1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1 ? Or, il vous tire aussitôt de l’indétermination violente qu’est la sincérité selon Rivière. La sincérité véritable vous pousse
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
2e vulgarités pour les derniers chapitres, denses, violents, et dont le profond ricanement se prolonge en nous. Je crois entendre
3 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
3d’une opulence assez désordonnée, des rouges trop violents éclataient avec un certain mauvais goût au milieu d’harmonies funèbre
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
4sence d’une des tentatives de libération les plus violentes et belles — malgré tant de maladresses dédaigneuses, de bravades et d
5 chez qui tout est devenu de quelques degrés plus violent, plus acerbe, plus profond. En somme, et avant tout, un écrivain, un
6, ce n’est plus combattre, c’est l’épanouissement violent d’une immense fleur palpitante au parfum de passions, c’est une atmos
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
7 payer, je partis [p. 182] par les rues, une joie violente commençait à m’envahir, contre laquelle je luttais obscurément pour a
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
8êler la vérité sans égards aux dérangements, même violents, que cela ne manque jamais de provoquer, je me propose de marquer ici
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
9p. 48] crois qu’elle a surtout besoin d’une purge violente qui chasse ce ver solitaire du matérialisme. Et quand on m’aura démon
8 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
10t la chance de vivre à l’une des époques les plus violentes de l’histoire humaine ; ils assistent à des bouleversements sociaux,
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
11 ses descriptions des Alpes constituent « le plus violent réquisitoire qu’on ait jamais écrit contre elles ». Pour Rousseau, la
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
12 loin passaient des voiles claires parmi les blés violents ; le ciel paraissait plus grand que la terre. Des bois de pins s’appr
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
13 le bien, dans l’abandon aux mains de Dieu, — aux violentes mains de Dieu. Un cantique nouveau Nous voici loin de nos auteurs.
12 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
14 ou de Kierkegaard ; de la Raison sous ses formes violentes et créatrices, ou de la Foi. Peu de malentendus pourtant. Car c’est l
13 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
15folie. Mais l’irruption de cette « magie » est si violente qu’elle a certainement angoissé l’enfant : n’est-ce point pour se déf
16la phrase de la Saison : « Pas de partis de salut violents. » Dès les premiers instants de son accession au monde spirituel, il
17Bon esprit, prends garde ! Pas de partis de salut violents. Exerce-toi ». Objurgation que l’on croirait tirée de quelque journal
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
18policier. Que vivre soit un choix, une partialité violente, voilà ce qu’on paraît trop facilement admettre autour de nous. Voilà
15 1933, Présence, articles (1932–1946). Paysage de tête : poème (1933)
19e (1933) c N’attendons plus, dans cette journée violente et trop vaste, la venue des bien-aimées clairières entre deux pluies,
16 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
20tant au néo-thomisme. Il est avant tout un rappel violent à la nouveauté éternelle de l’Évangile ; une remise en question radic
17 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
21le va d’autant plus loin que ce principe est plus violent. Elle ira jusqu’au bout des faits, si nous restons au cœur du spiritu
18 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
22ordre reste à la merci de la révolte suffisamment violente de quelques vocations, de quelques « personnalités » qui ne peuvent p
19 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
23e son œuvre réside dans sa protestation à la fois violente et humble, ironique et pourtant foncièrement charitable en faveur de
20 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
24passionnante non seulement à cause du pittoresque violent des faits, non seulement à cause des plongées directes qu’elle permet
21 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
25. Dans le plan d’ombre et d’abstractions, parfois violentes, où se poursuit ce vieux débat, aucun espoir de solution réelle n’est
22 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
26 « génie », du sien d’abord. Dans cet aheurtement violent de négations contradictoires, d’affirmations qui s’entre-tuent, la re
23 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
27ux de ce terme. En la replaçant dans l’atmosphère violente et trouble de la Renaissance, M. Schmidt va lui restituer ses trois d
24 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
28 au contraire poser à côté d’un rouge vif un vert violent pour que l’ensemble « chante ». Lui. — Belle composition esthétique 
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
29es premiers succès comblent nos appétits les plus violents, qui sont aussi, par malheur, les moins nobles, — aussitôt la raison
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
30rait à prouver ma thèse. Quelle que soit la haine violente qui oppose un Staline et un Hitler, ils se ressemblent au moins en ce
27 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
31 sans brutalité verbale. Mais les valeurs qu’elle violente n’ayant pas cours dans nos démocraties 72 , nul ne s’étonne plus qu’o
28 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
32écouvrir, car le réel ne livre ses secrets qu’aux violents qui acceptent ses violences. Ainsi le veut non la raison rationaliste
33aine fondamentale : la violence ne profite qu’aux violents, et quant aux autres, elle les détruit. Si la pensée se refuse à pese
29 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
34 parle l’Évangile ? « La fourmi périssant de mort violente sous le talon d’un chrétien qui prie en marchant », — voilà qui pose
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
35 sont plus soyeux et plus moirés sur le vert plus violent des terrasses, la colline plus riche d’ombres et de lueurs doucement
36 grille ouvragée, on voit une profusion de fleurs violentes et d’orties. L’ensemble est imposant et comme démesuré dans ce paysag
31 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
37s sa négation joyeuse du libre arbitre. Ses coups violents n’ébranlent plus que le « vieil homme », celui qu’il nous faut dépoui
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
38 mouvement de pensée que l’annonce d’une réaction violente, peut-être assez prochaine, contre le « misérabilisme », l’humanitari
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
39 sont plus soyeux et plus moirés sur le vert plus violent des terrasses, la colline plus riche d’ombres et de lueurs [p. 380] d
40 grille ouvragée, on voit une profusion de fleurs violentes et d’orties. L’ensemble est imposant et comme démesuré dans ce paysag
34 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
41ne fais que les jauger d’un regard — et sympathie violente, « élan vers », dès que mon regard s’attache un peu longuement à un v
35 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
42 au contraire poser à côté d’un rouge vif un vert violent pour que l’ensemble « chante ». Lui. — Belle composition esthétique 
36 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
43 perdre le soutien que lui donnerait l’opposition violente à laquelle il s’attend. Il se trouve comme précipité dans un nouveau
44ssi comme chrétien. Refuser le jeu de l’agresseur violent, c’est le premier devoir du chrétien. Déconcerter le mal en lui oppos
37 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
45e risques exaltants, de jouissances toujours plus violentes ou flatteuses. C’est tout le possible qui s’ouvre, un destin qui acqu
38 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
46ymbole), le viol de la victime, la « libération » violente de la proie désirée (guerre limitée). 5. Quelle fut la réaction de l’
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
47e (il se sait épié). Mais la passion est alors si violente, si animale pourrait-on dire, qu’il oublie la douleur et le danger da
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
48eva dans la mystique flamande une opposition très violente, et sur les chefs précis dont Otto le [p. 172] montre adversaire : sa
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
49n’auraient-elles point gardé de traces des luttes violentes qui opposèrent dans la cité les « Patarins » aux orthodoxes ? ⁂ [p. 2
50ns l’extase. Par ce qu’il a d’artificiel, de trop violent, cet éclairage annonce que le jour meurt, et que déjà l’aube n’est pl
51ges de rites que s’attaqua le romantisme. D’où la violente exaltation, dès la fin du xviiie siècle, de tout ce qu’avaient voulu
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
52rs, elle réussit à s’imposer à la réalité la plus violente du temps, celle de la guerre. Exemple unique d’un ars amandi, qui don
53 guerres de religion ont été de beaucoup les plus violentes.) Ceci vaut pour les trois premiers quarts du siècle et particulièrem
54 de commerce avantageux. Après avoir été le moyen violent que les peuples employaient pour se faire une place dans le monde en
55e qui a mis en mouvement les révolutions les plus violentes a résidé bien moins dans la proclamation d’une idée scientifique qui
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
56e risques exaltants, de jouissances toujours plus violentes ou flatteuses. C’est tout le possible qui s’ouvre, un destin qui acqu
44 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
57triste ou dans un cri. Or ces religions vagues et violentes se cherchent pourtant une doctrine. N’étant pas nées d’une création s
45 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
58 de Rome et du clergé des protestations autrement violentes. Quant à la volonté de vivre en dehors des cadres de l’Église, volont
46 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
59ègles et dans la mesure où l’on sent qu’elles les violent. Pour peu qu’il les impose, elles perdent leur sens, puisque le systè
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
60ue. Le seul moyen de prévenir ces simplifications violentes qui jouent la comédie de l’énergie, c’est de développer soi-même une
48 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
61 ait triomphé de toutes les crises d’une histoire violente et complexe ? Le secret de sa force est à peine formulable : il est d
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
62nt désavantageuse : elle entraîne notre expulsion violente hors du Royaume de Dieu. « Je vous vomirai », dit le Christ. Si c’est
50 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
63ue. Le seul moyen de prévenir ces simplifications violentes qui jouent la comédie de l’énergie, c’est de développer soi-même une
51 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). Neutralité (3 mai 1940)
64nt désavantageuse : elle entraîne notre expulsion violente hors du Royaume de Dieu. « Je vous vomirai » dit le Christ. Si c’est
52 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
65et article atteindra la Suisse est l’une des plus violentes qu’aient connue les États-Unis. D’autant plus violente, semble-t-il,
66tes qu’aient connue les États-Unis. D’autant plus violente, semble-t-il, que l’enjeu en est plus confus, comme il arrive souvent
67ce pays. Je parlais tout à l’heure d’une campagne violente. Cette épithète demande quelques explications. En Europe, la violence
53 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
68est bonne. Si les oppositions politiques les plus violentes laissent peu ou point de rancune et se résolvent si rapidement aux Ét
54 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
69nche, Père Éternel de Michel-Ange tonnant au ciel violent de la Sixtine. On nous [p. 24] dit « Diable », et nous voyons un démo
55 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
70nom, à l’occasion d’une de ses éruptions les plus violentes. Pour nous, contemporains d’un paroxysme que nous avons souffert dans
56 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
71 l’absence de vertus créatrices. Dans une passion violente et dans un conflit déclaré, le mal est facilement reconnaissable : c’
57 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
72je ferai venir contre toi des étrangers, Les plus violents d’entre les peuples ; Ils tireront l’épée contre ton éclatante sagess
58 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
73folie. Mais l’irruption de cette « magie » est si violente qu’elle a certainement angoissé l’enfant : n’est-ce point pour se déf
74te maxime de la Saison : « Pas de partis de salut violents ». Dès les premiers instants de son accession au monde spirituel, il
75Mon esprit, prends garde ! Pas de partis de salut violents. Exerce-toi. » Objurgation que l’on croirait tirée de quelque journal
59 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
76e son œuvre réside dans sa protestation à la fois violente et humble, ironique et pourtant foncièrement charitable, en faveur de
60 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
77s sa négation joyeuse du libre arbitre. Ses coups violents n’ébranlent plus que le vieil homme, celui qu’il nous faut dépouiller
61 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
78erre mondiale. Ce sera, cette fois, beaucoup plus violent car la Deuxième Guerre mondiale a mis en jeu des idéologies beaucoup
62 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
79enou qui m’interdit encore tout exercice physique violent et toute marche prolongée. Février 1940 Monté hier au Gothard, pour
80ire la guerre en Italie pour le plaisir d’un sang violent, et quand les lansquenets trichaient au jeu mortel, quand les canons
63 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
81 exclusifs de la terre. Autour d’un lac d’un bleu violent où nagent des cygnes sous les saules pleureurs, s’élèvent les résiden
82z déjà morts. Oh ! ce n’est pas un reproche aussi violent qu’il vous paraît. Je veux dire que l’on sent chez vous un tel souci
83 qui ne signifiait rien, ne se rapportait à rien, violente, — américaine. [p. 129] 15 mai 1941 Terminé mon petit livre sur la
64 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
84er tout entier en Europe après ces deux années de violente dérive. p. 155 8. En novembre 1939, passant par Paris pour alle
65 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
85 officiel 14 n’a fait naître une seule grande et violente espérance, un seul dévouement fanatique, une seule vision capable d’e
66 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
86s et de prairies dorées. Soudain, un coup de vent violent a jeté contre la façade et nos visages un tourbillon de feuilles et d
67 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
87et pur, battre le pouls mesuré de l’Asie, le cœur violent des Amériques. [p. 84] Et que dire de ce grand joueur de Boule que f
68 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
88s et de prairies dorées. Soudain, un coup de vent violent a jeté contre la façade et nos visages un tourbillon de feuilles et d
69 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
89 au sein de l’Église traditionnelle, sans rupture violente (surtout en Suède). Un contenu nouveau, calviniste ou luthérien, s’es
70 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
90s et de prairies dorées. Soudain, un coup de vent violent a jeté contre la façade et nos visages un tourbillon de feuilles et d
71 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
91e les journaux américains craignent la discussion violente, la dénonciation personnelle ou le scandale. Quand ils s’y lancent, i
72 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
92latonicienne C’est dans l’accomplissement du plus violent amour qu’il nous est accordé de concevoir un absolu, mais sous la for
73 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
93ègles et dans la mesure où l’on sent qu’elles les violent. Pour peu qu’il les impose, elles perdent leur sens, puisque le systè
74 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
94t du choix qu’on lui impose maintenant, bien plus violent qu’il n’a jamais osé l’imaginer. Car, dit-il, au sein d’un tel choix,
95s voix des justes confondues clameront l’harmonie violente et bienheureuse du mot sacrement de toute la création, son terme monu
75 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
96est bonne. Si les oppositions politiques les plus violentes se résolvent si rapidement aux États-Unis, c’est en grande partie à c
97les États-Unis deviendront l’État unifié. Ce sera violent. Car l’État unifié se fonde sur les masses, si la Fédération se fonda
98ue tout cela ne signifie pas qu’ils refoulent une violente barbarie ancestrale, qu’ils s’en défendent de toutes leurs forces pur
76 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
99e les journaux américains craignent la discussion violente, la dénonciation personnelle ou le scandale. Quand ils s’y lancent, i
77 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
100un. De fait, New York est une ville de contrastes violents, de population composite à l’extrême, répartie en une douzaine de qua
78 1947, Carrefour, articles (1945–1947). « Jean-Paul Sartre vous parle… et ce qu’en pensent… » (29 octobre 1947)
101 soviétique, laquelle prévoit un conflit fatal et violent entre la dictature marxiste et la démocratie capitaliste. Merleau-Pon
79 1948, Suite neuchâteloise. VII
102bandon, et ce sera vrai. Comme tout est facile et violent quand les portes du cœur ont cédé ! Le lac était d’un bleu très sombr
80 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
103bandon, et ce sera vrai. Comme tout est facile et violent quand les portes du cœur ont cédé ! Le lac était d’un bleu très sombr
81 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
104 jusque dans nos vies privées, cette lutte est si violente et douloureuse, si concrète qu’on se voit dispensé de toute autre con
82 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
105e — ceux-là sont infidèles à notre tradition. Ils violent notre statut légal, et l’esprit même de nos institutions. Je me prome
83 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
106re un ennemi étranger, car dans toute destruction violente et non rituelle il y a le risque insane de changer le réel et de bles
84 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
107 de Luther. Il se signala d’abord par ses prêches violents contre le mercenariat et contre les [p. 37] alliances étrangères. Il
108 ans, malgré les divergences de sympathie parfois violentes qui pouvaient se manifester dans le haut commandement, l’armée suisse
85 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
109stait à le faire ratifier. L’opposition se montra violente. Dans quelques villes, le projet fut brûlé par la population en place
86 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
110stait à le faire ratifier. L’opposition se montra violente. Dans quelques villes, le projet fut brûlé par la population en place
87 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
111ancien s’opère par un double mouvement : le rejet violent des « choses vieilles », l’institution d’un ordre neuf. Le converti r
88 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
112ance finale et sa résurrection. Cette dialectique violente et tourmentée, cette insistance des Évangiles et des Épîtres sur la r
89 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
113qui oseront leur dire « que l’Europe est une idée violente ». (Il ne s’agit pas d’une violence physique, on l’entend bien.) Ce l
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
114point où éclatera en lui le plus sincère, le plus violent des refus. Les formes fondamentales dont il se croyait sûr, telles qu
115’où provient alors cette « horreur » et ce « plus violent des refus » qu’éprouve l’Européen, selon Jünger, devant la cruauté de
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
116ancien s’opère par un double mouvement : le rejet violent des « choses vieilles », l’institution d’un ordre neuf. Le converti r
92 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
117ance finale et sa résurrection. Cette dialectique violente et tourmentée, cette insistance [p. 168] des Évangiles et des Épîtres
93 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
118ègles et dans la mesure où l’on sent qu’elles les violent. Pour peu qu’il les impose, elles perdent leur sens, puisque le systè
94 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
119 Que dit Zarathoustra ? « Insouciant et railleur, violent — ainsi nous veut la sagesse. Elle est femme… » Que dit Aurore ? « Il
95 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
120efoulé (virtualisé) se voit donc provoqué au plus violent retour : et c’est l’apparition du Commandeur. Le contact de ce Double
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
121ogie autoritaire. Le jeu des antithèses est aussi violent et simpliste que chez Hugo, mais il a changé de signe. Voici, en quel
122ropos de la question d’Orient… Dans l’explication violente et permanente qui oppose l’Est à l’Ouest, l’Amérique est le plus jeun
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
123a formation de l’Europe, s’ouvre dans le triomphe violent de l’anti-Europe… Le fait que l’Europe n’a jamais constitué une unité
98 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
124 Que dit Zarathoustra ? « Insouciant et railleur, violent — ainsi nous veut la sagesse. Elle est femme… » Que dit Aurore ? « Il
99 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
125 allait tomber avant le signal, et une discussion violente s’en suivit, « qui m’empêcha de penser au saut et d’avoir cette sensa
100 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
126uivies de dictatures — une histoire plus intense, violente et polémique que n’en relatent les chroniques d’aucune autre région d