1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
1 chrétienne d’une âme ? L’action même est souvent trompeuse. Mais la qualité du regard qu’un être pose sur ses semblables, tel es
2 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
2it du plaisir. C’est un cliché d’un autre âge, et trompeur. Car l’argent n’est pas le plaisir et ne s’obtient pas dans le plaisi
3 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
3voque définie comme telle cesse d’ailleurs d’être trompeuse. Le rôle de la pensée chrétienne n’est pas, je crois, de supprimer le
4 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
4encore qu’apparences psychologiques, et peut-être trompeuses. Ces prudents ne sont pas toujours sages, en effet. Vous les voyez pa
5 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
5ré sans doute de jouer le jeu facile, et toujours trompeur, des exemples. Mais je n’écris pas pour dispenser le lecteur de réflé
6 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
6ses premières œuvres sous des masques diversement trompeurs lui apparaîtraient encore plus fortes de nos jours. Il se peut qu’il
7 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
7la crise moderne du mariage est le signe le moins trompeur d’une décadence occidentale. Il en est d’autres, certes, dans les dom
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
8lence se voient contraints de recourir au langage trompeur des symboles. Laissons de côté, pour le [p. 49] moment, la question d
9e cause, il convient de préciser le sens du mot « trompeur » que nous venons d’utiliser. La vulgarisation de la psychanalyse nou
10nous voyons bien qu’à la faveur de cette fatalité trompeuse, tous leurs actes sont orientés vers le destin mortel qu’ils aiment,
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
11 à se voiler, à ne plus s’avouer que par symboles trompeurs — à ne plus nous séduire que par le charme et la secrète incantation
12ques, enchanteurs, luxurieux, usuriers… les maris trompeurs, les faux juges et les faux témoins, les faux prêtres, faux abbés, fa
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
13paraît aux yeux des mondains abusés par le charme trompeur de l’art : ils n’en gardent que la poésie ; et voici que cent ans et
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
14urs dont le grand jour faisait une seule lumière, trompeuse à force d’évidence. Maintenant nous pouvons distinguer les thèmes que
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
15erche des causes, et qu’il est certainement moins trompeur. Il n’est pas nécessaire par exemple de recourir aux théories de Freu
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
16la crise moderne du mariage est le signe le moins trompeur d’une décadence occidentale. Il est en d’autres, certes, dans les dom
14 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
17lisme. Elle se manifeste par divers symptômes non trompeurs : intolérance morale, timidité intellectuelle, méfiance à l’égard du
15 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
18ent exemplaire. L’effort gidien pour échapper aux trompeuses stylisations des morales et jugements tout faits n’est plus seulement
16 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
19 le mal, comme nous porte à le croire une formule trompeuse. Mais l’homme peut mal faire ce qu’il fait avec les dons du Créateur.
17 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
20La fausse piste la plus tentante, l’image la plus trompeuse du mal qu’ils chérissent au secret de leur cœur, et qu’il faut leur f
18 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
21gue ; qu’elles fassent s’évanouir les profondeurs trompeuses qu’il ouvre à l’aventure du désir, embrouillant nos vertus dans nos v
19 1944, Les Personnes du drame. Introduction
22 l’homme, la part de l’artifice et des apparences trompeuses. Mais au fait, rien n’est moins trompeur qu’une apparence concertée ;
23rences trompeuses. Mais au fait, rien n’est moins trompeur qu’une apparence concertée ; rien n’avoue mieux l’homme authentique,
20 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
24ent exemplaire. L’effort gidien pour échapper aux trompeuses stylisations des morales et des jugements tout faits n’est plus seule
21 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
25ire, et qui n’ont pas nos libertés, qu’ils jugent trompeuses. Tous les autres motifs de conflit que l’on pourrait énumérer sont di
22 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
26ait bien se rendormir. Mais l’image du réveil est trompeuse. Je n’ai pas senti là-bas l’essor d’un peuple jeune, sa confiance dan
23 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
27 d’en parler, jusqu’à ce qu’une « détente » moins trompeuse nous soit proposée par le Kremlin. Cette opinion nous paraît mal fond
28ai. Les deux premières formes « d’échanges » sont trompeuses, parce qu’elles sont à sens unique : volonté d’acquérir sans rien don
24 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
29tre en quelques lignes d’une clarté limpide, mais trompeuse : « Ceux qui gouvernent en URSS, je reconnais qu’ils ont eu des poste
30esservir les mêmes insultes, sous l’emballage peu trompeur de formules telles que « faire le jeu de… », « servir objectivement l
25 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
31ujours raison, et qui ne peut être défini par une trompeuse majorité 71 . Car le vrai Peuple vote à gauche de Guy Mollet, c’est-à
26 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
32nsitive, l’intellect, l’élémentaire et souvent si trompeuse conscience de soi — reste que la croyance au moi distinct et le recou
33de tout ce qui distingue la transparence (parfois trompeuse) du latin de l’ingénieur-philosophe Swedenborg et la poésie dense de
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
34eproche, suis-je le jouet d’une image Dont le vol trompeur, par la porte d’ivoire, m’amène un songe ? Valait-il mieux s’en aller
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
35laisir à tout ce qui leur donne l’apparence, même trompeuse, d’être constitués en corps de nation, et réunis par des hens particu
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
36imaginé, nous n’avons emprunté que des apparences trompeuses et le luxe inutile. 232 Mais dans une lettre de 1835, il pousse ce
30 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
37nsitive, l’intellect, l’élémentaire et souvent si trompeuse conscience de soi — reste que la croyance au moi distinct et le recou
38de tout ce qui distingue la transparence (parfois trompeuse) du latin de l’ingénieur-philosophe Swedenborg et la poésie dense de
31 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
39 typiques de notre Europe, restent des signes non trompeurs de la vitalité d’une culture moderne, mêlée à l’existence sociale, ca
32 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
40soit à la fois prématuré et périmé, ou simplement trompeur comme un tranquillisant ? Il est certain que l’Europe « se fera » un
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
41soit à la fois prématuré et périmé, ou simplement trompeur comme un tranquillisant ? Il est certain que l’Europe « se fera » un
34 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). Objection de conscience : Denis de Rougemont répond (4 juillet 1969)
42ire et que vous publiez à mon insu, sous un titre trompeur, je le crains. Car ce titre semble annoncer une prise de position de
35 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
43ité suisse ne saurait être à priori qu’une façade trompeuse ? Ou simplement parce que la mode parisienne veut qu’on essaie de « d
36 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
44lus récente littérature soviétique des signes non trompeurs d’une nouvelle faim de liberté. J’accorde enfin qu’en Europe même, et
37 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
45taigne, mais cette devise du non-engagement reste trompeuse : certaines manières de le réciter forment l’homme ou bien le déforme
38 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
46ujourd’hui « la croissance », par une image aussi trompeuse que plaisante. De telle sorte que ceux qui s’en prennent à « la crois
39 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
47forme de projection, on ne peut dire qu’elle soit trompeuse : elle n’est pas illusion sur moi-même mais action, elle est refus dé
48vre, tel que je viens de le relire. Une facilité trompeuse. — J’ai écrit ce livre comme s’il était plus facile, ou moins radical