1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1ient, et insinue dans le monde [p. 64] romain les virus du christianisme, de la Réforme, de la Révolution et du Romantisme, l
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
2 manifeste dans l’école primaire est un véritable virus de mesquinerie, et devrait être soigné au même titre que certaines au
3 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
3e organisatrice d’une Europe fédéralisée. Mais le virus qu’un Mazarin, un Concini ou un Ubaldini (nonce papal) introduisent e
4ent en France au début du xviie siècle, c’est le virus de l’étatisme totalitaire, c’est l’idée fort peu française de l’unité
4 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
5évolution s’étranglerait au stade de l’émeute. Le virus révolutionnaire, il n’est pas dans le bon sens calculateur des bourge
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
6ité — ou ce qu’on nommait ainsi — transmettait le virus atténué du philtre ; la culture littéraire entretenait, dans une cert
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
7ove interest, c’est faire de la publicité pour le virus, non pour le remède, de la maladie du mariage. La romance se nourrit
7 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
8 c’est de toutes ces confusions que se nourrit le virus nationaliste. Et maintenant, fâchez-vous et répondez.
8 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
9e découvre, et qu’il propage, les antitoxines des virus dont il a infesté le monde entier. Il n’y a de Fédération européenne
9 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
10uelque chance de succès. Nous avons développé des virus dont nous sommes seuls à pouvoir fabriquer les anti-toxines efficaces
10 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
11ope découvre et qu’il propage les antitoxines des virus dont il a infesté le monde entier. Il n’y a de Fédération européenne
11 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
12ntrecoup du départ des Blancs. D’autres cèdent au virus méthodiquement disséminé par les propagandistes de Moscou. C’est ains
12 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
13tre-coup du départ des Blancs. D’autres cèdent au virus méthodiquement disséminé par les propagandistes de Moscou. C’est ains
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
14s anticorps immunisant l’humanité contre certains virus qu’elle seule a propagés. En se sauvant elle-même par la Fédération (
14 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
15es et sociales, notre hygiène scientifique et nos virus ; mais nous omettons trop souvent d’y joindre un mode d’emploi circon
15 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
16 ! — mais l’antidote que l’Europe peut trouver au virus du nationalisme, cause de sa décadence et cause de la révolte qui dre
16 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
17t dire qu’elle est « heureuse ». Mais voici qu’un virus y pénètre : elle le digère, le désintègre [p. 152] et l’assimile, — i
18omosomes sont porteurs) qui se met à fabriquer le virus disparu —jusqu’à ce qu’elle meure par éclatement, infectant les cellu
19 dans un organe. Mais après tout, qu’est-ce qu’un virus ? Voilà le point. Un virus est un composé de substances analogues à c
20 tout, qu’est-ce qu’un virus ? Voilà le point. Un virus est un composé de substances analogues à celles de la cellule, sauf e
21ela tient toute sa nocivité. (Notons aussi que le virus ne peut se propager et se reproduire qu’aux dépens de cellules vivant
22re, je crois que le totalitarisme est un [p. 154] virus, et si vous l’attrapez, vous n’y pourrez plus rien. » Je ne croyais p
17 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
23t dire qu’elle est « heureuse ». Mais voici qu’un virus y pénètre : elle le digère, le désintègre et l’assimile, — il n’est p
24omosomes sont porteurs) qui se met à fabriquer le virus disparu — jusqu’à ce qu’elle meure par éclatement, infectant les cell
25 dans un organe. Mais après tout, qu’est-ce qu’un virus ? Voilà le point. Un virus est un composé de substances analogues à c
26 tout, qu’est-ce qu’un virus ? Voilà le point. Un virus est un composé de substances analogues à celles de la cellule, sauf e
27ela tient toute sa nocivité. (Notons aussi que le virus ne peut se propager et se reproduire qu’aux dépens de cellules vivant
28us paraître, je crois que le totalitarisme est un virus, et si vous l’attrapez, vous n’y pourrez plus rien. » Je ne croyais p
18 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
29nté d’union sera saine si elle tend à éliminer le virus du nationalisme et non pas à lui ouvrir un champ d’action plus vaste,
19 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
30st l’Europe qui a répandu dans le monde entier le virus du nationalisme, dont elle a bien failli périr elle-même à deux repri
31re, d’attester et de diffuser les anticorps de ce virus mortel, hérité du xixe siècle. [p. 79] Or l’antidote du nationalism
20 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
32e. On attend qu’elle produise les anticorps de ce virus qui, par deux fois, a bien failli causer sa fin. Au surplus, ce qui d
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
33end qu’elle [p. 280] produise les anticorps de ce virus qui, par deux fois, a bien failli causer sa fin. Et au surplus, ce qu
22 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
34ur d’un régime sain, j’entends immunisé contre le virus totalitaire. Mais si le fédéralisme apparaît bien comme le remède spé
23 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
35t qu’elle découvre rapidement les antitoxines des virus qu’elle a sécrétés depuis cent ans, contre lesquels vous n’êtes pas i
24 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
36de ceux dont il fait nos ennemis. Quant au second virus sécrété par l’Europe, et que je nommerai le matérialisme plat, il pre
37ont au genre humain de résister à nos poisons, au virus du nationalisme et [p. 107] au virus du matérialisme, cette forme d’a
38 poisons, au virus du nationalisme et [p. 107] au virus du matérialisme, cette forme d’asthénie du spirituel. C’est dire que
25 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
39ur d’un régime sain, j’entends immunisé contre le virus totalitaire. Mais si le fédéralisme apparaît bien comme le remède spé
26 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
40ur d’un régime sain, j’entends immunisé contre le virus totalitaire. Mais si le fédéralisme apparaît bien comme le remède spé
27 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
41onfiance au Progrès, ce serait faire confiance au virus pour nous tirer de la maladie qu’il cause, aussi longtemps que la rel
42ir éperdu de survivre ? Ou la neutralité entre le virus et ses victimes ? Une fois de plus on accuse le diagnostic de créer l
28 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
43érimenter. À elle de développer les anticorps des virus qu’elle a propagés. 2° L’État-nation peut faire autant et plus de mal
29 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
44ens, qu’il revient d’inventer les anticorps de ce virus dont nous avons infecté la terre entière. Dernière et peut-être suprê
30 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
45 — comme par exemple, l’automobile.   C. Reste le virus le plus sûrement mortel que l’Europe ait propagé dans le monde en le
46t en Europe et non ailleurs que les anticorps des virus répandus par nos États, notre technologie, notre matérialisme, doiven
31 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
47uverner ; infecté par nos créations, plutonium et virus résistants ; surpeuplé de revendications irrecevables. Il ne nous res
32 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
48 Le Monde appelle les Régions comme antidote du virus européen En tant que puissance colonisatrice, l’Europe a répandu dans