1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1chose que l’absence de guerre, c’est une paix que travaillerait le levain des vertus guerrières. « Il faut que la paix, ce soit vivre
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
2e talent ne le rebute pas. Une divine violence le travaille. Elle jaillira enfin, dans l’éblouissement d’Arles, jusqu’au jour où
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les derniers jours (juillet 1927)
3hées du Socialisme et du Communisme. Tous ceux-là travaillent à l’achèvement d’un certain monde moderne, merveilleuse mécanique sév
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
4définition de la liberté : La liberté consiste à travailler pendant le temps convenable et à gagner, par ce moyen, de quoi vivre
5essentiel une grande part des forces humaines, il travaille contre l’Esprit. Rien n’est gratuit. Nous payons notre passion de pos
5 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
6iste, un libéral et un jeanfoutre qui regardaient travailler un maçon. Le maçon creusait et défonçait, or on lui avait commandé un
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
7ait-ce la civilisation toute seule qui les aurait travaillées à ce point et les aurait ainsi fouillées ? Je ne sais ; l’âme humaine
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
8santes et de fourmis rouges. Dès 9 heures j’ai pu travailler en costume de bain. Buffon préférait les manchettes et le jabot. C’es
8 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
9xisme. Or, s’il est clair que le marxisme prétend travailler pour l’homme en général, il n’est pas moins clair qu’il tombe par là
9 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
10our notre salut. Elle se souvient que nous devons travailler à établir le Royaume sur la terre, mais elle oublie que cela nous est
10 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
11ravail), qui débute ainsi « Pourquoi est-ce qu’on travaille ? parce qu’on y est forcé. Pourquoi y est-on forcé ? » Je vois que ce
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
12me de Faust. « Il faut être absolument moderne. » Travailler. Se donner à l’instant, à cette heure « au moins très sévère ». Gagne
13ci-bas, et qui par conséquent doit tous les jours travailler, combattre, agir, laisse en paix le monde futur et se contente d’être
12 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
14eront pour nous. L’Ordre nouveau, Combat, Esprit, travaillent dans la ligne des forces révolutionnaires profondes de la France. Cet
13 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
15 premier ordre sur la « rupture » à laquelle nous travaillons tous ici. p. 1034 d. « Protestants », Esprit, Paris, n° 6, mar
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
16Le travail, c’est la liberté, — pour celui qui ne travaille pas. » Qu’il exprime la religion du travail, ou la superstition du lo
15 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
17 plus humains, les plus capables, par là même, de travailler au bien de tous. C’est, pratiquement, prévoir et respecter les différ
16 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
18tion politique nous est nécessaire, comme manger, travailler et penser, mais jamais un système politique ni aucune synthèse humain
17 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
19our notre salut. Elle se souvient que nous devons travailler à établir le Royaume sur la terre, mais elle oublie que cela nous est
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
20service du Plan Quinquennal, le brigadier de choc travaille pour des avantages humains, pour assurer un bien-être général et maté
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
21socialiste, rationaliste, jacobin, — unitaire ! — travaillait à l’éducation fasciste de ses militants. Ce n’est pas que je croie un
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
22emain, seront pour nous. L’Ordre nouveau, Esprit, travaillent dans la ligne des forces révolutionnaires profondes de la France. Cet
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
23à-dire par l’un des agents les plus puissants qui travaillent pour la guerre. Les communistes ont [p. 156] parfaitement raison de s
22 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
24tte critique qu’ils nous font est naïve. Quand on travaille dans le médiocre, on aurait tort, évidemment, de raffiner sur la tech
25x « impondérables », et l’on persiste néanmoins à travailler avec « les masses » 62  !) 5. L’ordre à créer doit se manifester dès
26ulent qu’on s’empare d’abord du pouvoir, et qu’on travaille ensuite. Ces théories conduisent fatalement à stabiliser la « dictatu
23 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
27Le travail, c’est la liberté, — pour celui qui ne travaille pas ! » Qu’il exprime la religion du travail, ou la superstition du l
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
28nt provoqués de tous côtés. « Petits penseurs qui travaillent pour le fascisme », s’écrient les communistes à propos de L’Ordre nou
25 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
29lons nous servir aussi de notre intelligence pour travailler à mettre en marche un ordre neuf. Quant à ceux qui nous reprocheraien
26 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
30dé, surtout en dons. Sa vie était très simple. Il travaillait une grande partie de la nuit. Il aimait se promener à l’aube. Puis il
27 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
31ne sont pas une secte ni une nouvelle Église. Ils travaillent par petites équipes. Ils voyagent beaucoup et vont où l’Esprit les ap
28 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
32rvice de ce qui les opprime. Notre individualisme travaille pour l’État. Notre littérature travaille contre l’esprit. Préface à
33dualisme travaille pour l’État. Notre littérature travaille contre l’esprit. Préface à l’imprévisible Une littérature n’est val
29 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
34à-dire par l’un des agents les plus puissants qui travaillent pour la guerre. Les communistes ont parfaitement raison de soutenir q
30 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
35 perdre notre temps. Mais à ceux qui sont prêts à travailler à nos côtés, et que retiennent encore des indécisions juvéniles, voic
31 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
36s craintes de Léon Blum car toutes les confusions travaillent pour le « fascisme », et surtout les confusions doctrinales. Nos dout
37t la nécessité d’une construction nouvelle ; elle travaille donc pour nous. [p. 22] 2° Les éléments les plus solides des constru
32 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
38ure. Mais ici c’est un ouvrier qui parle. D’avoir travaillé chez Ford ne donne pas forcément plus de valeur que d’avoir traîné so
33 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
39lus diverses de la population. Quant à nous, nous travaillons et travaillerons pour la seule cause ouvrière, en liaison organique é
40 la population. Quant à nous, nous travaillons et travaillerons pour la seule cause ouvrière, en liaison organique étroite avec la lu
34 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
41rait parallèlement en vertu du même principe. Ils travailleraient en toute confiance dans un ensemble organiquement articulé, c’est-à-d
35 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). À propos du 14 juillet (juillet-août 1935)
42ésente, une chose est claire : le Front populaire travaille pour M. Litvinoff, le Front national travaille pour M. de Wendel. Et
43re travaille pour M. Litvinoff, le Front national travaille pour M. de Wendel. Et si les militants de gauche et de droite l’ignor
44rine, on est sûr que cette gauche et cette droite travaillent en fait pour le désordre, et que les seuls bénéficiaires de luttes ci
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
45ir que la confusion politique, en temps de crise, travaille pour la future dictature étatiste ; qu’elle se qualifie elle-même de
46l, en dehors de L’Ordre nouveau. 5. — Les faits travaillent pour nous Ce n’est pas à notre propagande, certes, qu’il faut attribu
37 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
47ns tous plus ou moins, et beaucoup d’entre nous y travaillent. Il ne sera pas dit que l’homme chrétien est moins humain que l’homme
48 et qui créent. Mais s’il accepte pratiquement de travailler à la révolution, le chrétien n’a pas le droit de laisser subsister la
49tinction, nous risquons de prêcher contre Dieu en travaillant à leurs côtés ! Nous connaissons des chrétiens socialistes. Et ils sa
50Notre premier devoir dans la cité n’est-il pas de travailler en tant qu’intellectuels, — de même que le premier devoir de l’ingéni
51eptes un style [p. 412] de vie communautaire, que travaillent depuis trois ans les groupes de L’Ordre nouveau , et ceux de la revu
52otidien, celui de la pensée et de l’action auquel travaillent les groupes personnalistes. Qu’ils le fassent, qu’ils saisissent cett
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
53e. Ainsi il n’est plus seulement dit : “Celui qui travaille doit être honoré” mais il est encore dit : [p. 36] “Chacun doit trava
54ré” mais il est encore dit : [p. 36] “Chacun doit travailler pour être honoré en ce monde et être sauvé dans l’autre” » (page 137)
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
55misère, l’envie et l’ignorance : une angoisse les travaillait, incarnée et mise en formules par les théoriciens de la Révolution. E
56 le spleen et le cynisme : une autre angoisse les travaillait. « Je veux un corps ! » gémissait Kierkegaard. Et nous voici au seuil
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
57 humeur, c’est qu’ils savent pourquoi ils [p. 96] travaillent et que nous l’ignorons généralement ; c’est qu’ils acceptent les buts
41 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
58ès coup, la multitude des mains sans cerveaux qui travaillent sans fin par le monde, peinant peut-être en pure perte, si ce n’est p
59onne mal si elle n’engage pas la main. Cette main travaille en vain si la raison ne s’engage pas dans son travail. La main n’est
42 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
60la pesée à la résistance, la pensée à la main qui travaille. Dans cet acte, pensée et objet témoignent de leur existence concrète
61ence », dit un poète 86 . Mais « les autres » ont travaillé pendant ce temps ! S’ils ne menaçaient pas d’étendre à toute l’Europe
62mais comme il arrive toujours quand la monnaie ne travaille plus, elle les dévalorise, et les grands mots dont elle abuse perdent
63ion des racines, — l’imagination créatrice, elle, travaille toujours dans le donné, mais contre lui : elle rapporte les mots à le
43 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
64’inscrivent sur le papier ou dans la terre qu’ils travaillent. Tous participent de l’incarnation du mythe. ⁂ Voyez Les Signes parmi
44 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
65humeur, c’est qu’ils savent [p. 256] pourquoi ils travaillent et que nous l’ignorons généralement ; c’est qu’ils acceptent les buts
45 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
66lons nous servir aussi de notre intelligence pour travailler à mettre en marche un ordre neuf. Nous sommes « intellectuels », cert
46 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
67 avec, à l’occasion, une touche de la mèche. « 3° Travailler épaule contre épaule avec eux, poussant ferme dans la même direction,
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
68 mots, dans notre liberté. Après quoi, je pourrai travailler. Aujourd’hui c’est le jour du repos. J’ai trouvé au fond d’une armoir
69je restreins mes dépenses de tabac. Difficulté de travailler sans fumer. Le meilleur moyen, c’est d’aller réfléchir le long des pl
70mple fait que je ne puis pas les persuader que je travaille vraiment en écrivant, cela met entre nous une barrière sentimentale,
71e autre plus petite vers la fenêtre, sur laquelle travaille le père Renaud. Le sol est de la terre battue recouverte d’une fine c
72ible de se chauffer dans la grande pièce, je vais travailler à la cuisine, pendant que ma femme prépare les repas. On est très bie
73 repas. On est très bien, dans les cuisines, pour travailler. Je ne conçois, en somme, que trois types de pièces habitables, pour
74bsister après l’épuisement de notre réserve. J’ai travaillé beaucoup, mais je ne serai pas payé avant un mois. Or, un mois, ou mê
75 un hypocrite qui a trouvé le moyen de vivre sans travailler. Il m’a décrit son existence sans amertume. Il ne se plaint que de so
76er, l’amitié. Un chômeur intellectuel peut encore travailler, — et c’est cela qui le différencie profondément d’un chômeur industr
77ivation de [p. 63] travail. Au contraire, il peut travailler davantage. Il ne se distingue donc d’un intellectuel rentier que par
78suite il m’apparaît qu’elle est une terre réelle, travaillée par des hommes réels, leur imposant des conditions de vie précises et
79cules. Sur ces parcelles des hommes et des femmes travaillent, le buste parallèle au sol. Ces deux observations physiques très simp
80es parcelles tout autour du village : l’homme qui travaille ces bouts de champ grands comme ma chambre doit passer une partie de
81tte tradition sacro-sainte, c’est que les paysans travaillent beaucoup plus qu’il ne serait nécessaire à leur subsistance si la rép
82la provient évidemment de leur position quand ils travaillent aux champs. Et cette position provient de la forme de leurs outils. I
83 les premiers jours par l’allure et les façons de travailler si spéciales des gens d’ici, j’ai hésité longtemps à croire que la ra
84en 4 . Je me borne à constater qu’ici les paysans travaillent trop, se plaignent du mauvais rendement de la terre, et refusent cepe
85de ces hommes, à quelques mètres d’eux, quand ils travaillent sur leur parcelle, ce que signifient les méthodes productivistes et l
86ut, la grande lumière sur nos murs blanchis. J’ai travaillé au jardin, tous ces jours. Labouré et dessiné des planches, arraché d
87feuilles mortes. Il me semble souvent que plus je travaille de mes mains, plus il me vient d’idées fermes et utilisables. [p. 97]
88erte. L’après-midi, la chaleur est trop forte. Je travaille dans la grande pièce de l’étage, où j’ai transporté ma table à trétea
89du berger ». Voici un an que je dors bien, que je travaille sans fièvre et que je flâne sans vague à l’âme. C’est quelque chose.
48 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
90ns et d’aquarelles, de telle sorte qu’on puisse y travailler. Nous faisons l’inventaire minutieux et le plan d’arrangement actuel
91 pour une population de 2 300 habitants. Ceux qui travaillent encore gagnent à peine de quoi se nourrir. Et j’entrevois déjà ce qu’
92diquement par la faillite des entreprises où elle travaille, ou par quelque décret d’État. Je vois le chômage s’étendre et s’inst
93endre sa fille qui va rentrer des champs, où elle travaille jusqu’à la nuit tombée. Nous sommes dans une cuisine de ferme, mais l
94e sont elles qui gagnent ce qu’il faut, elles qui travaillent, elles qui décident, elles qui vont à l’église ou au temple, ou n’y v
95urs et inefficaces. La plupart ne font rien, ou « travaillent le mazet », ce qui n’est rien. Les femmes vont à la filature — une su
96un adjoint de la mairie, quelques retraités qui « travaillent le mazet » dans nos parages, un ou deux cultivateurs, les trois insti
97— ce sont de petits propriétaires ou des ouvriers travaillant à leur compte. — En somme, vous vous entendez bien avec eux ? — Ils s
98arxistes que moi. Ils veulent avant tout vivre et travailler raisonnablement. Mais rien ne se présente pour les soutenir. Ils [p. 
99rdinier s’est fait une forte entaille au doigt en travaillant. Ce gros homme, violacé d’ordinaire, en est tout pâle. Je vais discut
100hons-là » et dans la crainte de la vieillesse. On travaille pour ne rien gagner, à cause de la mévente croissante, on vit sur le
101explique encore que les gens s’en vont d’ici pour travailler à la ville. C’est comme partout. Bon. Alors les catholiques descenden
102vrai chômeur, puisque vous avez la possibilité de travailler. — Je me suis fait moi-même cette objection 15 . Il est clair qu’un i
103u’un intellectuel aura toujours la possibilité de travailler, pour autant que son vrai travail est de penser. Mais je l’appelle ch
104uotidien lamentable, hérissé de clichés hargneux, travaille pour le bien de ses lecteurs ? Si l’on prend au sérieux le sort qui e
105u, qui lui permette de se refaire des racines, de travailler et de se reproduire. Il faut abandonner la croyance illusoire en quel
49 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
106cules. Sur ces parcelles des hommes et des femmes travaillent, le buste parallèle au sol. Ces deux observations physiques très simp
107es parcelles tout autour du village : l’homme qui travaille ces bouts de champ, grands comme ma chambre, doit passer une partie d
108tte tradition sacro-sainte, c’est que les paysans travaillent beaucoup plus qu’il ne serait nécessaire à leur subsistance si la rép
109la provient évidemment de leur position quand ils travaillent aux champs. Et cette position provient de la forme de leurs outils. I
110 les premiers jours par l’allure et les façons de travailler si spéciales des gens d’ici, j’ai hésité longtemps à croire que la ra
111en 4 . Je me borne à constater qu’ici les paysans travaillent trop, se plaignent du mauvais rendement de la terre, et refusent cepe
50 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
112es dont se réclame Érasme n’y changeront rien : « Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, puisque c’est Dieu qui pro
51 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
113fit à prouver le contraire. Jamais un écrivain ne travaille mieux que lorsqu’il sent qu’il est en communion avec les soucis de la
52 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
114qui paie, et qui m’ennuie. Après quoi, je pourrai travailler. Aujourd’hui c’est le jour du repos. J’ai trouvé au fond d’une armoir
115mple fait que je ne puis pas les persuader que je travaille vraiment en écrivant, cela met entre nous une barrière [p. 72] sentim
116e autre plus petite vers la fenêtre, sur laquelle travaille le père Renaud. Le sol est de terre battue recouverte d’une fine couc
117er, l’amitié. Un chômeur intellectuel peut encore travailler — et c’est cela qui le différencie profondément d’un chômeur industri
118ommes, à quelques mètres d’eux, quand ils [p. 77] travaillent sur leur parcelle, ce que signifient les méthodes productivistes et l
119uitté Paris. Voici un an que je dors bien, que je travaille sans fièvre et que je flâne sans vague à l’âme. C’est quelque chose.
53 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
120tulé Penser avec les mains . Mais tandis que j’y travaillais, je m’amusais à noter, au jour le jour, des anecdotes, des observatio
54 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
121bleus », c’est-à-dire à ceux de la profession qui travaillent de leurs mains. C’est déjà le commerce de gros, celui où la possessio
122e la division du travail et du salariat. Ils font travailler à domicile tout un prolétariat de tisserands et de foulons, qui reçoi
123oduction, ou classes moyennes ; et en prolétariat travaillant tantôt sous la coupe des corporations, tantôt sous la coupe directe d
55 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
124 pas les ouvriers quand ils ont de quoi manger et travailler. Hitler ? Il n’a qu’à appliquer son programme, maintenant qu’il a gag
125nne — c’est le droit de se nourrir, mais mal ; de travailler beaucoup, mais pour peu de salaire ; et de ne pas penser davantage qu
126Boot aux Anglais. Après quoi il quitte l’armée et travaille quelque temps comme valet de ferme. La pensée de servir son peuple dé
127n enfant. Pendant les vacances universitaires, il travaille donc comme ouvrier d’équipe à la gare de Münster, puis comme comptabl
56 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
128s éprouve une joie particulière à savoir qu’il ne travaille plus pour enrichir M. Citroën ou M. Louis-Louis Dreyfus, mais pour en
57 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
129son divan, et jusque sur le sol de la pièce où il travaille (toujours ce désordre !). À ma stupéfaction, j’ai trouvé des dizaines
130 peut chômer totalement, puisqu’il pense, et donc travaille toujours. Mais c’était faire la part trop belle à mon auteur ! Je pui
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
131e le Forez était un bon pays de forges et qu’on y travaillait fort bien le fer. « Cette bonne femme, écrit-il tristement, a dû me p
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
132 les pays totalitaires, comme il ne cesse de nous travailler dans nos sociétés libérales. C’est l’éventualité de la paix que j’env
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
133 une forme d’amour instable par définition, c’est travailler en fait pour l’État de Nevada. Exiger de n’importe quel film, fût-il
61 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
134Personnages du dram e. — Et en ce moment, à quoi travaillez-vous ? — J’ai en chantier un livre sur La Réforme comme Révolution. M
62 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
135’a renoncé à ses travaux de paysan que pour mieux travailler au bien de tous. En fin de compte, sa retraite hors du monde n’a pas
63 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
136tout ce qu’il y a de réel. 27. Une seule main qui travaille fait plus que cent mille mains qui se lèvent. 28. La critique des par
64 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
137prix considérable, destiné à récompenser ceux qui travailleront pour la paix. Mais l’état de notre culture est tel que l’invention se
138isser passer, laisser faire ! Que chacun pense ou travaille pour soi, sans se préoccuper de l’ensemble : le Progrès, automatiquem
139réalistes. Ces hommes ne peuvent guère exister et travailler que dans les pays neutres. Et chez nous tout d’abord, puisqu’il s’agi
65 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
140 et derrière tout cela, l’armée qui guette et qui travaille encore dans les forêts, dans les ravins et dans les champs neigeux ;
141ière l’armée, un peuple entier qui guette, et qui travaille lui aussi jour et nuit, dans les bureaux et les usines — pour que rie
142ment en faisant tout cela comme des chrétiens. 1. Travaillons tout d’abord à la défendre, c’est-à-dire à la faire connaître autour
143, si nous les jugeons maladroites ou mal fondées. Travaillons aussi, c’est le deuxième point, à illustrer notre fédéralisme, c’est-
144nier point. C’est comme chrétiens que nous devons travailler à cette défense, à cette illustration de l’idée suisse. Je m’explique
66 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
145si chaque citoyen suisse voyait la possibilité de travailler positivement aux réformes indispensables dans l’ordre social, économi
146 et de vivre personnellement nos principes. 2. De travailler, là où ils sont, à la réconciliation effective des classes, qui suppo
147de la Ligue dans son ensemble, mais chacun peut y travailler à sa manière, en préparant le [p. 9] terrain dans son rayon, entre au
67 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
148prix considérable, destiné à récompenser ceux qui travaillèrent pour la paix. Mais l’état de notre culture est tel que l’invention se
149réalistes. Ces hommes ne peuvent guère exister et travailler que dans les pays neutres. Et chez nous tout d’abord, puisqu’il s’agi
68 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
150, bien au contraire. C’est une grande occasion de travailler. Voyons d’abord la situation de notre pays. [p. 322] « Au cœur de la
69 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Hommage à C. F. Ramuz (mai 1940)
151 Martin et de H. L. Mermod. Ce visage puissamment travaillé et simplifié, cet œil halluciné par le réel, c’est tout l’art [p. 698
70 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
152débarrasser notre époque des maux profonds qui la travaillent. [p. 62] Il me souvient d’avoir entendu en Suisse, au début de la gu
71 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
153l, mais il est là. La solution, c’est de le faire travailler autrement qu’il ne l’entendait. Ou disons mieux : à d’autres fins. On
72 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
154e de Faust ! « Il faut être absolument moderne. » Travailler. Se [p. 32] donner à l’instant, à cette heure « au moins très sévère 
155ci-bas, et qui par conséquent doit tous les jours travailler, combattre, agir, laisse en paix le monde futur et se contente d’être
73 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
156dé, surtout en dons. Sa vie était très simple. Il travaillait une grande partie de la nuit. Georg Brandès rapporte qu’on pouvait le
74 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
157lus grande partie de sa vie. Docteur en droit, il travailla d’abord au service d’une compagnie d’assurances générales, puis d’une
158is qu’on l’autorise tout de même à y vivre et à y travailler, par égard pour certaines circonstances accessoires. » Max Brod, qui
75 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
159es dont se réclame Érasme n’y changeront rien : « Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, puisque c’est Dieu qui pro
76 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
160’inscrivent sur le papier ou dans la terre qu’ils travaillent. Tous participent de l’incarnation du mythe. ⁂ Voyez les Signes parmi
161 Travail), débute ainsi : « Pourquoi est-ce qu’on travaille ? Parce qu’on y est forcé. Pourquoi y est-on forcé ? » Je vois que ce
77 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
162s géniales de Disney remontent à la période où il travaillait seul, à l’aventure, avec des moyens peu coûteux. Les producers de Hol
163es moyens peu coûteux. Les producers de Hollywood travaillent aujourd’hui avec des milliers d’employés, dans le cadre d’une routine
78 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
164ain nombre de savants, historiens et écrivains de travailler pour les Églises dans leur ensemble. Mais la plupart des confessions
79 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
165out ce que vous voudrez, pourvu qu’on nous laisse travailler. Qu’est-ce que cela change ? J’ai semé et taillé comme chaque année.
166i gouvernent ? — Ils ne peuvent pas m’empêcher de travailler ! J’ai tout semé comme les autres années… M. Pin promène un regard pr
80 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
167 d’un combat qui tarde encore, il faut que chacun travaille à renforcer les positions de défense de ce pays. Ainsi les uns creuse
81 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
1680 Débâcle française sur la Seine. Notre projet me travaille. Spoerri insiste, agit, et des contacts sont pris à droite et à gauch
82 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
169’avenir »… Celui qui ne veut pas croire au diable travaille fatalement pour lui. [p. 120] 5 février 1941 Le Mauvais Temps. — I
83 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
170 7. La propagande américaine (du Nord) me paraît travailler à contre-fins. Sous le prétexte sacro-saint de ne pas s’immiscer dans
84 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
171ssi mes yeux se fermaient malgré moi, car j’avais travaillé toute la nuit et l’émotion me fait dormir. Je suis sorti pénétré d’un
85 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
172er vraiment mon grand appartement : j’entends d’y travailler à ma façon. Et de faire connaissance avec les heures et la saison de
86 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
173que vides à New York. Depuis cinq ans, les usines travaillaient pour autre chose. La « conversion » des tanks et des forteresses vola
87 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
174it sans doute le seul moyen d’amener ces partis à travailler, chacun selon sa méthode, au bien commun ; tandis qu’on les voit aujo
88 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
175WI) qui tenait le rang d’un ministère, et où j’ai travaillé pendant près de deux ans, ne comptait qu’une infime minorité de fonct
176e. Ici et là, quelques énergumènes s’aviseront de travailler. Et cela suffira bien : car c’est, en fait, par très peu d’hommes que
89 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
177ique. Je disais donc que la déduction cartésienne travaille sur des cartes postales. Elle dispose en bon ordre ses repères, et pu
90 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
178 que nous les redoutons. (Si le temps, désormais, travaillait contre nous ?) Et le monde entier s’organise à ce niveau de vie moyen
91 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
179 que je m’énerve. Ça ne peut plus sortir et ça me travaille, ça me fermente dans le sang. Les humeurs, comme on dit, est-ce qu’on
92 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
180WI) qui tenait le rang d’un ministère, et où j’ai travaillé pendant près de deux ans, ne comptait qu’une infinie minorité de fonc
181e. Ici et là, quelques énergumènes s’aviseront de travailler. Et cela suffira bien : car c’est en fait par très peu d’hommes que l
93 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
182s géniales de Disney remontent à la période où il travaillait seul, à l’aventure, avec des moyens peu coûteux. Les producers de Hol
183es moyens peu coûteux. Les producers de Hollywood travaillent aujourd’hui avec des milliers d’employés, dans le cadre d’une routine
94 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
184i matin. Le temps de réfléchir. L’homme du peuple travaille sans hâte, attend sans nervosité dans la file son tour d’entrer au ci
185ythme étourdissant, ce n’est pas que les ouvriers travaillent fiévreusement, [p. 143] c’est que l’organisation est bonne. Et dans c
186Car un gouvernement qui se sait obéi en principe, travaille mieux, montre plus de scrupules et d’attention aux besoins véritables
187çon d’exiger le respect des enfants, de les faire travailler et lire, et même de leur donner des ordres, ne serait-ce pas un systè
188op vite. Vous tenez à ceci plutôt qu’à cela. Vous travaillez trop bien ou peut-être trop vite. Vous n’êtes pas ponctuel. Vous croy
95 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
189pes d’un projet difficile à réaliser, qu’envie de travailler à son succès. Ce sont les déprimés, les anxieux, les déçus, ceux qui
96 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
190ste à penser, pour ma part, que nos gouvernements travaillent encore dans le sens de l’utopie que je viens de décrire, et que le so
191 fortes attaches religieuses), il faut bien qu’il travaille avec ceux qui l’acceptent pour des raisons qui ne sont pas les sienne
97 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
192uropéenne, dans le cadre de laquelle nous voulons travailler, a besoin d’organismes qui donnent une voix à la conscience de l’Euro
193et syndicaux, les hommes et les gouvernements qui travaillent à cette œuvre de salut public, suprême chance de la paix et gage d’un
98 1948, Combat, articles (1946–1950). Message aux Européens (14 mai 1948)
194et syndicaux, les hommes et les gouvernements qui travaillent à cette œuvre de salut public, suprême chance de la paix et gage d’un
99 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
195ste à penser, pour ma part, que les gouvernements travaillent encore en fait, dans le sens de l’utopie que je viens de décrire, et
100 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
196, dans nos divers pays, des instituts qui veulent travailler pour l’Europe. Coordonner toutes ces initiatives dans le cadre d’un g