1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1e faite, les surréalistes trouvent à montrer leur talent en des jeux moins lassants. Dada, éclat de rire d’un désespoir exaspé
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
2t de gauches copies de Millet. Mais son manque de talent ne le rebute pas. Une divine violence le travaille. Elle jaillira enf
3 œuvre de pur génie. Vincent Van Gogh, génie sans talent. p. 1033 c. « Paul Colin : Van Gogh (F. Rieder, Paris) », Biblio
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alix de Watteville, La Folie de l’espace (avril 1926)
4 de l’espace (avril 1926) q Un artiste de grand talent à qui la guerre a fait perdre le goût des théories d’écoles et de que
5être mise en action plutôt qu’en commentaires. Le talent de Mme de Watteville paraît mieux à l’aise dans la description du mil
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
6r dans l’univers humain ». M. Fernandez a tout le talent qu’il faut pour lui faire acquérir droit de cité. Voici enfin un crit
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jacques Spitz, La Croisière indécise (décembre 1926)
7l’on sourit : il faut bien croire qu’il y a là un talent, charmant, glacé, spirituellement « poétique ». p. 810 y. « Jacq
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
8 ». Génie inégal s’il en fut, voici parmi trop de talents intéressants, un écrivain qui s’impose avec des qualités et des défau
7 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
9ys accueillera cette consécration bien méritée du talent d’un de ses enfants… » Car le fils prodigue, s’il rentre au foyer dan
8 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
10té du style (août 1928) as Ce n’est pas le seul talent de M. Aragon qui le rendrait digne à mes yeux, de considération. J’ad
11 à mes yeux, de considération. J’admire autant le talent de celui qui mène 60 parties d’échecs simultanément, et c’est naturel
9 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
12ù que se portent nos regards, ils rencontrent des talents distingués. À cet ordre d’ambition convient seule l’activité de la cr
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
13its de cet auteur reprennent et fignolent avec un talent disproportionné à son objet. Que Gide ne soit pas si « mauvais » qu’o
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
14’il lui arrive de rêver en vers. Chacun son petit talent dans la famille. Le gros Fritz est un blond géant de vingt-cinq ans,
12 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
15nt mécaniques de la vie moderne, illustre avec un talent qu’il n’est plus temps de discuter, une position morale exemplairemen
13 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
16point parce qu’on lui reproche son énergie ou ses talents, ses traits de caractère, son héroïsme durant la dernière guerre, bre
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
17ieure. J’ajouterai même que c’est un bel éloge du talent de M. Malraux que de constater que ses livres sont les seuls ouvrages
15 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
18s de son art à ces fins. Il y faut bien autant de talent qu’en exige notre littérature, et quelques vertus d’homme et de « pen
19 et que les moindres œuvres, traduisant même sans talent la vocation authentique d’un homme, prendront cette valeur humaine qu
16 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
20s plus les prophètes : nous savons respecter leur talent ! Nous déplorons poliment leurs excès ; si seulement ils parlaient un
17 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
21ive. Mais on n’aime pas que « l’afflux des jeunes talents » soit si visiblement déterminé par les clauses d’un contrat commerci
22sion grande du but commun. Bien écrit, mal écrit, talent ou pas talent, original, influencé, etc., tout cela n’importe qu’à pa
23 but commun. Bien écrit, mal écrit, talent ou pas talent, original, influencé, etc., tout cela n’importe qu’à partir des répon
18 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
24raînante. Pour cela, il te faut de la force et du talent. Qu’arrive-t-il ? Tout simplement ceci : l’époque s’engoue de tes dis
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
25 toute cette littérature est sans doute pleine de talent, elle est même littéralement sensationnelle, mais que veulent-ils qu’
20 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
26 toute cette littérature est sans doute pleine de talent, elle est même littéralement sensationnelle, mais que veulent-ils qu’
21 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
27st « important » ou « intéressant » ou « plein de talent ». (La discontinuité de notre chronique des Lettres ne traduit d’aill
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
28ent du mythe. Sa valeur ne relève en effet que du talent de son créateur. Ce qui importe en elle, c’est justement ce qui n’imp
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
29point parce qu’on lui reproche son énergie ou ses talents, ses traits de caractère, son héroïsme durant la dernière guerre, bre
24 1944, Les Personnes du drame. Introduction
30nt spirituel, il est profond, et il faut un grand talent spéculatif pour donner une meilleure division. Quand une classificati
25 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
31eté des éditions si belles qu’on se demande quels talents les méritent. Ce qu’il y a de plus intact en Suisse, peut-être, c’est
26 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
32er la lutte entre les continents il faut d’autres talents et un autre savoir que pour équilibrer les Démocrates du Sud et ceux
27 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
33eté des éditions si belles qu’on se demande quels talents les méritent. Ce qu’il y a de plus intact en Suisse, peut-être, c’est
28 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
34r la lutte entre les continents, il faut d’autres talents et un autre savoir que pour équilibrer les démocrates du Sud et ceux
29 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
35fiche un amour de la gloire même excessif pour le talent qu’on a. La foule ne tient pour glorieux que ceux qui prennent le soi
36la Chartreuse et Adolphe. Mais ce jugement sur le talent, changé du tout, n’entraîne pas que l’on change le jugement sur la gl
30 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
37J’oubliais de dire qu’il a généralement autant de talent que d’assurance. [p. 67] Mais il ne s’agit pas d’un talent littéraire
38e d’assurance. [p. 67] Mais il ne s’agit pas d’un talent littéraire. On ne lui demande ni style ni vues profondes ou subtiles,
31 1948, Suite neuchâteloise. III
39baudent contre ceux qui parviennent par droits de talents et de vertus. Il estimait ces prétentions déplacées dans un pays où l
32 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
40en flatte) de celles qui sont censées régner, ses talents qu’il expérimente, enfin sa vocation s’il en sent une et s’il y croit
33 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
41ens où la nature nous pousse, dans le sens de nos talents, de nos « facilités », tandis que Kierkegaard nous propose la souffra
34 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
42de Beethoven et de Brahms, il ne découvre pas les talents d’aujourd’hui, mais Purcell ou Monteverde. Du temps de Haydn, on n’eû
35 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
43ignit parfaitement ses objectifs : il révéla deux talents neufs, permit la traduction des deux romans en un grand nombre de lan
44e » à la mode. Le nombre des écrivains de quelque talent qui ne sont pas engagés par contrat avec au moins un éditeur devient
36 1958, Journal de Genève, articles (1926–1982). Hommage à Pasternak (31 octobre 1958)
45t qu’il se passe quelque chose, qu’il s’agit d’un talent et d’un homme. Ses confrères communistes le savent aussi — et le font
37 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
46ens où la nature nous pousse, dans le sens de nos talents, de nos « facilités », tandis que Kierkegaard nous propose la souffra
38 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
47nt sans doute étrangère à leurs soucis ou à leurs talents. Et pourtant, même si l’on est persuadé que le vrai dialogue s’instit
39 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
48e et l’économie. Et non seulement avec science et talent dans la synthèse ou la monographie, mais encore avec une espèce [p. 1
40 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
49 chaînes à traverser. L’Anglais Coxe, voyageur de talent, le décrit en ces termes au xviiie siècle : Le passage du Gothard e
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
50la Suisse n’offrait pas un théâtre idéal pour ses talents : il lui fallait l’Empire, et elle l’a eu. Et très peu de noms de moi
42 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
51ne exceptionnelle capacité de travail, d’un grand talent d’exposition et d’une éloquence « à faire fondre le marbre », ainsi q
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
52 (où versatile veut dire habile, doué de nombreux talents, polyvalent) mais n’éveille guère en Suisse que de sérieux soupçons s
53rtiments. Que fera dans ces conditions l’homme de talent ou d’ambition ? Il a trois possibilités : essayer de se rendre invisi
54ousant Genève, j’ai épousé la mort — celle de mon talent et de ma joie. » Je crois que c’est Paul Bourget qui a dit que « Pari
44 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
55 (ou versatile veut dire habile, doué de nombreux talents, polyvalent) mais n’éveille guère en Suisse que de sérieux soupçons s
56rtiments. Que fera dans ces conditions l’homme de talent ou d’ambition ? Il a trois possibilités : essayer de se rendre invisi
57ousant Genève, j’ai épousé la mort — celle de mon talent et de ma [p. 61] joie. » Je crois que c’est Paul Bourget qui a dit qu
45 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
58une langue à une autre par des écrivains de grand talent : Wladimir Weidlé (dans Arti e Lettere in Europa, Milan, 1966) y voit
46 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
59de Beethoven et de Brahms, il ne découvre pas les talents d’aujourd’hui, mais Purcell ou Monteverdi. Du temps de Haydn, on n’eû
47 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
60nt sans doute étrangère à leurs soucis ou à leurs talents. Et pourtant, même si l’on est persuadé, comme je le suis, que le vra
48 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
61en flatte) de celles qui sont censées régner, ses talents qu’il expérimente, enfin sa vocation, s’il en sent une et s’il y croi
62une langue à une autre par des écrivains de grand talent : Wladimir Weidlé 15 y voit avec raison une preuve de plus de l’exis
49 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Témoignage sur Bernard Barbey (7-8 février 1970)
63n lui, la parfaite élégance du courage secret, du talent et de l’efficacité. C’est par des hommes de cette qualité que vaut la
50 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
64due qu’aux circonstances, non à la différence des talents.   3. Ni l’Internationale ouvrière ni la Catholicité ne tiennent plus
51 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
65est à elles que j’ai offert toute la force de mes talents et ce qui est beaucoup plus encore, je me suis soumis à elles, moi et
52 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
66meilleure pédagogie mais pourront permettre à des talents paralysés par les structures actuelles de s’exprimer. On ne peut pas
53 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
67 : il ne peut rien contre cette efficacité de son talent. « Les autres forment l’homme, je le récite », dirait-il volontiers a
54 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
68osopher à son propos, comme l’a fait avec tant de talent Georges Bataille. G. A. — Fasciné par la problématique de l’amour qui
55 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
69que les autres, quels que soient leur parti, leur talent, leur volonté bonne ou mauvaise, feraient pareil ou pire ; et ce qu’o
56 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
70logues, échanges d’articles, révélation de jeunes talents, d’écoles nouvelles… Après la guerre de 1939-1945 ne surnage plus que