1 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
1m’embrassa. Les premières gouttes tombaient et le tonnerre roulait au loin mais je n’avais plus peur. Pourtant je vis des larmes
2 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
2eu peut bien parler plus fort, lui qui dispose du tonnerre. Mais le tonnerre est une réponse, une explication certaine, digne de
3r plus fort, lui qui dispose du tonnerre. Mais le tonnerre est une réponse, une explication certaine, digne de foi, de première
3 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
4» Un inspecteur passait par là. Il lit le devoir. Tonnerre et foudres de ce pacifiste, qui n’hésite pas à dénoncer « l’impériali
4 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
5nt, s’avançant peu à peu vers la tribune, sous un tonnerre assourdissant de heil rythmés — je n’entendais plus que les cris de m
5 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
6ment, saluant d’un geste lent, épiscopal, dans un tonnerre assourdissant de heil rythmés. (Je n’entends bientôt plus que les cri
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
7les licornes se dévorent, le ciel s’obscurcit, le tonnerre gronde, le génie de l’Amour paraît dans un nuage et annonce la fin de
8rit est Dieu ! ce cri puissant retentira Comme un tonnerre de joie à travers la nuit de printemps ! 16. Intériorisation du my
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
9s troupes françaises de [p. 277] Charles VIII. Le tonnerre de leurs trente-six canons de bronze provoqua dans la péninsule une p
8 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
10ypnose collective. Procédé constant du Démon ! Le tonnerre des bombardements suffira-t-il à réveiller ce peuple, et tous ceux pa
9 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
11 Vous êtes muets. Vous avez soif ? » Les coups de tonnerre se succèdent sans répit, et parfois les lumières vacillent, baissent,
10 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
12 Vous êtes muets. Vous avez soif ? » Les coups de tonnerre se succèdent sans répit, et parfois les lumières vacillent, baissent,
11 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
13Vous êtes muets ? Vous avez soif ? » Les coups de tonnerre se succèdent sans répit, et parfois les lumières vacillent, baissent,
12 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
14nce à parler de culture quand la famine sévit » : tonnerre d’applaudissements et toute la presse pour vous. J’ai vu cela ce prin
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
15y retrouve, pendant vingt ans environné d’un long tonnerre d’acclamations, Victor Hugo (1802-1885), ce poète qu’il faut saluer c
16ses Exécutions, ses Oracles, sa Voix, pareille au tonnerre, la grande voix de Dieu. Autant il se sent innombrable, irrésistible,
14 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
17etrouvons, pendant vingt ans, environné d’un long tonnerre d’acclamations, Victor Hugo, ce poète qu’il faut saluer comme le plus
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
18renforçaient leur pression. Mais voici le coup de tonnerre : Habsbourg devient empereur ! Le protecteur lointain et le plus proc
16 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
19 très lentement, saluant d’un geste lent, dans un tonnerre assourdissant de heil ! rythmés. (Je n’entends bientôt plus que les c
17 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
20 traversés pendant vingt ans, environné d’un long tonnerre d’acclamations : Victor Hugo. Et au xxe siècle c’est encore un de no
18 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
21er jour de printemps, annoncé par un fort coup de tonnerre à cinq heures du matin. José Bergamin assure que le printemps est la