1 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
1 dans le domaine du service civil et des camps de travailleurs. Mais les tentatives de rupture proprement théologiques nous paraisse
2acmillan sous ce titre : Témoignages spontanés de travailleurs sur la religion (recueillis par Jerome Davis) se fait l’écho de ces r
2 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
3r à peu près universelle. ⁂ [p. 11] Le terme de « travailleur » est devenu dans le monde moderne à peu près synonyme de travailleur
4venu dans le monde moderne à peu près synonyme de travailleur industriel. Le « travailleur » des réunions électorales, c’est l’ouvr
5peu près synonyme de travailleur industriel. Le « travailleur » des réunions électorales, c’est l’ouvrier d’usine, l’homme lié à la
6se : elle est devenue quasi universelle. Que le « travailleur » soit considéré comme une matière inerte, une quantité calculable, j
7es attachements humains, des chaînes sociales. Du travailleur on a fait un salarié, — et de sa liberté on a fait le chômage. Mais l
3 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
8e chaque machine nouvelle, au lieu de libérer les travailleurs, crée du chômage 8 . Et, cependant, les peuples de toute la terre con
4 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
9i prenne pour modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur en soi. Mais une morale qui exige de chaque homme qu’il tienne sa pla
5 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
10ne erreur à peu près universelle. ⁂ Le terme de « travailleur » est devenu dans le monde moderne à peu près synonyme de travailleur
11venu dans le monde moderne à peu près synonyme de travailleur industriel. Le « travailleur » des réunions électorales, c’est l’ouvr
12peu près synonyme de travailleur industriel. Le « travailleur » des réunions électorales, c’est l’ouvrier d’usine, l’homme lié à la
13se : elle est devenue quasi universelle. Que le « travailleur » soit considéré [p. 230] comme une matière inerte, une quantité calc
14es attachements humains, des chaînes sociales. Du travailleur on a fait un salarié, — et de sa liberté on a fait le chômage. Mais l
6 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
15e chaque machine nouvelle, au lieu de libérer des travailleurs, crée du chômage. Et, cependant, les peuples de toute la terre contin
7 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
16i prenne pour modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur en soi. Mais une morale qui exige de chaque homme qu’il tienne sa pla
8 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
17bsente nulle part. Mais il faut un endroit où les travailleurs désintéressés de l’esprit, ceux dont les recherches n’ont pas pour ob
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
18ayant réussi à émerger de leur milieu originel de travailleurs, ont acquis la possibilité de mener une existence oisive de consommat
19t à leurs ongles bleus que l’on reconnaissait les travailleurs de la laine, celle-ci étant toujours teinte d’abord au pastel. Or la
20« instruite et aisée » au-dessus de la classe des travailleurs. [p. 38] ⁂ Interprétons maintenant ces faits économiques de notre po
21leur culturelle donnant le droit de gouverner aux travailleurs. Mais dès que la bourgeoisie se voit nantie, elle oublie l’aspect hér
22fs est-elle vraiment la négation de l’éthique des travailleurs, qui les a enrichis ? Serait-il absurde de soutenir que c’est au fond
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
23rs d’hiver allemand.) On s’efforcera de mêler les travailleurs intellectuels et manuels. On ouvrira les universités aux ouvriers en
11 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
24st suspendue à une certaine [p. 170] confusion du travailleur réel et responsable avec le prolétaire mécanisé, la crise de la pensé
25uelles insolences, en passant, quand il s’agit de travailleurs indépendants. Mais j’en ai dit assez là-dessus. Psychologie du cler
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
26onférence contradictoire à A… : « La Bible et les travailleurs ». C’est sans doute une réponse à la conférence donnée au même endroi
27, et qui avait pour sujet : « L’Église contre les travailleurs ». Je comptais me rendre à la première conférence. Mais le village d’
28: — On a dit ici même que l’Église est contre les travailleurs. Est-ce vrai ? Il y a plusieurs églises, et malheureusement elles ne
29vec les petits. Résumé de ce que la Bible dit des travailleurs : Jérémie exigeait que le roi payât les ouvriers. L’Ancien Testament
30 la même façon par l’intellectuel. Il atteint les travailleurs manuels, les employés, ingénieurs, médecins, etc., qui ne peuvent plu
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
31me de vagabond dangereux. Elles font partie des « travailleurs », et pourtant elles sont propriétaires. Je vois en elles un type trè
32mes, fraternités réunissant [p. 168] bourgeois et travailleurs, réunions amicales de pasteurs. Je me suis initié à la géographie pol
33 je me sens atteint dans ma dignité d’homme et de travailleur. Je lui ai bien dit, dès le début, que mon travail c’était d’écrire d
34e voici : Bouillargues. — Les « exclus  » vieux travailleurs. Demain dimanche, à 10 heures, sera donnée une conférence au profit
35rand mot sera prononcé, proclamé, acclamé par les travailleurs de Bouillargues, prouvant à la face du monde que nos militants héroïq
36(66e division) ; [p. 210] — les « exclus » vieux travailleurs ; — les Mutilés et Invalides du Travail ; — l’Amicale des Anciens Mus
37s et les affiches. Et c’est la volonté réelle des travailleurs, trahie par le langage politicien. La dictature est la seule solution
14 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
38onférence contradictoire à A… : « La Bible et les travailleurs. » C’est sans doute une réponse à la conférence donnée au même endroi
39, et qui avait pour sujet : « L’Église contre les travailleurs. » Je comptais me rendre à la première conférence. Mais le village d’
40: — On a dit ici même que l’Église est contre les travailleurs. Est-ce vrai ? Il y a plusieurs églises, et malheureusement elles ne
41vec les petits. Résumé de ce que la Bible dit des travailleurs : Jérémie exigeait que le roi payât les ouvriers. L’Ancien Testament
15 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
42 Ainsi se développa le type de bourgeois dur mais travailleur, ascète, méthodique, prudemment conquérant, bientôt conservateur, et
16 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
43ue l’épouse est censée ménager autour du vaillant travailleur qui rentre le soir, harassé, se retremper dans la paix familiale, vou
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
44ue l’épouse est censée ménager autour du vaillant travailleur qui rentre le soir, harassé, se retremper dans la paix familiale, vou
18 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
45n serai le premier gêné. Qu’on fasse confiance au travailleur, car lui seul est en mesure d’estimer ses besoins. Il n’y aura dans c
19 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
46s cheveux noirs. De plus l’Allemand est propre et travailleur, et mon arrière-grand-mère était du Wurtemberg. Les Italiens ? Nous e
20 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
47s cheveux noirs. De plus l’Allemand est propre et travailleur, et mon arrière-grand-mère était du Wurtemberg. Les Italiens ? Nous e
21 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
48rès de trois cents millions d’habitants, les plus travailleurs et les plus inventifs de toute la terre, c’est-à-dire, du seul point
22 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
49 compte encore 250 millions d’habitants, les plus travailleurs et les plus inventifs de toute la terre, c’est-à-dire du seul point d
23 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
50te a forcément raison, puisqu’il est le parti des travailleurs ! On savait qu’il était le parti qui avait supprimé le droit de grève
51ession sanglante et de la déportation massive des travailleurs. C’est ici le lieu et le temps de le répéter, ou jamais : d’autres qu
52 policiers de toutes nos bourgeoisies ont tué des travailleurs qui, eux, se révoltaient au nom de la liberté et de leur dignité d’ho
24 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
53te a forcément raison, puisqu’il est le parti des travailleurs ! On savait qu’il était le parti qui avait supprimé le droit de grève
54ession sanglante et de la déportation massive des travailleurs. [p. 12] C’est ici le lieu et le temps de le répéter ou jamais : d’au
55 policiers de toutes nos bourgeoisies ont tué des travailleurs qui, eux, se révoltaient au nom de la Liberté et de leur dignité d’ho
25 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
56béreront le prolétariat, mais le remplacement des travailleurs serviles par des robots. L’usine sans ouvriers, réalité prochaine, se
26 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
57 progrès économique ; 8. que le niveau de vie des travailleurs, dans tous les pays communistes, restait très inférieur à ce qu’il ét
27 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
58e historiquement » la volonté d’émanci­pation des travailleurs, tandis que l’Ouest représente l’impérialisme, notion que l’on sent v
28 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
59 d’une enquête sur la mise en valeur du lieu, aux travailleurs d’une entreprise commune, comme autant d’occasions d’agir pour l’inté
29 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
60béreront le prolétariat, mais le remplacement des travailleurs serviles par des robots. L’usine sans ouvriers, réalité prochaine, es
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
61 ses résultats libérateurs. Plusieurs millions de travailleurs, dans chacun de nos plus grands pays, vivent une existence comparable
31 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
62e nos populations occidentales, ce fut le sort du travailleur industriel, de cet immense prolétariat, créé par l’expansion subite d
32 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
63s ont à peine dépassé le stade d’exploitation des travailleurs qui correspond au capitalisme des années 1880 ; mais il est certain q
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
64pensées. … Un destin des plus étranges attend les travailleurs. La vision que j’ai de leur avenir confine, pour le moment, à la foli
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
65t pas respecté en tant que tel, mais seulement le travailleur, agent presque anonyme d’une collectivité qui l’absorbe. Or l’individ
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
66pe. Ainsi seulement, des centaines de millions de travailleurs seront capables de retrouver les simples joies et les espoirs qui ren
36 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
67 de plusieurs centaines de millions des meilleurs travailleurs du monde créerait une telle puissance matérielle que, justement, l’on
68urope ». Je rappelais tout à l’heure l’afflux des travailleurs étrangers en Suisse (Italiens, Allemands, Espagnols, Grecs et Turcs).
37 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
69s à l’écart, couvrant d’imprécations la folie des travailleurs et les tournant en dérision. Ainsi donc, l’origine de la diversité d
70e abandonnée, elle attire une foule croissante de travailleurs et de curieux. L’industrie et l’État, plus que jamais, ont besoin d’e
38 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
71s à l’écart, couvrant d’imprécations la folie des travailleurs et les tournant en dérision. Ainsi donc, l’origine de la diversité d
72e abandonnée, elle attire une foule croissante de travailleurs et de curieux. L’industrie et l’État, plus que jamais, ont besoin d’e
39 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
73ne suroccupation qui explique la grande marée des travailleurs étrangers ; une paix sociale et politique inébranlée depuis un siècle
74 était arrivée à devoir embaucher jusqu’à 800 000 travailleurs étrangers, soit un étranger pour deux Suisses actifs. Il s’agit là d’
40 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
75ur commune d’origine, attiré dans le pays tant de travailleurs étrangers inassimilables, réduit la part des cantons dans la gestion
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
76 de plusieurs centaines de millions des meilleurs travailleurs du monde créerait une telle puissance matérielle que, justement, l’on
77urope ». Je rappelais tout à l’heure l’afflux des travailleurs étrangers en Suisse : ce n’est pas le Marché Commun qui les amène, c’
42 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
78nus à l’écart, couvrant de sarcasmes la folie des travailleurs et les tournant en dérision. Ainsi donc, l’origine de la diversité d
79e abandonnée, elle attire une foule croissante de travailleurs et de curieux. L’industrie et l’État, plus que jamais, ont besoin d’e
43 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
80 nos populations occidentales, ce fut le sort des travailleurs industriels, de cet immense prolétariat créé par l’expansion subite d
44 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
81 la commune Spoutnik. Un quart d’heure après, les travailleurs étaient alignés. Sur l’ordre des commandants de compagnies et de brig
45 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
82térielle dépend surtout de l’industrie, enfin les travailleurs étrangers, dont les salaires dépendent de ce qui précède. De quoi se
83lle et culturelle malgré la libre circulation des travailleurs intellectuels et manuels ? — La notion d’« helvéticité » existe-t-ell
84uvrir à l’Europe, pourquoi nous fermer devant les travailleurs étrangers ? » C’est confondre deux sens bien différents de « s’ouvrir
85e pourrait « résister » que grâce à l’appoint des travailleurs étrangers, cet argument se détruit lui-même : car dans une Europe int
86 l’Europe » signifie seulement importer autant de travailleurs étrangers qu’il en faut pour que nos exportations continuent à croîtr
87mblée nationale. On constate au contraire que les travailleurs ne se déplacent en général que s’ils y sont fortement incités, s’ils
88») serait-elle encore invoquée si la présence des travailleurs étrangers nous coûtait plus qu’elle ne rapporte ? — La pire menace co
46 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
89ions de l’oppression technique dont souffrent les travailleurs. Abolir la condition prolétarienne signifie répartir sur la totalité
47 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). Genève, exemple européen ? (10-11 novembre 1973)
90n-d’œuvre définie par le mouvement pendulaire des travailleurs français : vingt-trois mille environ, à cette date, viennent chaque m
48 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
91e, dénonçant en termes hégéliens l’aliénation des travailleurs, témoignait en faveur de la personne, et en son nom. L’aliénation de
49 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
92lèmes posés : [p. 15] — les quelques 20 000 102 travailleurs français qui viennent tous les matins à Genève et rentrent le soir da
50 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
93nier » fait répéter chaque jour à des millions de travailleurs : « Ne préconisez jamais l’hégémonie ». (Il est clair que cela vise d
51 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
94des ouvriers urbains et la vie intellectuelle des travailleurs ruraux, mais encore trouble la circulation matérielle entre l’homme e
95n progrès non seulement dans l’art d’exploiter le travailleur, mais encore dans l’art de dépouiller le sol ; chaque progrès dans l’
96rces d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur 17 . Une fois de plus, le prophète n’a pas été suivi par les partis
97lot contre le Prolétariat et le niveau de vie des travailleurs occidentaux ! Complot contre le Tiers Monde ! Produit d’une « psychos
52 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
98emploi et la surchauffe créent des problèmes : un travailleur étranger sur huit en France, un sur cinq en RFA, un sur trois en Suis
53 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
99ions de l’oppression technique dont souffrent les travailleurs. Abolir la condition prolétarienne signifie répartir sur la totalité
54 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
100ux et Marseille, Naples et Milan ; permettre à un travailleur italien de travailler sans discrimination en Belgique ou en Irlande,
55 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
101d des groupes marginaux ou minoritaires, tels que travailleurs immigrés ou contestataires, s’amplifient dans la population. e) La vu
102 les Européens à diminuer de moitié le nombre des travailleurs occupés dans cette branche. Les effets cumulés de l’inflation et du c
56 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
103améliorer les transports publics et le régime des travailleurs frontaliers, de créer un aéroport international commun, et de résiste
57 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
104e déclare que seule « la prise du pouvoir par les travailleurs » sauvera la culture de l’Europe. Etc. Ces palinodies passionnées et