1 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
1cque, mais la conduit à une heureuse fin. L’oncle van der Kabel vient de mourir, et devant ses sept héritiers naturels, un
2maintenant, a fermé les yeux. Il évoque son oncle van der Kabel, ses bienfaits, ses redingotes grises, puis Lazare et ses c
2 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
3r ; cette nuque placide et blonde, [p. 126] c’est van Zeeland ; et cette absence de nuque, c’est Paul Reynaud. Une tête noi
3 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
4igue indépendante de coopération économique (Paul van Zeeland) ; Comité français pour l’Europe unie (E. Herriot et R. Dautr
5inistres tels que Churchill, Ramadier, Reynaud et van Zeeland, soixante ministres et anciens ministres, près de deux cents
4 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
6ouvelle et des bases d’un langage commun. Puis M. van Kleffens, en juriste rompu aux négociations gouvernementales, exposa
5 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
7ouvelle et des bases d’un langage commun. Puis M. van Kleffens, en juriste rompu aux négociations gouvernementales, exposa
8ationale n’est exercée en fait que par l’État. M. van Kleffens l’a définie comme « la faculté, pour un État, d’agir à sa gu
9ns qui la composent conservent leur identité. M. van Kleffens approuve les remarques du professeur Toynbee sur les loyalis
6 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
10ationale n’est exercée en fait que par l’État. M. van Kleffens l’a définie comme « la faculté, pour un État, d’agir à sa gu
7 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
11e générale a désigné en la personne de M. Abraham van der Vies. Musicologue et metteur en scène réputé, M. van der Vies vie
12 Vies. Musicologue et metteur en scène réputé, M. van der Vies vient d’occuper pendant cinq ans le poste de directeur de l’
8 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
13n lira cela dans la savante étude du Dr J. Parker van Zandt, The Geography of World Air Transport, publiée à New York en 19
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
14visiblement Javan, en changeant I en Ja, et on en van. On fait de ces contes aux enfans, et les enfans n’en croient rien. 1
10 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
15 l’Est, et pour ceux de l’Ouest, MM. P.-H. Spaak, van Kleffens et Kerstens, Trygvie Lie, Bech, Aghnides, Dejean, et plus ta
16elques jours plus tard, à Bruxelles, avec M. Paul van Zeeland, il créait la Ligue européenne de coopération économique (d’a
11 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
17et un seul grand peintre, Cézanne, tandis que les van Loo, avant lui, étaient venus de la Hollande par accident, et ne se f
12 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
18ne bizarre claudication. Il avait fondé avec Paul van Zeeland, au lendemain de la guerre, la Ligue européenne de coopératio
19de la Ligue européenne de coopération économique (van Zeeland, Serruys) se rencontraient avec ceux de l’UEF (Brugmans, Silv
20t Ramadier ; cette nuque placide et blonde, c’est van Zeeland ; et cette absence de nuque, c’est Paul Reynaud. Une nuque bl
21rent de sortir. J’envoyai quérir Retinger et Paul van Zeeland, qui étaient à la tribune. Dans une petite salle près de l’en
22aites sortir ce journaliste irresponsable », Paul van Zeeland, qui devait présider la séance de clôture du Congrès fit acce
23 161 . J’étais encore très pâle, paraît-il, quand van Zeeland me donna la parole pour présenter le Message aux Européens. A
13 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
24igue indépendante de coopération économique (Paul van Zeeland) ; Comité français pour l’Europe unie (E. Herriot et R. Dautr
25Premiers tels que Churchill, Ramadier, Reynaud et van Zeeland, soixante ministres et anciens ministres, près de deux cents
14 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
26gemont, Raymond Silva, Georges Villiers. Le baron van Zeeland étant nommé trésorier. La Fondation se transporta à Amsterd
15 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
27ri, Robert Schuman, Arnold Toynbee, l’ambassadeur van Kleffens, le professeur Eugen Kogon, et M. Löfstedt, recteur de l’Uni
16 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
28 Robert Schuman, Arnold Toynbee, l’ambassadeur E. van Kleffens, le prof. Eugen Kogon, et le Dr Einar Löfstedt, recteur de l
17 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
29 chargée pendant la guerre » disait le professeur van Aasbeck introduisant une de mes conférences à Leyden en 1948. Je suis
18 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
30ient Alcide de Gasperi, l’ambassadeur néerlandais van Kleffens, le professeur Eugen Kogon, l’une des figures légendaires de