1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1os jours : un roman à thèse aussi intelligent que vivant. p. 1151 d. « Lucien Fabre : Le Tarramagnou (NRF, Paris) », Bi
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
2 du siècle, il n’est peut-être pas de pensée plus vivante, ni de plus tonique que celle de ce « Pascal protestant ». p. 11
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
3ielle parlent avec des mots de tous les jours aux vivants et aux morts : Mère, je sais très mal comme l’on cherche les morts… «
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
4e est plutôt une argumentation à coups d’exemples vivants qu’un véritable roman. La profusion souvent facile des incidents et l
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jacques Spitz, La Croisière indécise (décembre 1926)
5lement amusant, et qu’il trouve une sorte d’unité vivante dans le rythme des désirs jamais simultanés de ses petits héros. M. S
6 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
6chose unique et indéfinissable, comme toute chose vivante… Gerbe de fleurs disparates, aux tiges divergentes, mais qu’un ruban
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
7rospection immobile ne retient rien de la réalité vivante ; si je dénie à des incrédules le droit à parler des choses de la foi
8 serons barbares, désordonnés, brumeux, absurdes, vivants, libres. Avec la poésie contre vos principes. Avec l’esprit contre vo
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
9s pour vraies, et j’en vérifie les manifestations vivantes avec une prodigalité d’épreuves, contre-épreuves, variantes et enjoli
9 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10le encore vivre. Mais l’homme qui était un membre vivant dans le corps de la Nature, lié par les liens les plus subtils et les
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
11oderne n’est pas créateur d’êtres spirituellement vivants, ni d’aucune grandeur supérieure à la somme de ses éléments. Il n’eng
11 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
12 que son désir constant était que tous les hommes vivant sous lui conservassent la virilité et le respect de soi était de son
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
13nt de vérité et de mensonge, opposant une réalité vivante à une duperie commerciale. Mais vous pensez que tant de mots pour une
14roise… Mais l’expression la plus libre et la plus vivante du génie littéraire de cette race me paraît bien avoir été donnée par
13 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
15e dans ma mémoire (d’heure en heure ces yeux plus vivants…) De là, je le suppose, une certaine misanthropie en germe : les être
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
16Douarnenez » de Mac-Avoy est tout animé de blancs vivants. Très plaisant « Essai pour une Italie protestante » de P. Romane-Mus
17e et s’estompe, moins l’art montre d’accent et de vivante inspiration. Une remarque encore. Certains critiques de cette exposit
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
18 idéal de risque qui redonne à toutes choses leur vivante réalité. Mais tout ceci, à quoi nous ne pouvons qu’applaudir, ne saur
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
19me social demande des sacrifices pour l’amour des vivants. » Le conflit intérieur s’intensifie bientôt jusqu’à provoquer en lu
20 n’en fait jamais une affaire. Homme terriblement vivant, tenté, et décrivant ses tentations comme toutes naturelles, il surmo
21personnages également. Quant à lui, la complexité vivante de sa vie morale n’a d’égale que la violence de ses réactions. Une fo
22 guère attirants — (le devraient-ils ?) — ni même vivants — (ils le devraient.). Pour celui qui referme le livre de Kagawa, une
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
23 mais celui qui veut la perdre la rendra vraiment vivante », répète inlassablement M. Gide 25 . Seulement, celui qui, de propos
24non pas pour Christ, mais pour la rendre vraiment vivante, celui-là ne fait qu’usurper la forme du sacrifice ; et c’est en vain
18 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
25 coup, un centre spirituel. Diversités, naissant, vivant les unes des autres, contrastes qui jamais ne s’équilibrent, violence
19 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
26issent, se fondent, et se superposent, restituant vivantes dans la même minute toutes les incarnations d’un amour dont l’être ét
20 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
27nt de vérité et de mensonge, opposant une réalité vivante à une duperie commerciale. Mais vous pensez que tant de mots pour une
28roise… Mais l’expression la plus libre et la plus vivante du génie littéraire de cette race me paraît bien avoir été donnée par
21 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
29 de la vie d’un jardin, dans l’odeur des feuilles vivantes, de la terre noire, des mousses. Des fils d’araignées luisent et des
30métamorphoses. Il s’agit que l’esprit et l’espace vivant, de nouveau se répondent, se conviennent et soient signes l’un de l’a
31sique glacée. Mais l’arborescence est une musique vivante, une musique infiniment lente. Elle fraie [p. 142] des pistes délicat
32 celle de cette province encore — dans l’intimité vivante de ses classiques. De là peut-être cette dignité conférée à la vie bo
33table silence, les yeux clos. L’arbre, en sa nuit vivante, rêve de nous. Plus tard, nous nous sommes regardés sans fin. (Ah ! c
22 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.4. Le balcon sur l’eau
34t contre moi, et nous regardons à nos pieds l’eau vivante. La brume est proche. Une haute muraille derrière nous ferme le monde
35mes perdus avec ce clapotis d’une eau étrangement vivante et qui rêve ; et rien que nos yeux qui brillent dans l’étendue où nos
23 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
36e dans ma mémoire (d’heure en heure ces yeux plus vivants…). De là, je le suppose, une certaine misanthropie en germe : les êtr
24 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
37vide, au fond, de formules adroites que de drames vivants. Saint-Saturnin enfin, vaste et pathétique tableau d’un domaine et d’
25 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
38ncept de la foi que nous parlons. C’est de la foi vivante. Or, cette foi, nul homme n’est capable de la posséder dans la durée 
26 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
39t scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante. Ainsi tous parlent un même langage, qu’ils l’inscrivent sur le papie
27 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
40t aimer et vouloir se trouve coupé de son origine vivante, flétri, dénaturé, inverti, saboté. Des groupes tels que L’Ordre nouv
28 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
41la moindre chance de succès ? Où est sa tradition vivante en ce pays ? La violence des communistes français reste le plus souve
29 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
42rome Davis et Francis A. Henson. Le bulletin très vivant que publient ces jeunes hommes a pris pour tâche de faire connaître e
30 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
43ail ni le loisir depuis qu’il a coupé leurs liens vivants. Nous le voyons lourdement se débattre dans une amère contradiction :
31 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
44 qui est affirmé ici et qui ici devient la vérité vivante, le contenu [p. 99] décisif d’un vrai discours sur Dieu. Mais comment
45re de ces deux aspects de la vérité à leur centre vivant ? Le vrai dialecticien sait que ce centre ne peut être ni appréhendé,
32 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
46ds. Elle refuse la dictature, parce que le centre vivant d’un pays n’est pas dans un organisme de contrainte, mais doit être e
33 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
47énéralité. À mesure qu’elles s’éloignent du foyer vivant. Mais, de la sorte, le centre de l’autorité n’est pas dans les bureau
48, ne sont pas celles qui assurent l’ordre le plus vivant. Ne nous laissons pas envoûter par l’exemple des dictatures ! L’ordre
34 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
49ncept de la foi que nous parlons. C’est de la foi vivante. Or, cette foi, nul homme n’est capable de la posséder dans la durée 
35 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
50t aimer et vouloir se trouve coupé de son origine vivante, flétri, dénaturé, inverti, saboté. Des groupes tels que L’Ordre nouv
51la moindre chance de succès ? Où est sa tradition vivante en ce pays ? La violence des communistes français reste le plus souve
36 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
52 fois de plus, sur cette absence de tout principe vivant d’unité et d’union, qui est la marque de notre temps, et la cause de
37 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
53gisse encore, chez elles, d’un spirituel vraiment vivant. Le spirituel dont je me réclame a sa réalité dans l’ordre évangéliqu
38 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
54 qu’il stérilise peu à peu toutes les initiatives vivantes, et qu’il finit par s’effondrer sous le poids de son appareil dévorat
55es nouveaux apparaissent donc comme des paradoxes vivants, et cependant nous savons bien que leur libération et leur service ne
56e pour unifier temporellement toutes ces cellules vivantes, autonomes et solidaires. Elles ont leur véritable unité en Christ, e
57iquer et appliquer un système politique souple et vivant, respectueux des diversités, c’est-à-dire fédéraliste. Les synodes ré
58té de chacun dans une action commune, l’équilibre vivant des tons complémentaires, l’union dans la diversité. Maintenant que v
59recque, par exemple, disparaît en temps qu’Église vivante, il reste dans le pays une empreinte césaro-papiste, d’où l’État tota
60. Mais lorsque le calvinisme cesse d’être une foi vivante, il laisse derrière lui une empreinte tout à fait différente : une fo
61que la foi réformée, même quand elle cesse d’être vivante, laisse en se retirant beaucoup de personnalités. Cela constitue dans
39 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
62ail ni le loisir depuis qu’il a coupé leurs liens vivants. Nous le voyons se débattre dans une amère contradiction : labeur for
40 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
63s idéologues, ses annales et ses descendants bien vivants et bien décidés à racheter leur petit nombre par leur combativité. Si
64e tradition proudhonienne, et non-marxiste, seule vivante encore que peu visible dans la France d’aujourd’hui, que se placent l
41 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
65i se retourne ne devient pas pour si peu une main vivante et agissante. Un libéral qui se soumet aux directives d’un parti ne d
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
66ie n’est qu’illusion et mystification. Une pensée vivante, une pensée qui aide à vivre, trouve son lieu dans l’acte et nulle pa
67ivrés d’une psychologie qui dissociait les unités vivantes en éléments abstraits, et prétendait examiner ensuite ces éléments sa
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
68 après Auguste Comte : « Les morts gouvernent les vivants. » Hypothèque sur le passé ! Car si les morts gouvernent les vivants,
69ue sur le passé ! Car si les morts gouvernent les vivants, c’est que nul vivant n’ose vivre. Et comment vivrait-il sinon par l’
70i les morts gouvernent les vivants, c’est que nul vivant n’ose vivre. Et comment vivrait-il sinon par l’appel de la Providence
71ul fondement pratique d’une collectivité vraiment vivante. Cependant, il vaut mieux se garder d’insister sur un tel rétablissem
44 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
72e où nous sommes nés, d’où viendrait donc l’ordre vivant ? On ne crée pas la vie en insultant la mort. Il faudra se tourner ai
73mps les méfaits du désordre établi et le principe vivant du nouvel ordre. Ce pouvoir, nous le connaissons, dans la mesure où n
74 Et voilà bien le seul fondement d’une communauté vivante. L’écrivain sera créateur dans la mesure où il obéira à sa seule voca
75rez aussi à la communauté, vous recréerez le lien vivant de l’auteur avec son public. Une fois posés ces fondements spirituels
76ées pures » sont des cadavres d’idées ; les idées vivantes sont des actes. Apprenons à penser en actes, c’est-à-dire à penser av
45 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
77mporte une « assurance-vie », si la seule réalité vivante est dans le risque ? Qu’importe la multiplicité des relations, si ell
78ement nécessaire et suffisant de toute communauté vivante et progressive. 9. Deux négations de la personne Et maintenant, si
46 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
79ient un temps où l’on se lasse d’obéir à la force vivante, — et l’on institue la police pour soutenir un corps social qui s’aba
47 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
80ommunauté — indissolubles —, on est une objection vivante à tout individualisme, à tout communisme, à tout « isme ». Quand on e
48 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
81 fois de plus, sur cette absence de tout principe vivant d’unité et d’union, qui est la marque de notre temps, et la cause de
49 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
82ains. J’entends, par sens social, la connaissance vivante du principe spirituel, affectif et communautaire de la nation. Qu’est
50 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
83e liberté spirituelle que confère la connaissance vivante de « la seule chose nécessaire ». Rien de grand, dans l’ordre humain,
51 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
84connu dans ce roman (paru quelque temps avant les Vivants) une intention toute voisine de la sienne, une semblable patience ing
85 : une élite, une espèce d’aristocratie paysanne. Vivant près d’eux, pour eux, il les a vus tout autrement que ne l’eût fait u
86Proust — rend un tout autre son que le « je » des Vivants : plus complice et plus fraternel. Le défaut de Les uns les autres, c
87rément ses desseins. Mais parmi toutes ces choses vivantes qu’il évoque d’une touche parfois trop furtive, d’autres fois si préc
52 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
88essaires, puissent offrir aux foules le spectacle vivant de leurs travaux. En liaison étroite avec l’enseignement qui, à tous
89lles, aux découpages à l’infini de la « matière » vivante et organique, à la multiplication des points de vue irréels, mais log
90utres — ces choses encore informes, difficiles et vivantes, ces choses « mal compassées » que Descartes déjà méprisait… VI. Le
53 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
91 dit à Jésus : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » L’Histoire, le développement de la tradition, l’accoutumance reli
92 il prononce : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Or, ni la chair, ni le sang n’auraient pu lui faire dire cette par
93 à soi-même, obéissance, attente active du Christ vivant, pensée « chrétienne ». Et ces témoins, ces vis-à-vis, nous jugent, c
54 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
94re aucune différence : car tous les deux sont des vivants et non des morts. Et comment osez-vous affirmer cette impossible exig
95e n’est pas mort : il demeure parmi nous comme le vivant symbole de l’homme qui ne peut pas mourir !… Plaise à Dieu que l’ango
55 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
96 absurde et touchante à vouloir « les gens » plus vivants, plus naturels, plus rayonnants, plus « solaires » qu’ils ne sont. En
56 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
97ure, c’est de monter la garde autour de la mesure vivante d’une civilisation. Par « mesure », nous voulons désigner le princip
98nouvelle ne peut être que la personne. Une mesure vivante, ce n’est pas un étalon fixe. C’est un principe dynamique, c’est une
99ssibilités exceptionnelles. La mesure antique est vivante, mais elle porte en elle-même le germe de sa mort. Une fois toute la
100société personnaliste est au contraire infiniment vivante : car la personne est un principe universel, et quand bien même tous
57 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
101que l’absence de guerre suffit à établir une paix vivante. C’est l’éternelle erreur de l’État policier. D’ailleurs, cet « ordre
58 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
102n distingue le retournement de certaines réalités vivantes. La vieille étoffe ternie et rapiécée se découd par ici, se déchire p
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
103 négation de la culture, la négation de sa mesure vivante et de la dignité de ses grands prêtres, les « clercs » dit-on, que je
60 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
104s la pensée et l’action. Elle est comme la mesure vivante de la société rénovée. Mais la situation se renverse au siècle suivan
61 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
105Le progrès est le développement de l’ordre. — Les vivants seront toujours et de plus en plus gouvernés nécessairement par les m
106es de Comte et de Hegel. Les morts gouvernent les vivants : c’est le déterminisme historique. Organiser scientifiquement la soc
62 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
107ns : c’est que le culte qu’il faut rendre au Dieu vivant est une obéissance directe « en esprit et en vérité ». Or abstraire,
63 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
108Pétrarque qui, le premier, invertit la hiérarchie vivante, celle que Dante avait exprimée en qualifiant de nobilior l’idiome vi
109avait exprimée en qualifiant de nobilior l’idiome vivant. À partir de Pétrarque, le latin deviendra tout autre chose qu’une « 
110 sous-entendu indiscuté, la règle vive du langage vivant, devient une espèce de truc, dont une minorité souvent indigne détien
64 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
111des merveilles ? Les boules étaient des hérissons vivants, et les soldats s’arc-boutaient sur le sol pour former des arceaux vi
112’arc-boutaient sur le sol pour former des arceaux vivants. Quand Alice avait réussi à mettre en boule son hérisson, et se prépa
113, combien c’est affolant de jouer avec des choses vivantes. » ⁂ Prenons cinq mots parmi les plus fréquents dans le langage et le
114 cette crise du sens des mots et de la sémantique vivante. D’une part, la somme des échanges écrits ou verbaux a crû depuis la
115e personnes que Descartes n’en convainquit de son vivant. Cependant les journaux du soir tirent à 500 000 exemplaires et la ra
116ngage. Cette absence d’un principe communautaire vivant et puissant dans nos vies, c’est le drame de la civilisation, de la c
117r fait des musées. Ou pire : ils n’ont jamais été vivants pour cette génération sans but. On nous en [p. 83] donnera donc de no
65 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
118 et révolutionnaires) soit qu’ils la maintiennent vivante et renouvelant ses grands symboles de vérité, de force et de beauté.
66 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
119lon de Man rendent compte de ce qu’il y a de plus vivant dans la réalité soviétique actuelle. Comment, alors, ne pas être frap
120, en tous les domaines, le caractère d’une mesure vivante ? L’idéal du Plan soviétique, qui est le monde intégralement socialis
121llement le besoin d’une langue plus riche et plus vivante, apte à décrire les passions, et la nature, et la diversité des êtres
122outenable) se substitue dans les esprits les plus vivants à l’idée du Plan scientifique. Mais avec cette idée nietzschéenne, c’
123ulter une scission, et le désir d’une mesure plus vivante. La scission vient de s’opérer, et seule l’inquisition intellectuelle
124à masquer son étendue. Le désir d’une mesure plus vivante se manifeste bien souvent à l’insu de ceux qu’il tourmente. C’est ici
67 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
125nom de quelques lieux communs plus vénérables que vivants. L’anarchie n’a le droit de critiquer l’ordre que lorsqu’elle est con
126 a peu de chances de créer une communion vraiment vivante. En fait, elle n’y réussit pas. Le schématisme de la propagande est p
68 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
127tions « rajeunies ». C’est le dernier lieu commun vivant. Les nations dites rajeunies sont celles qui ont fait ou subi depuis
128ernes qui aboutirent à la dissolution du principe vivant des sociétés, et de la société bourgeoise notamment. Or il est clair
129arlementaires professionnels, coupés de la nation vivante et prisonniers d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines
130 dans la défense, ou dans l’imitation. À la force vivante de destins impériaux, n’opposons pas des droits que justement toute l
69 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
131rer le problème, pour peu que ce soit un problème vivant — il arrive que les données changent, et que l’urgence s’évanouisse.
132 mission, le même refus intéressé de faire la loi vivante, qui ont assuré pendant cent ans l’impunité des entreprises de l’élit
70 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
133iolence seule détruirait ses produits. La réalité vivante est dans le conflit.) Une pensée tendue vers l’action saura seule don
134l’esprit, c’est-à-dire une réalité privée de lien vivant avec son origine. Partant de ce donné, et oubliant qu’il n’est rien d
135s la mesure où il voudrait l’humaniser. Tout être vivant porte le nom qu’Adam lui a donné avant sa chute. Et c’est ainsi qu’il
136e. Et c’est ainsi qu’il est pour l’homme une aide vivante, un être avec lequel l’homme peut entretenir des rapports conformes à
137t de l’imagination qui devait maintenir la langue vivante, il ne suffirait pas d’opposer, par exemple la discipline classique,
138st-à-dire de le ramener d’une part à ses origines vivantes, et d’autre part, de le soumettre à une fin commune. Tandis que les u
139ident redécouvre les éléments de toute communauté vivante. Il redécouvre lentement, douloureusement, au travers de sanglantes e
71 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
140thmes qu’elles traduisent. ⁂ Une forme, une image vivante : est-ce extérieur ou intérieur ? L’artiste répondra : ni l’un ni l’a
141t scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante.) Ainsi tous parlent un même langage, qu’ils l’inscrivent sur le papi
72 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
142, en tous les domaines, le caractère d’une mesure vivante ? L’idéal du Plan soviétique, qui est le monde intégralement socialis
143llement le besoin d’une langue plus riche et plus vivante, apte à décrire les passions, et la nature et la diversité des êtres.
144outenable) se substitue dans les esprits les plus vivants à l’idée du Plan scientifique. Mais avec cette idée nietzschéenne, c’
145ulter une scission, et le désir d’une mesure plus vivante. La scission vient de s’opérer, et seule l’inquisition intellectuelle
146à masquer son étendue. Le désir d’une mesure plus vivante se manifeste bien souvent à l’insu de ceux qu’il tourmente. C’est ici
147nom de quelques lieux communs plus vénérables que vivants. L’anarchie n’a le droit de critiquer l’ordre que lorsqu’elle est con
148s réussir à créer [p. 262] une communion vraiment vivante. En fait, elle n’y réussit pas. Le schématisme de la propagande est p
149tions « rajeunies ». C’est le dernier lieu commun vivant. Les nations dites rajeunies sont celles qui ont fait ou subi depuis
150arlementaires professionnels, coupés de la nation vivante et prisonniers d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines
151 dans la défense, ou dans l’imitation. À la force vivante de destins impériaux, n’opposons pas des droits que justement toute l
73 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
152 [p. 331] Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936) t Un fonctionnaire a trois semaines de vacances : t
153 aussi le chemin de l’universel. S’il veut rester vivant, c’est dans un amitié nouvelle. S’il écrit quelque part : « Le monde
74 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
154œur duquel ce régime plonge ses dernières racines vivantes. Il ne s’agit pas de morale ! Ni de condamner pour le mauvais plaisir
75 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
155 par là même le plus apte à ranimer une communion vivante entre les hommes, se trouve produire exactement l’effet contraire : s
156l est, par son action recréatrice, une étymologie vivante de tout ce qui est. Et maintenant, pour se connaître, il lui suffit d
76 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
157imer ces hommes, et cependant ils sont la réalité vivante et présente du « peuple ». Par contre, il est très facile de haïr et
158ion d’un ordre externe, d’une [p. 112] communauté vivante. Les témoignages que nous devons porter en faveur de cet ordre à crée
159 de l’imagination… ⁂ On cuit les crevettes toutes vivantes, en les jetant dans de l’eau qui bout. Après des soubresauts terrible
77 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
160 dois croire identiquement que c’est là le centre vivant de toute réalité réelle sur la terre. Je dois croire qu’à cet événeme
78 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
161 les termes de l’Apôtre ; opposition de la Parole vivante à la tradition codifiée ; sens de la décision totale entre un oui et
162ration psychologique. (Un tel homme est bien trop vivant pour faire de la psychologie ; trop engagé dans le réel pour prendre
163s délivrer du temps ? C. M. — Mais mon temps est vivant, et plein de nouveauté, de création ! Ton éternité immobile, c’est l’
164radoxe et ce mystère : croire que « l’Éternel est vivant », croire que sa volonté, — qui a tout prévu, — peut aussi tout chang
165is que nous adorons une Providence dont la Parole vivante s’est incarnée : « Emmanuel ! » — Dieu avec nous ! p. 221 w. « 
79 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
166oilà qui est simple. Mais croit-on que la culture vivante soit beaucoup moins menacée en France ? Est-ce seulement une question
80 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
167hanges multipliés, d’apports mutuels, de synthèse vivante. Dès que la conscience fédéraliste vient à faiblir, quand par exemple
168e à cet ordre une signification qui le maintienne vivant et pur contre les ennemis du dedans, afin d’être fort au-dehors. L’es
81 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
169s antennes grenat. — On cuit les crevettes toutes vivantes, en les jetant dans de l’eau qui bout. Après des soubresauts terrible
82 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
170it d’avance et appelait le viol des barbares, des vivants ! Capitalisme et féodalité La réapparition, au début de notre xiiᵉ
83 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
171me 77 , conflit qui trouve son expression sociale vivante et dynamique aussi bien dans la distinction entre secteur libre et se
84 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
172sable technicien — d’ailleurs mauvais gymnaste et vivant à l’écart de « la vie » — dont on peut recevoir une certaine somme de
173d’Italie : c’est celui-là que j’aime d’une amitié vivante, et qui n’a pas cessé de me nourrir depuis dix ans. Kierkegaard est m
85 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
174aille, les dictateurs. Refaire une commune mesure vivante. Restaurer le sens civique décadent. Retrouver une foi qui ne soit pa
86 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
175xie religieuse, mais ne s’appuie plus sur une foi vivante, et dont l’autre dérive d’une hérésie dont l’expression « essentielle
176sent que ce serait un malheur plus beau et plus « vivant » que la vie normale, plus exaltant que son « petit bonheur »… Ou l’e
87 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
177i se retourne ne devient pas pour si peu une main vivante et agissante. Un libéral qui se soumet aux directives d’un parti ne d
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
178n’ai rien oublié mais j’ai un peu appris, plus en vivant, d’ailleurs, qu’en lisant mes critiques, car ceux-ci n’étaient guère
89 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
179mes venus à voir en elle une promesse de vie plus vivante, une puissance qui transfigure, quelque chose qui serait au-delà du b
180ion plutôt qu’à son contentement, plutôt qu’à son vivant objet. D’où les obstacles multipliés par le Roman ; d’où l’indifféren
90 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
181uvaient revenir, sous d’autres noms, se mêler aux vivants. Par cette doctrine centrale de la survie des âmes, les Celtes s’appa
182 avons rappelé la parenté, ne devinrent largement vivantes en Occident que dans les siècles où elles se virent condamnées par le
183it qu’ils ont trouvé le secret d’une conciliation vivante des inconciliables. Ils semblent refléter, mais en la surmontant, la
91 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
184en soi, dans une sorte d’indifférence à son objet vivant et extérieur. Ainsi nous avons vu que Tristan aime Iseut non point da
185t être sien. Unité et non similitude. Par le Dieu vivant, il est vrai qu’il n’y a plus là aucune distinction. » Cette thèse, e
186s flammes, je brûle et je languis, en criant ; en vivant, je meurs, et en mourant, je vis. Pourtant, je n’aime pas, mais j’ai
92 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
187nsume et détruit. (Les Yeux de ma dame.) Ô mort vivante, ô mal délicieux 131 Comment as-tu sur moi tel pouvoir, si je n’y c
188ouailles et en Écosse, leurs traditions resteront vivantes jusqu’à l’époque où Macpherson les transcrira en langage moderne. Et
189ns la mort que l’amour est le plus doux ; pour le vivant, la mort est une nuit de noces, un secret de doux mystères. L’ivresse
190t pas à l’apprendre. C’est parce qu’il la portait vivante en lui qu’il fut le premier à retrouver sa trace dans les symboles de
93 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
191ait le vainqueur. Et ce vainqueur triomphait d’un vivant, d’un pays ou d’un peuple encore désirables. L’intervention d’une tec
94 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
192ieuse, mais ne s’appuie plus sur une foi [p. 300] vivante, et dont l’autre dérive d’une hérésie dont l’expression, « essentiell
193sent que ce serait un malheur plus beau et plus « vivant » que la vie normale, plus exaltant que son « petit bonheur »… Ou l’e
95 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
194uses, souvent affectées de phénomènes extatiques, vivant hors des cloîtres… mais finissant par constituer de nouvelles communa
96 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
195é que des hommes « religieux », non des chrétiens vivant selon la foi et capables de lui faire pressentir que ses observations
97 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
196 qu’il stérilise peu à peu toutes les initiatives vivantes, et qu’il finit par s’effondrer sous le poids de son appareil dévorat
197es nouveaux apparaissent donc comme des paradoxes vivants, et cependant nous savons bien que leur libération et leur service ne
198e pour unifier temporellement toutes ces cellules vivantes, autonomes et solidaires. Elles ont leur véritable unité en Christ, e
199iquer et appliquer un système politique souple et vivant, respectueux des diversités, c’est-à-dire fédéraliste. Les synodes ré
200té de chacun dans une action commune, l’équilibre vivant des tons complémentaires, l’union dans la diversité. Maintenant que v
201grecque, par exemple, disparaît en tant qu’Église vivante, il reste dans le pays une empreinte césaro-papiste, d’où l’État tota
202. Mais lorsque le calvinisme cesse d’être une foi vivante, il laisse derrière lui une empreinte tout à fait différente : une fo
203n — qui serait individualiste — c’est l’équilibre vivant des deux termes. Ceux qui disent : « Centralisons tout » et ceux qui
204res, qu’ils n’ont encore rien compris au paradoxe vivant que représente en chacun de nous, la personne : l’homme qui sait ce q
205que la foi réformée, même quand elle cesse d’être vivante, laisse en se retirant beaucoup de personnalités. Cela constitue dans
98 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
206 xxe siècle vers une commune mesure restaurée et vivante. L’appel au dictateur Et c’est à cet appel qu’ont répondu les chefs
99 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
207hanges multipliés, d’apports mutuels, de synthèse vivante. Dès que la conscience fédéraliste vient à faiblir, quand par exemple
208e à cet ordre une signification qui le maintienne vivant et pur contre les ennemis du dedans, afin d’être fort au dehors. L’es
100 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
209lus simple et plus facile que de tenir compte des vivantes diversités, des vocations infiniment diverses. Là encore, si nous éti