1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
1t eu faim toute leur vie… Markovitch, derrière sa vitre, tremblait si fort qu’il avait peur de trébucher et de faire du bruit
2 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
2nque trop souvent au Neuchâtelois. S’il casse des vitres, ce n’est pas seulement pour le plaisir, mais plutôt par amour du cou
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
3Je vis un visage à l’intérieur se pencher vers la vitre… Je montai. Il n’y avait que des dames. Personne ne parlait. La jeune
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
4 étoile. Mais pourquoi détourner la tête vers la vitre sale, retenir des larmes ? Un soudain excès de l’amour s’est libéré d
5 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
5plus brutal des tintamarres, fait « d’un bruit de vitres cassées, de grincements pareils à ceux d’un clou sur un caillou, d’un
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
6 et crisse de partout. Un incroyable cliquetis de vitres va nous accompagner pendant deux heures et demie, — car l’horaire n’e
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
7ombale, et la margelle d’un puits. La plupart des vitres sont cassées. Une poule blanche se promène quelquefois dans la cour.
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
8raine de lueurs et de visages superposés dans les vitres fuyantes, c’est un fracas rythmé qui rejoint parfois l’asymptote d’un
9 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
9ombale, et la margelle d’un puits. La plupart des vitres sont cassées. Une poule blanche se promène quelquefois dans la cour.
10 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
10ent le plus brutal des tintamarres, « un bruit de vitres cassées, de grincement pareils à ceux d’un clou sur un caillou, un mé
11 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
11et si basses. Je cherche à voir, le nez contre la vitre, et tout d’un coup : Rue Claude-Bernard, — en plein cinquième arrondi
12 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
12et si basses. Je cherche à voir, le nez contre la vitre, et tout d’un coup : Rue Claude Bernard, — en plein cinquième arrondi
13 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
13nies, de blancs bleutés et de luxueux reflets aux vitres de milliers de bow-windows, la Sombre Chose, grouillante et mystérieu
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
14nêtre, un faisceau de rayons obliques frappait la vitre de ma petite chambrette et m’inondait de lumière. Eh bien, mon ami, e