1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
1 que j’ignorais vous aimer. En sortant du bal, au vestiaire, je vous avais entendue donner un rendez-vous au thé du Printemps. J’
2 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
2mes, après avoir délivré le homard qui, laissé au vestiaire, y était l’objet de vexations diverses et de curiosités grossières de
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
3ur, je suis fatigué, je vais au lit… » C’était au vestiaire, il enfilait une manche de pardessus, me donnait l’autre à serrer, la
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
4, non sans avoir délivré le homard qui, laissé au vestiaire, y était l’objet de vexations diverses et de curiosités grossières de
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
5our de balayage, il reste deux chapeaux melons au vestiaire, et quelques valets gris. Une corde de violon saute dans sa boîte. Je
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
6ur, je suis fatigué, je vais au lit… » C’était au vestiaire, il enfilait une manche de pardessus, me donnait l’autre à serrer, la
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
7erse d’orage nous a fait fuir sous la tonnelle du vestiaire. « N’est-ce pas, les Français sont terribles avec les filles ? » (Je