1 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Le Prince Menteur (décembre 1928)
1a ruse que ses mensonges exigent, il se reconnaît tributaire de la « vérité trop évidente » ; alors qu’il la faudrait, sans rien f
2 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
2action de l’autre, et surtout ne mélangeons rien. Tributaires d’une culture dont l’ambition suprême était de se « distinguer » des
3 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
3action de l’autre, et surtout ne mélangeons rien. Tributaires d’une culture dont l’ambition suprême [p. 20] était de se « distingue
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
4e ses doctrines fondamentales, nous sommes encore tributaires, au-delà de ce que l’on imagine… (Comme j’espère le montrer par ce li
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
5 Don Juan aime le crime en soi, et par là se rend tributaire de la morale dont il abuse. Il a grand besoin qu’elle existe pour tro
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
6y sommes tous engagés pour autant que nous sommes tributaires — inconsciemment bien entendu — d’un ensemble de mœurs et de coutumes
7 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
7ature immoraliste sécrétée par la bourgeoisie est tributaire de la morale bourgeoise : elle reste hélas au niveau de l’ennemi. Sa
8 1946, Combat, articles (1946–1950). Les intellectuels sont-ils responsables ? (5 juillet 1946)
8action de l’autre, et surtout ne mélangeons rien. Tributaires d’une culture dont l’ambition suprême était de se « distinguer » des
9 1949, Le Semeur, articles (1933–1949). « Les protestants et l’esthétisme » (février-mars 1949)
9pe et dans les deux Amériques, s’en sont déclarés tributaires.) Or la pensée de Kierkegaard, qui représente l’extrémisme protestant
10 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
10 celle des premiers chrétiens, mais elle en reste tributaire — et c’est pourquoi l’Orient ne produit pas d’utopies. Concevoir une
11 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
11bler aux chefs-d’œuvre. C’est se rendre à l’excès tributaire de ce que l’on déclare « dépassé ». C’est s’interdire d’être vraiment
12 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
12long terme — bien qu’un tel pronostic soit encore tributaire de nos très courtes vues humaines. (En fait, il a « gagné » dès que l
13 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
13 celle des premiers chrétiens, mais elle en reste tributaire — et c’est pourquoi l’Orient ne produit pas d’utopies. Concevoir une
14 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Note liminaire
14orienne. L’un et l’autre, d’ailleurs, demeuraient tributaires de cette même société occidentale dont ils surent génialement dénonce
15 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
15engagement jusqu’à la mort. Don Juan se rend donc tributaire de la morale dont il abuse. Il a grand besoin qu’elle existe pour tro
16 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
16engagement jusqu’à la mort. Don Juan se rend donc tributaire de la morale dont il abuse. Il a grand besoin qu’elle existe pour tro
17 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
17té. L’intellectuel européen d’aujourd’hui se sent tributaire de disciplines forcément partielles, pouvant à tout instant être mise
18 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
18té. L’intellectuel européen d’aujourd’hui se sent tributaire de disciplines forcément partielles, susceptibles à tout instant d’êt
19 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
19niques mises en œuvre pour les construire restent tributaires de celles de la mécanique de précision, et [p. 149] diffèrent considé
20 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
20 de l’économie suisse qui nous rend toujours plus tributaires de l’extérieur d’une part, et qui appelle d’autre part l’accroissemen
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
21nis [p. 185] par exemple 82 . Car la Suisse reste tributaire dans son ensemble d’une certaine éthique protestante, qui ne sépare p
22 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
22s États-Unis par exemple 19 . Car la Suisse reste tributaire dans son ensemble d’une certaine éthique protestante, qui ne sépare p
23 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
23té. L’intellectuel européen d’aujourd’hui se sent tributaire de disciplines forcément partielles, susceptibles à tout instant d’êt
24 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
24les curiosités même par la presse à grand tirage, tributaire des agences d’État, c’était « ce plus froid de tous les monstres froi
25 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
25 valeurs qui ont fait l’Europe, ils s’en révèlent tributaires, mais se privent de comprendre les autres, qu’ils admirent par malent
26 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
26oité le second mais s’en étant du même coup rendu tributaire pour ses matières premières ; le premier ayant appris au second l’usa
27 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
27nt que de leur faire voir qu’ils restent [p. 336] tributaires, sur ce point décisif, du système des valeurs stato-nationalistes, bi