1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
1elle d’un Maurras ou que celle d’un Maritain. Son unité est plus réellement profonde, son point d’appui plus central. Pour no
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2omme des vagues soulevées par une même tempête. L’unité de notre temps est en profondeur : c’est une unité d’inquiétude. Barr
3nité de notre temps est en profondeur : c’est une unité d’inquiétude. Barrès et Gide : ils ont construit des édifices très di
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
4nnaître l’homme dans l’élan qui fait sa véritable unité. Je me borne à signaler encore un thème qui revient dans la plupart d
5s. Il n’empêche que son livre manifeste une belle unité de pensée, et qu’il propose quelques directions très nettes de synthè
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jacques Spitz, La Croisière indécise (décembre 1926)
6t réellement amusant, et qu’il trouve une sorte d’unité vivante dans le rythme des désirs jamais simultanés de ses petits hér
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
7confrontation, s’évanouit : c’est bien plutôt une unité supérieure de l’esprit humain que nous découvrons, et qui nous permet
6 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
8n logique, peut-être lointain, en quoi consiste l’unité la plus réelle de l’individu — en dehors du corps. Et ce ne sont poin
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
9es : elles représentent deux manières de sentir l’unité d’une époque obsédée d’action.) Autour de ces individus — chinois nat
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
10à les mieux pénétrer, à les approfondir jusqu’à l’unité. Il est d’autant plus regrettable de voir Baring se départir ici de l
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
11e tragique naît dans une âme qui s’efforce vers l’unité, vers l’unification de ses aspirations et de ses actes ; dans une âme
12le seul problème éthique est de se réaliser comme unité. Non point parce qu’une morale stoïcienne et laïque nous le recommand
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
13ent à ce pays de Saintonge, qui, si la force de l’unité française n’avait été irrésistible, avait ce qu’il fallait pour deven
14ère, les livres étaient conduits, ils avaient une unité, un terme auquel ils arrivaient ; la vie n’est plus aujourd’hui qu’un
11 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
15nde latin, en tant que latin, étant un monde de l’unité (en vérité de l’unification à tout prix) est un monde « sécularisé »
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
16ent tranquillement dans une activité qui tire son unité foncière de la nature même des choses. [p. 181] Le rythme perpétuell
13 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
17qui divisèrent les précédentes — elle éprouve son unité, elle connaît une fraternité en ceci : que la pensée n’est plus pour
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
18explication intellectuelle, atteignant par la une unité de style tellement têtue qu’elle évoque peu à peu on ne sait quelle p
15 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
19emble que la solidarité du péril crée en nous une unité que n’ont su faire ni maîtres ni doctrines, unité de refus devant la
20unité que n’ont su faire ni maîtres ni doctrines, unité de refus devant la consternante misère d’une époque où tout ce qu’un
16 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
21kegaard, elle répète que « toute prétention à une unité supérieure qui harmoniserait les contradictions absolues n’est qu’un
17 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
22matière. Pour nous l’homme est autre chose qu’une unité de compte, un ventre ou un électeur. Avec toute attitude idéologique
18 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
23plus d’autre autorité que la police, plus d’autre unité que l’État, et plus d’autres réalités que celles qui concernent la mo
19 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
24e temps, ce qui n’a d’existence réelle que dans l’unité, dans l’instant. Faisons ici une distinction importante que j’aurais
20 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
25? Il répond en tout premier lieu à la nostalgie d’unité qui s’empare des peuples fatigués, — démoralisés par la politique, —
26 et la Patrie, Hitler et Dieu, la race et Dieu, l’Unité spirituelle et Dieu. Toute l’histoire des Prophètes lui apprend que l
27é collective. Elle ne croit pas à la valeur d’une unité obtenue aux dépens des unités concrètes et de leur nécessaire diversi
28as à la valeur d’une unité obtenue aux dépens des unités concrètes et de leur nécessaire diversité. Elle veut que l’État soit
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
29emble que la solidarité du péril crée en nous une unité que n’ont su faire ni maîtres ni doctrines, unité de refus devant la
30unité que n’ont su faire ni maîtres ni doctrines, unité de refus devant la consternante misère d’une époque où tout ce qu’un
22 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
31plus, sur cette absence de tout principe vivant d’unité et d’union, qui est la marque de notre temps, et la cause de notre ps
23 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
32autonomes et solidaires. Elles ont leur véritable unité en Christ, et dans la communion des saints. Ici-bas, l’Église une et
24 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
33 fonder leurs analyses sur des totalités, sur des unités d’expérience sensible, saisies telles qu’elles se présentent au sein
34oir délivrés d’une psychologie qui dissociait les unités vivantes en éléments abstraits, et prétendait examiner ensuite ces él
25 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
35plus, sur cette absence de tout principe vivant d’unité et d’union, qui est la marque de notre temps, et la cause de notre ps
26 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
36nées en apparence les unes des autres, éclatera l’unité de l’esprit, qui fonde l’originalité puissante de notre culture. Peut
27 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
37du fédéralisme contre la conception maniaque de l’unité —, on est fondé à dire que les principes qui furent à l’origine de l’
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
38a mythologie, en même temps que la garantie d’une unité future du genre humain. Elles s’accordent pour affirmer que l’homme «
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
39 l’obstacle, elle impose un ordre arbitraire, une unité qui n’est pas celle de la vie, et qui est d’ordre géométrique. Tant q
40’elle reste au service d’une fin qui comporte une unité vive, la raison remplit son office qui est l’office mineur et nécessa
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
41des armées, dans la guerre, comme le symbole de l’unité du peuple, mais son usage est interdit pendant les guerres civiles :
31 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
42. Jamais l’Europe catholique n’a connu l’espèce d’unité que certaine polémique primaire reproche à la Réforme et à la Renaiss
43. Tous les nombres, dit Dante, sont mesurés par l’unité et ils sont dits grands ou petits selon qu’ils sont distants ou proch
44petits selon qu’ils sont distants ou proches de l’unité ; toutes les couleurs sont mesurées par leur rapport au blanc origine
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
45ent dans des langues nouvelles, au détriment de l’unité sacrée. Ainsi toujours : pour peu que le sens des fins vienne à faibl
46 culte de ces images, le peuple croit trouver son unité, et il y retrouve en effet le symbole agrandi d’un désespoir qu’il se
33 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
47turel n’obéit pas à la loi de cause à effet. Leur unité n’est pas quelque chose de donné, mais quelque chose qu’il faut créer
48de méthode : pour la nouvelle école soviétique, l’unité du peuple et des clercs n’est pas « quelque chose de donné », mais « 
49, après quelques années, incapable de maintenir l’unité vraie de la pensée et de l’action. Elle est déjà divisée contre elle-
34 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
50ète des actions et des idéaux particuliers en une unité intérieure assurant une force publique et donnant de la sorte une bas
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
51 l’indivision cherchée, la garantie certaine de l’unité intime de la pensée et de l’action. Tout le problème de la commune me
36 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
52ats ! Mais au terme de ce progrès, il n’y a pas l’unité restaurée, il y a seulement l’esprit humain désincarné, livré à son o
37 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
53explication intellectuelle, atteignant par là une unité de style tellement têtue qu’elle évoque peu à peu on ne sait quelle p
54 l’ampleur du fait humain mais aussi garantir son unité concrète, esprit et corps. Les niveaux respectifs auxquels se placent
38 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
55turel n’obéit pas à la loi de cause à effet. Leur unité n’est pas quelque chose de donné, mais quelque chose qu’il faut créer
56de méthode : pour la nouvelle école soviétique, l’unité du peuple et des clercs n’est pas « quelque chose de donné »… mais « 
57, après quelques années, incapable de maintenir l’unité vraie de la pensée et de l’action. Elle est déjà divisée contre elle-
39 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
58ent le croire ? Sommes-nous déjà prêts pour cette unité ? p. 8 k. « Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation)
40 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
59esse à grands cris l’univers (cette « version à l’unité »), la plénitude, le rassemblement de tous les êtres, le branle-bas d
41 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
60l’âge des plébiscites Pour un pays qui a fait son unité depuis des siècles, et [p. 25] qui peut-être a même été trop loin dan
42 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Manifeste au service du personnalisme par Emmanuel Mounier (octobre 1936)
61ralisme de vocabulaire, dans le seul domaine où l’unité serait sans doute une garantie d’efficacité.) Mais ce qui nous import
43 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
62ous vos historiens vantent les bienfaits de cette unité. Elle est passée dans vos mœurs, à tel point que vous n’en êtes même
63ique. Une seule réalité [p. 3] fonde à ses yeux l’unité de la nation allemande : celle de la race. Mais pour la rendre popula
44 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
64 Joie de voir un pays dans son ensemble, dans son unité [p. 170] naturelle et ancienne. Une même patine de crépuscule roussit
45 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
65on sociologique libératrice. « Dieu », la tête, l’unité, c’est l’État totalitaire, le fascisme ou le stalinisme. Dans ces con
46 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
66lle de n’aboutir qu’à des mélanges bâtards. Notre unité existe, mais sur un plan à la fois plus élevé et plus vaste que celui
67cation » à la mode jacobine ou classique. C’est l’unité originelle, et peut-être future et finale, des diversités de l’Europe
47 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
68in il a largement contribué à la dissolution de l’unité européenne en ces morceaux d’Empire romain que sont les États-nations
48 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
69 le sens de l’État, qu’elle n’a pas. Le sens de l’unité allemande, de la prépondérance de l’intérêt allemand sur les intérêts
49 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
70l’âge des plébiscites Pour un pays qui a fait son unité depuis des siècles, et qui peut-être a même été trop loin dans ce sen
50 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
71ous vos historiens vantent les bienfaits de cette unité. Elle est passée dans vos mœurs, à tel point que vous n’en êtes plus
72démagogique. Une seule réalité fonde à ses yeux l’unité de la nation allemande : celle de la race. Mais pour la rendre popula
51 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
73ion des peuples, puis leur annexion au nom de « l’unité nationale ». 3. Quelle fut la réponse des Démocraties ? — Il était fa
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
74e exigence de pureté qui est l’extrême exigence d’Unité. Mais l’unité dernière est négation de l’être actuel, dans sa souffra
75pureté qui est l’extrême exigence d’Unité. Mais l’unité dernière est négation de l’être actuel, dans sa souffrante multiplici
76aient pas une nation. Ils n’avaient pas d’autre « unité » que celle d’une civilisation, dont le principe spirituel était main
77ès de nous que Platon et les druides, une sorte d’unité mystique du monde indo-européen se dessine comme en filigrane à l’arr
78gas par exemple — une montée de l’individu vers l’Unité, où il se perd. Et j’appellerai « occidentale » une conception religi
79re illuminés — la création sera réintégrée dans l’unité de l’Esprit originel, [p. 86] les pécheurs entraînés par Satan seront
80çoit, c’est la chair qui se fond avec l’esprit en unité transcendantale. Et ce sont les amants, non les croyants, qui vont êt
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
81oulent l’un dans l’autre, donnant naissance à une unité d’être. Eckhart ne connaît ni cette ivresse ni cet amour « pathologiq
82angé en lui parce que lui-même me fait être sien. Unité et non similitude. Par le Dieu vivant, il est vrai qu’il n’y a plus l
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
83 même élan qui portait l’âme vers la lumière et l’unité divine, considéré du point de vue de ce monde n’est plus qu’un élan v
84re, l’être aimé, le moi), tout ce qui n’est pas l’Unité incréée, la dissolution sans retour. Mais cet enthousiasme est réel,
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
85t nous inciter à réviser bien des jugements sur l’unité spirituelle de la société médiévale !) Or s’il est vrai que cette mor
86 Elle fut nationale par la suite pour conquérir l’unité des races, la nationalité. C’est la thèse des Italiens et des Prussie
56 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
87c’est qu’ils ne sont pas dépourvus d’une certaine unité d’intention : ils sont tous nés d’un même souci de la personne et de
57 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
88autonomes et solidaires. Elles ont leur véritable unité en Christ, et dans la communion des saints. Ici-bas, l’Église une et
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
89nous manque absolument, c’est un grand principe d’unité entre notre pensée et nos actions. Cette absence d’un principe d’unit
90sée et nos actions. Cette absence d’un principe d’unité est si totale qu’on ne la ressent même plus comme un scandale. Elle e
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
91lle de n’aboutir qu’à des mélanges bâtards. Notre unité existe, mais sur un plan à la fois plus élevé et plus vaste que celui
92à la mode jacobine ou classique. C’est [p. 117] l’unité originelle, et peut-être future et finale, des diversités de l’Europe
60 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
93d’une crise, et soumis par lui-même à une sorte d’unité qui fait nécessairement défaut à la chronique intermittente d’une exi
61 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
94ssurer de leur bonheur, dans le cas présent, leur unité. Et c’est pourquoi ils perdront ce bonheur, comme Orphée perdit Euryd
62 1944, Les Personnes du drame. Introduction
95e-même dans les actes par lesquels elle assume en unités sans précédents, et qui deviennent fait accompli, des incompatibles d
63 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
96si. C’est parce qu’il a été grand qu’une certaine unité allemande a pu se faire sur son nom — et non l’inverse. Et c’est, au
64 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
97s sectaires, Caligula et tous les fanatiques de l’Unité, Néron qui brûla Rome pour nourrir sa tristesse, Sade qui croyait à l
98fonde la personne humaine. Aucun autre principe d’unité n’existe, au sens actif où Kierkegaard emploie ce mot. Si l’on ne cro
99 à Dieu et à soi-même régnerait sur le monde et l’unité du genre humain. Si nous vivions dans l’obéissance et dans la foi, l’
65 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
100écit d’une crise, et soumis là même à une sorte d’unité qui fait nécessairement défaut à la chronique intermittente d’une exi
101me même. Il est en nous le trait révélateur d’une unité intentionnelle, d’un parti-pris aussi sincère, si ce n’est plus, que
66 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
102 toute explication intellectuelle, atteignant une unité de style tellement têtue qu’elle évoque peu à peu on ne sait quelle p
103l’ampleur du fait humain, mais aussi garantir son unité concrète, esprit et corps. Les niveaux respectifs auxquels se placent
67 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
104esse à grands cris l’univers (cette « version à l’unité »), la plénitude, le rassemblement de tous les êtres, le branle-bas d
68 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
105té de tous les jours. Pour rejoindre le Tout et l’Unité, il s’agit donc de perdre le divers, de perdre le réel, de se perdre
106ment récupérer la vie totale dans sa bienheureuse unité ? Ce n’est plus possible ici-bas, dans la prison du moi coupable et d
107l, responsable d’une vocation, et trouvant là son unité en dépit des contradictions dont peut souffrir l’individu, c’est-à-di
108des romantiques, [p. 218] cherche à récupérer son unité perdue dans un monde supra-personnel où les limites hostiles s’efface
69 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
109an spirituel, des assises religieuses fondant une unité si intérieure à chaque individu qu’elle permet la plus grande diversi
110nna-t-il sa vie ? Peut-être à la recréation d’une unité de rythme et de vision au sein d’un monde qui perdait ses mesures. Et
111 après la victoire, homme d’État. Je vois ainsi l’unité de sa vie dans la recherche d’une forme et d’un sens. Si l’art n’y su
112is plutôt que c’est encore l’angoisse avide d’une unité de sens spirituel, inaccessible à tout « savoir » aussi vaste qu’on l
70 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
113 par les bouches officielles. Cette idée, c’est l’unité des peuples de la planète, c’est le rêve d’un gouvernement planétaire
71 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
114erre, le Globe, la Boule, la Tête, la Bombe, et l’Unité considérée partout et de tout temps comme objet rond, pomme, sphère o
72 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
115nt. C’est la menace extérieure qui « cimente leur unité », qui « galvanise leur énergie », et qui provoque ces magnifiques mo
73 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
116chisant. Conflit idéologique et religieux entre l’unité imposée et la division irréfléchie, entre la centralisation rigide et
117ent œcuménique que l’utopie et la tentation d’une unité formelle, humainement vérifiable, assurée et définitive. Car c’est pr
118ncta en une assurance visible et restrictive de l’unité (d’organisation ou de doctrine), c’est dans la mesure exacte où elles
119nté de bâtir un monument visible à la gloire de l’unité des hommes, conduisit à la division de leur langage. Il convient de l
120té, et peu à peu substitué en fait, un principe d’unité immanent, c’est-à-dire humainement contrôlable. C’est la formule même
121le même de la tyrannie. Car, contre un principe d’unité immanent, mais pratiquement puis théoriquement absolutisé, il n’y a p
122u d’être réformée, je n’épiloguerai pas ici sur l’unité d’organisation romaine, considérée comme nécessaire au salut. Mais je
123ent des Écritures. Car aussitôt que le principe d’unité apparaît humainement vérifiable, l’orthodoxie de l’Église se « ferme 
124qui prétend se suffire et posséder son principe d’unité, une Église qui tend à se fermer par le haut pour mieux assurer sa co
125est donc doublement anti-œcuménique. Sa volonté d’unité s’oppose à l’union. Elle transforme la diversité en division. Alors i
126hème de l’harmonie organique opposé au thème de l’unité systématique. Notons qu’il n’entraîne aucunement un éloge de la « tol
127 une doctrine de l’homme. Au conflit qui oppose l’unité et la division dans le plan de l’Église, correspond terme à terme le
128 fait son ciment. Mais cet État centralisé, cette unité rigide et trop contrôlée écrase bientôt toutes les initiatives indivi
129 a pas d’équilibre possible entre l’anarchie et l’unité forcée, l’individu et l’État. Mais dès [p. 631] qu’intervient la tran
130mbres et non cette caricature de l’ordre qu’est l’unité dans l’uniformité. Au lieu de pétrifier les frontières extérieures de
131s ambitions. Ils opposent également à la notion d’unité rigide celle de communion ; à l’Empire, le Commonwealth ; à l’ordre u
74 1947, Vivre en Amérique. Avertissement
132 celle qui le termine. Mes articles n’ont d’autre unité que l’effort de comparaison que je viens de dire, [p. 9] et je vous l
75 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
133été védantiste, Église universaliste, Église de l’Unité, Unitariens, Théosophes, Spiritualistes, Catholiques romains, Protest
76 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
134tée à deux empires. Du même coup elle ressent son unité et la définit par contraste comme celle d’une conception de l’homme.
77 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
135elui d’Hitler, dans leurs tentatives pour faire l’unité de l’Europe, sont des avertissements utiles. Ils nous confirment dans
136ù il est le plus fort, et qui ne peut faire notre unité que sur nos ruines, par l’occupation russe, et dans les camps. Vis-à-
137galement essentielles à la vie, qui s’appellent l’unité et la diversité, la sécurité et le risque, la vie privée et le servic
78 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
138, un Comité de coordination des mouvements pour l’Unité européenne dressait les plans de travail pour La Haye 2 . Trois commi
139que ; l’organiser au-delà des États en une grande unité politique et en un vaste espace économique ; — la fédérer dans sa div
140en commun. C’est en elle que nous possédons notre unité profonde. Et c’est en la définissant d’une manière actuelle et concrè
141, il n’est pas moins typique de l’Europe, que son unité culturelle ou, pour mieux dire, son unité d’attitude vis-à-vis de la
142que son unité culturelle ou, pour mieux dire, son unité d’attitude vis-à-vis de la culture, se nourrisse de diversités. En ef
143f. Il se peut que la bataille la plus dure pour l’unité européenne ait été gagnée à La Haye, même si les conclusions les plus
144r ses soins aux congressistes — « une plus grande unité entre les pays de l’Europe ». Formule vague et peu convaincante. Unit
145de l’Europe ». Formule vague et peu convaincante. Unité de quel ordre ? Et plus grande que quoi ? C’était trop dire, ou pas a
146ainetés nationales absolues, mais en deçà d’une « unité » totale, aussi dangereuse que toutes nos divisions. On pouvait donc
79 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
147ternational de coordination des mouvements pour l’unité européenne Préambule 1. L’union de l’Europe apparaît nécessaire pour
148e d’éveiller et d’exprimer la conscience de cette unité. 2. Quel que soit le parti dont nous sommes membres, et quelle que so
149itique, [p. 151] il n’est pas moins certain que l’unité de l’Europe est essentiellement culturelle, si l’on prend le mot dans
150pratique démocratique. Toutefois, ici encore, une unité foncière transparaît dans nos diversités. Au-delà de toutes les contr
151 doit être rendue de plus en plus consciente de l’unité profonde de l’Europe et de la richesse de ses diversités. 13. Pour dé
152oute mesure propre à promouvoir le sentiment de l’unité européenne ; d’agir dans ce sens sur l’opinion, la presse, le film et
153elle ne peut être fondée durablement que dans une unité déjà vivante ; Considérant que cette unité profonde, au sein même de
154ns une unité déjà vivante ; Considérant que cette unité profonde, au sein même de nos diversités nationales, doctrinales et r
80 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
155nt ou d’échange commercial entre Cantons, point d’unité monétaire, point de représentation des peuples. Un seul organe commun
81 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
156des difficultés accumulées sur votre route vers l’unité. Elles sont connues. Ce qui l’est [p. 13] moins, c’est votre volonté
82 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
157e publié par le Labour Party sur le problème de l’unité européenne. Quand il regarde notre vieux continent, il n’y voit, si j
158x yeux. L’idée que l’Europe soit une culture, une unité de civilisation, un foyer d’inventions dans tous les ordres, un tréso
159sidérés comme les ennemis les plus dangereux de l’unité européenne », — d’où le refus de toute Autorité politique supranation
160e Autorité politique supranationale. Cet ami de l’unité siège parmi vous. Il va trouver sur vos banquettes des adversaires et
83 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
161afin de réveiller la conscience de l’Europe comme unité, au-dessus de nos nations. Deuxième remarque : l’Europe est le Musée
84 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
162 vivent encore, dans la mesure où elles vivent. L’unité culturelle de l’Europe n’a plus à être faite : elle existait aux orig
85 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
163e base. Fédérer dans le champ d’une région, d’une unité de civilisation, les activités de création et de diffusion de la cult
86 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
164ire. Géographiquement, la Suisse ne forme pas une unité visible au premier coup d’œil sur la carte, comme c’est le cas de la
165 violence des passions politiques n’ébranla pas l’unité de la Confédération, pas davantage en tout cas qu’une campagne électo
166la mesure où l’on peut considérer qu’il forme une unité. Nous avons vu que le sens de la solidarité lui a été comme imposé pa
167amais réduire à une formule, que l’on peut voir l’unité véritable de tous les Suisses. Nous avons indiqué au début que l’unit
168us les Suisses. Nous avons indiqué au début que l’unité géographique du pays n’est guère évidente. Son unité de race est perd
169té géographique du pays n’est guère évidente. Son unité de race est perdue depuis les temps où les Celtes helvètes en occupai
170es uns après les autres et y ont fait souche. Son unité religieuse a été rompue par la Réforme. Et trois cultures au moins se
171, en ce sens qu’elle ne conçoit et ne ressent son unité que dans une volonté commune d’entretenir ses diversités. Il n’y a gu
172e est la seule garantie d’une pareille liberté. L’unité de la Suisse, en dernière analyse, est donc proprement politique, soi
87 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
173 [p. 76] sentiment que le commandant d’une grande unité d’armée suisse n’est pas appelé général, mais colonel commandant de c
88 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
174s un climat d’« helvétisme » très sensible. Cette unité dans la diversité résulte peut-être moins d’une histoire commune que
89 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
175ons des fidèles, les églises [p. 151] forment des unités cantonales, gouvernées par des synodes régionaux. L’autonomie de la p
90 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
176 moderne a pris conscience d’elle-même en tant qu’unité fédérale, et qu’elle voit les gages de sa force et de sa cohésion civ
177 et une histoire de Genève ! Cette variété dans l’unité — Dieu veuille nous la conserver — voilà la véritable école de l’amit
178 donnerait à notre continent la conscience de son unité et lui ouvrirait la perspective de se relever de ses ruines par un ef
91 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
179 le pouvoir, en répétant ses vieux mots d’ordre d’unité, d’amélioration de la vie, de haine contre le fascisme et les provoca
92 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
180ituel et culturel de l’Europe considérée dans son unité historique, et les moyens d’exprimer cette unité en termes contempora
181 unité historique, et les moyens d’exprimer cette unité en termes contemporains ». Enfin, le ME prépare un nouveau congrès d’
93 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
182résultats de la réflexion des Six. [p. 6] De l’unité culturelle à la communauté politique Mon dessein n’est pas de résumer
183 de tous les peuples de l’Europe, défini par leur unité incontestable d’origines et par le fait qu’ils succomberont demain au
184nelles capables d’assurer la renaissance de notre unité compromise. Certes, la Table Ronde n’a pas trouvé de solutions facile
94 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
185les résultats de la réflexion des Six. II. De l’unité culturelle à la communauté politique Mon dessein n’est pas de résumer
186 de tous les peuples de l’Europe, défini par leur unité incontestable d’origines et par le fait qu’ils succomberont demain au
187nelles capables d’assurer la renaissance de notre unité compromise. Certes, la Table ronde n’a pas trouvé de solutions facile
188. D’autres enfin nient les concepts d’Europe et d’unité culturelle de l’Europe au nom d’un idéal d’universalité. Ils semblent
189 histoires nationales ». C’est au contraire sur l’unité foncière de l’histoire commune des Européens que se détachent, appara
190si un « projet attribué aux Girondins de rompre l’unité nationale ». Rien d’étonnant si beaucoup de Français croyaient naguèr
191 devra trouver l’optimum qui combine un minimum d’unité avec un maximum de diversité. 3. Le fédéralisme n’oppose que le bon s
95 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
192its désagréables. L’expression ne désigne pas une unité définissable, sinon celle d’un refus global d’entendre et d’essayer d
193artung. Aucune époque peut-être n’a connu moins d’unité que la nôtre. Aucune en tout cas n’a fait montre d’une volonté aussi
194volonté aussi délibérée de fuir toute apparence d’unité, non seulement dans le style et dans les procédés, mais plus encore d
195 rêves, — et notre style : négativement. La seule unité que confère aux œuvres des contemporains le refus où beaucoup les eng
96 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
196s, mais aussi l’Occident tout entier. L’absence d’unité européenne, en effet, déséquilibre le groupement atlantique et menace
97 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
197 volonté de s’unir et la conscience vivante d’une unité de destin et d’avenir, qui est la condition nécessaire et presque suf
98 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
198oriques, mais aussi dans toute la grandeur de son unité fondamentale d’inspiration. Mais l’idéal ne prouve sa force que dans
99 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
199 doit être rendue de plus en plus consciente de l’unité profonde de l’Europe et de la richesse de ses diversités. Et la réso
100 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
200e nos neuf brefs chapitres. L’Europe présente une unité de base incontestable : un ensemble complexe mais cohérent de conduit
201itions et de créations communes. Sur cette base d’unité, l’union peut s’édifier. L’unité est un fait, l’union serait une acti
202Sur cette base d’unité, l’union peut s’édifier. L’unité est un fait, l’union serait une action. L’existence de ce fait rend c
203tion possible. Premier point. Mais il y a plus. L’unité de base elle-même sera bientôt perdue si nous n’édifions pas l’union.
204due si nous n’édifions pas l’union. La crise de l’unité rend donc impérative cette union qu’on vient de voir possible. Sa néc