1 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
1st-à-dire au « trop humain »), le transcendant au temporel, il y a lieu et ordre d’attester que nous n’avons rien mérité, sinon
2 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
2mme l’Éternel, alors que nous sommes tout entiers temporels. De celui qui transcende toutes nos idées de la transcendance. De cel
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
3rotégée, qui ne risque plus rien du charnel et du temporel, qui ne veut, qui ne peut plus rien risquer. Entre le spirituel et le
4 peut plus rien risquer. Entre le spirituel et le temporel, il y a, pour nous, le lien d’une totale responsabilité. Quand nous d
4 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
5pirituel d’abord, ce d’abord n’a pas le même sens temporel, historique, que dans l’économique d’abord des marxistes. Il a un sen
6oire, mais absolue. Primauté éternelle et non pas temporelle. Nous touchons ici à la divergence irréductible qui existe entre la c
5 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
7. Ce qui ne veut nullement dire : futures au sens temporel du terme. Car le Royaume est toujours proche. L’Éternité est toujours
6 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8n peut-être inévitable de l’Église et de l’Empire temporel, recréa, tout au long du moyen âge, une sorte de communauté sacrée, d
9, confondant l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel. L’anarchisme, c’était la révolte de la Renaissance, et les sectes d’
10 de ces maux. La coupure entre le spirituel et le temporel n’y était pas faite au bon endroit, ou mal faite, ou pas faite du tou
11rétend centraliser radicalement tous les pouvoirs temporels et toute l’autorité spirituelle 68 . Il se transforme alors en une re
7 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
12rs, et nous sommes dans l’histoire, et l’histoire temporelle est la succession de nos chutes, selon la Loi, à cause de la Loi. Rac
8 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
13e arrive à transgresser ses limites charnelles et temporelles ». Fort bien, répondrait un marxiste, si le christianisme est cela, n
14erons de l’homme « dans ses limites charnelles et temporelles ». C’est aussi ce que dit l’Évangile, où il n’est pas question de mys
9 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
15e qu’ils sont encore peu compromis dans l’univers temporel, ont, en général, une faible valeur représentative ou démonstrative.
16rcs, soit pour rappeler au passage quels intérêts temporels concoururent à cette adoption pernicieuse. Mais pour l’affaire qui no
17ectuel, dégagé par nature de toute responsabilité temporelle. Ce raisonnement a l’apparence du sens commun, mais il repose sur une
10 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
18a vie » au-dessus du « banc de sable de cette vie temporelle », Löwith oppose Marx et Kierkegaard qui pensent « à la banalité souc
11 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
19 hors de ce monde qu’une limitation de l’homme au temporel. La foi réelle, c’est la puissance active de l’Éternel dans ce temps.
20e arrive à transgresser ses limites charnelles et temporelles, à s’oublier en Dieu, son principe ». La question est alors de savoir
12 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
21ule fédéraliste. — Inutile d’ajouter que le salut temporel de l’Europe dépend de sa faculté d’opérer de telles distinctions.
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
22orce à une vision plus « objective » du monde. Le temporel et le spirituel sont devenus dans notre langage : la police et la pro
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
23anifestations ecclésiastiques, intellectuelles et temporelles nous entraînerait beaucoup plus loin qu’il n’est utile pour le dessei
24ensée cléricale ou profane, et du pouvoir [p. 68] temporel médiéval : c’est le langage commun aux prêtres et aux législateurs, l
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
25 dans l’avenir communiste, cette espèce d’au-delà temporel… Et cela donne enfin à mes critiques leur vraie portée : ce n’est pas
16 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
26ant où nous touchons la mort qui recrée notre vie temporelle. Tout aussitôt, nous replongeons dans le monde des résistances, dont
17 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
27 tous les abîmes : ceux qui séparent l’éternel du temporel, Dieu de l’homme, la grâce de la nature, et la Révélation de notre ra
18 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
28 l’en délivre. Agapè sait que la vie terrestre et temporelle ne mérite pas d’être adorée, ni même tuée, mais peut être acceptée da
29 fronts ? Notre vie ne se joue pas dans l’au-delà temporel, mais dans les décisions toujours actuelles qui fondent notre fidélit
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
30voient stigmatisés comme relevant de la nécessité temporelle et physiologique, c’est-à-dire de l’exil des âmes captives dans la pr
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
31s de biens qui peuvent consoler l’âme, savoir les temporels, les naturels, et les spirituels » ; enfin, « sur cette impression de
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
32 l’en délivre. Agapè sait que la vie terrestre et temporelle ne mérite pas d’être adorée, ni même tuée, mais peut être acceptée da
33 fronts ? Notre vie ne se joue pas dans l’au-delà temporel, mais dans les décisions toujours actuelles qui fondent notre fidélit
22 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
34iasme qu’ils étaient souvent jaloux de l’autorité temporelle exercée par le clergé. — Donc l’amour-passion serait une hérésie chré
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
35n peut-être inévitable de l’Église et de l’Empire temporel, recréa, tout au long du moyen âge, une sorte de communauté sacrée, d
36, confondant l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel. L’anarchisme, c’était la révolte de la Renaissance, et les sectes d’
37 de ces maux. La coupure entre le spirituel et le temporel n’y était pas faite au bon endroit, ou mal faite, ou pas faite du tou
38rétend centraliser radicalement tous les pouvoirs temporels et toute l’autorité spirituelle 9 . Il se transforme alors en une rel
39tomber à pieds joints dans la fatale confusion du temporel et du spirituel. Parler d’une Suisse chrétienne quand beaucoup de Sui
24 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
40rétend centraliser radicalement tous les pouvoirs temporels et toute l’autorité spirituelle. Il se transforme alors en une religi
25 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
41bsurde est au contraire la fixation d’une réalité temporelle dans l’infini ou dans l’inquestionnable : l’idée de succès en soi, de
26 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
42tiliser » Kierkegaard pour des fins politiques et temporelles. Il se dresse au seuil de l’époque, comme la plus radicale dénonciati
27 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
43iomphaient : ils réclamèrent à la fois le pouvoir temporel et l’autorité spirituelle, et devinrent donc totalitaires. [p. 636] D
28 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
44rchies ecclésiastiques défendaient leurs pouvoirs temporels, justement contestés par l’État. Puis elles eurent à défendre leurs p
29 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
45éternelle par seule crainte de mourir à cette vie temporelle, les eaux vives fuiront ses lèvres ; car il faudrait, pour y être imm
30 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
46vait plus une lettre aux princes intellectuels et temporels de l’Europe sans y ajouter un prospectus vantant la qualité des montr
31 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
47 tout le pays, et bientôt rivalisent de puissance temporelle avec les grands féodaux : les cantons primitifs devront s’armer contr
32 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
48es du christianisme, au lendemain de son triomphe temporel. (Nicée se place douze ans seulement après l’Édit de Constantin, et b
33 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
49tive, psychothérapie) ; la distance et les délais temporels (transports rapides, télécommunications). L’homme n’est pas encore, i
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
50es du christianisme, au lendemain de son triomphe temporel. (Nicée se place douze ans seulement après l’Édit de Constantin, et b
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
51’histoire ? Ou, surmontant le vertige cosmique et temporel où l’a plongé sa science par une mutation brusque, saura-t-il en tire
36 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
52tive, psychothérapie) ; la distance et les délais temporels (transports rapides, télécommunications). L’homme n’est pas encore, i
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
53Église de Rome elle-même — se délier des pouvoirs temporels pour se conformer d’autant mieux à sa mission spirituelle. Au césaro-
38 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
54vait plus une lettre aux princes intellectuels et temporels de l’Europe sans y ajouter un prospectus vantant la qualité des montr
39 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
55 ? Ou, surmontant [p. 415] le vertige cosmique et temporel où l’a plongé sa science par une mutation brusque, saura-t-il en tire
40 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
56rt. Principes de vie publique : la séparation du temporel et du spirituel ; la séparation des pouvoirs et la réglementation de
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
57ette décision échappe à l’homme, donc à l’éthique temporelle et autonome : La décision n’est pas pouvoir de l’homme, de son coura
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
58ait seulement d’ordonner tout le moi terrestre et temporel à la vocation de l’amour Mais celui qui se hait de cette manière ne p
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
59urope symbolise à ses yeux le passage de l’âme du temporel à l’éternel : Cette pucelle Europe signifie l’âme… Jupiter signifie
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
60es peuples. L’Empereur reçoit de lui son autorité temporelle, comme la Lune reçoit du Soleil la lumière qu’elle nous renvoie. De l
61ainement aux corps et mène les peuples au bonheur temporel, tandis que le Pape conduit les âmes à la lumière, qui est leur seule
62ablit fortement la distinction du spirituel et du temporel : or celle-ci va conduire au triomphe non pas du princeps unicus qu’i
63x la plénitude des temps. Vraiment temps et biens temporels réalisèrent leur plénitude, car aucune fonction utile à notre bonheur
64n de réformes, qui consiste à détruire le pouvoir temporel du pape, à dépouiller le clergé de ses biens, à transformer ces biens
65 que tout le monde soit gouverné quant aux choses temporelles par un seul monarque, qui dirigerait tout, et à qui tous obéiraient c
66santes car, note-t-il, ce sont surtout les peines temporelles que l’on craint : [p. 64] La peine temporelle, bien qu’elle soit sa
67 temporelles que l’on craint : [p. 64] La peine temporelle, bien qu’elle soit sans comparaison moindre que la peine éternelle, e
68e le Saint-Siège, précisément, et ses prétentions temporelles. Æneas Silvius Piccolomini, l’un des plus glorieux humanistes de son
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
69rt, l’un le pouvoir spirituel, l’autre le pouvoir temporel. Et il était manifestement dans l’intérêt de tous que les chrétiens f
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
70rituel. Un seul chef dénué de grandes possessions temporelles, dirigeait et unissait les grandes puissances politiques… Le sage che
71 premier amour qui mourut sous le poids de la vie temporelle, dont le souvenir fut effacé par des soucis égoïstes et dont le lien,
72ns de l’invisible, à tout le moins de la nocivité temporelle d’un certain degré de culture… […] Les insurgés prirent avec raison l
73s leur origine dans cet heureux accord du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel, et que cet accord faisait leur solidité. Tan
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
74 les efforts humains, se rit de la mesquinerie du temporel face au droit suprême et seigneurial de l’éternel, lorsque le tempore
75t suprême et seigneurial de l’éternel, lorsque le temporel prétend expliquer à la manière du monde ce qui doit rester une énigme
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
76 un empire non-saint, pour tout empire simplement temporel. Dans la mesure où nous héritons la civilisation de l’Europe, nous so
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
77modifier les facteurs décisifs de notre existence temporelle jusque dans leur substance, afin de permettre à l’homme de sortir de
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
78nfinie de l’âme humaine et enseigna qu’aucun gain temporel ne compense le dommage subi par l’âme, de même que toute éthique a so
51 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
79ette décision échappe à l’homme, donc à l’éthique temporelle et autonome : La décision n’est pas la force de l’homme, ni son cour
52 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
80ait seulement d’ordonner tout le moi terrestre et temporel à la vocation de l’amour. Mais celui qui se hait de cette manière ne
53 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
81er fidèle à certaines allégeances spirituelles ou temporelles —, puisque le but n’est pas de devenir uniformes, mais au contraire d
54 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
82 tout le pays, et bientôt rivalisent de puissance temporelle avec les grands féodaux : les cantons primitifs devront s’armer contr
55 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
83la fois antinomiques et valables : – spirituel et temporel ; – liberté et responsabilité ; – innovation et tradition ; – personn
56 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
84er à leur attention les coïncidences spatiales et temporelles de l’hérésie et de la [p. 409] courtoisie, dans les mêmes consciences
57 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
85d’une secrète aspiration à l’autonomie que l’État temporel avait obstinément refusé de satisfaire. Il était beaucoup trop tard p
58 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
86d’une secrète aspiration à l’autonomie que l’État temporel avait obstinément refusé de satisfaire. Il était beaucoup trop tard p
59 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
87relève du groupe ; le spirituel vécu prime sur le temporel réglé, le bonheur de se réaliser prime sur la satisfaction de la norm
60 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
88i on s’en rapporte à l’Apocalypse, que l’histoire temporelle finira mal, mais, qu’après cela, ça finira très bien. « Apocalypse »
61 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
89iècles suivants et ne sera tranchée, en faveur du temporel, mais non de l’empire, que par les premiers royaumes nationaux, le fr
90papauté pour le spirituel et par l’empire pour le temporel, nonobstant la longue querelle née de la tendance irrépressible de ch