1 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
1llent par le simple jeu des images, se voient par transparence au travers de l’autre. Il dit : « Pour celui qui saisit les correspon
2 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
2e qui n’est pas une vie nouvelle. La mort dans la transparence glaciale de l’évidence. [p. 41] Un jour, à propos de rien, Stéphane
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
3] chaque fois adopté le soin de dégager comme par transparence le jugement implicite que, sur le plan de la qualité pure, je persist
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
4llent par le simple jeu des images, se voient par transparence l’un au travers de l’autre. Il dit : « Pour celui qui saisit les corr
5 1933, Présence, articles (1932–1946). Paysage de tête : poème (1933)
5tenant descend, suspendue dans le soir et dans la transparence, l’épouvantable constatation de la mort. p. 53 c. « Paysage de t
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
6ui est pour moi le lieu du monde le plus pur. Une transparence vert bleu sur des cailloux ronds où le pied enfonce, entre deux roche
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
7s, et considérons-les dans la très pure nudité et transparence de leur rhétorique amoureuse. ⁂ Thème de la mort, que l’on préfère au
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
8uer les thèmes que le trobar mêlait dans la naïve transparence de ses symboles. Voici les derniers Siciliens. Cette plainte de Jacqu
9 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
9ives, les superpositions d’images ou de corps par transparence, la synchronisation des gestes et de la musique, vingt autres procédé
10 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
10e qui n’est pas une vie nouvelle. La mort dans la transparence glaciale de l’évidence, qui est celle du moi séparé. Un jour, Stéphan
11 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
11laisir que dispense un corps. Ils prisent fort la transparence, mais tolèrent très bien cette chair, oui, même ceux-là qui déplorent
12’est étranger.) Revenons alors à notre mythe : la transparence, c’est l’absence d’ombre, donc de secret. Or le secret « sacré » étan
13ais justement l’absence en lui de son secret : sa transparence. Spirituellement ou de quelque autre sorte, il n’est plus un homme cr
12 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
14ives, les superpositions d’images ou de corps par transparence, la synchronisation des gestes et de la musique, vingt autres procédé
13 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
15 à la beauté du cosmos tel qu’il le conçoit, à la transparence logique de la totalité posée par l’esprit… Et il ne s’agit pas là seu
14 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
16 à la beauté du cosmos tel qu’il le conçoit, à la transparence logique de la totalité posée par l’esprit… Et il ne s’agit pas là seu
15 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
17 [p. 231] En dépit de tout ce qui distingue la transparence (parfois trompeuse) du latin de l’ingénieur-philosophe Swedenborg et
16 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
18rme unique, libérée pour un peu de temps de cette transparence incolore qui est la malédiction originelle, l’enfer cosmique. L’incar
17 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
19 amour. 80 En dépit de tout ce qui distingue la transparence (parfois trompeuse) du latin de l’ingénieur-philosophe Swedenborg et