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
20es, — mais ici l’on aime que tout soit exprimé en symboles gantés de blanc. Nous sommes fous, mais il y a la manière. J’ai l’enn
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
21x. Aussi, la confusion des noms ne comporte aucun symbole à développer noblement. Une chute dans le quotidien. Car, en somme, l
22escendent le bridge et la bohème, c’est-à-dire un symbole de la servitude et un symbole de la liberté. Si la Hongrie tout de mê
23me, c’est-à-dire un symbole de la servitude et un symbole de la liberté. Si la Hongrie tout de même a quelque chose de « modern
16 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
24ux orientent la réflexion vers le sens et vers le symbole concret. [p. 144] N’est-ce point ce genre de démarche que notre « cu
17 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
25ivistes désorientés ont développé le capitalisme, symbole même de l’action dépourvue de fins transcendantes, de l’action optimi
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
26ique de la magie, Goethe lui-même l’a stylisée en symboles concrets dans le Faust, œuvre longue comme sa vie de créateur exactem
19 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
27ivistes désorientés ont développé le capitalisme, symbole même de l’action dépourvue de fins transcendantes, de l’action optimi
20 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
28 alors, c’est l’empire romain qui nous donnera le symbole éternel de cette réaction collective. La victoire de Rome sur la Grèc
21 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
29 l’image même de la « personne » 12 , et comme le symbole impérieux de cet Ordre nouveau qu’il annonçait. « L’intelligence est
22 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
30jets, un sens de la nature, une compréhension des symboles qui appartiennent au génie japonais tel que Claudel nous l’a décrit,
23 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
31sort, « la neige tombe, effaçant toutes traces », symbole d’une miséricorde lumineuse, dont on dirait qu’elle est le vrai sujet
24 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
32’autres normes et d’autre mesure que l’argent, ce symbole unique de la puissance sans visage. Dire que le monde est devenu impe
25 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
33tive, parce qu’il est pour moi, à tel instant, le symbole réel de Celui qui nous a dit : « En vérité, toutes les fois que vous
26 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
34l constitue le ressort de toute invention ; et le symbole de cette activité, c’est la machine. D’autre part, il devait aboutir
35 réellement compte du péché ni de la grâce. Et le symbole de cette passivité, proclamé par la Renaissance, c’est l’individu aut
27 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
36sort, « la neige tombe, effaçant toutes traces », symbole d’une miséricorde lumineuse, dont on dirait qu’elle est le vrai sujet
28 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
37ous le léguerons à l’avenir comme le témoin et le symbole de notre génération. I. Résidence de l’Esprit dans la cité actuelle
29 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
38 pas mort : il demeure parmi nous comme le vivant symbole de l’homme qui ne peut pas mourir !… Plaise à Dieu que l’angoisse qui
30 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
39ns est un des signes marquants de ce temps-ci. Le symbole d’une révolution astronomique de la culture occidentale. Peut-être av
31 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
40 lié chez les mystiques : la vision de foi et les symboles concrets qui essayent de l’envelopper pour la transmettre. Nous estim
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
41la main non ouvrière a depuis toujours été un des symboles les plus usités de la distinction entre les classes 8 . L’appel au «
33 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
42révolution bourgeoise : il y a là davantage qu’un symbole. La raison de Descartes, la logique de Condillac, l’utopie d’une math
34 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
43he au-devant des armées, dans la guerre, comme le symbole de l’unité du peuple, mais son usage est interdit pendant les guerres
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
44rarque qu’il convient d’attribuer, par manière de symbole, le premier péché qualifié contre la mesure latine. C’est Pétrarque q
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
45t trouver son unité, et il y retrouve en effet le symbole agrandi d’un désespoir qu’il sent vivre dans tous les cœurs. L’homme
37 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
46la maintiennent vivante et renouvelant ses grands symboles de vérité, de force et de beauté. (Philosophes, savants et artistes.)
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
47 dire que la lutte des classes — considérée comme symbole de l’action — et la configuration de la vie, — qui requiert surtout l
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
48résence universelle de ce dessein, il fallait des symboles visibles et dont le sens fût reconnu de tous, prince et sujets, clerc
49rné mon étude à celle de quelques incarnations ou symboles de mesures communes. J’ai choisi ces signes à dessein aussi divers et
50 Führer. Cependant, une mesure n’est rien, et ses symboles ne signifient rien, si l’on oublie les fins dernières, le grand desse
51 Mais là encore, derrière les grandes façades aux symboles religieux et orgueilleux, je [p. 134] retrouve la misère matérielle.
52but est la force commune. Ils ont su se créer des symboles grandioses. Ces symboles nous paraissent « barbares », et cela est ju
53 Ils ont su se créer des symboles grandioses. Ces symboles nous paraissent « barbares », et cela est juste. Nous pouvons éprouve
40 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
54 avec les mains », c’est devenu pour moi comme un symbole de la nouvelle mesure. Il s’agira maintenant d’en [p. 147] éclaircir
41 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
55age pas dans son travail. La main n’est ici qu’un symbole de l’action proprement humaine, qui est celle qu’initie le cerveau lo
42 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
56dire que la lutte des classes, — considérée comme symbole de l’action — et la configuration de la vie, qui requiert surtout la
57résence universelle de ce dessein, il fallait des symboles visibles et dont le sens fût reconnu de tous, prince et sujets, clerc
58 astres. Cependant, une mesure n’est rien, et ses symboles ne signifient rien, si l’on oublie les fins dernières, le grand desse
59 Mais là encore, derrière les grandes façades aux symboles religieux et orgueilleux, je retrouve la misère matérielle. Car à tou
60but est la force commune. Ils ont su se créer des symboles grandioses. Ces symboles nous paraissent barbares, et cela est juste.
61 Ils ont su se créer des symboles grandioses. Ces symboles nous paraissent barbares, et cela est juste. Nous pouvons éprouver la
43 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
62sance, ai-je le droit de les considérer comme les symboles visibles de l’univers intérieur de ces gens ? Je me dis parfois : Le
63 Cela n’a l’air de rien, mais je vois là comme un symbole. Les livres devraient être utiles. On devrait y trouver des renseigne
64leur sens est toujours au-delà. Elles ne sont que symboles, invites angoissées ou séductions tentées dans l’inconnu. Autrement,
44 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
65arés par de grandes distances désertes ? C’est un symbole. On peut en déduire facilement les deux formules de notre renaissance
45 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
66 Cela n’a l’air de rien, mais je vois là comme un symbole. Les livres devraient être utiles. On devrait y trouver des renseigne
46 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
67pur amour, rompt le charme forgé par le péché. Au symbole de l’anneau volé, maintenant privé de son pouvoir maléfique, répond l
68ntenant privé de son pouvoir maléfique, répond le symbole d’un engagement humain librement consenti devant Dieu ; un anneau nup
47 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
69i-je le droit de les [p. 73] considérer comme les symboles visibles de l’univers intérieur de ces gens ?   5 décembre Ils me par
70leur sens est toujours au-delà. Elles ne sont que symboles, invites angoissées ou séductions tentées dans l’inconnu. Autrement,
48 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
71te de Colbert contre les financiers — devenus les symboles de l’injustice et du vol — animée par une volonté de retour à l’écono
49 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
72is pour toutes de manière statique, mais celui de symbole d’une création qui se fait jour, d’une création permanente. Ce fut le
50 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
73e incréé de la Lumière. L’Amour mystique, dont le symbole était la « Dame des pensées » dans la lyrique des troubadours, suppos
74onnait la chasteté. Mais nous avons montré que le symbole courtois de l’amour pour une Dame spirituelle, amour évidemment incom
75 que l’on ignore la signification mystique de ses symboles, et que ceux-ci ne paraissent plus révélateurs que d’un mystère vague
76 remords, devient soudain vertu mystique (dans le symbole), puis se dégrade (dans la littérature) en aventure troublante et att
77’accession d’un roturier à la chevalerie était un symbole mystique bien plutôt qu’une dérogation aux coutumes du droit féodal.
78produisit la confusion inévitable de la Dame, pur symbole de l’Amour, avec telle femme réelle et désirable ; la rhétorique de l
79ongtemps. Pour Tristan, Iseut n’était rien que le symbole du Désir lumineux : son au-delà, c’était la mort divinisante, libérat
51 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
80e fondateur voulait le sacrifice sanglant (ou son symbole), le viol de la victime, la « libération » violente de la proie désir
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
81u’elle met en jeu. Il faut sentir qu’ici tout est symbole, tout se tient, tout se compose à la manière d’un rêve, et non point
82 l’obstacle (le saut d’un lit à l’autre en est le symbole). Quitte à souffrir (sa blessure se rouvre) et à risquer sa vie (il s
83ble — et qui ne pouvait que se « trahir » par des symboles tels que celui de l’épée nue ou de la périlleuse chasteté. Sans le sa
84nt contraints de recourir au langage trompeur des symboles. Laissons de côté, pour le [p. 49] moment, la question de savoir si l
85dite, l’amour inavouable, se créent un système de symboles, un langage hiéroglyphique, dont la conscience n’a pas la clé. Langag
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
86t-elle. Éros a revêtu les apparences de la Femme, symbole de l’au-delà et de cette nostalgie qui nous fait mépriser les joies t
87qui nous fait mépriser les joies terrestres. Mais symbole équivoque puisqu’il tend à confondre l’attrait du sexe et le Désir sa
88. » Ainsi l’aspiration vers la lumière prend pour symbole l’attrait nocturne des sexes. Le grand Jour incréé, aux yeux de la ch
89 doctrine à se voiler, à ne plus s’avouer que par symboles trompeurs — à ne plus nous séduire que par le charme et la secrète in
90ns, dès cet instant, changent de sens. Le nouveau symbole de l’Amour ce n’est plus la passion infinie de l’âme en quête de lumi
91nstrument de la perdition des âmes, répond Marie, symbole de pure Lumière salvatrice, Mère intacte (immatérielle) de Jésus, et
92uvent le doute s’insinue — qui est-elle, femme ou symbole ? Pourquoi sont-ils tous à jurer que jamais ils ne trahiront le secre
93 bien le développement lyrique et psalmodique des symboles fondamentaux. De même, pour prendre un exemple moderne, le « sentimen
94édiéval n’a pas besoin de se formuler le sens des symboles qu’il emploie, ni d’en prendre une conscience distincte. Il est indem
95s limites. » 50 Dira-t-on que l’on tombe ici du symbole dans l’allégorie ? Oui, mais par un excès visible. Le même auteur rem
96personne cette idée, strictement moderne, que les symboles, pour être valables, dussent être commentés et expliqués d’une manièr
97me habituel et qui allait de soi. Dans ce cas, le symbole se double d’une allégorie, et prend un sens cryptographique. Je veux
98ent les troubadours entendaient-ils leurs propres symboles ? Et d’une manière plus générale, quelle espèce de conscience avons-n
99té « naïvement » symbolique des médiévaux : leurs symboles n’étaient pas traduisibles en concepts prosaïques et rationnels. Ce n
100s de l’Idée voilée, objet aimé mais en même temps symbole du Désir divin. Sohrawardi (mort en 1191) voyait dans Platon — qu’il
101ue les mystiques furent obligés de recourir à des symboles [p. 113] dont le sens restait secret. (Ainsi la louange du vin, dont
102ge du vin, dont l’usage était interdit, devint le symbole de la divine ivresse d’amour.) Mais compte tenu de cette difficulté p
103. Nous retrouverons le Château de l’Âme parmi les symboles préférés d’un Ruysbroek et d’une sainte Thérèse… d) Dans un poème du
104. Aussi Moïse est-il pour les mystiques arabes le symbole du plus grand Amant, puisqu’en exprimant le désir de voir Dieu sur le
105ditation sur des mandatas ou images enfermant les symboles du monde et des dieux) de transcender la condition humaine. Le tantri
106 dualiste de l’Univers, et faisait de la femme un symbole du divin. Et c’est dans le fonds celtibérique que l’hérésie chrétienn
107on continuateur, n’hésite pas à christianiser les symboles jusqu’à faire du Graal le vase qui reçut le sang du Christ, et de la
108fie », dans ces aventures merveilleuses, tout est symbole ou délicate allégorie, et seuls les ignorants s’arrêtent à l’apparenc
109, et se voit donc contraint de s’exprimer par des symboles ésotériques, aide à comprendre que le fond breton se soit si aisément
110ltre, et quand Thomas faisait du « vin herbé » un symbole de l’ivresse amoureuse, Gottfried y voit le signe d’un destin, d’une
111 obligeant par cette condamnation à s’exprimer en symboles équivoques et à revêtir la forme d’un mythe. De l’ensemble de ces co
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
112 femme aimée, mais elle est aussi autre chose, le symbole de l’Amour lumineux. Quand Tristan erre au loin, il l’aime davantage,
113mour profane — selon la lettre du Roman — ou d’un symbole de l’Éros lumineux, voire de l’Église d’Amour ? On conçoit donc que,
114llence : une dogmatique manichéenne y compose des symboles d’attrait sexuel. Mais peu à peu, cette rhétorique se détachant de la
115, l’amour de la Dame, dès qu’il cessera d’être un symbole de l’union avec le Jour incréé, deviendra le symbole de l’impossible
116bole de l’union avec le Jour incréé, deviendra le symbole de l’impossible union avec la femme ; gardant de ses origines mystiqu
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
117plus aux formes nobles, ne fournit plus les beaux symboles de la grande féodalité. Ce mutisme, d’ailleurs, n’arrête pas son prog
118on d’y revenir.) 3. Sicile, Italie, Béatrice et Symbole Alentour de l’an 1200, une solide amitié se noue entre Rambaut de Vaq
119e trobar mêlait dans la naïve transparence de ses symboles. Voici les derniers Siciliens. Cette plainte de Jacques de Lentino :
120bliable passion animant pour la première fois les symboles des troubadours d’un souffle parfaitement païen, et non plus du tout
121e cycle breton, renaît en filigrane à travers ces symboles. Cervantès ne cite point les très nombreux romans de « chevalerie cél
122l’un à l’autre ces extrêmes : la femme-idéal, pur symbole d’un Amour qui entraîne l’amour au-delà des formes visibles ; et la f
123 vide. » Alors la femme elle-même cesse d’être le symbole indispensable de la nostalgie passionnée. Dans l’Oberman de Sénancour
124u’il fut le premier à retrouver sa trace dans les symboles des Minnesänger, dans la légende manichéenne [p. 253] de Parsifal, et
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
125de coutumes dont la mystique courtoise a créé les symboles. Or passion signifie souffrance. Notre notion de l’amour, enveloppant
126lle) ; enfin et surtout le parallélisme exact des symboles érotiques et militaires — tout cela ne cessera pas de déterminer les
127n de jeu, et qu’il n’est plus une lice décorée de symboles, mais un secteur de bombardement — la passion a cherché et trouvé d’a
128s romanesques. La réponse du xviie siècle a pour symbole la tragédie classique 186 . La réponse du xviiie fut le cynisme [p. 
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
129onnait la chasteté. Mais nous avons montré que le symbole courtois de l’amour pour une Dame (spirituelle), amour évidemment inc
130 que l’on ignore la signification mystique de ses symboles, et que ceux-ci ne paraissent plus révélateurs que d’un mystère vague
131 remords, devient soudain vertu mystique (dans le symbole), puis se dégrade (dans la littérature) en aventure troublante et att
132depuis longtemps. Pour Tristan, Iseut figurait le symbole du Désir lumineux : son au-delà, c’était la mort divinisante, libérat
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
133alement dans la rivalité de Tristan et de Marc le symbole de la lutte entre les Bretons armoricains et les Gallo-Francs. Il est
134chaque geste du héros devaient correspondre à des symboles déterminés. La maison de verre par exemple, dans laquelle Tristan fou
59 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
135es songes, chantée par les poètes, n’était que le symbole et le signe physique 6 . C’est « le royaume de l’Être qui se confond
60 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
136 l’on préfère aux biens de ce monde, profusion de symboles… Nous retrouvons la religion cathare, telle que les procès de l’Inqui
61 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
137hef qui ne veut être que leur incarnation et leur symbole. Des masses qui communient avec elles-mêmes dans un chant triste ou d
62 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
138é que la vie du Frère Claus prenait une valeur de symbole, et non seulement pour l’ordre politique, mais aussi sur le plan reli
63 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
139nière « chaste » et spirituelle, qu’il devient un symbole religieux : et voilà le deuxième amour, l’origine de l’amour-passion.
64 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
140 était la source unique des revenus de Casanova : symbole dont il nous donne maintes fois la clé.) Mais une tricherie constante
65 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
141 et les « signatures » primitives dans le jeu des symboles et des correspondances. C’est l’ambition que refoulera trop aisément
66 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
142 alors, c’est l’empire romain qui nous donnera le symbole éternel de cette réaction collective. La victoire de Rome sur la Grèc
67 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
143peut vérifier quotidiennement. Le fondement et le symbole de toute culture, c’est le langage. Or nous assistons aujourd’hui à u
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
144le terrain qu’on avait à défendre, le territoire, symbole unique, symbole « sacré » de la nation. Et qu’est-ce que le « sacré »
145 avait à défendre, le territoire, symbole unique, symbole « sacré » de la nation. Et qu’est-ce que le « sacré », sinon précisém
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
146rtance économique, mais il prendra la valeur d’un symbole, et la mission des Suisses s’élargira. Peu à peu, de nouveaux cantons
70 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
147 que le programme définitif de la Ligue. II. Le symbole du Gothard « Bastion naturel de la Suisse, cœur de l’Europe et limite
148rope et limite des races, le Gothard est le grand symbole autour duquel tous les Confédérés peuvent s’unir dans leurs diversité
149en Europe ne peut se prévaloir d’un [p. 4] pareil symbole national, qui se trouve être en même temps pareille sauvegarde milita
150ix de fleuves et carrefour de cultures : c’est le symbole d’une mission médiatrice et d’un esprit de collaboration qui constitu
71 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
151peut vérifier quotidiennement. Le fondement et le symbole de toute culture, c’est le langage. Or nous assistons aujourd’hui à u
72 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
152et rendez-vous des races, le Gothard est le grand symbole de notre mission politique et de notre sécurité. Et s’il fallait qu’u
153n âme, bénis l’Éternel… »). VI. Credo (lecture du Symbole des apôtres. L’assemblée reste debout). VII. Alléluia (chant spontané
154humaine, elle a besoin de signes extérieurs et de symboles collectifs qui manifestent publiquement sa cohésion spirituelle. Il y
73 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
155urquoi je prendrai les routes d’Amérique comme un symbole du rêve et de la volonté du Nouveau Monde. On croyait close l’ère des
74 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
156migré, qui défilent en rade de New York devant le symbole dressé sur un ciel commercial de la Liberté aux yeux vides 17 , ne [p
75 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
157exuel, dont la consommation de la pomme serait le symbole, c’est parce qu’ils assimilent le péché en général à la tentation par
158ivité de l’homme, il en est l’aspect corporel, le symbole ou le signe physique. Or nous savons que si l’homme peut pécher, c’es
76 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
159nuit. Ah ! tournons-nous, le visage levé, vers le symbole universel de la rigueur et de la paix profonde du pardon, et baignons
77 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
160exuel, dont la consommation de la pomme serait le symbole, c’est parce qu’ils assimilent le péché en général à la tentation par
161ivité de l’homme, il en est l’aspect corporel, le symbole ou le signe physique. Or nous savons que si l’homme peut pécher, c’es
78 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
162ique de la magie, Goethe lui-même l’a stylisée en symboles concrets dans le Faust. Œuvre longue comme sa vie de créateur exactem
79 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
163 marqué, nous restons en présence d’une espèce de symbole de Ramuz. Je dirai presque d’un rébus, c’est-à-dire d’un visage qu’il
164objet, chez Ramuz, est lié à son sens goethéen du symbole. Il ne va pas au pittoresque dans les choses, mais au particulier, qu
80 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
165es songes, chantée par les poètes, n’était que le symbole et le signe physique 88 . C’est « le [p. 207] royaume de l’Être qui s
81 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
166us qu’une légende : comme l’est déjà Greta Garbo, symbole d’un âge. Ô Garbo de notre jeunesse, volupté du regard. Reine des nei
82 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
167 la résistance à tout prix, avec le Gothard comme symbole et comme grand atout militaire… » [p. 69] Il acquiesce. Je poursuis.
83 1946, Journal des deux Mondes. 6. Intermède
168e s’éloignait. Le Gothard était devenu plus qu’un symbole. Centre du Réduit national 5 il se dressait vraiment comme le basti
84 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
169 restera, aux yeux de l’historien futur, l’un des symboles les plus typiques de l’an de grâce 1940. « An de grâce rationnée », c
170ucre, pain blanc et vin rouge… Le pain et le vin, symboles de la terre de France, marques sacrées d’une civilisation. Pour un Fr
171du Gothard, cœur mystérieux du continent, dernier symbole d’une liberté qui ne peut plus vivre que sous la cuirasse. Hâtons-nou
85 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
172t de suite à leur usage physique, non point à ces symboles de l’âme que forment les châteaux au fond de nos mémoires. L’idéal de
86 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
173élera mieux qu’amusant, d’une étude attentive des symboles que personne ne voit plus sur les cartes à jouer. Nous nous sommes in
87 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
174 l’évaporation atomique, eh bien, n’est-ce pas le symbole même de l’idéalisme : tout monte et s’épanouit vers le ciel ! Notez q
88 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
175aîner quelques instants dans ce jeu gravitant des symboles : la Terre, le Globe, la Boule, la Tête, la Bombe, et l’Unité considé
89 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
176tout de suite à l’usage physique, non point à ces symboles de l’âme que forment les châteaux au fond de nos mémoires. L’idéal de
177urquoi je prendrai les routes d’Amérique comme un symbole du rêve et de la volonté du Nouveau Monde. On croyait close l’ère des
90 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
178a puissance. C’est Rome alors qui nous donnera le symbole éternel de la réaction collective. La victoire de Rome sur la Grèce e
91 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
179vre conception de l’art. Le sens des formes, des symboles, des signes et des correspondances. On ne peut pas impunément se vêti
92 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
180 l’évaporation atomique, eh bien, n’est-ce pas le symbole même de l’idéalisme : tout monte et s’épanouit vers le ciel ! Notez q
93 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
181tte véhémence flambante qui fut toujours signe et symbole de l’Esprit. Un fils soumis de Rome, le grand Paul Claudel, pouvait é
94 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
182nne qu’aucun non plus n’ait essayé de formuler le symbole enfermé dans le mythe. Serait-ce pudeur d’artistes ? Pudeur tout cour
183alyse de flatter notre propension à localiser les symboles. Car, pour la vie spirituelle, il n’est pas de lieux séparés ; l’on p
184 du mythe. Son conte de [p. 61] L’Ombre, c’est le symbole de la puissance de création qui vient à se détacher de l’auteur pour
185 entière. Et j’y songe : ce Schlemihl éternel, ce symbole en bottes de sept lieues qui traverse encore notre vie, n’est-ce pas
95 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
186u’il soit dit ni même décrit par allusions ou par symboles, mais sa présence souveraine [p. 64] est annoncée par certain frémiss
96 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
187 était la source unique des revenus de Casanova : symbole dont il nous donne maintes fois la clé.) Mais une tricherie constante
97 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
188 comme un arcane du Tarot et non moins chargée de symboles : un corps, une eau, une branche et un rocher. C’est l’homme coupable
189 à ses propres désirs et à soi-même. (Et c’est le symbole du Baptême.) Telle est la ruse de l’Amour insondable. Admirons-en la
98 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
190 portée des mains humaines, elle n’est plus qu’un symbole chiffré désignant des puissances lointaines. Toutefois, elle reste li
99 1947, Doctrine fabuleuse. 14. L’eau ou L’esprit de la tempête
191s l’Esprit danse dans les eaux salées. Méditez le symbole du Poisson. Lui seul peut vivre dans les grandes eaux, dans l’amertum
100 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
192us qu’une légende : comme l’est déjà Greta Garbo, symbole d’un âge. Ô Garbo de notre jeunesse, volupté du regard, Reine des nei