1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1ase telle que « … Nous sommes sûrs de ne pas nous tromper en nous inquiétant de faire, à notre place modeste, si peu que ce soi
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2sque-là : il est vain de dire qu’une époque s’est trompée, puisqu’elle seule permet la suivante qui peut-être retrouvera une no
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3satisfaisante pour l’esprit. C’est ainsi que nous trompant nous-mêmes, sous le prétexte toujours de probité intellectuelle ou de
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
4 ou de l’amateur distingué, — et ne peut pas nous tromper là-dessus. Il se connaît avec une sorte de froideur que l’on dirait d
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
5ous avons dressé notre orgueilleuse raison à nous tromper sur tout ce qui est profond en nous, et elle ne manque guère à ce dev
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
6icisme ; par excès que par défaut. L’enthousiasme trompe moins que le bon sens. Don Quichotte est tout de même moins misérable
7ous avons dressé notre orgueilleuse raison à nous tromper sur ce qu’il y a de profond en nous, et elle ne manque guère à ce dev
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
8é mortel de tout ce qui n’arrive jamais. Il s’est trompé, ce n’est pas elle. Il pensa que c’était un ange, de ceux qui vont à
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
9 voici que nous parvient un signe d’amitié qui ne trompe pas. Deux ou trois mots, on s’est compris. Que pouvions-nous espérer
9 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10épugne à admettre qu’une époque entière ait pu se tromper, et se tromper mortellement. Il suffit pourtant de regarder autour de
11re qu’une époque entière ait pu se tromper, et se tromper mortellement. Il suffit pourtant de regarder autour de nous et d’en c
12l n’eût pas acheté du tout. Autrement dit, il est trompé par la baisse. L’industriel comptait. La tromperie est préméditée. Et
13e dépense superflue ; le scandale est qu’il l’ait trompé sur ses véritables besoins. Car cela va bien plus profond, cette trom
10 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (décembre 1928)
14 doux-amer ait séduit Barrès, mais ne l’ait point trompé : « Avec son beau regard de rêve, — lit-on dans l’Ennemi des Lois — s
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
15es statistiques. Nous savions que les miracles ne trompent que les illettrés, mais qu’il convient de s’incliner devant les mirac
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
16ophiques pour peu que cela continue. Qu’on ne s’y trompe pas : le sens technique qui tient lieu d’imagination à l’homme modern
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
17mitateurs du « comte ». D’autres que lui s’y sont trompés. M. Gide déclarait naguère qu’il fallait voir en Lautréamont « le maî
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
18ment que tout y a son écho le plus pur. Le voyage trompe un temps cette angoisse. J’irai chercher moi-même, me suis-je dit, je
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
19ieu, en une vision. »   Nous sortîmes. Seules des trompes d’autos s’appelaient dans la nuit froide. Gérard ne disait presque pl
16 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
20ment que tout y a son écho le plus pur. Le voyage trompe un temps cette angoisse. J’irai chercher moi-même, me suis-je dit, je
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
21ie aimée » 18 . Ah ! les livres nous avaient bien trompés. Pas trace ici de « merveilleux ». Tout ce qui, sous d’autres climats
18 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
22oins que dans un drame antique. M. Saurat doit se tromper, lorsqu’il note que dans ce conflit moral, Dieu est « tranquillement
19 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
23nt sans avocats ni simulacres d’aucune sorte. Qui trompe-t-on ici ? Les « grands principes » de 89 ou les commanditaires de la p
20 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
24ace des questions d’une accablante simplicité. Me tromperais-je ? Ai-je mal su lire tant de brillants essais sur le monde actuel e
21 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
25’aurions-nous à répondre qu’un dogmatique « Tu te trompes » ? Les hommes n’entendront de nous que notre volonté de sacrifice, d
22 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
26 communauté humaine. Mais ils se sont cruellement trompés de porte en s’adressant aux mythes collectifs. C’était l’homme qu’il
27 fonde aussi la seule société possible. Ne nous y trompons pas : l’acte de la miséricorde, c’est l’acte le plus révolutionnaire
23 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
28’aurions-nous à répondre qu’un dogmatique « Tu te trompes » ? Les hommes n’entendront de nous que notre volonté de sacrifice, d
24 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
29tes de son amour réel, de sa pitié pour le peuple trompé, passerait infailliblement pour le plus grand « ennemi du peuple » — 
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
30 communauté humaine. Mais ils se sont cruellement trompés de porte en s’adressant aux mythes collectifs. C’était l’homme qu’il
31 fonde aussi la seule société possible. Ne nous y trompons pas : l’acte de la miséricorde, c’est l’acte le plus révolutionnaire
26 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
32re bénéfice, avant nous, d’une faim trop facile à tromper. Il est bon, il est nécessaire que la littérature enseigne le public.
27 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
33qu’il jubile, — qu’il agit. C’est pourquoi ils se trompent du tout, ceux qui considèrent l’homme, dans leurs calculs, comme un [
28 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
34les qu’il faudrait s’en prendre. Rousseau n’a pas trompé sur son état. Le sentiment extatique de la nature, dans la Cinquième
35ison, dans son orgueil haineux, renie le monde et trompe son attente ; et que le panthéisme, par un paradoxe dont nous avons t
29 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
36irituel, à peine anticipée peut-être. Mais ils se trompent tout à fait quand ils se croient matérialistes 28 . Ils détestent la
30 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
37’étaient privés de cet accent de sincérité qui ne trompe pas. « L’effort de reconstruction qui s’impose doit donc être entrepr
31 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
38end de l’homme et de son esprit : la puissance de tromper (art inclus) pour jouir, ou la puissance de fixer le vrai par convent
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
39s affranchis, ce sont des signes qui n’ont jamais trompé. Les dames romaines aux combats de gladiateurs, les marquises encyclo
40 sentimentalisme auquel s’abandonne Rousseau peut tromper des frivoles ou des naïfs sur cette absence de sentiment profond des
33 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
41 la fabulation, où les Aryens puisent leur art de tromper et de se satisfaire d’illusions. Point de science purement technique 
34 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
42rtements. Écrire dès lors n’est plus pour eux que tromper un besoin d’expression dépourvu de mission réelle. C’est un jeu forme
43a place, et contre l’homme, qu’il séduit et qu’il trompe. Cette fin commune, cet idéal commun que nous devions servir ensemble
44n s’en est aperçu. Quelqu’un a formé le projet de tromper cette faim et cette soif. Au païen ignorant du vrai Dieu, les prêtres
35 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
45, est la vertu de l’intellectuel bourgeois. On se tromperait du tout en y voyant une malice concertée dès l’origine. Le cynisme es
46edouter que la piètre envergure de ces méfaits ne trompe sur l’importance de leurs répercussions dans les domaines les plus im
47uflage intérieur dont on voudrait penser qu’il ne trompe qu’elle-même, mais qui certes la trompe mieux que les marxistes n’ont
48 qu’il ne trompe qu’elle-même, mais qui certes la trompe mieux que les marxistes n’ont feint de le croire. Ce défaitisme intim
36 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
49e dis pas cela seulement contre des hommes qui se trompent ou qui nous trompent, ou qui sont faibles, — ou contre moi. Je le dis
50ent contre des hommes qui se trompent ou qui nous trompent, ou qui sont faibles, — ou contre moi. Je le dis surtout contre certa
37 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
51lement ce que le péché a séparé. Est-ce que je me trompe grossièrement ? Est-ce que la question n’existe pas, ou n’a pas d’imp
38 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
52 Voltaire : Jusqu’à quel point a-t-on le droit de tromper le peuple ? — fût-ce pour son bien… On voit très clairement pourquoi
39 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
53es plus ou moins affichées par la droite — qui se trompe — pour les fascismes étrangers. Le Colonel et son ami Doriot viennent
40 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
54gue. Il est normal que les hommes sans culture se trompent sur la nature et sur le rôle de la culture. Mais il est inquiétant qu
55ceux qui s’égosillent, ceux qui publient à son de trompe leurs défis ou leurs succès — prouvent qu’ils n’y croient pas totalem
56 de badauds, c’est là qu’on arrive à grand son de trompe, c’est enfin ce que l’on voit le mieux de chaque pays. La voie ferrée
57. En finissant je craignis un moment de les avoir trompés, de les avoir rendus jaloux d’une espèce d’imagerie d’Épinal, malgré
58re réponse d’homme à toute la création, longtemps trompée dans son « attente ardente » ! 21 mai 1934 Pêche aux crevettes. — 
59ne comprend rien aux femmes, Napoléon meurt en se trompant sur le sens de son épopée. Voilà peut-être le grand renversement qui
41 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
60ous en vient quelques rumeurs de gare, un coup de trompe d’auto, des cris de coq. L’odeur du raisin foulé monte de la cour, et
61t en être, et juger comme il veut. Le droit de se tromper, et de tromper grâce au langage, est un des droits imprescriptibles q
62uger comme il veut. Le droit de se tromper, et de tromper grâce au langage, est un des droits imprescriptibles que se trouve av
63même à recréer une maigre apparence de forme, qui trompe encore. Tout est, en réalité, encore plus disjoint que cela. Et sans
64 il m’a semblé que tout s’était bien passé. Je me trompais. C’est la mère Calixte qui me l’apprend ce matin. Le ménage Simard es
42 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
65 il m’a semblé que tout s’était bien passé. Je me trompais. C’est la mère Calixte qui me l’apprend ce matin. Le ménage Simard es
43 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
66et simplement ce qui est. Au surplus, M. Benda se trompe quand il croit juger de Sirius. Il est encore en pleine affaire Dreyf
44 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
67ticité de ces missions qu’ils proclament à son de trompe, il est clair que leur force est là, et qu’en les admirant, en les en
45 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
68t urgent de le dire, et de me dédire. Et s’ils se trompent, je saurai mieux pourquoi. De toutes façons, vivre à l’époque d’Hitle
69 est de gauche. Dans les deux cas, nos droites se trompent.   Les étudiants. — Dans la plupart des universités allemandes, le n
70ès trois ans, constater sans plaisir que je ne me trompais pas. J’ai revu le noble escalier, les pièces aux meubles rares de la
46 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
71 Voltaire : Jusqu’à quel point a-t-on le droit de tromper le peuple ? — fût-ce pour son bien… On voit très clairement pourquoi
47 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
72ôtés. Voyez les excuses invoquées par le mari qui trompe sa femme ; il dit tantôt : « Cela n’a pas d’importance, cela ne chang
73e peut être qu’une action. Se contenter de ne pas tromper sa femme serait une preuve d’indigence et non d’amour. La fidélité ve
74ditée par Tristan. Excuse et alibi qui ne peuvent tromper que celui qui veut être trompé, parce qu’il y trouve son intérêt ; fi
75bi qui ne peuvent tromper que celui qui veut être trompé, parce qu’il y trouve son intérêt ; figures de rhétorique romanesque,
76 qui croit que Dieu est fidèle, et que l’amour ne trompe jamais l’aimé. Certes, Kierkegaard ne parvint à « ressaisir » le mond
48 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
77 Juin 36 était un espoir que les accords Matignon trompèrent. C’est tout ce que l’Histoire retiendra. Ce fait initial a déterminé
78ée dans la gueule [p. 159] du dragon, après avoir trompé et désarmé la résistance prolétarienne. On a refoulé dès sa naissance
79ons logiques. Sera-t-il Français ? Je voudrais me tromper, croire au miracle. Je préfère opposer un pessimisme actif à tant d’e
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
80éçus, révoltés, exaltés ou cyniques, infidèles ou trompés ; que ce soit en fait ou en rêve, dans le remords ou dans la crainte,
81e improvisée in extremis, et qui est donnée comme trompant Dieu lui-même, puisque le miracle s’opère 6  ! Enfin, ce jugement éta
82nter tel un modèle de chevalerie ce Tristan qui a trompé son roi par les ruses les plus cyniques ; ou telle une vertueuse dame
83e meut ces barons, ils n’ont du moins ni menti ni trompé, et ce n’est pas le cas de Tristan… Enfin l’on en vient à douter de l
84jamais désiré que la mort ! Sans le savoir, en se trompant passionnément, ils n’ont jamais cherché que le rachat et la revanche
85ance. Il tient son excuse toute prête, et elle le trompe mieux que quiconque : c’est le poison qui le « demeine par force ». E
50 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
86is si brutale qu’il est vraiment impossible de se tromper sur la nature de leurs aspirations. » Si c’est le cas, on se demande
51 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
87era sa vengeance contre le Dieu du roi, deux fois trompé. ⁂ Pour extérieures et formelles qu’elles soient, de telles correspon
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
88« feu » ; et non pas le feu « obéissant »… On s’y trompe aisément, répétons-le. Et Corneille a tout fait pour cela. Dans la dé
89tre le roi Marc, avec le séducteur contre le mari trompé ; elle n’est jamais avec les amants incestueux. Ensuite, Racine se pu
90 une simple erreur. « Non point que la passion se trompe souvent, précise-t-il, mais elle est en soi une erreur… Le cas Stendh
91ard des faits. Il existe un amour qui, loin de se tromper, est seul capable de découvrir dans l’être aimé les qualités réelles
92. L’instinct ou la nature n’ont pas coutume de se tromper de la sorte… S’il y a erreur, elle ne peut venir que de l’esprit. La
93ique de cette croyance n’est pas de nature à nous tromper un seul instant : il n’y a pas de « belles » brutes, il y a des brute
94volver contre l’esprit sous prétexte qu’il nous a trompés. 167 Agir, en vérité, c’est accepter les conditions qui nous sont f
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
95ôtés. Voyez les excuses invoquées par le mari qui trompe sa femme ; il dit tantôt : « Cela n’a pas d’importance, cela ne chang
96e peut être qu’une action. Se contenter de ne pas tromper sa femme serait une preuve d’indigence et non d’amour. La fidélité ve
97ditée par Tristan. Excuse et alibi qui ne peuvent tromper que celui qui veut être trompé, parce qu’il y trouve son intérêt ; fi
98bi qui ne peuvent tromper que celui qui veut être trompé, parce qu’il y trouve son intérêt ; figures de rhétorique romanesque,
99 qui croit que Dieu est fidèle, et que l’amour ne trompe jamais l’aimé. Certes, Kierkegaard ne parvint à « ressaisir » le mond
54 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
100 les lois fatales de l’action. Si les discours ne trompent plus personne, si les mots n’ont plus de pouvoir, si les critiques mê
101r, en pareil domaine, il est très dangereux de se tromper si peu que ce soit, et de donner une réponse qui ne soit pas vraiment
102ublié l’homme dans leurs calculs, ou bien se sont trompés sur sa nature. Ils ont perdu de vue sa définition même. Leur point de
55 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
103ticité de ces missions qu’ils proclament à son de trompe, il est clair que leur force est là, et qu’en les admirant, en les en
56 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
104 volontiers d’idéologies fumeuses. Ces gens-là se trompent lourdement, et aujourd’hui plus qu’à toute autre époque. Car il est c
57 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
105mars 1940) c Nous n’avons plus le droit de nous tromper dans nos jugements sur les choses allemandes. Toute erreur, si minime
58 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
106is plus en danger que dans les moments où l’on se trompe sur la vraie direction de la menace, et où l’on tend ses énergies dan
107sses époques spirituelles. ⁂ Encore un mot. On se tromperait sur l’intention de ce petit traité, si l’on y voyait un effort pour «
59 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
108déchaîné sur les quatre parties du monde pour les tromper et pour les faire se battre sans raison alléguée, finalement flamboyé
109est par définition qu’il irait à l’erreur. (Il se trompe dans le fait, en créant de faux dieux. Mais alors, c’est dans la mesu
110 le vrai bien. « Le méchant fait une œuvre qui le trompe. » Or c’est parce qu’il se trompe d’abord que son œuvre va le tromper
111ne œuvre qui le trompe. » Or c’est parce qu’il se trompe d’abord que son œuvre va le tromper. La réalité méprisée se vengera a
112parce qu’il se trompe d’abord que son œuvre va le tromper. La réalité méprisée se vengera automatiquement. Le péché est une fau
113 de mentir, comme il [p. 43] est deux manières de tromper un client. Si la balance indique 980 grammes, vous pouvez dire : c’es
114uel. Comment va-t-il s’y prendre, désormais, pour tromper cet œil averti, pour abuser ce sens du mal [p. 50] qu’éveille en nous
60 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
115homme qui meurt de faim mange n’importe quoi pour tromper sa faim, faute de mieux. La raison n’ose pas dire qu’il a tort d’avoi
116t-elle qu’il a tort d’avoir soif de religion ? de tromper cet instinct rendu furieux par des siècles de privations ? Elle dénon
61 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
117n palais. — Par Allah ! s’écrie le Vizir, tu m’as trompé ! — Non, dit la Mort, lorsque je t’ai fait signe à Téhéran, c’était s
118 air indifférent, cela n’est rien, vous vous êtes trompé, servez un drink. Mais il est juste aussi de remarquer qu’une qualité
119int de vue de la moralité. Gracián vous apprend à tromper, à ruser, à mentir, à tricher, et tous ces procédés lui paraissent de
62 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
120le nous a pris. Certes, ce n’est pas d’hier qu’on trompe sa femme, et qu’on trahit ses serments par amour. « The strongest oat
121que dans sa faculté d’oublier cette nature, de se tromper sur elle, ou de laisser les autres s’y tromper. Quelle soit moins bie
122se tromper sur elle, ou de laisser les autres s’y tromper. Quelle soit moins bien armée que l’homme contre Satan, c’est ce que
123in, sinon les femmes elles-mêmes finiront par s’y tromper, et le gâchis sera sans remède. Qu’elles rusent, bien, mais cela doit
63 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
124déchaîné sur les quatre parties du monde pour les tromper et pour les faire se battre sans raison alléguée, et finalement flamb
64 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
125manières de mentir, comme il est deux manières de tromper un client. Si la balance marque 980 grammes, vous pouvez dire : c’est
65 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
126 le vrai bien. « Le méchant fait une œuvre qui le trompe. » Or, c’est parce qu’il se trompe d’abord que son œuvre va le trompe
127e œuvre qui le trompe. » Or, c’est parce qu’il se trompe d’abord que son œuvre va le tromper. La réalité méprisée se vengera a
128parce qu’il se trompe d’abord que son œuvre va le tromper. La réalité méprisée se vengera automatiquement. Le péché est une fau
66 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
129 chez le lecteur du Wilhelm Meister. Qu’on ne s’y trompe pas cependant : ces préceptes d’allure si bourgeoise sont dirigés d’a
67 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
130 écrits » à son gré. Mais ce qui reste ne saurait tromper. [p. 159] On ne se débarrasse pas si facilement de la morale, même d
68 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
131face des question d’une accablante simplicité. Me tromperais-je ? Ai-je mal su lire tant de brillants essais sur le monde actuel e
132irituel, à peine anticipée peut-être. Mais ils se trompent tout à fait quand ils se croient « matérialistes ». Ils méprisent la
69 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
133 temps-là. Et ceux qui vivent ici dans la paix se trompent, il n’y a pas de paix. Et ceux qui meurent doutent de l’utilité de le
70 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
134emi-mètre : un adultère s’est produit là. Le mari trompé prend sa hache, coupe la maison, rebâtit deux cloisons. Les indigènes
71 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
135seul pays qui mobilise les étrangers, si je ne me trompe.) [p. 186] Cependant mes chances de faire la guerre dans le Pacifiqu
72 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
136 que pour un Juif ! — Mais cet hôtel, si je ne me trompe, était restricted l’an dernier ? — Je pense bien ! C’était un des mei
137ec des drinks. — Quoi ? — Oh pardon ! je me suis trompée de fiche, j’ai pris celle d’un autre abonné. Je crois que c’est tout
73 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
138 il devient difficile de le cacher. Nos alibis ne trompent plus que nous-mêmes. Pour moi, je poursuivrai ma lutte, quoi qu’il ar
74 1946, Lettres sur la bombe atomique. iv. La vérité n’est plus du côté des canons
139iens, c’était en 1939, soutenir que Hegel s’était trompé en croyant que Napoléon allait mettre un terme à l’Histoire, parce qu
75 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
140étré par un lion du désert. Mais que Vichy ait pu tromper son monde en abusant, surtout aux premiers jours, de quelques-uns de
76 1946, Esprit, articles (1932–1962). « Un divorce entre le christianisme et le monde ? » (août-septembre 1946)
141ssé comblé entre elle et le monde, c’est qu’on se trompe à la fois sur la fonction de l’Église et sur la nature du monde. Le f
77 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
142Le peintre. Vous voulez dire ? Le mari. Qu’il se trompait en parlant de votre Léda comme si elle n’eût pas été dans un cadre, e
143lle n’eût pas été dans un cadre, et que vous vous trompez pareillement en parlant de leur couple comme s’il était un tableau.
78 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
144glorieux, qui le sera ? L’attente des masses sera trompée, nous savons bien qu’elles ont [p. 29] besoin d’admiration. Et à mon
79 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
145ssi scrupuleuse, mais c’est qu’il a le goût de se tromper et de tromper. L’auteur. Pour moi, je crains une duperie moins naïve
146e, mais c’est qu’il a le goût de se tromper et de tromper. L’auteur. Pour moi, je crains une duperie moins naïve dans la modes
147e demande alors si le cartésianisme ne nous a pas trompés une fois pour toutes, à l’origine, en décrétant — au nom de quoi, je
80 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
148 répond à peine. Qu’y a-t-il ? « Avec qui m’as-tu trompée », dit-elle enfin. Je la regarde longuement, bien en face. Aucun dout
81 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
149intenant vous ne sachiez ? Ou c’est que vous vous tromperiez, croyant par d’autres ce que vous ne croyez point par vous-mêmes — et
82 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
150ois meilleur et dix fois plus puissant. Vous vous trompez dans bien des cas. Si l’on multipliait par dix les dimensions de votr
83 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
151intelligent, s’il est génial. Disney, quand il se trompe n’y va pas de main morte. Je pense surtout à Fantasia, essai d’illust
84 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
152aisons sont pareilles, fabriquées en série. On se trompe de porte en croyant rentrer chez soi. Tout d’abord, les cottages amé
153pas une erreur de 2 cents dans un compte, mais se trompe joyeusement d’un pays quand il bombarde, d’un siècle quand il cite l’
85 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
154engagement que les totalitaires ne demandent qu’à tromper ? Ils donnent des mitraillettes [p. 95] à ceux qui veulent du pain, u
86 1948, Suite neuchâteloise. I
155 [p. 9] I On se trompe en croyant qu’un voyageur à longueur de chemin perd sa patrie : c’est
87 1948, Suite neuchâteloise. V
156enirs des tantes de Dresde et de Bavière…   On se trompe en croyant qu’un voyageur, à longueur de chemin, perd ses ancêtres :
88 1948, Suite neuchâteloise. VII
157. Oui, c’est bien cela qu’il sent, il ne peut s’y tromper : la brûlure douce au cœur, le sang plus vite, le soulèvement plus am
89 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
158pour sceller son union fédérale. Tout le monde se trompe. Il a fallu neuf mois. En voici le récit exact. Au début de 1848, la
90 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
159 but, de volonté. J’entends bien que l’opinion se trompe et méconnaît vos sentiments intimes, qui sont très purs ; qu’elle dis
91 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
160nt que nous. Hélas, je ne voyais pas clair. On se trompe ainsi, et les conséquences. J’ai été assez bête pour croire cela ! Il
92 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
161 que tout cela rendra la vie meilleure. Nous nous trompons peut-être, mais nous le pensons, et cela depuis près de deux mille an
93 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
162au comité, qui se décide objectivement, et qui se trompe une fois sur deux. Il en résulte un gaspillage d’efforts et de capita
94 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
163au comité, qui se décide objectivement, et qui se trompe une fois sur deux. Il en résulte un gaspillage d’efforts et de capita
95 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
164lgré eux. (Mundus vult decipi, le monde veut être trompé, constate Kierkegaard à plusieurs reprises.) Mais à ce jeu ils risque
96 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
165Si l’on ne voit rien bouger pour le moment, on se tromperait en jugeant que la lutte a cessé ou que la tension est retombée. Les l
97 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
166ge avec l’alliée naturelle des steppes ? Était-il trompé par Le Monde, où l’on estime que si la masse des USA déséquilibre l’A
98 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
167 yeux de l’Européen et d’un pathos qui ne saurait tromper, ils représentent dans notre Quête du Graal l’épisode du Château aven
99 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
168iété occidentale du xixe siècle s’est doublement trompée sur les fins de la technique et la manière de s’en servir. Elle n’a p
169onomes : cette démarche magique ne doit plus nous tromper. Les penseurs d’aujourd’hui qui adoptent cependant à l’égard du progr
100 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
170 pourrait croire, autrement, qu’elle ne sert qu’à tromper les peuples, à nier les évidences, à fuir les châtiments, et à mettre
171ommuniste systématique estime qu’un homme peut se tromper sans être à cela matériellement déterminé par l’argent de la classe o
172le contraire de ce qui est, donc de mentir. On se tromperait en croyant que j’instruis un procès : il s’agit simplement de poser u
173nt de l’Histoire, qui, par définition, ne peut se tromper, puisque c’est lui qui détermine la « vérité ». Le rapport K. remet t
174ontanément » qu’à partir d’aujourd’hui Staline se trompait hier, en même temps qu’on suggère que K. peut se tromper. Entre les d
175 hier, en même temps qu’on suggère que K. peut se tromper. Entre les deux, où se place l’infaillibilité ? Qui, désormais, en se