1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1 [p. 354] La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929) n « Je lui ai raconté qu’il habite u
2s, ce pauvre corps abandonné vivra dans la petite tour de Tubingue, chez un charpentier — vivra très doucement, inexplicable
2 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
3lu la justifier, ce qui n’a pas été sans quelques tours de passe-passe de logique, admirablement masqués d’ailleurs par des f
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
4e de vitesse, édifiant ses gratte-ciels comme des tours de Babel, et une Asie immobile dans sa méditation éternelle. p. 11
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
5écouvrons, et qui nous permettra de juger à notre tour certaines démences qui enfièvrent l’Europe. [p. 812] Tandis que M. F
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, La Mort difficile (mai 1927)
6r peut-être. Cette sincérité ne serait-elle à son tour que le masque d’un goût du malheur ? Le sujet profond de ce roman, où
6 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
7 pure. Je crois même que, Paul Donzé touché à son tour par la grâce décorative, il n’en reste qu’un, du moins à Neuchâtel mê
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
8écrivait Cocteau dans la préface des Mariés de la Tour Eiffel. Et une note d’Orphée précise : « Inutile de dire qu’il n’y a
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
9revoient la danseuse, font une ronde autour d’une Tour Eiffel de bois de la taille de l’Obélisque de la Concorde, puis enfil
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
10 un établissement luxueux d’où sortaient à chaque tour du tambour des bouffées de musique. » La femme en bleu dansait en reg
10 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
11s de l’enfance et cette féminité du sentiment, du tour de pensée même, qui faisaient déjà du Perroquet Vert un petit chef-d’
11 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
12 cela vaudrait bien d’autres stupéfiants. Mais un tour de tourniquet anéantissait cette Vienne tout occupée à ressembler à l
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
13, Michel Strogoff et Rémy un fils de vaincus, les tours de carrousel, les chemins dans la forêt en automne, des jeux, des feu
14 à la fontaine, à cause du nom.) Quand venait mon tour, je savais rarement où l’on en était. Cela m’attira des reproches aci
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
15s grandes épreuves cyclistes. Les participants du Tour de Science doivent s’inscrire au terme de chaque trimestre. Ceux qui
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
16d’inconscience, si je puis dire. Alors ce sera au tour de l’instinct d’intégrer la raison. Je crois que nous approchons de c
15 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
17iel Marcel, qu’il attaque. (M. Benda trahit à son tour quand il tire argument contre une thèse de M. Marcel de ce qu’elle « 
16 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
18st que l’on s’est trop bien assimilé les [p. 243] tours de la pensée scientifique. Cherchant des lois, la science ne peut tro
17 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
19tions délirantes mais parfaitement concrètes, ces tours de phrases d’une familiarité bourrue mais raffinée, cette ivresse ver
18 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
20te, où il y a quelques arbres devant une sorte de tour peu élevée, à demi recouverte de rosiers, et qu’il paraît impossible
19 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
21s du cavalier) et la faire pirouetter un quart de tour à droite, un quart de tour à gauche ; pirouetter seuls sur place ; de
22pirouetter un quart de tour à droite, un quart de tour à gauche ; pirouetter seuls sur place ; de nouveau frapper le sol des
23ure ivresse que de l’abandon — car voici qu’à son tour il s’égare au bras d’une erreur inconnue, ton fantôme éternel, ton « 
24 ; et ensuite, s’il vous a paru beau, en faire le tour, mais voilà qui est affaire de pur caprice, tandis que s’y baigner es
20 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
25’approbation de tous les prudents qui ont fait le tour des choses comme on fait le tour des galeries du Lido : bien décidé à
26 qui ont fait le tour des choses comme on fait le tour des galeries du Lido : bien décidé à ne rien acheter qui mette en pér
21 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
27t nos sens par notre intelligence, celle-ci à son tour par une volonté qui l’oriente vers certains états dont il arrive que
22 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
28 dans sa chambre d’hôtel, ferme sa porte à double tour. Ah ! qu’une nuit enfin, à la faveur de mon sommeil, on me vole à moi
23 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
29égoïsme et sa coquetterie profonde. Tels sont les tours que nous joue la morale lorsque, se prenant pour fin, elle s’érige en
24 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
30 Quelque chose d’espagnol dans la démarche ; un tour qui ferait penser aux conteurs de la fin du xviiiᵉ ; des sujets dans
31pourtant, en plusieurs endroits, c’est un certain tour désinvolte, le coup de pouce voltairien, l’élégance trop rapide. Il n
25 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
32piques de quoi que ce soit. Il reste que certains tours de pensée ne sont véritablement réalisables qu’au sein d’un ensemble
33e monde latin, monde de la spontanéité, est à son tour plus audacieux, et pour tout dire, plus chrétien que le monde de l’Eu
26 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
34 cela vaudrait bien d’autres stupéfiants. Mais un tour de tambour anéantissait cette Vienne tout occupée à ressembler à l’id
27 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
35ans l’ombre et des fumeurs isolés qui ont fait le tour de bien des choses, Hofmannsthal enfin, serré dans un petit manteau,
28 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
36te, où il y a quelques arbres devant une sorte de tour peu élevée, à demi recouverte de rosiers, et qu’il paraît impossible
37s du cavalier) et la faire pirouetter un quart de tour à droite, un [p. 95] quart de tour à gauche ; pirouetter seuls sur pl
38er un quart de tour à droite, un [p. 95] quart de tour à gauche ; pirouetter seuls sur place ; de nouveau frapper le sol des
39ure ivresse que de l’abandon — car voici qu’à son tour il s’égare au bras d’une erreur inconnue, ton fantôme éternel, ton « 
40 ; et ensuite, s’il vous a paru beau, en faire le tour, mais voilà qui est affaire de pur caprice, tandis que s’y baigner es
29 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
41 [p. 121] La Tour de Hölderlin « Je lui ai raconté qu’il habite une chaumière au bord d
42s, ce pauvre corps abandonné vivra dans la petite tour de Tubingue, chez un charpentier — vivra très doucement, inexplicable
30 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
43arlent exactement comme mes hôtes, avec les mêmes tours familiers et sentencieux, qu’il s’agisse des choses du ciel ou de l’o
44ue Boehme, dans sa jeunesse. Il m’y ramène par un tour moins imprudent de la réflexion, avec ce même « réalisme » exemplaire
31 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
45 dans sa chambre d’hôtel, ferme sa porte à double tour. Ah ! qu’une nuit enfin, à la faveur de mon sommeil, on me vole à moi
32 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
46» de toute philosophie.) Mais ensuite, et à notre tour, nous demanderons : que fait, que compte faire M. Nizan pour les homm
33 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
47 moderne, et la « pensée » bourgeoise a réussi ce tour pendable de la faire passer pour le bon sens même. L’industriel est-i
34 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
48tellement « substantiel » qu’il nous rende à leur tour intenables les dernières ruses de la sécurité. ⁂ Il faut les entendre
35 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
49 pages où maints paragraphes apportent entre deux tours repris des meilleurs auteurs, une de ces approximations vulgaires qui
36 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
50idi ; et sa vertu : dépassement. Jouhandeau à son tour se place dans ces marches extrêmes du bien et du mal où l’apologie de
37 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
51is s’affoler, entrer en décadence, et rêver à son tour une révolution ; dans une époque où l’humanité risque de mourir pour
38 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
52relatif. Une église « établie » établissant à son tour un ordre injuste du monde et s’appuyant sur lui, en réalité n’est plu
39 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
53 par quoi, au bout du temps, se trouve-t-il à son tour jugé ? Si l’on récusait ces questions, on affirmerait par là même que
40 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
54r pour soi, et non pour Dieu. C’est maintenant au tour de l’humaniste d’endosser le reproche de lâcheté. Le chrétien le cons
41 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
55 condamne, ou si elle le revendique. C’est un des tours nombreux que peut jouer la fameuse dialectique hégélienne. Les réalis
56 — les marxistes ont intérêt à revendiquer à leur tour les droits de « l’esprit ». Tel étant, à peu près, l’état de la quest
42 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
57tellement « substantiel » qu’il nous rende à leur tour intenables les dernières ruses de la sécurité. ⁂ Qu’est-ce donc pour
43 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
58relatif. Une église « établie » établissant à son tour un ordre injuste du monde et s’appuyant sur lui, en réalité n’est plu
44 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
59r pour soi, et non pour Dieu. C’est maintenant au tour de l’humaniste d’endosser le reproche de lâcheté. Le chrétien le cons
45 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
60t de vue de ses fins humaines, et ces fins à leur tour du point de vue de la réalité première qu’est la personne, je ne m’at
46 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
61Perspectives (I) Si l’Amérique se soviétise à son tour, si les fascismes soumettent de plus en plus la personne à la culture
47 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
62révolution. Et ces problèmes « autonomes » à leur tour se sont révélés si urgents que la doctrine, toujours ajournée sous d’
48 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
63plus tard elle a sombré dans l’anarchie. Et à son tour, la Rome étatique s’écroule sous son propre poids. De nouveau se refo
49 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
64te devant son destin. Eh bien ! la personne à son tour n’est rien d’autre que l’attitude créatrice de l’homme. Tout, en défi
50 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
65voque bien d’autres questions. Edschmid a fait le tour du monde ; il a séjourné longtemps en Orient et en Amérique ; [p. 816
51 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
66ée du réformateur. N’allons pas commenter à notre tour cette glose. Ce qu’il y a d’ailleurs de plus significatif dans le liv
67 essayistes reprennent le vocabulaire et certains tours de la pensée de Kierkegaard ou de Karl Barth, M. Dominicé, qui n’igno
52 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
68, pasteur et professeur de théologie, a réussi le tour de force de parler de la Réforme d’une manière si objective, si impar
53 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
69ient que le non d’un non. Dirons-nous non à notre tour ? Que ce soit le non décisif de ceux qui savent ce qu’ils affirment !
54 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
70e, et dont il ne saurait avoir raison en quelques tours de phrases élégants et péremptoires, et l’on se demande alors si ce b
55 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
71hitecture des pierres et des constellations à son tour, fait entendre un langage qui n’est pas celui des humains, c’est à la
72communion ce lyrisme de l’isolement, c’est un des tours communs de l’orgueil romantique. On a coutume d’en rendre Rousseau re
56 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
73s à qui ils s’adressent, et si ces hommes, à leur tour, ne se trouvent pas naturellement unis par cette communauté d’affecti
57 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
74e dans l’introduction de Jean Wahl qui réussit ce tour de force d’exposer clairement, sans la trahir, la dialectique « abyss
58 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
75on découvre alors la profondeur, il devient à son tour un problème, il se trouve mis en question. Il faut voir, en effet, qu
76ophistiqué l’histoire, elle veut se réduire à son tour à une histoire des doctrines, à une filiation de systèmes, qu’elle dé
59 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
77éputé. Lequel interpelle les Communes. Qui à leur tour infligent un blâme à l’inspecteur ; car si l’École se met à « découra
60 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
78 a le courage de rappeler la vertu, rions à notre tour du reproche de fascisme dont on veut accabler tant de braves républic
61 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
79uesses « sportives » des autres — des coureurs du Tour de France par exemple ; nous aussi, nous avons eu, à notre heure, une
62 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
80yniques. Et le triomphe d’une telle morale, à son tour, ne sera possible, que si l’on peut déduire de cette morale un systèm
63 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
81 cesse les hiérarchies. Et ces hiérarchies à leur tour cessent de valoir, puisque leur principe même est contesté, qui veut
64 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
82la passion de servir l’Éternel, Luther dira, d’un tour proverbial : « Voilà un écrit qui a des pieds et des mains ! 34  »
65 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
83le des autres. Mais les pires malentendus, à leur tour, naissent de confusions faites sur les mots. Il n’y a pas de « questi
84ils de quelque utilité, nous saurons bien à notre tour les approprier à nos fins. C’est un romantisme assez plat, un archéol
85s. Le vocabulaire des parlementaires dérive à son tour de celui des professeurs radicaux qui firent la Sorbonne d’avant-guer
86onde moderne, et la pensée bourgeoise a réussi ce tour pendable de la faire passer pour le bon sens même. L’industriel est-i
87derne. Ces milliers d’étudiants enseignent à leur tour dans les lycées. Leurs élèves écriront dans les journaux. Le peuple e
88pothèses [p. 184] prudentes, et deviennent à leur tour des dogmes. D’où la mythologie des lois psychologiques, des lois hist
89t esprit secrète sa science, cette science, à son tour, secrète des dogmes. Elle invente des lois qu’elle dit fatales. Et l’
66 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
90des clercs prolétarisés, et ne se perde pas à son tour dans les bureaux d’une administration, même révolutionnaire, il faudr
67 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
91m’oppose une thèse thomiste ; laquelle est, à son tour, contestée par un Newman ou un Laberthonnière, dans des livres pourta
92onde-t-elle ? Sur les Conciles. Et ceux-ci à leur tour ? Prenons le Concile de Trente : « Sacrosancta œcumenica et generalis
68 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
93avant de céder la place aux bourgeois, qui à leur tour… Est-il possible de tirer quelques conclusions claires d’un tel chaos
69 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
94omme ça ici ? — Il me regarde un peu étonné à son tour : « Qu’est-ce que vous voulez, il n’y a rien à répondre, c’est juste,
95rendre possible une réforme matérielle, qui à son tour permettrait d’autres progrès. Un seul homme ici pourrait influencer l
70 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
96uis chômeur moi-même, madame… — Elle sourit à son tour, l’air de dire : Oh ! vous, ce n’est pas la même chose. Elle a sans d
97digène de ce département. Et cette richesse à son tour va reprendre le chemin de l’Orient, d’où vint autrefois le mûrier. Qu
98rnier respect pour la moribonde qu’ils veillent à tour de rôle, ils sont venus discuter dans la remise qui est au-dessous de
99 magnanerie, de cellier et de grange. Au sud, une tour à cadran solaire, surmontée d’une girouette. Derrière la maison de ma
71 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
100omme ça ici ? » Il me regarde un peu étonné à son tour : « Qu’est-ce que vous voulez, il n’y a rien à répondre, c’est juste,
101endre possible une réforme matérielle, qui, à son tour, permettrait d’autres progrès. Un seul homme ici pourrait influencer
72 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
102rnier respect pour la moribonde qu’ils veillent à tour de rôle, ils sont venus discuter dans la remise qui est au-dessous de
103 magnanerie, de cellier et de grange. Au sud, une tour à cadran solaire, surmontée d’une girouette. Derrière la maison de ma
73 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
104nstaurer un ordre plus grand et pur. « Toutes les tours d’ivoire seront démolies, toutes les paroles seront sacrées et l’homm
74 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
105 l’établissement de l’État totalitaire, qui à son tour a sécrété une civilisation dont la seule raison d’être (ou commune me
106 des riches, y faire son beurre, et devenir à son tour « capitaliste », usurier, s’élevant parfois jusqu’au rang de financie
75 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
107c’est alors qu’on invente la non-intervention. Ce tour de vocabulaire sauve la paix, et, de plus, il a l’avantage de sauver
76 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
108ma et les prouesses « sportives » des coureurs du Tour de France, par exemple. Seulement nous avons deux conceptions radical
109es, et toutes les portes ont été fermées à double tour. Une heure. Le discours vient de prendre fin. Un chant : le Deutschla
110ne, qui se dresse au centre de l’ovale, comme une tour carrée, tendue de rouge et violemment éclairée par des projecteurs co
77 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
111t une autre délivrance. Et voici que l’Éros à son tour se voit relevé de sa fonction mortelle et délivré de son destin. Dès
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
112sa part, et sans que rien puisse la retenir, « ni tour, ni mur, ni fort chastel ». Chez Orri le forestier, ils ont plusieurs
113nt au roman de rebondir 8 . Cette remarque à son tour ne saurait constituer par elle-même une explication. À chacune de nos
114e prend la forme du désir, et que ce désir, à son tour, se déguise en fatalité. Incidemment, nous avons indiqué qu’un tel am
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
115 collège sacerdotal des druides. Ce collège à son tour n’était nullement l’émanation des petits peuples ou tribus, mais « un
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
116ces directes du lyrisme franciscain, lequel à son tour devait influencer si profondément le langage mystique des siècles sui
117’une certaine hérésie ; mais cette hérésie, à son tour, ne se ramène-t-elle pas à des dispositions physiologiques sublimées 
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
118nt on va voir qu’elle est une Phèdre déguisée. Le tour est très subtil. « Pour ce qui est du personnage d’Hippolyte, écrit-i
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
119re délivrance du péché. Et voici que l’Éros à son tour se voit relevé de sa fonction mortelle et délivré de son destin. Dès
83 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
120le. Mais à partir de 1536, les catholiques à leur tour utilisent cette image et la transforment (non sans supprimer la tiare
84 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
121Indications que j’ai d’ailleurs retrouvées à leur tour chez Hamann ! L’Histoire comme prophétie à rebours, par exemple.) Ren
85 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
122plus tard elle a sombré dans l’anarchie. Et à son tour, la Rome étatique s’écroule sous son propre poids. De nouveau se refo
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
123 qui ne sait pas où elle va ! Et la société à son tour ne tarde pas à se défaire. Dès que la pensée se sépare de l’action, l
87 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
124 fédéralisme, s’il veut durer, doit devenir à son tour missionnaire. Telle est sa crise : ou se nier, ou triompher mais sur
88 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
125e des socialistes qui s’ignorent ; ceux-ci à leur tour ne sont que des totalitaires timorés, c’est-à-dire quelque chose d’ab
89 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
126u danger, nos ancêtres se sont levés. C’est notre tour.      Pour le Directoire : Denis de Rougemont.
90 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
127qui ne sait plus où elle va ! Et la société à son tour ne tarde pas à se défaire. Dès que la pensée se sépare de l’action, l
91 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
128 soir… Encore faut-il que les paroissiens, à leur tour, acceptent que leur pasteur soit « simplement biblique », et ne jugen
92 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
129e datée du 5 janvier 1902.) ⁂ Mais voici qu’à mon tour je succombe au désir de marquer les seules différences, oubliant ce q
130Mais toute morale a bientôt fait de se muer à son tour en dogme, et la morale protestante succombe à ce danger plus qu’aucun
131gmatisme romain. D’où son horreur congénitale des tours de passe-passe religieux. En somme, tout son effort consiste à se dél
93 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
132 vivre dont on manque. Qu’ils fassent dix fois le tour du monde ! Ils ne rencontreront partout que le fracas du néant mécani
94 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
133t des masses, à mesure que la nouvelle faisait le tour du bâtiment, se transmettait dans la profondeur des rues environnante
134uvernement répond, il s’explique, il écoute à son tour. N’importe quel citoyen peut critiquer publiquement telle ou telle me
95 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
135, l’agent multiple à l’infini. Bornons-nous à ses tours les plus simples, ceux qui prennent à coup sûr le plus grand nombre d
96 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
136Incognito et la révélation [p. 21] 1. Le premier tour C’est dans les Petits Poèmes en prose de Baudelaire que l’on peut lir
137iste pas. 2. L’incognito Reconnaissons que ce tour n’a jamais mieux réussi que dans l’époque contemporaine. Même, quand
138projet de lui consacrer tout un livre. Le premier tour du Diable est son incognito. Dieu dit : « Je suis celui qui suis. »
139e de déclarer qu’il n’y croit pas ? Ainsi, par un tour astucieux, l’image automatique et médiévale qu’éveille en nous le nom
140s médiocrement contribué à la réussite du premier tour que dénonce Baudelaire. Beaucoup s’y arrêtent : « Comment peut-on per
141évolte. Voici qu’il nous entraîne dans un nouveau tour de la spirale qui pointe vers l’Enfer : il nous accuse avec une angél
142articulier. Et ceci nous ramène au premier de ses tours, qui était de nous faire douter de son existence même. Le nom de Légi
143abstraction plus vraie que la figure mythique. Le tour est subtil et requiert un peu d’astuce spirituelle, de notre part, po
97 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
144roire qu’ils détestent. [p. 61] 16. Le deuxième tour Et c’est ainsi qu’à partir de 1933, le Diable nous fit croire qu’il é
145lf Hitler, et personne d’autre. Ce fut son second tour. 17. Hitler est-il l’Antéchrist ? Je tiens l’action d’Hitler pour p
146 vivre dont on manque. Qu’ils fassent dix fois le tour du monde ! Ils ne rencontreront partout que le fracas du néant mécani
98 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
147. Eh bien, ce sera vite fait, nous connaissons le tour : ce qu’il y eut finalement de plus diabolique chez Hitler, c’est la
148Nous n’avons plus su voir le Démon parmi nous. Le tour est joué. Nous voilà pris. Si le Diable est Hitler, nous sommes du bo
149seulement, puisque je risquerais de devenir à mon tour un autre criminel ? Il n’y a qu’un crime, en moi et hors de moi ; qu’
150entales. Cette tendance de la vie politique à son tour va contaminer la vie privée, comme il arrive d’ailleurs dans n’import
151bonne adresse — Si vous voulez déjouer le premier tour du Diable, et son second tour du même coup, si vous tenez sérieusemen
152 déjouer le premier tour du Diable, et son second tour du même coup, si vous tenez sérieusement à l’attraper, je vais vous d
99 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
153it, dans l’instant de la foi devient Pierre à son tour, et fondement de l’Église.) Mais lorsque Pierre se croit le possesseu
154hédrale. J’imagine que ce Diable va devenir à son tour une des pierres de la cathédrale, la pierre d’angle grotesque, la chi
155s [p. 140] qui nous adviennent, et ceux-ci à leur tour aux échecs et aux succès de la vie manifeste. Cette confusion de nos
156ulement qu’on peut la dénoncer. [p. 146] 48. La Tour de Babel Si la personne se perd dans le monde moderne, c’est que les
157notre ascension. Comme le montre l’histoire de la Tour de Babel qui est le grand mythe de notre temps. Bien qu’il ne soit pa
158de toute évidence le principal Entrepreneur de la Tour primitive et de ses répliques modernes. (Je ne fais pas allusion aux
159encore : Allons ! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous
160Éternel, qui « descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. Et l’Éternel dit : voici, ils fo
161. En effet, pour mener à chef l’édification de la Tour, ils furent obligés de se diviser en équipes spécialisées. Il y avait
162t par là qu’elle va se pervertir et devenir à son tour source de perversion. La paillardise joyeuse est certainement l’une d
100 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
163 [p. 1] Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943) g C’est dan
164suader qu’il n’existe pas. » Reconnaissons que ce tour n’a jamais mieux réussi que dans l’époque contemporaine. Même quand n
165 de lui consacrer de nombreuses pages. Le premier tour du Diable est son incognito. Dieu dit : Je suis celui qui suis. Mais
166s médiocrement contribué à la réussite du premier tour que dénonce Baudelaire. Beaucoup s’y arrêtent : « Comment peut-on per