1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1rs la mer. Sur le Lung’Arno trop vaste et nu, les voitures revenaient au pas des Cascine. Vers sept heures, il n’y en eut presqu
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2e il est donné à peu d’hommes de le faire : 7 000 voitures par jour, et la possibilité d’augmenter encore cette production. Ford
3 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
3u bal. Des femmes sans chapeau couraient vers les voitures, les hommes s’inclinaient pour des baise-mains silencieux et mécaniqu
4ment silencieuse fila devant moi ; je reconnus la voiture de la femme aux bandeaux noirs. Mais les rideaux étaient baissés. Déj
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
5ble, pratiquement invisible, dans cette minuscule voiture. Déjà nous traversons la nuit rose et violette de Montparnasse. Là, l
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
6u bal. Des femmes sans chapeau couraient vers les voitures, les hommes s’inclinaient pour des baise-mains silencieux et mécaniqu
7ur une femme qui s’en allait toute seule vers une voiture à l’écart des autres. Une femme aux cheveux noirs en bandeaux, au tei
8ment silencieuse fila devant moi ; je reconnus la voiture de la femme aux bandeaux noirs. Mais les rideaux étaient baissés.
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
9anachronisme de plain-pied avec les passants, les voitures. (Ils l’aiment bien, — ne la voient plus.) La vie du pont m’occu
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
10 malaisés.   Souvent, après dîner, l’on repart en voiture ouverte à travers les prairies ou le long des lisières surprendre les
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
11ble, pratiquement invisible, dans cette minuscule voiture. Déjà nous traversons la nuit rose et violette de Montparnasse. Là, l
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
12en des choses à se raconter. Dès le démarrage, la voiture craque et crisse de partout. Un incroyable cliquetis de vitres va nou
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
13ndaires ou des ruelles à peine plus larges que la voiture. Mais aussi elle tient compte des rythmes de la vie locale, du calend
14du prochain départ et la destination des diverses voitures qui stationnent sur la place. C’est que chaque ligne a sa tête de lig
11 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
15ndaires ou des ruelles à peine plus larges que la voiture. Mais aussi elle tient compte des rythmes de la vie locale, du calend
16du prochain départ et la destination des diverses voitures qui stationnent sur la place. C’est que chaque compagnie a sa tête de
12 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
17es premiers pas une vieille mendiante sourde. Une voiture le dépasse, conduite par une riche jeune fille des environs, mais cel
13 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
18 mortes. Je me glisse dans le hangar de la grosse voiture et tâte ses flancs jusqu’à ce que je rencontre l’ouverture de la boît
14 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
19 l’ai vu à la sortie de son culte, debout dans sa voiture qui longeait très lentement une rue étroite, mal éclairée. Une seule
15 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
20ntre 100 et 130 à l’heure, des millions de larges voitures. Une telle aisance dans la vitesse, l’absence de secousses et d’obsta
16 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
21s cafés. Et s’il passe une auto, c’est une de ces voitures branlantes qui semblent ne pouvoir rouler que sur les routes écartées
17 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
22 des mois elle en était réduite à ne sortir qu’en voiture fermée. Jugeant elle-même qu’il s’agissait d’une hallucination, elle
18 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
23 l’ai vu à la sortie de son culte, debout dans sa voiture qui longeait très lentement une rue étroite, mal éclairée. Une seule
19 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
24’on peut déposer de l’argent sans descendre de sa voiture. Déjà les biches et les daims sont amenés dans la forêt de chasse au
20 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
25s cafés. Et s’il passe une auto, c’est une de ces voitures branlantes qui semblent ne pouvoir rouler que sur les routes écartées
21 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
26enant-colonel M. qui m’accompagne à la maison, en voiture. J’attends deux heures. Breakfast. Une auto militaire vient me prendr
22 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
27ormie. Tous les fauteuils sont occupés dans notre voiture et point de couloir libre au milieu. Des bagages à main, des cartons
23 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
28 médiéval, où des agents de police arrêtent votre voiture, vous prient de dire où vous allez, et téléphonent à votre hôtesse po
29 au bord du talus, tous feux éteints. Dans chaque voiture on devinait un ou deux couples enlacés. Petting party. Mes compagnons
24 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
30e en été, le Midi est plus froid que le Nord, les voitures circulent à gauche, et au lieu de dire au téléphone allô, on dit : ol
31 d’ici, pour huit jours ? Rien de plus facile. Sa voiture viendra me prendre à l’aube, pour me conduire à 300 km seulement de l
32tante averse tropicale dominait la situation — la voiture avançait lentement. Je bondis vers la douane, je la force, je patauge
25 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
33eur… » — Eh bien ? m’ont demandé mes amis dans la voiture qui nous emporte sous la pluie, qu’en pensez-vous ? — Well… pour la p
26 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
34’on peut déposer de l’argent sans descendre de sa voiture. Déjà les biches et les daims sont amenés dans les forêts de chasse a
27 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
35eur… » — Eh bien ? m’ont demandé mes amis dans la voiture qui nous emporte sous la pluie, qu’en pensez-vous? — Well… pour la pr
36 et cent trente à l’heure, des millions de larges voitures. Une telle aisance dans la vitesse, l’absence de secousses et d’obsta
28 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
37»      — Eh bien ? m’ont demandé mes amis dans la voiture qui nous emporte sous la pluie, qu’en pensez-vous ? — J’ai pensé que,
29 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
38’on peut déposer de l’argent sans descendre de sa voiture. Déjà les biches et les daims sont amenés dans les forêts de chasse a
30 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
39ulement chez lui, cela ne s’est pas porté sur les voitures. Il préfère s’intéresser aux divers types humains. On lui sait peu de
31 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
40Nous voici seuls. Silence. Silence encore dans la voiture qu’elle conduit avec une expression concentrée, presque rageuse. Nous
41 saint Gellert, les bras en croix. Elle arrête la voiture près d’une barrière de parc public, descend, s’éloigne dans la neige
42] Il n’y a rien d’autre à dire. Nous remontons en voiture et descendons vers la ville. Soudain, je me suis décidé et j’articule
32 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
43ntre 100 et 130 à l’heure, des millions de larges voitures. Une telle aisance dans la vitesse, l’absence de secousses [p. 183] e
33 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
44 le hall central ouvert sur un vaste patio où les voitures se succèdent sans relâche. Ma chambre a dix mètres sur cinq, et cinq
45 d’un lambeau de coton, glissent dans les grosses voitures américaines, au moment de claquer les portières, leur petit bras coup
46 taxi, et nous voilà partis. Nous avons quitté la voiture à l’entrée d’une ruelle étroite que nous descendons lentement jusqu’à
34 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
47u’à peine la frontière passée, il descendit de sa voiture, se jeta sur le sol pour embrasser la « terre de la liberté ». Par ra
35 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
48asser par le point mort. Mais pendant ce temps la voiture roule. Aux yeux de beaucoup, l’élan fédéraliste s’est épuisé, puisque
36 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
49nc esclave que de vous-même. Erreur sur la belle voiture. Cet homme, dit-on, est l’esclave de sa voiture. Voyez les soins dont
50e voiture. Cet homme, dit-on, est l’esclave de sa voiture. Voyez les soins dont il l’entoure ! Il voyage à cause d’elle, il se
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
51ous sens qui entrave en permanence le passage des voitures. Les trottoirs couverts de dormeurs pendant la nuit. Et j’ai vu cinq
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
52c esclaves que de vous-même. Erreur sur la belle voiture. Cet homme, dit-on, est un esclave de sa voiture. Voyez les soins don
53 voiture. Cet homme, dit-on, est un esclave de sa voiture. Voyez les soins dont il l’entoure ! Il voyage à cause d’elle, il se
39 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
54tateur d’un petit pays « sous-développé » que nos voitures tombent en panne, que nos usines se vident et que nos hôpitaux se rem
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
55n voyage en Normandie, durant l’hiver 1706-07, sa voiture ayant versé dans un chemin mal entretenu, il fut amené à rédiger un c
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
56’a dit : « Vous êtes un Européen. » Tandis que ma voiture gravissait le Saint-Gothard, je réfléchissais à ce qu’est un Européen
42 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
57 Polonais qui assistaient de loin à la scène. Une voiture les attendait devant la gare, et les emmena vers leur cachette. C’est
43 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
58vagon » roule à 100, comme font toutes les autres voitures, pas un problème de dépassement, pas une injure, le ciel est bleu, le
59 pour qui l’Amérique signifie coca-cola, twist et voitures géantes, sont en retard d’une génération intellectuelle. (Note de 196
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
60s 1950, ils n’avaient pas le droit d’utiliser les voitures officielles du Palais fédéral pour plus de 3 000 km par an. Et l’on p
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
61dévié de quelques centimètres hors de la file des voitures qu’il lui avait plu d’organiser devant le poste — souvenir de l’école
46 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
62dévié de quelques centimètres hors de la file des voitures qu’il lui avait plu d’organiser devant le poste, — souvenir de l’écol
47 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
63u point à l’aide de pièces de rechange, comme une voiture. Pour la première fois dans l’Histoire de nos civilisations, ce n’est
48 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
64s comme paravent. L’homme n’est pas esclave de sa voiture, il est esclave de sa vanité sociale par exemple. Dans un petit livre
49 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
65le de projection. L’homme n’est pas esclave de sa voiture, il est esclave de sa vanité sociale. — Quelle est la responsabilité
50 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
66ction pollue l’air en décollant autant que 10 000 voitures. Onze municipalités voisines d’Orly s’attaquent à des compagnies d’av
51 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
67ue, en France surtout, avaient construit d’autres voitures automobiles bien avant Ford. Son invention ou sa réinvention n’en dem
52 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Denis de Rougemont : l’amour et l’Europe en expert (24 décembre 1970)
68ur j’ai passé la frontière avec Robert Schuman en voiture et avec le photographe Pedrazini qui faisait un reportage sur Robert
53 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
69ix à huit heures par jour par le flux ralenti des voitures qui transportent des solitaires ou des couples exaspérés. Places cent
70ix d’un ordre de grandeur très supérieur. Trop de voitures allant toujours plus vite produisent embouteillages et immobilité ; t
54 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
71allait faire elle-même le trajet et piloter votre voiture, les océans ne demandaient qu’à fournir des quantités illimitées de s
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
72nologique par excellence que fut dès l’origine la voiture à moteur. Mais elle ne l’a pas fait, car l’histoire de l’auto, de mêm
56 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
73it que le même principe pouvait s’appliquer à une voiture de route. » C’est alors qu’il entend parler de la machine « au gaz si
74tais pas le seul, je le savais, à m’occuper d’une voiture sans chevaux, mais je ne pouvais savoir ce que faisaient les autres. 
75e en nombre égal ou à peine inférieur à celui des voitures effectivement construites, et ces prototypes n’étaient guère que de c
76 assurément, vouée à l’oubli rapide, telle est la voiture automobile qu’en Allemagne MM. Benz et Daimler viennent de présenter
77e, notamment — afin d’augmenter la production des voitures qu’ils pourront acheter en toujours plus grand nombre et de moins en
78récit de sa vie. « En 1892, j’achevai ma première voiture… Elle fut longtemps la seule automobile de Détroit. On la considérait
79 de Détroit, pour 200 dollars. Ce fut ma première voiture vendue. » En 1899, vingt-quatre ans après son « chemin de Damas », Fo
80 observe d’abord que le public ne s’intéresse aux voitures automobiles que par esprit de compétition. L’idée d’aller plus vite a
81er traduit la même idée.) En 1909, il vend 18 000 voitures. En 1919, près d’un million de voitures. En 1924, 7 000 par jour. Auj
82nd 18 000 voitures. En 1919, près d’un million de voitures. En 1924, 7 000 par jour. Aujourd’hui, les États-Unis en produisent 1
8310 000 km par an, se voit contraint pour payer sa voiture, son essence, son garage, ses impôts, de consacrer tant de journées d
84des plus faibles dans le monde des machines : les voitures américaines rejettent par les tuyaux d’échappement 87 % de l’énergie
850 par an, et celui des blessés de 13 millions. La voiture est la première cause de décès des moins de vingt-cinq ans aux États-
86utions qui ont l’Auto pour cause. Et, surtout, la voiture devenue signe de statut social, ou de puissance, crée des besoins qui
87 que Ford vénérait. Les jeunes gens prennent leur voiture pour faire 300 mètres, moins par paresse que par une petite peur d’av
88prends plus les jeunes. Mon fils s’est acheté une voiture. Le dimanche soir, je lui demande : où as-tu été ? qu’est-ce que tu a
89t les piétons des artères livrées au « fleuve des voitures » et des places transformées en parkings, l’auto dévaste ou interdit
90et cent mille les « besoins » en pétrole pour les voitures militaires, les chars, les avions et les bateaux de guerre ? Comment
57 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
91e l’ai vu à la sortie de ce culte, debout dans sa voiture qui longeait très lentement une rue peu large, mal éclairée. Une seul
92 trois mètres de lui, marchant à la hauteur de la voiture, les mains dans les poches de mon pardessus. Un bon tireur l’eût desc
58 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
93rfois après des heures de marche, des journées de voiture, des nuits de bateau. Il arrive qu’elle enveloppe une ville entière.)
59 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
94ncipe, de cohésion interne. On peut renverser des voitures un soir d’émeute dans la rue, un roi débile dans son palais, ou un di