1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1sa modération. Alors il va se jeter au-devant des troupes accourues, il meurt en clamant la paix. M. Fabre avait là les élément
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
2de Phèdre (environ 1905) : quelques acteurs d’une troupe de province s’agitent incompréhensiblement dans un décor très pauvre,
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
3 déficientes. On pourra peut-être payer encore la troupe : on n’osera plus la commander. Schleicher dispose contre Hitler de t
4 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
4lus souvent la forme d’un enrôlement dans quelque troupe d’assaut. En vérité, ce serait une erreur insondable que de voir le s
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
5pte, de postes définis.) Le combat singulier La troupe d’assaut reste l’expression adéquate d’une méthode de gouvernement an
6it les individualistes et les collectivistes.) La troupe d’assaut et la brigade de choc sont instruments de dictature. L’ordre
6 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
7lus souvent la forme d’un enrôlement dans quelque troupe d’assaut. En vérité, ce serait une erreur insondable que de voir le s
7 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
8vant le dictateur, ni dans les [p. 610] rangs des troupes d’assaut. Ah ! si le rire est le propre de l’homme, nous voici devenu
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
9 cours d’un combat acharné contre une section des troupes régulières, dont le chef n’est autre que le planteur de thé, le sixiè
9 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
10e (août 1935) q Kellermann à Valmy entraîne ses troupes au cri de « Vive la Nation ! » Nation et peuple se confondaient alors
10 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
11te sa vie, d’auberges en universités, suivi d’une troupe de disciples turbulents, à la recherche de secrets qu’il voulait rend
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
12rance, a son petit magot à protéger, derrière les troupes disciplinées de M. de la Rocque. À vrai dire, on ne voit guère à droi
13dans ce livre — je ne sais pas ce qu’il dit à ses troupes — tout son langage militaire — cette manière de parler de ses « inten
14c’est un livre vague derrière lequel marchent des troupes disciplinées. Que dire alors de ce Front populaire constitué sous la
15or qui imprime à l’action ses directives ; et les troupes sont sans discipline, et les objectifs si possible encore plus vagues
16mmunauté de refus à gauche et à droite, parmi les troupes. Il est temps de donner à ces troupes une volonté commune constructi
17 parmi les troupes. Il est temps de donner à ces troupes une volonté commune constructive, un programme qu’elles puissent oppo
12 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
18omparable, se virent balayés en dix jours par les troupes d’assaut hitlériennes. Mais je crois qu’un chrétien peut adresser une
13 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
19alisme. Le nous, c’est le groupe, le faisceau, la troupe d’assaut, puis le Parti ou la Nation organisée. On l’oppose à la mass
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
20e des masses, je ferais chanter cet hymne par les troupes déferlantes, et ce serait le chant du destin d’un siècle aveugle en s
15 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
21is que la rue retentissait de chants. C’était une troupe noire ou brune, par rangs de trois, qui défilait ; ou bien une format
22s bruns circulent en chantant. Je n’ai pas vu les troupes : elles ont passé à l’aube, en direction du Rhin. — Est-ce la guerre 
16 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
23onduise à la guerre. Non pas que les chefs et les troupes veuillent la guerre ! Les hommes ne sont pas si méchants, ni même si
17 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
24 Dans les camps du NSDStB il s’agit de forger une troupe d’assaut pour Rosenberg, en vue de la lutte qui s’engagera sans doute
25ire du NSDStB, de faire de cette organisation une troupe de choc culturelle (einen weltanschaulichen Stosstrupp). La concepti
18 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
26ütz Staffeln : escouades de protection du régime, troupe sélectionnée incarnant l’idéal racial). Ces femmes doivent être blond
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
27adultère est ainsi faite. Iseut sera livrée à une troupe de lépreux et Tristan condamné à mort. Il s’évade (scène de la chapel
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
28e et très pacifique 176 qu’allaient se jeter les troupes françaises de [p. 277] Charles VIII. Le tonnerre de leurs trente-six
29nsformer les chevaliers exaltés et magnifiques en troupes disciplinées et uniformes. Évolution qui devait aboutir de nos jours
30stige. Voyez Condé empanaché caracolant parmi les troupes ennemies — en véritable héros de l’Astrée qu’il fut. Et cette suprême
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
31ütz Staffeln : escouades de protection du régime, troupe sélectionnée incarnant l’idéal racial). Ces femmes devaient être blon
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
32bon moral de la nation, voire à la discipline des troupes. Ces gens-là, vous les reconnaîtrez infailliblement à ces quelques tr
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
33 par des personnes, et non point [p. 194] par des troupes, au sens politicien du terme. Les troupes, les masses, portent automa
34par des troupes, au sens politicien du terme. Les troupes, les masses, portent automatiquement au pouvoir des systèmes totalita
35que. Normalement, il devrait désigner non pas une troupe d’employés anonymes, mais une équipe de personnes responsables.) C’es
24 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
36res morales, des guerres de propagande. Quand une troupe est réduite à l’impuissance par l’adversaire, on ne dit pas qu’elle e
25 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Dieu premier servi » (26 avril 1940)
37bon moral de la nation, voire à la discipline des troupes. Ces personnes-là, vous les reconnaîtrez infailliblement à ces quelqu
26 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
38it pas devant le dictateur, ni dans les rangs des troupes d’assaut. Ah ! si le rire est le propre de l’homme, nous voici devenu
27 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
39 Les Alexandre, les Condé, les MacArthur et leurs troupes même motorisées, ne pourront plus servir, à l’occasion, que pour le c
28 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
40 superflue, ne peut qu’augmenter l’importance des troupes de terre. C’est bien l’avis qu’on attendait d’un général. Et il illus
41ifs plus importants que par le passé. Il faut des troupes pour mettre les instruments en position, il faut des troupes pour s’e
42r mettre les instruments en position, il faut des troupes pour s’emparer d’une île qui nous servira de base de tir. » Et il con
43eures, sinon plusieurs jours. Or au moment où ces troupes partiront, un tiers de la population aura été tué. Pendant le voyage,
29 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
44s avec passion, quand ils n’étaient encore qu’une troupe désordonnée, incapable — du moins le croyait-on — d’affronter les arm
30 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
45er le général en chef, mobilisation immédiate des troupes de couverture-frontières. Au Conservatoire, le grand chœur entonna le
31 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
46mposer un « bréviaire civique » à l’intention des troupes. Je passe des heures à la Landesbibliothek, lisant Vinet, Benjamin Co
47que je me répète pour justifier ma mutation de la troupe à l’État-Major. Elle a d’ailleurs coïncidé avec un accident au genou
32 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
48 16 mai 1940, près de la frontière Rappelé à la troupe. Les hommes gonflés à bloc crient : « À Stuttgart ! » La Hollande écr
49es ont été dressées dans les rues de la ville. La troupe a arrêté des automobilistes munis de passeports français, mais aucun
33 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
50 le premier fournissait les avions, le second les troupes, le troisième le pétrole. Pour les passions, on s’en remettait à la n
34 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
51 Les Alexandre, les Condé, les MacArthur et leurs troupes même motorisées, ne pourront plus servir, à l’occasion, que pour les
35 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
52 superflue, ne peut qu’augmenter l’importance des troupes de terre. C’est bien [p. 42] l’avis qu’on attendait d’un général. Et
53ifs plus importants que par le passé. Il faut des troupes pour mettre les instruments en position, il faut des troupes pour s’e
54r mettre les instruments en position, il faut des troupes pour s’emparer d’une île qui nous servira de base de tir. » Et il con
55ures, sinon plusieurs jours. Or, au moment où ces troupes partiront, un tiers de la population aura été tué. Pendant le voyage,
36 1946, Lettres sur la bombe atomique. ii. Point de vue d’un général
56 le courage, la discipline, le ravitaillement des troupes, l’organisation et toutes les qualités morales ou physiques ne compte
37 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
57businessman » Ce tsar ne sera pas choisi parmi la troupe des politiciens sans emploi ou des anciens ministres de n’importe quo
58reprendre au premier jour. J’ai fait partie de la troupe et parle en connaissance de cause. L’Office d’information de guerre (
38 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
59dictatoriaux. Ce czar ne sera pas choisi parmi la troupe des politiciens sans emploi ou des anciens ministres de n’importe quo
60reprendre au premier jour. J’ai fait partie de la troupe et parle en connaissance de cause. L’Office d’information de guerre (
39 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
61 aux élections et dans les parlements, elle a ses troupes disciplinées, elle fait sa politique jusque dans nos communes ; tandi
40 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
62ement dépourvus de moyens matériels, presque sans troupes derrière nous, et sans aucun appui de la part des gouvernements. C’es
41 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
63ndividuels : ainsi la guerre, les dictatures, les troupes de choc militaires et politiques, ou simplement l’anonymat collectivi
42 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
64ndividuels : ainsi la guerre, les dictatures, les troupes de choc militaires et politiques, ou simplement l’anonymat collectivi
43 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
65l eut d’abord de grands succès, en conduisant les troupes suisses en Italie au cours de plusieurs expéditions foudroyantes. À l
66t interdit de tirer sur la foule. On trouvait des troupes des cantons au service des rois de France, de Prusse, d’Angleterre et
67 de camp des Suisses, qui voulait faire payer ses troupes : « Avec l’argent que nous vous avons déjà donné, l’on pourrait paver
68vait dit Dufour dans sa première proclamation aux troupes, « il faut sortir de cette lutte non seulement victorieux mais encore
69aux frontières ; et les déplacements fréquents de troupes romandes en Suisse alémanique ou de troupes alémaniques en terre roma
70ts de troupes romandes en Suisse alémanique ou de troupes alémaniques en terre romande ne firent qu’augmenter le sentiment de c
44 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
71rdit à la Confédération le droit d’entretenir des troupes permanentes (art. 13). Il en résulte qu’à un degré jamais atteint en
72mondiales, les fréquents déplacements de [p. 137] troupes d’un bout à l’autre du territoire ont appris aux hommes de cantons di
45 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
73général Guisan, loin de déplorer la diversité des troupes suisses, soulignait sa nécessité : Si le fédéralisme est la sauvegar
46 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
74« Vive la Nation ! », clamé sur tout le front des troupes, que les Français durent la victoire. Remarquons que ce cri, à ce mom
47 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
75 force et du prestige des partis en présence. Des troupes de moines fanatiques parcourent les rues. Parfois, comme à Éphèse et
48 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
76re, sous le feu des canons russes, tandis que les troupes mongoles attaquaient le bâtiment de la dernière radio libre à Budapes
49 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
77 force et du prestige des partis en présence. Des troupes de moines fanatiques parcourent les rues. Parfois, comme à Éphèse et
50 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
78e « Vive la Nation », clamé sur tout le front des troupes, que les Français durent la victoire. Remarquons que ce cri, à ce mom
51 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
79ure les régimes « populaires » : il n’y a plus de troupes russes en Tchécoslovaquie. Ce qui maintient le système dans les pays
80st la simple menace d’une intervention russe. Les troupes russes peuvent très bien se retirer de Varsovie, de Budapest, de Buca
52 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
81 pas que la vocation plusieurs fois séculaire des troupes suisses fut de défendre les institutions et les symboles d’intérêt gé
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
82s yeux un tendre lien, l’heure aussi où s’ébat la troupe des songes véridiques ; alors, la fille encore vierge de Phoinix, Eur
83, qui étaient le lieu de réunion habituel de leur troupe, charmées par la beauté des roses et par le bruit des flots. Europé e
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
84penses, la grandeur des engagements, le nombre de troupes, et la continuité de leur entretien, même lorsqu’elles sont le plus i
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
85les provinces asservies attendaient leur salut de troupes mercenaires et de gouvernemens dirigés par les ordres d’une cour éloi
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
86evraient être conclus, limitant les effectifs des troupes entretenues. XIII. Que le maintien de cette pacification serait consi
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
87russe sont par le nombre et l’excellence de leurs troupes, naturellement les principales. D’autres leur disputeraient le premie
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
88étache lui aussi de la foule pour se joindre à la troupe des disciples nouveaux… Tournons-nous à présent vers le spectacle pol
59 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
89iche mobilise. Dîner au Grand Hôtel, et la petite troupe, en dépit des fatigues du voyage, repart dans la nuit, sous la lune,
90e à l’hôtel Dorchester. [p. 37] L’évacuation des troupes polonaises arrangée avec Churchill, grâce à ce kidnapping du général
91 Sikorski rentrant d’une tournée d’inspection des troupes polonaises du Proche-Orient, quand on lui annonça que l’avion s’était
92jors formés de personnalités influentes mais sans troupes. Enfin, le comte Coudenhove-Kalergi, retour d’exil, relançait son mou
60 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
93coles de peintres, des galeries d’exposition, des troupes d’acteurs, des groupes d’écrivains, voire des petites revues qui expr
61 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
94érable, il ne trouve devant lui que la moitié des troupes suisses. Berne, Fribourg, Soleure, Bienne et le Valais, cantons occid
95 un commerce, à une espèce de traite du sang. Les troupes suisses au « service de France » n’étaient nullement des corps de mer
96es familles suisses étaient autorisés à lever des troupes dans le cadre de ces traités, et ces troupes servaient les souverains
97 des troupes dans le cadre de ces traités, et ces troupes servaient les souverains, mais sous les ordres de leurs propres offic
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
98nt aux assemblées et aux conseils, commandent les troupes locales et plus tard les régiments qu’ils lèvent pour le service étra
99universel gris-vert, couleur de l’uniforme de nos troupes et des bâtiments fédéraux. Il est typique d’une certaine Suisse moder
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
100rvir les intérêts des souverains qui levaient des troupes dans les cantons. La Révolution française et Napoléon vinrent bouleve
101ce, à la Bourgogne ou à l’empereur Maximilien des troupes égales en nombre et supérieures en puissance d’attaque. Le rapport dé
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
102 renouvelées durant trois cents ans. Songeant aux troupes que les cantons, séparément, fournissaient au service étranger, et à
103e la Croix-Rouge) battit en quelques semaines les troupes des cantons « séparatistes », membres du Sonderbund 51 . Cette ultime
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
104rdit à la Confédération le droit d’entretenir des troupes permanentes (art. 13). Il en résulte qu’à un degré jamais atteint en
105ne mobilisation ultra-rapide : 200 000 hommes des troupes de « couverture-frontière » peuvent rejoindre leur poste de combat en
106 guerres mondiales, les fréquents déplacements de troupes d’un bout à l’autre du territoire ont appris aux hommes de cantons di
107général Guisan, loin de déplorer la diversité des troupes suisses, soulignait sa nécessité : Si le fédéralisme est la sauvegar
66 1970, Le Cheminement des esprits. Préface. Cheminements
108, d’après Littré : « Marche comparée des armes en troupes diverses. » Voilà qui correspond, dans notre plan, à un développement
67 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
109épourvus de moyens [p. 5] matériels, presque sans troupes derrière nous, et sans aucun appui de la part des gouvernements. C’es
68 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
110 et qui nous investissent : mot qui vaut pour des troupes et pour des capitaux. Les ruines des bombardements ne sont plus guère
69 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
111s — que fréquentaient des lettrés andalous et des troupes de jongleurs toujours mixtes : chanteurs mauresques et chrétiens mêlé
70 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
112rès du parti. Si ces leaders, et surtout si leurs troupes réalisaient la précarité de nos forces nationales non intégrées, la s
113t d’abord en quelques heures la jonction de leurs troupes [p. 141] héliportées et de leurs colonnes blindées en RFA À partir de
114— contre un autre pays du continent ou contre des troupes étrangères qui l’envahiraient : celui qui la fait tomber chez son voi
71 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
115évolutionnaires : le Vive la Nation clamé par les troupes françaises lors de la canonnade de Valmy n’avait pas plus de contenu
72 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
116re l’armée et la population et aussi du moral des troupes. Je m’y suis senti à l’aise, car je pouvais commencer à appliquer mes