1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1és… ». Voici passer un coureur : « À peine a-t-il touché la piste d’herbe, c’est une allégresse héroïque qu’infuse à son corps
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2lets par quoi il se raccroche au monde. Mais il a touché [p. 315] certains bas-fonds de l’âme où s’éveille un désenchantement
3 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
3is — je pense à certaines pages sur Jérusalem qui touchent particulièrement une sensibilité protestante — si passionné. Nul n’es
4 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
4nt pour les milieux d’ouvriers noirs au Cap. Sans toucher à des questions de partis, avec une passion contenue d’hommes qui ont
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5t. J’ai cru que je pourrais me regarder sans rien toucher en moi. En réalité, je n’assiste pas à moi-même, mais à la destructio
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
6n reste si léger, spirituel, fantaisiste — (cette touche pour peindre un personnage épisodique : « Il confondait la rose et la
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, La Mort difficile (mai 1927)
7 Diane, les gestes d’Arthur, le roman vit et nous touche par la force de ce tourment ou de ce sauvage égoïsme ; mais qu’elle s
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
8es et l’on y voit une préciosité sentimentale qui touche à la névrose ou bien simplement une clairvoyance exceptionnelle, suiv
9 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
9atures remises à neuf, l’imperfection humaine qui touche. Mais l’atmosphère pure de ces espaces définis par quelques plans ne
10 précieuse », il sait la conférer à tout ce qu’il touche, qu’il décore une bannière, fabrique une poupée, compose une affiche
11à la peinture pure. Je crois même que, Paul Donzé touché à son tour par la grâce décorative, il n’en reste qu’un, du moins à N
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
12igrettes de folies et de joies ; n’allez pas nous toucher, nous sommes dangereux. Un orage de tendresse va crever sur le monde.
11 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
13éjà presque abandonnée par l’Esprit. À l’heure de toucher aux buts que sa civilisation poursuit depuis près de deux siècles, l’
14r des points de technique. Il n’a pas senti qu’il touchait là le nœud vital du problème moderne. D’ailleurs, les idées générales
12 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
15lieux : cet orchestre triomphant suffit à peine à toucher leurs sens fatigués et épaissis. Regardez ces yeux mornes, ou luisant
16 c’est odieux qu’une créature aussi parfaite soit touchée par les mains outrageusement baguées de ces courtiers alourdis de “Kn
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
17 de « superstitions grossières » comme celles qui touchent à [p. 17] l’action des étoiles par exemple. Mais nous avions acquis l
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
18tent la gageure de réformer l’école primaire sans toucher au principe de l’instruction publique. Les réformes qu’ils ont propos
15 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
19 dans les mêmes boîtes sous les arcades. (Nous ne touchons l’un et l’autre qu’aux traductions ; le reste, les livres de M. Mauro
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
20 plus de louange d’ailleurs que d’ironie, qu’elle touche à tout dans l’homme et dans la société. Elle a l’absence de scrupules
21ec une netteté d’autant plus significative qu’ils touchent des problèmes identiques, celui de la puissance de l’homme, celui de
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
22imat de poèmes, une spiritualité un peu grave, on touchait avec notre jeunesse le tragique ou le merveilleux, on mettait notre v
18 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
23ient de lasser, par une multiplicité de notations touchant à la monotonie. Au reste, à mesure qu’on avance, l’on comprend mieux
19 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
24lieux : cet orchestre triomphant suffit à peine à toucher leurs sens fatigués et épaissis. Regardez ces yeux mornes, ou luisant
25 c’est odieux qu’une créature aussi parfaite soit touchée par les mains outrageusement baguées de ces courtiers alourdis de « K
20 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
26à Richard Strauss, et qui est Richard Strauss. Il touche quelques accords, l’acteur Moïssi tourne les pages et secoue ses mèch
27mière froide et la fatigue qui le fléchit un peu. Toucher, — guérir de l’écœurement de revivre — toucher un corps livré à la vi
28u. Toucher, — guérir de l’écœurement de revivre — toucher un corps livré à la violence immobile de son âme… Mais les jeunes fil
21 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
29ce médecin parle avec mystère des objets que nous touchons, — ce mystique avec naturel de ce qui nous est invisible. Tous deux o
30uit sans partage, et nos mains ne s’étaient point touchées, lorsque au point du jour je vis pâlir la jeune femme. Elle comprit q
22 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.4. Le balcon sur l’eau
31gé d’attente. Nos têtes immobiles sont près de se toucher, nos regards s’en vont à la rencontre de ce qui est voilé. Retiens to
23 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
32el est-il « en droit d’affirmer rien de certain » touchant les fins dernières du progrès mécanique ? Il ne s’est même pas posé l
24 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
33posture, [p. 912] partout où la chrétienté, ayant touché ses 30 deniers, voudra parler encore au nom du christianisme. ⁂ Le ch
25 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
34les, par suite sans doute d’un malentendu foncier touchant le problème de la violence et que seul parmi ses collaborateurs, Andr
26 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
35nisme, n’est-ce donc qu’un conflit d’amour, assez touchant ? Est-ce à celui qui soignera le mieux cet homme que l’on s’accorde à
27 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
36ois trop ignorante dans cet art pour être en rien touchée par ces artistes. Ils cesseront d’ailleurs de jouer dès qu’on ne pren
28 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
37e. Primauté éternelle et non pas temporelle. Nous touchons ici à la divergence irréductible qui existe entre la conception chrét
29 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
38battre Mammon, ce n’est pas déplorer ses excès et toucher par ailleurs les bénéfices provisoires qu’il dispense. Une politique
30 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
39 d’une imposture, partout où la chrétienté, ayant touché ses 30 deniers, voudra parler encore au nom du christianisme. ⁂ Le ch
31 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
40nisme, n’est-ce donc qu’un conflit d’amour, assez touchant ? Est-ce à celui qui soignera le mieux cet homme que l’on s’accorde à
32 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
41ans le désordre inévitable, elle est la pierre de touche de l’événement imprévu. Ceux qui la possèdent seront les seuls à deme
33 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
42e la personne chrétienne — c’est la Réforme. Nous touchons au cœur même du sujet. Qu’on m’entende bien : je ne prétends pas anne
34 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
43s ! Probablement, il s’en fût amusé : tout ce qui touchait à l’opinion publique était pour lui bien proche de la mystification.
35 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
44nge ni une sainte. Elle a péché gravement, elle a touché le fond de la détresse humaine. C’est un vieux pasteur un peu ivrogne
36 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
45et Il ne faut pas estimer que les objets que nous touchons de nos mains et voyons de nos yeux soient du tout plus concrets que l
46 tout plus concrets que l’acte qui consiste à les toucher et à les voir. Car un objet que personne n’a vu ni touché appartient
47t à les voir. Car un objet que personne n’a vu ni touché appartient à la connaissance qu’on nomme abstraite, qui est la connai
48e autre erreur que d’attribuer à la vision, ou au toucher, ou à la connaissance, une réalité suffisante et détachée de toute ac
49nsi la voie du mystère est visible : l’éternel ne touche le temps que par l’individu en acte, et qui devient à cet instant une
50et que tout ce qui est doit pouvoir être vu, être touché, consister sous la main 17  ; il a compris que l’homme n’est pas un a
37 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
51, ni une sainte. Elle pèche, elle désespère, elle touche le fond de la détresse humaine. C’est un vieux pasteur un peu ivrogne
38 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
52r habitude des travaux politiques… » N’est-ce pas touchant ? Mais je m’en voudrais de chercher les poux dans ce Plan qui est con
39 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
53scours la plus propre, sinon à charmer du moins à toucher son antagoniste ; l’art de Calvin est fait de soumission absolue à l’
40 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
54rmi toutes ces choses vivantes qu’il évoque d’une touche parfois trop furtive, d’autres fois si précise et heureuse, comment n
41 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
55 pour lui, ce n’est pas tout bravement refuser de toucher le prix d’une noire trahison. Se montrer désintéressé, au sens subtil
56r en loi. L’échelle des valeurs matérielles que « touchent » les clercs pour leurs écrits se trouve être l’inverse exact de la v
42 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
57e justement à croire ce qu’on ne peut ni voir, ni toucher, ni comprendre humainement. Cette thèse de Kierkegaard, sous la forme
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
58d public de tout critère intellectuel de jugement touchant l’activité des « hommes d’action ». On déléguera au technicien, et à
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
59 le fer d’une main assurée. Vos critiques ne nous touchent pas, parce qu’elles ne tiennent pas compte des faits qui nous ont imp
45 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
60la conquête d’un avenir de joie et de force. On a touché le fond de la misère, on l’a vécue, on a cela derrière soi, mais elle
61 espérance dans le malheur total, où peut-être on touchera de nouveau le réel, où peut-être on retrouvera des raisons sérieuses
46 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
62tout simplement ! Et si la droite ignore ce que « touche » la gauche, voilà la droite aussi qui du coup se distingue, et l’on
63 surfaces, et l’on reconnaît le voleur, celui qui touche à tout, celui qui touche au bien d’autrui. Car celui qui touche un ob
64aît le voleur, celui qui touche à tout, celui qui touche au bien d’autrui. Car celui qui touche un objet sans le marquer profo
65 celui qui touche au bien d’autrui. Car celui qui touche un objet sans le marquer profondément de son empreinte et le faire si
66dément de son empreinte et le faire sien, ne peut toucher jamais qu’au bien d’autrui. Ce qu’il a pris ne saurait être à lui : i
67oudrait d’embellir quoi que ce soit de ce qu’elle touche. « Le beau est la splendeur du vrai » récitera-t-elle parfois, mais e
68striel est-il en droit d’affirmer rien de certain touchant les fins dernières du progrès mécanique ? Il ne s’est même pas posé l
69rmation presque universelle, une impartialité qui touche au surhumain, qui dépasse en tout cas notablement les possibilités af
70ission spirituelle de la pensée bourgeoise ? Nous touchons ici au dernier chaînon de notre cycle. Bon gré mal gré, le clerc ense
71ens à marquer toutefois que le complexe auquel je touche ici n’est pour moi qu’une conséquence accessoire des erreurs que je v
47 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
72 les vrais dilemmes que pose la vie commune, nous toucherons enfin le vrai tragique, qui est celui du péché et de la foi. L’extrém
73’aller jusqu’à la fin de leur passion, là où l’on touche les vraies bornes de l’homme, la mort, la destruction, l’angoisse et
74ontraire de ce qui est extrême. Les extrêmes nous touchent, et c’était pour les fuir que nous nous évadions dans des excès imagi
75r l’homme qui l’ose. Et c’est par là qu’une œuvre touche le spectateur ou le lecteur, qu’elle l’émeut et qu’elle le meut. Si j
76tranchant, sa vertu, son pouvoir d’ordonner et de toucher. La révolution nécessaire, et non seulement dans le domaine de la cul
77le voilà joyeux parce qu’il a trouvé, et que cela touche d’autres hommes, qui ne savaient plus… Un style de vie : mais que cel
78nt, c’est d’être séparé de notre origine absolue. Toucherait-on ici au quiétisme, au fatalisme ? Mais non, tout se renverse ! Car
79i le dernier paradoxe : c’est cet instant où nous touchons la mort qui recrée notre vie temporelle. Tout aussitôt, nous replonge
48 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
80un volume. Elle doit non seulement être vue, mais touchée, et puis embrassée, puis finalement soulevée, ayant un poids à elle e
49 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
81 le fer d’une main assurée. Vos critiques ne nous touchent pas, parce qu’elles ne tiennent pas compte des faits qui nous ont imp
82la conquête d’un avenir de joie et de force. On a touché le fond de la misère, on l’a vécue, on a cela derrière soi, mais elle
83 espérance dans le malheur total, où peut-être on touchera de nouveau le réel, où peut-être on retrouvera des raisons sérieuses
50 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
84raît seule capable de l’imposer ? Ce n’est pas là toucher le fond réel de la situation historique. Et la droite, si elle était
51 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
85le fouet au-dessus d’eux, avec, à l’occasion, une touche de la mèche. « 3° Travailler épaule contre épaule avec eux, poussant
52 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
86e non moins subitement à [p. 8] l’instant où nous touchons l’île. La colère du détroit nous a salués ! J’accepte cet augure à do
53 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
87à vapeur de Sadi Carnot — monument au point où il toucha terre en 1892, — en passant par les drakkars norvégiens, les flottes
88e Renaud est un ancien marin, barbu, jovial, déjà touché par le gâtisme, mais agréablement, si je puis dire. Cela met un peu d
89in de mon état, c’est que je me vois contraint de toucher tous les jours les limites du domaine culturel : et là seulement para
90ccordé varierait d’une catégorie à l’autre. (Cela touche à l’absurde, on le voit — mais justement parce qu’on le voit, et que
91 banals ! Nous serons d’autant plus assurés de le toucher utilement que nous aurons moins calculé le mode et le lieu des contac
92onnes dans la salle quand ils payent ou quand ils touchent de l’argent. C’est qu’ils sont très spéciaux, les gens d’ici ! Moi je
54 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
93decin. Sa fille dit : « Elle ne voulait même plus toucher à la viande, pensez ! Il ne faut pas croire que la viande soit un si
94erelles d’argent. — Et puis, au moment même où je touche le fond, voici que je me dis : cela est bon. Il est bon de toucher le
95voici que je me dis : cela est bon. Il est bon de toucher le grain rugueux de cette vie sans horizon, sans dimensions, qui est
96e un peu au-dessus, un peu au-delà de ce que l’on touche et voit. Je sais bien que le seul fait de décrire et de formuler cett
97pé » la jambe, cela fait bien cinq ans déjà, et « touche » pour cette jambe cassée et d’ailleurs dûment guérie, 20 sous par jo
98ichisme : le franc sacré, les idées à majuscules, toucher du bois, la bouteille de champagne brisée contre la coque des bateaux
99 en vertu d’une habitude scolaire de critique, me touche si peu, ne trouble pas du tout ma bonne conscience. Au fond, je me se
100he, découvre sa mesure, sa force ou sa faiblesse, touche à son terme dans le cœur d’un homme. Je dois à ces rencontres d’avoir
101es. Eh bien ! riez si vous voulez, je trouve cela touchant et profondément rassurant. Il est encore un peuple au monde pour qui
55 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
102s. Et cela s’appelle la banlieue. La campagne ici touche à la grande ville, et aussitôt elles se dégradent l’une l’autre. Zone
56 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
103au déroulement calculable du temps, quand elle le touche dans l’instant (dans un « atome » de temps, comme l’écrit Paul) (I Co
57 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
104ué, entre autres, que cette brochure-manifeste ne touche pas un traître-mot (sans calembour) des problèmes que pose le marxism
58 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
105jet. Son chapitre sur Balzac a de la grandeur, et touche même au délire poétique : reportez-vous à la phrase de 16 lignes qui
59 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
106e du marxiste au pouvoir, de « l’homme à poigne » touché par la grâce nationale, et qui se charge d’écraser la révolution avec
60 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
107 en vertu d’une habitude scolaire de critique, me touche si peu, ne trouble pas du tout ma bonne conscience. Au fond, je me se
108he, découvre sa mesure, sa force ou sa faiblesse, touche à son terme dans le cœur d’un homme. Je dois à ces rencontres d’avoir
61 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
109, individuel. Les doutes que Ramuz nous proposent touchent au contraire les fondements mêmes de notre vie dans la cité, de notre
62 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
110praticable, néfaste. Impraticable : l’écrivain ne touche sur les livres que dix pour cent du produit de la vente. Supposez une
63 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
111à vapeur de Sadi Carnot — monument au point où il toucha terre — en passant par les drakkars norvégiens, les flottes anglaises
112e Renaud est un ancien marin, barbu, jovial, déjà touché par le gâtisme, mais agréablement si je puis dire. Cela met un peu de
113onnes dans la salle quand ils payent ou quand ils touchent de l’argent ! C’est qu’ils sont très spéciaux les gens d’ici ! Moi je
64 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
114jugez pas. » On est déjà tout près de l’amour. On touche la vie, le grain de l’existence. Et c’est cela que je voudrais faire
115 l’existence. Et c’est cela que je voudrais faire toucher. J’ai tenté d’échapper aux villes inhumaines. Et j’ai trouvé que la p
65 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
116nne occasion pourtant de la décrocher un peu pour toucher davantage à l’assurance !) Il a bien fallu se rendre à l’évidence : c
66 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
117ont et renversent les empereurs, mais sans jamais toucher à la forme de l’État. De là aussi l’intérêt morbide du « public » pou
67 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
118nouveau ? Autant de questions par lesquelles nous touchons à la marge d’imprévisible, d’indéterminable a priori, que connaît tou
68 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
119cés comme des défis à l’étranger, devient presque touchant, à force de bonne volonté, dans la bouche d’un SA convaincu, ou de sa
69 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
120écessité d’un parti pris À l’heure où cet ouvrage touche à sa conclusion, il me semble que son dessein le plus secret m’échapp
121« Je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme. Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femm
70 1938, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Le Poète et le Vilain (novembre 1938)
122ut un autre, dit la loi ; et ce respect vulgarisé touche au mépris. De là vient que le meurtrier tantôt est acquitté, tantôt d
71 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
123choses dépassées, ou du moins celles dont on a pu toucher, fût-ce même sans les franchir, les limites. Quant aux livres intermé
72 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
124ce au service de cette mort qui transfigure. Nous touchons au secret dernier. L’amour de l’amour même dissimulait une passion be
73 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
125tion de la passion, qui est justement ce qui nous touche dans le Roman ? Parler de déviation de l’instinct, c’est ne rien dire
126 par la langue et l’échange continu. L’Andalousie touche aux royaumes espagnols, dont les souverains se mêlent à ceux du Langu
127au principe féminin) inhibe l’amour : tout ce qui touche à la femme reste « impur ». Ce complexe de sentiments œdipiens est d’
74 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
128tants présupposés communs. L’extrême de la luxure touche parfois l’extrême de la chasteté exaltée. Et la [p. 212] négation de
129sique de Racine et de Corneille se réduit à ceci, touchant le mythe : Racine part du philtre comme d’un fait indiscutable privan
130t d’exquise perfection, de luxe heureux, dernière touche d’une fantaisie qui sent presque l’impertinence. (Le xviiie la juger
131 sublime Homme du xviiie siècle, ayant subi la « touche » du romantisme, et fréquentant d’ailleurs une société des plus scept
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
132 licorne qui porte trois écus. Tout chevalier qui touche l’écu s’engage à un combat dans les conditions décrites par les « cha
133itres » du pas d’armes. C’est à cheval qu’il faut toucher les boucliers : les chevaliers trouveront toujours des chevaux prêts
134olets et noirs, semés de larmes blanches ; on les touche par pitié pour [p. 273] la « Dame des pleurs ». À l’emprise du Dragon
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
135écessité d’un parti pris À l’heure où cet ouvrage touche à sa conclusion, il me semble que son dessein le plus secret m’échapp
136] Je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme. Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femm
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
137 changer toute leur vie, correspond à la première touche de l’amour divin, à la conversion du chrétien. Gottfried de Strasbour
78 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
138e ravissement me souleva tout entier… » Peut-être touchons-nous ici le mystère même, la source inépuisable, le point originel et
79 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
139que pourraient me chercher les savants. Ce qui me touche, c’est que mon livre, paru il y a huit jours, m’a déjà valu de nombre
80 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
140 un vague sentiment religieux, vestige d’un passé touchant, pour répondre à une religion dans sa jeunesse virulente et affamée.
81 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
141 sentiment, patrie de nostalgie de tous ceux qu’a touchés le Romantisme — encore un paradis perdu ! Mais les vrais paradis sero
82 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
142e la personne chrétienne — c’est la Réforme. Nous touchons au cœur même du sujet. Qu’on m’entende bien : je ne prétends pas anne
83 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
143ne, individuel. Les doutes que Ramuz nous propose touchent au contraire les fondements mêmes de notre vie dans la cité, de notre
84 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
144s nos lacs d’azur, nous chantons nos glaciers qui touchent aux cieux, et nous en retirons d’importants bénéfices, mais nous oubl
145e dans toutes ces choses qui peuvent être vues et touchées, nos Alpes, la petitesse de notre territoire, et nos difficultés écon
85 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
146époser dans le « sachet », avec l’air de ne pas y toucher ? Sont-ils prêts à « partager » autre chose que des impressions génér
147ivilège de savoir parler à la foule, de savoir la toucher par des paroles directes. Vous me direz peut-être que cette question
148des orthodoxes russes, qui se prosternent jusqu’à toucher le sol de leur front, pourquoi refuserions-nous de nous agenouiller p
86 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Hommage à C. F. Ramuz (mai 1940)
149ntre Auberjonois, Ansermet, Stravinsky. Claudel y touche de près. Cocteau y a des souvenirs, Maritain des amitiés. Pour la fêt
87 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
150Dieu a dit : vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous n’en mouriez. Alors le serpent dit à la femme
88 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
151de leurs clients avides d’anesthésie morale. Nous touchons ici au secret du véritable Mal du siècle. [p. 141] 47. Le mal du si
152tissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersé
153nihilisme le plus virulent. Tous les extrêmes s’y touchent, s’y engendrent l’un l’autre, ou se muent l’un dans l’autre en un cli
89 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
154Dieu a dit : vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous n’en mouriez. Alors le serpent dit à la femme
90 1944, Les Personnes du drame. Introduction
155ples mêmes, qui le voyaient au milieu d’eux et le touchaient, ne pouvaient croire à cette Personne. Ils voyaient et touchaient l’i
156ouvaient croire à cette Personne. Ils voyaient et touchaient l’individu Jésus, le charpentier de Nazareth. Ils connaissaient aussi
91 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
157 être difficilement traduisible en français. Nous touchons ici à la constante nationale la moins discutable, le langage. Il sera
92 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
158nce est dans l’échec, non pas dans la sagesse (on touche ici les limites d’un Goethe), mais il y faut au moins cette imprudenc
159ais qu’est-ce qu’aller au fond des choses ? C’est toucher les limites de notre condition et des idéaux qu’elle invente, et c’es
160onne sur l’anarchie individuelle. C’est ici qu’on touche au mystère, sans lequel tout serait absurde : l’acte détruit le temps
161l’instant ! — soit saisi… Mais l’absolu qui vient toucher nos vies nous meut parce qu’il est un ordre, une Parole reçue d’aille
93 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
162la Réforme et de son effort dogmatique. Mais nous touchons du même coup au centre du problème le plus ardu que pose l’autonomie
163au déroulement calculable du temps, quand elle le touche dans l’instant (dans un « atome » de temps, comme l’écrit Paul). Qui
94 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
164un volume. Elle doit non seulement être vue, mais touchée et puis embrassée, puis finalement soulevée, ayant un poids à elle et
165 éprouver devant certaines pages où la simplicité touche à l’affectation, il faut admirer dans ces textes une volonté de sages
95 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
166e ravissement me souleva tout entier… » Peut-être touchons-nous ici le mystère même, la source inépuisable, le point originel et
96 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
167est celui qui a tiré le premier. Battu, celui qui touche des deux épaules et se met à faire le bon apôtre. Nazi, celui qui acc
97 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
168e vague et vaste frustration. (L’Europe sera plus touchée que l’Amérique.) On ne se guérit pas facilement de l’ablation à chaud
98 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
169e transforme en argent tout ce qu’elle a envie de toucher, et c’est pourquoi son avidité même à se renouveler stérilise instant
170 et de broc et de ficelles partout visibles, mais touchant aux larmes, spirituel jusque dans l’émotion, et tout crépitant d’inve
99 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
171 sentiment, patrie de nostalgie de tous ceux qu’a touchés le romantisme — encore un paradis perdu ! Mais les vrais paradis sero
100 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
172et fait surgir des quotidiennes apparences l’être touchant, bizarre et pitoyable que chacun de nous dissimule. Alors on verrait