1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
1t comme le troubadour méridional, se reconnaît le vassal d’une Dame élue. Mais en fait, il demeure le vassal d’un seigneur. D’
2ssal d’une Dame élue. Mais en fait, il demeure le vassal d’un seigneur. D’où naîtront des conflits de droit, dont le Roman off
3is barons « félons ». Selon la morale féodale, le vassal est tenu de dénoncer au seigneur tout ce qui lèse son droit ou son ho
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
4 en même temps que son vainqueur. Il deviendra le vassal de cette suzeraine, selon la règle des guerres féodales, tout comme s
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
5Elissent, à condition qu’il cesse d’être [p. 356] vassal du roi. Il épouse Berthe, tandis qu’Elissent devient reine. Au jour o
6rès frappante. Il s’agit dans les deux cas : D’un vassal puissant chargé de la « quête » d’une fiancée lointaine — d’une rival
7d’une fiancée lointaine — d’une rivalité entre le vassal et son suzerain ; — d’un conflit entre l’hommage dû au suzerain et l’
8nné à la femme ; — d’un mariage de consolation du vassal (ici avec la sœur de son amie, là avec son homonyme) — enfin dans les
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
9armée, la rivalité entre l’Empereur et les grands vassaux, la nécessité et l’habitude du travail en équipes pour cultiver la te
5 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
10èce de loyauté que le suzerain jadis accordait au vassal. Et ce n’est point qu’elle soit moins capable qu’une autre d’amour, d
6 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
11des libertés réelles ! Enfin, Voltaire libère ses vassaux de la gabelle et même du servage. Sur quoi le peuple vient lui rendre
7 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
12e ce passage, et de le protéger contre les grands vassaux qui convoitaient de s’en assurer le contrôle. Aussi transforma-t-il l
8 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
13ut en confessant qu’il ne saurait attendre de ses vassaux une telle docilité. [p. 39] […] Et chaque Européen éprouvera ici le m
9 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
14des libertés réelles ! Enfin, Voltaire libère ses vassaux de la gabelle et même du servage. Sur quoi le peuple vient lui rendre
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
15e par Achmet Pacha contre le peuple serbe, encore vassal des Turcs, arrache au vieux poète des pages dont les événements de Bu
11 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
16uel de lui rappeler que des Habsbourg avaient été vassaux de ses ancêtres, pour certains fiefs, au xiie siècle. « Il faut avou
17rti des papes, mais aussi avec les grands [p. 34] vassaux qui sont en train de se tailler des souverainetés héréditaires aux dé
18iale, même s’ils se déclarent Gibelins. Parmi ces vassaux, les Habsbourg, qui possèdent fiefs et avoueries dans le pays des Wal
12 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
19s » ? Ils le sont encore moins, aux yeux de leurs vassaux et des chefs des vallées alpestres, que Bonaparte ne sera Français au
13 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
20, est publiquement annoncée à Brunnen. Désormais, vassaux et clients des Habsbourg, de Constance à Lucerne et à Zoug, vont se r