1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
1ême tenté d’en écrire l’épopée dans Prikaz, cette traduction française de l’énorme cri de délivrance du peuple fou. Belles étincel
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
2’une de ces farces d’étudiants qui ne sont que la traduction en actes de jeux de mots plus ou moins cruels… » — Je vous entends, i
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
3ui ont dû l’inciter à l’acte recréateur qu’est la traduction d’un poète par un autre poète. Les quatrains sont ici précédés de Fra
4rvaient qu’à noter des mètres, il apparaît que la traduction de tels fragments est illusoire, car on ne peut songer à remplacer ce
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
5arcades. (Nous ne touchons l’un et l’autre qu’aux traductions ; le reste, les livres de M. Maurois par exemple, publiés par la Revu
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
6deux vers de son ami Hilaire Belloc dont voici la traduction : L’amour de Dieu qui mène aux royaumes d’en-haut est contrecarré par
7s, dans la très belle préface qu’il a donnée à la traduction française note avec raison que M. Baring se montre « quelque peu inex
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
8el que l’on n’ouvrît pas par ce roman la série de traductions de ses livres. Mais ce Journal, s’il est l’œuvre la moins forte du Da
7 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
9nvient de se gausser sans examen. Mais une exacte traduction ne servirait au fond qu’à déplacer le prétexte d’un malentendu plus t
8 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
10je me borne ici à suggérer. Voici en attendant la traduction d’un hymne de John Donne (1573-1661), le plus grand des « poètes méta
11étaphysiciens » de l’école anglaise. Une première traduction de cet hymne, dont nous nous sommes inspirés, a paru dans la Nouvelle
12ns la Nouvelle Revue française du 1er avril 1923 (trad. Jean de Menasce).   N. B. — Le poème contient deux jeux de mots intr
9 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
13né, l’opulente diversité du monde. La qualité des traductions du latin, du bas latin et de l’italien dont ce livre est abondamment
10 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
14ues exemples un peu plus loin. Quelle fut donc la traduction politique de la doctrine calvinienne [p. 208] de l’Église et des voca
11 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
15a fait un succès depuis quelques années à tant de traductions qui ne valent pas dix pages de ce roman ! La mode passe, le public se
12 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
16e choix des textes me paraît des plus heureux, la traduction ferme et coulante. La plupart des mystiques que M. Chuzeville nous ré
13 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
17 aux pages 148 à 155 du premier tome (en cours de traduction). Il y a trois sortes de temps, dit Barth : le temps de Jésus-Christ,
14 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
18e choix des textes me paraît des plus heureux, la traduction ferme et coulante. La plupart des mystiques que M. Chuzeville nous pr
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
19é hybride de nationalisme et de socialisme que la traduction française du terme nous invite à imaginer. Il exprime en une seule fo
16 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
20sibles à réparer. S’il s’agit de littérature, la traduction des métaphores de Diderot est trop aisée. « Affaissement général », s
17 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
21dus inévitables. Je ne vise pas ici la langue des traductions, encore qu’il y ait beaucoup à dire sur ce point, mais bien l’ordre o
22es qui arrêtent parfois le lecteur des meilleures traductions françaises de Kierkegaard.   P.-S. : Cette chronique était déjà impri
18 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
23n lui dans son être : son geste n’est plus que la traduction, dans l’univers matériel, du sanglot de l’origine ». En même temps qu
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
24ut de même le strict nécessaire par des articles, traductions, etc. (qu’il me reste d’ailleurs à trouver) — et combien coûte ce str
25teur de M. Je ne trouve à lui recommander que des traductions. La littérature moderne en France n’a guère à donner à ceux qui ont f
26 parle d’accidents. Pourvu que le manuscrit d’une traduction « alimentaire » que j’ai expédié il y a quatre jours, ne revienne pas
27gtemps, en fait de « rentrées ». Le produit d’une traduction et de la correction d’un manuscrit nous a fait vivre jusqu’en avril.
28endant les semaines qui viennent. Articles, zéro. Traductions, zéro. Les chapitres du livre en train, non détachables. Un essai phi
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
29is on va pouvoir respirer. 25 septembre 1934 La traduction d’un considérable ouvrage allemand nous permettra de passer trois moi
30rivais plus rien, tout absorbé par mon travail de traduction, et n’en [p. 149] sortant que pour les bricolages habituels dans la m
31l ou tel ouvrier. On pensera que de tout temps la traduction du langage surveillé des écrivains dans le langage parlé du peuple fu
21 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
32teur de M… Je ne trouve à lui recommander que des traductions. La littérature moderne en France n’a guère à donner à ceux qui ont f
22 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
33 centrale du De servo arbitrio, dont une première traduction française va paraître, après un peu plus de 400 ans : je le vois au c
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
34ien, détruisent avec efficacité. ⁂ Deux nouvelles traductions françaises apparaissent parallèlement à de nombreuses études de revue
35re à ceux qui lisent l’allemand, en attendant une traduction, aussi nécessaire d’ailleurs que peu probable, dans l’état présent de
24 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
36endant les semaines qui viennent. Articles, zéro. Traductions, zéro. Les chapitres du livre en train, non détachables. Un essai phi
25 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
37i, l’on serait tout disposé à traiter comme une « traduction en prose de la poésie »… Sa rhétorique, sa « vérité »… 5. De la sexua
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
38 donc le dogme de l’Incarnation, et a fortiori sa traduction romaine dans le sacrement de la messe : ils le remplacent par une cèn
39êves, et cela sans qu’intervienne aucun effort de traduction conceptuelle. En d’autres termes, le médiéval n’a pas besoin de se fo
40ogrès rapide vers l’Europe à travers une série de traductions en syriaque, en arabe, en latin, en espagnol, etc. Au xviie siècle,
41a Fontaine la lira en français, dans une nouvelle traduction du persan faite sur une ancienne version arabe. Le périple du Roman d
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
42 Tristan n’est qu’une impure et parfois équivoque traduction de la mystique courtoise. (Il arrive que les situations les plus appa
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
43s troubadours (1856). C’est un lexique donnant la traduction d’environ 500 termes, comme par exemple : « Arbres morts ». — Les cat
44vrés De leur frein naturel. Sa vie se consumait. (Traduction Bossert.) Les trois derniers vers sont une parfaite confirmation de
45in qui conduit à sa retraite Est dur et pénible. (Traduction Bossert.) Pour qui conserverait des doutes sur la nature de l’amour
29 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
46ues exemples un peu plus loin. Quelle fut donc la traduction politique de la doctrine calvinienne de l’Église et des vocations per
30 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
47iscuté. 5. La force des choses — qui n’est qu’une traduction automatique de la faiblesse des hommes — fait aujourd’hui de la prati
31 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
48mes allemands, pour autant qu’ils ne sont pas les traductions de chants islandais ou scandinaves, sont des imitations de légendes l
32 1944, Les Personnes du drame. Introduction
49ne extrapolation présomptueuse, ou simplement une traduction en bon français de ce que Freud appelle le « surmoi » ? A-t-elle jama
33 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
50n lui dans son être : son geste n’est plus que la traduction, dans l’univers matériel, du sanglot de l’origine ». En même temps qu
34 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
51ans scrupules avec M. Romains une grave erreur de traduction car l’Évangile, dans le texte original, dit simplement : « Paix sur l
35 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
52’agit pas seulement, pour moi, d’écrire en vue de traductions américaines, mais également en vue d’une transmission directe à la ra
36 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
53ans scrupules avec M. Romains une grave erreur de traduction. Car l’Évangile dans le texte original dit simplement : « Paix sur la
37 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
54pe de relations ecclésiastiques devait trouver sa traduction politique dans un fédéralisme plus ou moins accentué selon les nation
38 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
55ans scrupules avec M. Romains une grave erreur de traduction. Car l’Évangile dans le texte original dit simplement : « Paix sur la
39 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
56 Good neighbor policy favorise officiellement les traductions de l’espagnol et du portugais. [p. 85] Et que les Scandinaves jouisse
40 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
57idéologies, et qui a vu les pires tyrannies comme traduction des mystiques libertaires, n’avait pas décidé de ne plus croire à rie
41 1953, Réforme, articles (1946–1980). « Les écrivains protestants » (11 avril 1953)
58, pour ceux qui se réfèrent à l’Écriture et à ses traductions liturgiques, sources du seul langage vraiment commun aux écrivains de
42 1953, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « Ce qu’ils pensent de Noël… » [Réponse] (24 décembre 1953)
59nté, répétant avec M. Romains une grave erreur de traduction. Car l’Évangile dans le texte original dit simplement : Paix sur la t
43 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
60if, beaucoup de finesse, et les difficultés de la traduction ne l’ont pas empêché de manifester un profond sens de l’humour. Il m’
44 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
61jectifs : il révéla deux talents neufs, permit la traduction des deux romans en un grand nombre de langues, et rapporta aux auteur
45 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pool européen d’éditeurs (février 1958)
62rétariat. Afin de faciliter la publication et la traduction immédiate d’ouvrages traitant de problèmes européens, le CEC a conçu
46 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
63rckhardt. La France l’ignore encore, malgré trois traductions 78 qui suffiraient à résumer son œuvre, laquelle compte environ quar
64ner, lus en français dans une précieuse et simple traduction 79 , lorsque j’essaie de me remémorer l’espèce de choc que j’en reçus
47 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
65sais pas de plus reliable comme dit l’anglais. Sa traduction en France surtout, mais aussi en Angleterre, en Italie et en Espagne,
48 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Carlo Curcio, Europa, Storia di un’idea (septembre 1959)
66ais leurs références renvoient trop souvent à des traductions françaises d’un auteur anglais, ou allemandes d’un auteur hollandais,
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
67rckhardt. La France l’ignore encore, malgré trois traductions 79 qui suffiraient à résumer son œuvre, laquelle compte environ quar
68ner, lus en français dans une précieuse et simple traduction 80 , lorsque j’essaie de me remémorer l’espèce de choc que j’en reçus
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
69vue confirmée dans l’esprit de ces auteurs par la traduction en grec de l’allégorie (biblique) : au latin latus (large, étendu) co
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
70oètes nationaux et militants de Quarante-huit ses traductions lyriques et populaires, en termes de liberté et de patriotisme. La « 
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
71e lire l’Évangile en français (il n’existe pas de traduction espagnole). » Pendant ce temps, le monachisme est entré en décadence 
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
72ns l’un de ses derniers écrits — une préface à la traduction française du Rapt de l’Europe de Diez del Corral 308 —, André Siegfr
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
73 ; bien sûr, on peut multiplier les échanges, les traductions, les contacts, on peut faire une politique du livre, on peut concevoi
74 la continuité dans le changement 321 qui est sa traduction dans le temps, et il rejoint ainsi notre plus proche actualité : Une
55 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
75tre passe-temps que la lecture de Platon, dans la traduction de Jowett : c’était le seul livre sérieux de la place, où l’on ne tro
56 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
76 : sujets, auteurs, séries d’études, collections, traductions, éditions en commun. L’échec d’une première tentative, entreprise par
57 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
77 1291, voici le texte justement célèbre, dans une traduction fidèle : Au nom du Seigneur, Amen. C’est chose honnête et profitable
58 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
78 de préceptes moraux que tel peuple tient pour la traduction directe des réalités fondamentales de la Nature ont pour origine des
59 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
79t-à-dire l’homme, à la fois libre et responsable, traduction simple de cette phrase mystérieuse pour peu qu’on y réfléchisse : « T
60 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
80 de recherches scientifiques — Index critique des traductions — Publications propres du Centre — Revues — Groupes de travail et Con
61 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
81t-à-dire l’homme, à la fois libre et responsable, traduction simple de cette phrase mystérieuse pour peu qu’on y réfléchisse : « T
62 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
82, elle n’est pas du tout homogène. Je vois que la traduction de ces données de base en termes politiques d’institutions ne saurait
63 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
83’action directe », le banditisme individuel et sa traduction collective en « régimes d’ordre ». Chaos social quadrillé par la pol
64 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
84t. Car c’est dans un budget, c’est-à-dire dans la traduction financière d’une politique, que se révèlent les vraies finalités que
65 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
85iques et des dynamismes économiques, n’est que la traduction du dogme de la souveraineté totale, universelle et indivisible de l’É
66 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
86ence de l’explosion démographique, elle en est la traduction plastique. Quand double une population, au lieu de doubler le nombre
67 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
87 le basque et le breton ; et de faire envoyer les traductions dans les provinces qu’elles concernent. On n’est pas loin de la Fête
68 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
88l’action directe”, le banditisme individuel et sa traduction collective en “régimes d’ordre” 116  » Depuis lors, en effet, nous av
69 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
89mais il n’y a pas d’illusions à se faire sur leur traduction en décrets, le cas échéant : taxer un livre d’infamie est un procédé
70 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
90urelles et dans leurs pratiques internationales : traductions, débats à l’échelle continentale, dialogues ou trilogues, échanges d’
71 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
91esures humaines que l’ange utilisait » (selon les traductions). Il s’agit donc d’une cité idéale, transcendante, mais qui touche à
72 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
92i reçoit. 48 Ceci encore, dans l’essai sur les traductions : Il n’y a pas de plus éminent service à rendre à la littérature que
73 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
93de l’Épître aux Romains (que je vais lire dans la traduction de Calvin, pour le premier verset) : La création tout entière, dans
74 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
94ti-individualiste » (Lévy), c’est-à-dire, dans la traduction au moins très libre de Raymond Aron « traditionaliste et parafasciste
75 1982, Journal de Genève, articles (1926–1982). Mes amis et Nerval (9 octobre 1982)
95ès, sept ou huit de mes propres livres, en vue de traductions nouvelles en anglais, roumain, serbo-croate, exigeant ajouts et préfa
76 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
96928, alors qu’étudiant à Vienne je corrigeais les traductions françaises de sa revue Paneuropa. J’ai rencontré peu d’hommes aussi d
97a dans un journal allemand et pour en vérifier la traduction, je me suis reporté à mes notes de journal de 1950 : il me semblait q