1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1a laissé surtout des dessins, d’une sûreté un peu traditionnelle, d’un style pourtant assez large et que n’entravait pas son scrupule
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
2u. (« C’est Dieu qui vous envoie » dit la formule traditionnelle.) La liqueur de pêche rend démonstratif, dont on vide trois verres d’
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
3. (« C’est Dieu qui vous envoie », dit la formule traditionnelle.) La liqueur de pêche rend démonstratif, dont on vide trois verres d’
4 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
4iste (forme qui par ailleurs flattait un penchant traditionnel de l’esprit français). Cela pouvait donner soit des œuvres d’analyse
5ent plus que d’autres soumis, de par leur sérieux traditionnel. Et quand elle n’est point parvenue à les étouffer, elle a souvent fa
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
6mmerait notre indignation. C’est que l’expression traditionnelle de la mauvaise humeur gauloise, héritage d’un classicisme nettement p
6 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
7’autres pays, qui auraient conservé la conception traditionnelle de [p. 253] la politique, l’homme se voit entraîné dans la vie civiqu
7 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
8ire rire tous les deux ? Je ne songe pas tant aux traditionnelles farces de père de famille en liberté dont il assaisonnait ses Voyages
8 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
9lecture des « certitudes » mal centrées, purement traditionnelles, jamais sérieusement éprouvées ? La foi vraie suppose la ruine de tou
9 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
10ement dans un réveil des valeurs morales les plus traditionnelles. Valeurs de « pères de familles », morale bourgeoise révigorée, en vé
10 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
11 l’esprit des grandes métaphysiques et théologies traditionnelles, jusqu’à Kant, qui cherchaient, elles, à voir quelque chose pour atte
11 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
12ous adressez à la Réforme, du haut d’une grandeur traditionnelle mal assurée, — trop craintivement, trop méticuleusement, trop humaine
12 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
13’autres pays, qui auraient conservé la conception traditionnelle de la politique, l’homme se voit entraîné dans la vie civique par dev
13 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
14uerre, mais avec un sens de la mesure tout à fait traditionnel. C’est qu’il s’agit de « doser », comme à la Chambre. La paix et le c
14 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
15e du russe), dressage dont les buts n’ont rien de traditionnel, bien au contraire. Tous les efforts de la propagande pour restaurer
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
16ision de la femme entièrement contraire aux mœurs traditionnelles — la femme se voit élevée au-dessus de l’homme, dont elle devient l’i
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17carnation… répudiant les définitions théologiques traditionnelles qui ne trouvaient point dans la Bible leur fondement 141  ». Mettons
18dmiration pour la poésie de Pétrarque. Admiration traditionnelle dans sa famille, depuis le mariage qui avait uni Hugues de Sade, ancê
19ls raffineront merveilleusement les « prétextes » traditionnels à la séparation des deux amants : du Lys dans la vallée (le plus naïf
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
20élivrée de ses routines, mais aussi de ses freins traditionnels. Nulle autre civilisation connue, depuis près de sept mille ans qu’el
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
21ué et défectueux, dominé d’une part par des idées traditionnelles très générales, et d’autre part, par un ensemble inextricable de ques
19 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
22phétie contre le Pape, dont la tête, dans l’image traditionnelle, est environnée de trois glaives, l’un d’eux appuyé contre ses lèvres
20 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
23ises, et très nettement. « Tandis qu’à la manière traditionnelle — écrit le catholique Dürrer — les réformés gardaient avec reconnaiss
21 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
24omplète et sympathique que celle des « formations traditionnelles », un parti où l’on puisse « militer » avec une bonne conscience inte
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
25la place des grands lieux-communs chargés de sens traditionnel, nous aurons des slogans, des mots d’ordre simplistes. Et l’on pourra
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
26ature incomparable, ensuite [p. 136] nos libertés traditionnelles, enfin notre neutralité, solennellement garantie depuis 1815 par tout
24 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
27esse des hommes — fait aujourd’hui de la pratique traditionnelle du fédéralisme helvétique une sorte de programme, et même de manifest
25 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
28la place des grands lieux communs chargés de sens traditionnel, nous aurons des slogans, des mots d’ordre simplistes. Et l’on pourra
26 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
29pasteur ; ils ne se déroulent pas d’après un plan traditionnel et chargé de sens dogmatique, mais font se succéder, dans un ordre pl
27 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
30présente Wall Street, c’est-à-dire le capitalisme traditionnel. Mais Willkie promet aux foules de conserver et même de développer pr
28 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
31e faut. Dans ce pays énorme, qui manque de cadres traditionnels, et dont la population est si nomade encore, la vraie cellule sociale
29 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
32x qui s’y laissent prendre ! Fascinés par l’image traditionnelle et trop évidemment puérile, [p. 25] ils ne se doutent pas que le Diab
33ue je voudrais décrire dans ce livre porte le nom traditionnel de Diable. Ce Diable-là n’est pas sorti d’une série de textes plus ou
30 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
34 128] Un certain nombre de tendances théologiques traditionnelles sont très probablement d’origine satanique : le pélagianisme, par exe
35culières. Et le peuple, inspiré peut-être par les traditionnels avertissements de la chaire chrétienne, a toujours vu [p. 130] dans l
31 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
36x qui s’y laissent prendre ! Fascinés par l’image traditionnelle et trop évidemment puérile, ils ne se doutent pas que le Diable agit
32 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable X : Le Diable homme du monde (17 décembre 1943)
37culières. Et le peuple, inspiré peut-être par les traditionnels avertissements de la chaire chrétienne, a toujours vu dans la « monda
33 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
38uf et de ne [p. 18] pas retomber dans les erreurs traditionnelles ou revenir aux disciplines de l’ère bourgeoise. Il se pourrait que ce
34 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
39 gestes théâtraux, la sourdine mise à l’éloquence traditionnelle et le refus de se complaire dans le lyrisme de la catastrophe ; c’est
35 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
40le, ont accompli leur Réforme au sein de l’Église traditionnelle, sans rupture violente (surtout en Suède). Un contenu nouveau, calvin
41s-ci dans l’ordre politique et social. Les cadres traditionnels subsistent — royauté, hiérarchies sociales — mais il s’y introduit un
42 créer, et le temps presse !) Chargées d’éléments traditionnels, condensant tout ce que nous avons d’expérience de la paix, elles con
36 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
43hitlérisme tranchait l’un après l’autre les liens traditionnels et naturels qui rattachaient la Suisse allemande aux sources vives de
37 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
44nt fusionné. Les confessions ou « dénominations » traditionnelles se sont reconstituées en une dizaine de corps qui représentent la gra
38 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
45ouge et cette dorure ? Cela fait bien, et c’est « traditionnel ». Ils n’ont pas le sens proprement « religieux » des correspondances
39 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
46 soif d’imposer au voisin ses propres limitations traditionnelles et de lui faire subir la loi d’un village qui n’est pas le sien. Au c
40 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
47s intraduisibles dans les catégories théologiques traditionnelles. Quant aux fidèles, ils avaient à se défendre contre la menace quotid
48une union mondiale dans le respect des diversités traditionnelles. Que dis-je, il peut ! Il le doit, et de toute urgence ! S’il y échou
41 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
49: c’est contraire à l’honneur en soi, à la morale traditionnelle, aux préjugés de notre bourgeoisie, au règlement d’une caste militair
50 soif d’imposer au voisin ses propres limitations traditionnelles, et de lui faire subir la loi d’un village qui n’est pas le sien. Au
42 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
51ui ont fusionné. Les confessions ou dénominations traditionnelles se sont reconstituées en une dizaine de corps qui représentent la gra
52e faut. Dans ce pays énorme, qui manque de cadres traditionnels, et dont la population est si nomade encore, la vraie cellule sociale
53ette dorure ? Cela fait bien, [p. 111] et c’est « traditionnel »… Ils n’ont pas le sens proprement « religieux » des correspondances
43 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
54pectées en principe, et un en semble de pratiques traditionnelles permettant de tourner ces règles sans les détruire. Les mœurs sexuell
44 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
55seront pas d’échanger, sur la foi des caricatures traditionnelles. 8. Comment ils inventent Un ingénieur français, débarquant à New Y
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
56e les Insulaires sont assez neufs. Leur politique traditionnelle fut d’empêcher l’Europe de s’unifier sous l’égide d’une nation menaça
46 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
57efus de les uniformiser, libérale et disciplinée, traditionnelle et progressiste, neutre et armée… Il nous fait voir que tout se tient
47 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
58t affrontées n’ont pas été la gauche et la droite traditionnelles, mais bien le fédéralisme et l’unionisme, formant une gauche et une d
48 1949, Le Semeur, articles (1933–1949). « Les protestants et l’esthétisme » (février-mars 1949)
59s décisives, les grands lieux communs, les thèmes traditionnels à renouveler, tout ce système de gênes où l’élan créateur prend son a
49 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
60 passions politiques ont remplacé les convictions traditionnelles. Mais le nationalisme et l’esprit partisan [p. 4] eussent échoué à do
50 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
61pouvait être moins mystique au sens des religions traditionnelles, au sens du mythe, des astres et de l’ordre cosmique, ou bien encore
51 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
62s individus eux-mêmes, en raison du développement traditionnel d’une vie corporative : tel ouvrier raisonnera non pas exclusivement
52 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
63 d’acuité que dans les pays voisins, et le régime traditionnel de la petite et moyenne propriété ne subissait que peu de modificatio
64de l’époque, mais en tenant compte des diversités traditionnelles et des conditions locales. Son fonctionnement complexe suppose un hau
53 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
65sser rentrer les jésuites, ont éliminé des causes traditionnelles d’agitation. Cet apaisement, cette paix officielle, traduisent-ils un
66e Rome. Du point de vue politique, elle défend la traditionnelle liberté des cantons, car elle y voit la garantie la plus certaine de
54 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
67es politiques qui ont le mieux exprimé la mission traditionnelle de la Confédération. Seuls, les Romanches constituent une minorité pa
55 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
68ent abaisser un peu ou élever encore les digues « traditionnelles » qui les séparent, alors que le flot russe menace de les submerger t
56 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
69le vers la mer. Quand elle revient à sa politique traditionnelle, continentale et asiatique, Moscou reprend son rôle central. La crise
57 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
70nœuvres diplomatiques, des compromis entre partis traditionnels. On demande donc que la question européenne soit posée ouvertement, d
58 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
71alement les jeunes individus. Dans les sociétés « traditionnelles », régies par le sacré, la transmission des connaissances prend régul
72qu’on pourrait appeler l’in-ducation des sociétés traditionnelles, l’Europe tend donc à opposer l’é-ducation (de e-ducere, [p. 34] « co
73nnaît le rôle de la danse dans la culture hindoue traditionnelle. Danser, pour un hindou, c’est « s’inscrire dans le jeu circulaire de
59 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
74ur de l’ordre. [p. 48] Tel est le cadre antique, traditionnel (au sens oriental de ce mot) que le message chrétien va bouleverser.
60 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
75r le temps et l’Histoire. Si toutes les religions traditionnelles ont développé des mythes du temps cyclique et de l’éternel retour, c’
76pétition, qu’à l’homme des cultures archaïques et traditionnelles, qui pour se défendre de la terreur de l’histoire, disposait de tous
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
77es faits et les hommes que sur la base d’à priori traditionnels, et dans un sentiment de méfiance radicale à l’endroit des partis adv
62 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
78re dépassée en Occident, tandis que la cosmogonie traditionnelle des Hindous gagne en vraisemblance « scientifique » du point de vue d
79nant alors conscience d’elle-même — et de la Voie traditionnelle, soumise à la question de notre présent vivant, dans une perspective
63 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
80hose, mais la confusion de deux nationalismes, le traditionnel et le jacobin — le nationalisme confondu avec le nationalisme — const
64 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
81le, tant à cause de ses vertus que de ses défauts traditionnels, pouvait laisser se poser et comme s’exemplifier dans toutes ses vrai
65 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
82ions techniques. Trop d’obstacles psychologiques, traditionnels ou soi-disant économiques, s’opposent à l’union nécessaire. Pour les
66 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
83r le temps et l’Histoire. Si toutes les religions traditionnelles ont développé des mythes du temps cyclique et de l’éternel retour, c’
67 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aux racines de l’Europe de demain (avril 1957)
84éenne au nom du Commonwealth, ou de la neutralité traditionnelle de son pays, ou d’on ne sait quels « ennemis héréditaires » qui ont c
68 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
85ofondément à toutes les civilisations antiques ou traditionnelles, comme celles de l’Inde ou des Mayas, qui bannissaient toute nouveaut
86 par Paul Valéry. Cette définition peut être dite traditionnelle, puisqu’on la retrouve déjà dans les œuvres des grands humanistes de
87e et responsable — adjectifs inconnus de l’Orient traditionnel. Partant de ces trois grandes options religieuses et métaphysiques, c
88 de valeurs complètement étranger à nos croyances traditionnelles ? » Une autre fois, il me raconte que sa femme, qui est une Hollandai
69 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
89ée pour cette fonction désignée par sa neutralité traditionnelle. Finalement, si la Suisse refuse au nom de cette même neutralité, qu’
90 une abondance de symboles, de mythes et de rites traditionnels : il doit être accessible à tous ceux qui le désirent, mais entouré d
70 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
91ndamentaux. Par exemple, on peut accorder le sens traditionnel et un peu vague des mots peuple et démocratie avec les résultats du r
71 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
92tre culture libérale et technique et les cultures traditionnelles de l’Asie, de l’Afrique et du Moyen-Orient appellent des études et de
72 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
93teur Jivago, par exemple, est de beaucoup le plus traditionnel des trois romans qu’on vient de considérer. L’ouvrage de Musil, au co
73 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
94que la diffusion de la culture au-delà des élites traditionnelles est un phénomène qui n’est apparu qu’au xxe siècle, et qui est exact
74 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
95pe) réinterprète sans cesse ses grandes autorités traditionnelles. Les variations de son histoire ne s’expliquent que par un fond commu
75 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
96elles, bouleversent et oppriment tant de cultures traditionnelles mal préparées à les assimiler. Elles viennent enfin, ces menaces cont
97s de l’esprit enfin, apanage millénaire de l’Inde traditionnelle. C’est pourquoi nous devons attacher tant de prix aux contacts que pe
76 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
98tre culture libérale et technique et les cultures traditionnelles de l’Asie, de l’Afrique et du Moyen-Orient, appellent des études et d
77 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
99s, des âmes ou des esprits, selon la tripartition traditionnelle et non moins paulinienne que gnostique, soulignons-le) se trouvait li
78 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
100. Invasion de l’érotisme au xxe siècle Chrétiens traditionnels, moralistes laïcs, rationalistes libéraux et communistes orthodoxes s
79 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
101teur Jivago, par exemple, est de beaucoup le plus traditionnel des trois romans qu’on vient de considérer. L’ouvrage de Musil, au co
80 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
102pouvait être moins mystique au sens des religions traditionnelles, au sens du mythe, des astres et de l’ordre cosmique, ou bien encore
103de lui-même dans sa maturité. Selon la conception traditionnelle des gnostiques et même de saint Paul, l’homme consiste en un corps ph
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
104te érudit et précieux, s’est inspiré de peintures traditionnelles, fresques, mosaïques ou cratères, vases décorés ou pierres gravées. I
105s de même avec Horace. Bien qu’il adopte le décor traditionnel du mythe, il est le premier à lui donner son sens historique et mondi
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
106es Goropius. Elle se fonde sur la double croyance traditionnelle que le nom d’Europe vient de l’hébreu et que notre continent fut la p
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
107anuels classiques. Mais une comparaison non moins traditionnelle fait de l’Europe une Grèce agrandie 30  : On a souvent dit que l’Eur
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
108ment l’une des trois parties de la carte du Monde traditionnelle (l’Europe, la Libye ou Afrique, l’Asie), mais une existence autonome
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
109u’en se réclamant du mythe de la croisade, levier traditionnel, cause bien vue par les princes. Ainsi l’humaniste espagnol Jean-Loui
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
110e du monde technique, libre de toutes contraintes traditionnelles, succédant au monde européen de la culture. (Une fois de plus, le sta
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
111une nation en devenir n’a pas encore d’intérêts « traditionnels » qui l’opposent au plus vaste ensemble. Mais qu’en sera-t-il de la F
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
112rant de la Nature, qui semble, aux yeux de l’Asie traditionnelle, avoir produit notre technique. On peut juger qu’il s’agit là d’une i
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
113nnantes n’ont jamais cessé d’exprimer les valeurs traditionnelles, tout en s’adaptant aux changements du moment. La culture européenne
114rnes, dans le plein sens du mot, et en même temps traditionnels au plus haut degré. Ils ont modelé une matière classique et l’ont ada
115s toutes les dimensions de sa réalité, physiques, traditionnelles et spirituelles, que Keyserling et André Siegfried. Le comte Hermann
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
116ope réinterprète sans cesse ses grandes autorités traditionnelles. Les variations de son histoire ne s’expliquent que par un fonds comm
91 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
117 socialement le jeune individu. Dans les sociétés traditionnelles, régies par le Sacré (Antiquité, Asie) la transmission des connaissan
118ipline ? Prenez n’importe lequel de nos problèmes traditionnels ou modernes, sociaux, éthiques ou même économiques, et vous verrez qu
119ritaires ou libérales, actives ou fonctionnelles, traditionnelles ou révolutionnaires, existantes ou à inventer ? En effet, une méthode
92 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
120e tous les mauvais pas où l’imprudence (non moins traditionnelle) des Polonais put l’engager. Bien persuadé que personne ne savait rie
93 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
121les de notre éducation. (L’Orient et les cultures traditionnelles n’ont guère connu, jusqu’à nos jours, d’autre forme d’éducation qu’in
122rincipe comme le furent les grandes civilisations traditionnelles et statiques de l’Asie, et aussi de l’Amérique précolombienne, et com
123ncipaux de la cité, c’est-à-dire des institutions traditionnelles que concrétisent nos bâtiments-symboles, réunis autour de la Place. C
124’ère technique et n’en servent pas moins leur but traditionnel, beaucoup mieux même, dirai-je, que les tristes bâtisses, sombres et
94 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
125mune de nos diversités : l’unité de notre culture traditionnelle et créatrice. En bref, cette maladie peut être désignée par le terme
126La Haye est la synthèse vivante des grands motifs traditionnels d’union représentés en fait par ses trois commissions : la politique,
95 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
127t découvert qu’ils étouffaient dans leurs régimes traditionnels. Au nom de quelques-unes de nos plus vraies valeurs — la liberté, la
128’est aussi là qu’elles ont trouvé des résistances traditionnelles et coutumières qui les ont obligées lentement à s’intégrer aux rythme
96 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
129t découvert qu’ils étouffaient dans leurs régimes traditionnels. Au nom de quelques-unes de nos valeurs (telles que l’égalité, la lib
97 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
130de surmonter cette tendance défensive, faussement traditionnelle et autarcique, inutile d’insister sur ce point. Mais c’est une autre
98 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
131leures énergies ; qu’elle respecte nos diversités traditionnelles, dans toute la mesure où elles sont encore fécondes, et enfin qu’elle
132tre aussi les modes d’emploi. Toutes les cultures traditionnelles, y compris la nôtre, se voient en effet menacées par la technique. L’
99 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
133iformité qui les prive de leurs signes extérieurs traditionnels ; leurs élites s’efforcent de les amener à une prise de conscience et
134éparée de ses sources et de certaines résistances traditionnelles. Dans le dialogue des cultures, l’Europe se doit et doit au monde d’a
135là de toute mesure, privés de leurs contreparties traditionnelles, ainsi : culte de la technique sans freins humanistes ou coutumiers,
100 1963, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Le Dieu immanent, qui s’annonce à leur cœur » (9-10 novembre 1963)
136t à retrouver par l’intérieur les grandes notions traditionnelles et dogmatiques : la Trinité d’abord, Père, Fils et Saint-Esprit, défi
137dans l’aggiornamento, ou mise à jour, des vérités traditionnelles, dont Jean XXIII fut l’admirable promoteur. D’autre part, elle porte