1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
1eoisie et dans le peuple ; elle y est devenue une tyrannie. Avant il y avait la Raison et les sentiments. Maintenant il y a le r
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
2cer le bourgeois : mais je ne vois pas en quoi la tyrannie du matériel qu’ils prônent est meilleure pour les hommes [p. 844] que
3 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
3iété. On y verra comment il se peut faire que les tyrannies sociales, mondaines ou politiques, trahissent par leur raffinement, p
4 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
4 goût morbide de « l’autorité » confondue avec la tyrannie étatique, d’un anti- « grand capitalisme » de petits bourgeois, bref
5tes, ça s’appelle fascisme. Le fascisme, c’est la tyrannie, le crime, la guerre et l’oppression des ouvriers. « Qu’ils y viennen
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
6cer le bourgeois : mais je ne vois pas en quoi la tyrannie du matériel qu’ils prônent est meilleure pour les hommes que le prése
6 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
7dent rien à leurs intérêts véritables, et que les tyrannies les plus absurdes ont la vertu d’exciter l’enthousiasme. Mais vous êt
7 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8acrés du groupe, et par là-même à son principe de tyrannie. Ce mouvement d’arrachement au sacré sombre, à l’empire des morts, ce
9isse, un appel à une communauté. L’anarchie et la tyrannie, successivement, ont fait faillite. Quelle sera la nouvelle société ?
8 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
10r là même, ne laisse-t-il pas le champ libre à la tyrannie, c’est-à-dire à la mécanique étatiste et dictatoriale qui tient lieu
9 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
11 plus il se défend, plus il impose à la Nature sa tyrannie, moins il comprend le sens de sa haine anxieuse. Peut-être, s’il alla
10 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
12isme et au mépris de la Nature ? Mode bourgeoise, tyrannie décadente, tout occupée à calculer sa propre mort. Mais Ramuz n’est p
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
13. Elle est aussi une défense nécessaire contre la tyrannie des mythes. C’est peut-être elle qui nous a délivrés de l’empire des
14vaincre. Elle se met à régner à leur place, et sa tyrannie se révèle plus inhumaine encore que n’étaient leurs caprices. Le sava
15s sur les facultés d’invention, il en résulte une tyrannie, qui s’appellera selon les cas rationalisation, rationalisme, raison
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
16oins qu’elle ne vise au contraire à masquer cette tyrannie des faits aux yeux des délicats qui s’en offusqueraient, aux yeux des
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
17demain de son succès, en une pratique qui est une tyrannie, tandis que la doctrine, évadée du réel, se flattait d’une absurde li
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
18 : en face de la mesure ancienne qui se survit en tyrannie stérile et idolâtre, affirmer une mesure nouvelle, une mesure qui ram
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
19similer dictature et crime, discipline sociale et tyrannie, volonté de servir et trahison des clercs, etc., tout cela au nom d’u
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
20 renaissance et de construction. « Dictature », « tyrannie », « conformisme [p. 133] brutal », tout cela, qui épouvante les libé
21 ce nom — la fédération, non la masse ; et non la tyrannie d’un seul, et non le gigantisme national. La société doit être un cor
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
22toire qui n’en est pas une 71 mais qui figure la tyrannie scolastique la plus sournoise qu’aient jamais inventée les université
18 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
23u en fin de compte engendrer que le désespoir, la tyrannie ou l’amertume nihiliste. Les contradictions du monde figurent dans l’
19 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
24 renaissance et de construction. « Dictature », « tyrannie », « conformisme brutal », tout cela qui épouvante les libéraux n’est
25 ce nom — la fédération, non la masse ; et non la tyrannie d’un seul, et non le gigantisme national. La société doit être un cor
20 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
26Cette erreur des fameux techniciens nous vaut les tyrannies actuelles. Considérant le désordre où nous sommes, ils prétendent nou
21 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
27ranniques qui s’établissent autour de nous. Or la tyrannie d’un pouvoir grandit exactement dans la mesure où l’autorité diminue.
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
28a personne se retourne contre elle, au profit des tyrannies impersonnelles. C’est l’instant où l’homme [p. 197] dit : « Que voule
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
29a personne se retourne contre elle, au profit des tyrannies impersonnelles. C’est l’instant où l’homme dit : « Que voulez-vous qu
24 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
30le de garant des libertés personnelles contre les tyrannies administratives. Son fonctionnement sera donc, en certains points, a
31té pour fonctionner. Autrement, il n’est plus que tyrannie, c’est-à-dire que ses jours sont comptés. Quant à l’objection connexe
32verse : le Conseil suprême deviendrait la suprême tyrannie, celle qui contraint les esprits et non plus seulement les corps. Nou
25 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
33gt raisons d’accepter comme tant de bourgeois une tyrannie prétendue provisoire, d’où naîtra peut-être un homme neuf, un bonheur
26 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
34rie collective, [p. 70] disent les rationalistes. Tyrannie, disent les démocrates. Autant de mots vides ou de mensonges pour les
35entiment « sacré ». Et ce n’est pas la soif d’une tyrannie, au sens politique et légal, qui a jeté l’Autriche dans les bras du F
27 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
36s ce livre une parabole de l’homme traqué par les tyrannies anonymes qui se multiplient dans notre siècle 49 , et tendent à faire
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
37 la queue 75 (Marcabru.) Chasteté délivre de la tyrannie du désir en portant le Désir (courtois) à l’extrême : Par excès de d
38ct sexuel est ressenti comme un destin cruel, une tyrannie ; orgueil : cette tyrannie sera conçue comme une force divinisante — 
39e un destin cruel, une tyrannie ; orgueil : cette tyrannie sera conçue comme une force divinisante — c’est-à-dire dressant l’hom
40, dont le philtre d’amour symbolise l’inéluctable tyrannie. L’homme n’est pas libre. Il est déterminé par le Démon. Mais s’il as
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
41aimer pas ; que, si on vient jusque-là, c’est une tyrannie dont il faut secouer le joug ; et qu’enfin la personne aimée nous a b
42, — tandis que Corneille ne veut y voir qu’ « une tyrannie dont il faut secouer le joug ». D’où l’harmonie voluptueuse de l’un,
43n homme du xviiie , connaît trop bien sa monotone tyrannie. Ce [p. 232] que Pétrarque négligeait, c’est l’obstacle physique dont
44envahissement de l’Europe par une plus insidieuse tyrannie. Jusqu’au jour où Wagner, d’un seul coup, dressera le mythe dans sa p
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
45ceurs. » (D’où le désir sadique de se libérer des tyrannies sensuelles par l’excès de débauche.) Autre condamnation vraiment mani
31 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
46acrés du groupe, et par là-même à son principe de tyrannie. Ce mouvement d’arrachement au sacré sombre, à l’empire des morts, ce
47isse, un appel à une communauté. L’anarchie et la tyrannie, successivement, ont fait faillite. Quelle sera la nouvelle société ?
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
48ologiques, cette loi est pratiquement une odieuse tyrannie pour tous ceux qui débordent le cadre, c’est autant dire pour tous le
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
49e de nos jours ? Sommes-nous bien certains que la tyrannie de l’opinion publique vaut mieux que celle des aristocrates ? Sommes-
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
50 naturel »… Je rappelle donc que la formule de la tyrannie maxima est celle de l’État qui prétend que ses frontières douanières
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
51el. Sa pente, n’en doutons pas, est du côté de la tyrannie. » C’est Vinet qui parlait ainsi, il y a longtemps, tout au haut de l
36 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
52sme porte en soi les germes indestructibles de la tyrannie politique (malgré la « résistance » qu’auraient représentée tous ces
37 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
53conditions est un fantôme, annonciateur des pires tyrannies. J’en nommerai une. 30. Le Démon de la Police Le voyageur et l’émig
38 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
54sens sacré du contrat, sous peine de déchaîner la tyrannie, bientôt sanglante, des démons de la jungle intérieure. Telle est la
39 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
55s des réalités simples qui seraient d’une part la tyrannie et d’autre part la liberté ? Mais dites-moi donc ce qu’est la liberté
56on, qu’elle [p. 208] achèvera mieux que les pires tyrannies d’ahurir notre sens moral… J’allais écrire que le seul remède serait
40 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
57elques phrases admirables d’Alexandre Vinet (« La tyrannie est le souverain désordre » par exemple), la brochure de Benjamin Con
41 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
58ont pas les différences qui me révoltent, mais la tyrannie qui les dicte. Le monde capitaliste est arbitraire et manifestement i
42 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
59tivité qui « fatalement » prolonge ou aggrave les tyrannies qu’elle avait pour seul but d’écraser. Mais ceci est une autre histoi
43 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
60e et la révolution. Du conflit moral résultent la tyrannie et l’anarchie. Du conflit idéologique et religieux résultent des mise
61ainement contrôlable. C’est la formule même de la tyrannie. Car, contre un principe d’unité immanent, mais pratiquement puis thé
44 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
62s masses, elles-mêmes tyrans, n’obéissent qu’à la tyrannie. Que serait une tyrannie américaine ? Une brutalité panique dort au s
63ans, n’obéissent qu’à la tyrannie. Que serait une tyrannie américaine ? Une brutalité panique dort au secret de l’âme de ce pays
64uraient plus le choix qu’entre la démission et la tyrannie déclarée. Les bureaux à l’américaine semblent avoir été créés pour ép
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
65progrès social s’est vu bridé et contrarié par la tyrannie de l’argent, dont la Russie nouvelle s’est libérée. Mais, en même tem
46 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
66hant dans le désordre, lequel prépare toujours la tyrannie. À l’homme considéré comme soldat politique, totalement engagé mais n
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
67rogressant entre les écueils du désordre et de la tyrannie. Pour peu que l’individu, abusant de ses droits et de sa liberté deve
48 1948, Suite neuchâteloise. III
68ire, dans le sens des droits individuels et de la tyrannie collective. La population s’accroissait, le commerce prospérait, l’in
49 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
69hant dans le désordre, lequel prépare toujours la tyrannie. À l’homme considéré comme soldat politique, totalement engagé mais n
50 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
70me résultat des idéologies, et qui a vu les pires tyrannies comme traduction des mystiques libertaires, n’avait pas décidé de ne
71ogène, uniforme, que naissent toutes les modernes tyrannies. On ne peut forcer personne à être libre, alors qu’il faut forcer les
51 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
72ssion des individus. Cependant, loin d’adorer ces tyrannies qu’il laisse parfois s’établir dans son sein, l’Occident leur résiste
73se, prudente, de la révolte quotidienne contre la tyrannie rationaliste, contre les préjugés et les routines et contre le droit
52 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
74ffet que Rousseau, qui avait tâté en France d’une tyrannie plus sérieuse que celle des « commérages », vint se réfugier dans le
75durable entre les membres de l’alliance, ou d’une tyrannie centralisée destinée à masquer cette division. [p. 54] C’est peut-êt
53 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
76es peuples qui l’habitent : on a connu de petites tyrannies, de petits États unitaires soumis à la dictature d’un homme ou d’un c
54 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
77gravement menacée que les Arts par les régimes de tyrannie d’État. Il est facile de s’en convaincre. En Asie, dans l’Antiquité,
78sique et la danse prospérer sous toutes sortes de tyrannies, souvent en dépit d’elles, mais parfois à cause d’elles. Et aujourd’h
79peuvent, dans une certaine mesure, se jouer de la tyrannie ; la science moderne le peut de moins en moins. Pour des raisons prat
55 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
80ont triomphé que de régimes séniles, et dont la « tyrannie », si on la compare à celles des disciplines d’État qui leur ont succ
81cune exception notable, ont abouti à renforcer la tyrannie soit d’un homme, soit d’une classe, et toujours de l’État. Adoptant l
82rêve à sa mesure ; et ce rêve incarné devient une tyrannie. Passion, révolution, nation : certains ont cru que leur empire sur n
56 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
83 il répond que la science libère l’individu de la tyrannie jadis exercée par les prêtres. On lui a dit que chacun, désormais, pe
57 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
84sire, ou pour une œuvre d’art, ou pour sa drogue. Tyrannie des passions, non de la technique en soi. Erreur sur la standardisat
58 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
85lle et politique, préparant ainsi les voies de la tyrannie collectiviste. Celle-ci s’attaque aux fondements comme aux conquêtes
86 l’habeas animam comme l’a dit Ignazio Silone. La tyrannie possède aujourd’hui les moyens de modifier la pensée, les sentiments,
59 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
87r une courbe ascendante et continue, allant de la tyrannie démente vers une sorte de démocratie, par une progression contrôlée.
88litant ? C’est un homme qui s’oppose à toutes les tyrannies quel qu’en soit le prétexte allégué. Cette attitude le rend suspect a
89nd suspect aux yeux des adversaires de toutes les tyrannies sauf une. S’il est aussi contre celle-là, disent-ils, c’est qu’il est
90nouvel anti-pape. [p. 13] Porter au crédit de la tyrannie soviétique un règlement de comptes entre le tyran défunt et ses succe
91le qui ne conduise pas, inévitablement, à plus de tyrannie qu’avant. Comprenez qu’il n’est pas d’autre voie, et que vous ne sere
60 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
92 louvoyant avec ces noms puissants, que les pires tyrannies ont rejoint notre temps ? Et il est vrai, aussi, que le monde occiden
93as totalitaires. La vraie période hellénistique — tyrannies et dissociation pulvérulente des milieux et des classes responsables 
94 » du régime monarchique, mais il n’attend qu’une tyrannie plus rationnelle, et il l’aura. Car tandis que l’Amérique fonde la dé
95j’entends le fédéralisme, qui combat à la fois la tyrannie de l’unité forcée et l’anarchie des intérêts particuliers. On pensera
96ccuper de la chose sociale et celui qui cède à la tyrannie, l’égoïste et l’embrigadé, celui qui murmure « chacun pour soi » [p. 
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
97ont triomphé que de régimes séniles, et dont la « tyrannie », si on la compare à celle des disciplines d’État qui leur ont [p. 1
98cune exception notable, ont abouti à renforcer la tyrannie soit d’un homme, soit d’une classe, et toujours de l’État. Adoptant l
99rêve à sa mesure ; et ce rêve incarné devient une tyrannie. Passion, révolution, nation : certains ont cru que leur empire sur n
62 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
100 il répond que la science libère l’individu de la tyrannie jadis exercée par les prêtres. On lui a dit que chacun, désormais, pe
63 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
101sire, ou pour une œuvre d’art, ou pour sa drogue. Tyrannie des passions, non de la technique en soi. Erreur sur la standardisat
64 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
102 aventure nouvelle de [p. 217] la personne qu’une tyrannie sans précédent. Les oscillations du pendule s’amplifient, voilà qui e
103lus de chances que d’autres d’éviter le péril des tyrannies totalitaires et des évasions illusoires ? Ainsi l’idée de Progrès sem
104 ou s’abandonner, impérialisme ou perte de l’ego, tyrannie exercée ou passion subie — le contraire de la liberté. Si le génie pr
105rmes en présence — c’est la formule de toutes les tyrannies et anarchies — ou bien au prix de leur neutralisation — équivalent d’
65 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
106despotisme byzantin, c’est-à-dire une synthèse de tyrannie à l’orientale, de technique à l’occidentale, et de principes moraux a
66 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
107sse ou non à se démocratiser par les moyens de la tyrannie, qu’elle prospère ou se ruine à force de corriger ses gaffes par des
67 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
108eu existe, qui est celui du général de Gaulle, la tyrannie totalitaire est impensable. J’entends qu’elle serait condamnée par la
68 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
109onsacrent [p. 33] à enseigner les principes de la tyrannie. Ils tiennent la culture pour un luxe. Mais c’est elle qui a produit
69 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
110s mental qu’il nous impose exagère à tel point la tyrannie de l’horaire, du rendement mesurable, des disciplines sociales, et [p
70 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
111e la personne, et qui l’a livré sans défense à la tyrannie de deux mythes, — quand un seul suffit bien au malheur d’un seul homm
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
112 des souverainetés : Tous les royaumes, empires, tyrannies ou républiques de la terre sont réunis par un lien qui n’est pas autr
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
113e de la crainte et la honte arrêtent l’abus de la tyrannie. Les républiques ont acquis de l’ordre et de la stabilité ; les monar
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
114ar elle le sauve à la fois, en le divisant, de la tyrannie de ses meneurs et de sa propre folie. … Après la révolution des idées
115s de place que pour la liberté démocratique ou la tyrannie des Césars. Jacob Burckhardt, en 1869 220  : Pour moi et depuis lon
116une soumission avilissante, l’espoir d’exercer la tyrannie chez les autres ; la gloire, la richesse qu’elle attend la distraient
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
117artout sur terre la volonté de ne pas accepter la tyrannie des circonstances et du passé, la volonté de modifier les facteurs dé
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
118-elle pas apporté autre chose que l’agression, la tyrannie et leurs souffrances ? Toynbee taxe d’orgueil cette objection : Nous
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
119 d’où vont [p. 409] venir les nouveaux périls, la tyrannie ou la terreur. Parmi les vainqueurs, une Babel de voix confuses ; par
77 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
120écisément, c’est-à-dire d’étatisme au cordeau, de tyrannie. Le square anglais, malgré son nom, répugne autant à l’angle droit qu
78 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
121rtient sans conteste au second. La corruption, la tyrannie mesquine, l’esprit de caste allié à la vénalité des familles dirigean
79 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
122rs autres. Dans l’Europe de demain, libérée de la tyrannie des frontières politiques et administratives imposées aux réalités et
80 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
123uvent absurde, derrière laquelle se préparent des tyrannies politiques. Le principe du mal étant reconnu, le principe des réforme
81 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
124lle et politique, préparant ainsi les voies de la tyrannie collectiviste. [p. 35] Celle-ci s’attaque aux fondements comme aux co
125l’habeas animam, comme l’a dit Ignazio Silone. La tyrannie possède aujourd’hui les moyens de modifier la pensée, les sentiments,
82 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
126 — du dégagement d’un ordre supérieur ; et que la tyrannie est le pire des désordres. C’est dans cette vue que le Congrès pour l
83 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.3. Conclusions sur l’avenir et la liberté de la culture
127rent sans doute l’étendue et la vraie visée de la tyrannie dans laquelle ils sont nés 13 . Mais nous ? Nous qui avons parmi nous
128e siècle a protesté dans son ensemble contre les tyrannies de toutes couleurs qui nous salissent, qui salissent toute l’humanité
129ait dédié à la mémoire des victimes de toutes les tyrannies du xxe siècle. Il convenait d’ouvrir nos manifestations par cet acte
84 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
130ès des révolutions. Elles ont toutes abouti à des tyrannies. Une révolution aboutit à une tyrannie, parce qu’elle manque de fonde
131uti à des tyrannies. Une révolution aboutit à une tyrannie, parce qu’elle manque de fondements doctrinaux, philosophiques, relig
132 réalisées. La Révolution française a abouti à la tyrannie napoléonienne. Les [p. 78] révolutions de 1848 ont été écrasées ou bi
85 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
133nt soit de la guerre, soit de la paix, soit de la tyrannie des choses, soit de la liberté de notre action. Mais surtout, par ses
86 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
134mble la guerre nationale ou civile, ainsi que les tyrannies en chaîne et les cascades de crises que toute guerre suscite. Car aut
87 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
135ssion des individus. Cependant, loin d’adorer ces tyrannies qu’il laisse parfois s’établir dans son sein, l’Occident leur résiste
136ise, prudente de la révolte quotidienne contre la tyrannie rationaliste, contre les préjugés [p. 53] et les routines, et contre
137; – individualisme et collectivisme – anarchie et tyrannie ; – uniformisation et séparatisme. Les antithèses de cette seconde sé
88 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
138comitants. Dans l’Europe de demain, libérée de la tyrannie des frontières politiques et administratives imposées aux réalités et
89 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
139 hellénistique qui ne manqueront pas d’appeler la tyrannie. Rome, en réponse à ce défi de l’anarchie, invente l’État et les inst
90 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
140nt jamais abouti en Europe à autre chose qu’à une tyrannie accrue. La Terreur jacobine aboutit à Napoléon. La Révolution d’Octob
91 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
141ements civiques, l’expansion excessive appelle la tyrannie, mais aussi la renaissance des régions, des paroisses, et de l’autono
142qu’on élabore doit rester flou. Sinon, ce sera la tyrannie sur la communauté qui le réalisera, et dès maintenant sur notre facul
92 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
143s politiques contradictoires, tantôt se crispe en tyrannies, qui sont des désordres fixés. Seul l’effort de la science (dont le s
93 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
144ements civiques, l’expansion excessive appelle la tyrannie mais aussi la renaissance des régions, des paroisses, et de l’autonom
145qu’on élabore doit rester flou. Sinon, ce sera la tyrannie sur la communauté qui le réalisera, et dès maintenant sur notre facul
94 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
146mmunauté, il y aurait aussi un recours contre les tyrannies publiques et privées. Mais l’individu seul est impuissant, non qu’il
147là même. Ils n’en ouvrent pas moins les voies aux tyrannies totalitaires, communistes, fascistes ou technocratiques dont les pers
95 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
148politains, par les étapes de la Cité libre, de la tyrannie, des empires, des principautés féodales et des Communes, puis de la N
149n sociale, mais dès lors livrée sans défense à la tyrannie des névroses (par anomie, ou frustration de ses fins éthico-sociales
96 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
150du peuple, comme une machine de guerre, comme une tyrannie anonyme, comme un organe de décision généralement inadapté aux réalit
97 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
151a criminalité étatisée ? Certes, la dictature, la tyrannie sont le comble du pouvoir tel que vous l’entendez, mais comme l’a dit
152l’a dit un grand penseur du siècle dernier : « la tyrannie est le souverain désordre 177  ». Les plus grands Pouvoirs politiques
98 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
153’ont jamais abouti en Europe à autre chose qu’une tyrannie accrue — la Terreur jacobine à Napoléon, la Révolution d’octobre à St