1 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
1vons pas vivre ? Vivons-nous autre chose que des “vendredis saints spéculatifs” 21  ? Il n’y a pas tant de différence entre un ho
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
2ssembler les hommes en communautés pacifiques ? Vendredi Saint (avril 1935) Pour vivre de peu. — (Avoir peu.) Atteindre cet é
3 ! » me crie Simard. [p. 213] ⁂ Hier il pleuvait. Vendredi, c’était grand soleil. Et les bonnes femmes disaient, au seuil du tem
3 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
4de Pâques ! » me crie Simard. ⁂ Hier il pleuvait. Vendredi, c’était grand soleil. Et les bonnes femmes disaient, au seuil du tem
5dérangé ! Les autres années, il pleut toujours le Vendredi saint, et il fait beau le jour de Pâques. » Je leur réponds : « Que v
4 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
6ent scrupuleuse. Il ne prend aucune nourriture le vendredi, et peu à peu s’exerce à jeûner également d’autres jours. Sa piété pr
5 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
7 Le temps de passer le week-end à la campagne, du vendredi soir au lundi matin. Le temps de réfléchir. L’homme du peuple travail
6 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
8eux déserts où nous allons passer le week-end, du vendredi après-midi au lundi matin. J’ai une cabane en poutres (log cabin) prè
7 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
9ey et sa femme au Café de France jusqu’à 1 h a.m. Vendredi 25 août : « À 10 h, à l’Assemblée, Jacquet me dit que le Serment aura