1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
1 celle qu’ils se donnent eux-mêmes dans leur pure volonté d’être ou de ne pas être… ». Mais les héros de Pirandello, s’ils veul
2u de la personnalité. Tandis que chez Unamuno une volonté d’action les possède, les exalte, les affole. Les plus beaux types cr
3z cynique et puissant de confiance en soi, qu’une volonté presque inhumaine torture et conduit au crime. Et s’ils s’imposent co
4es, c’est encore et uniquement par leur obsédante volonté. Car on imagine difficilement un art plus dépouillé de détail extérie
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
5cherche de l’ordre révèle simplement [p. 662] une volonté de construire jusque dans le grabuge, qu’il aime pour les matériaux q
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
6squ’au sacrifice, mais pleins de dégoût devant la volonté d’action qui tord aujourd’hui notre race… ». Et peut-être n’est-il pa
4 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
7 qu’un ruban rouge et vert lie par la grâce d’une volonté sans doute divine… p. 3 a. « Avant-propos », Revue de Belles-Let
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
8elle est » (Rivière), ou encore refus de choisir, volonté de tout conserver en soi ? Ou bien une attitude en quelque sorte scie
9e saut dans le vide qu’exige toute foi ; c’est la volonté de sincérité, c’est-à-dire une sincérité tournée au vice, invertie, q
10ccompli. J’appelle hypocrisie envers soi-même une volonté — si profonde qu’elle n’a pas besoin de s’expliciter pour être effica
6 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
11aborés par la science. Mais, participant de notre volonté et de la grâce, ils échappent à cette fatalité qui est le signe du mo
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
12« conditions » de la vie sociale, au profit d’une volonté de puissance dont l’objet demeure assez incertain. Ce mystère qui ent
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
13ddha 13 . — La liberté est un pouvoir réel et une volonté réelle de vouloir être soi. Ayant ainsi esquissé ses positions éthiq
14oniques de Foi et Vie, « résume commodément cette volonté d’émancipation de la civilisation moderne à l’égard de toute autorité
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
15e le tragique ou le merveilleux, on mettait notre volonté aimante, entre toutes les pages, sur toutes les choses. Nous écrivion
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
16i l’histoire de l’ascension d’un caractère, d’une volonté, d’une âme virile, trouve dans sa durée même l’élément le plus convai
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
17 importante. Il avait appris qu’il faut avoir une volonté de fer, lorsqu’on tombe dans la lie de la société. Le jour des funéra
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
18oncer ; mais le surpassement de soi qu’obtient la volonté tendue, c’est là ce que nous avons surtout besoin qu’on nous montre…
19stion n’est pas d’être vertueux, mais de faire la volonté de Dieu. Et ce que nous voulons ce ne sont pas des exemples édifiants
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
20e était considérée comme le lieu où s’exerçait la volonté, où se formait le caractère, les livres étaient conduits, ils avaient
14 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
21 ». Il y a visiblement chez Jean Schlumberger une volonté consciente de réduire l’homme à sa seule virtu. Donc : refus ou ignor
15 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
22 Eckermann nous a livré les confidences, et où la volonté de sobriété spirituelle paraît avoir produit chez le poète une sorte
16 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
23tre humain sur soi-même, sur l’intelligence et la volonté supposées non déchues, il y a lieu et ordre d’attester avec l’un des
17 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
24 ultimes efforts et des ultimes défaites de notre volonté de vivre ? Les dieux de l’Occident réclament des dividendes ; ils réc
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
25vision. Tout, par ailleurs, indique chez Ramuz la volonté de ne pas faire prendre une chose pour une autre, ni certain aspect u
19 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
26ouveau, Combat, Esprit, Plans, Réaction, par leur volonté proclamée de rupture, et plus encore par leurs revendications constru
20 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
27e ressort de la nouvelle Révolution française. La volonté, la possibilité de rupture, affirmée par les politiciens marxistes, m
28pes » ? Les hommes n’entendront de nous que notre volonté de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux, c’est grave de penser jus
21 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
29 cette vie terrestre. Kierkegaard (Journal). La volonté de rupture est l’origine même du christianisme ; c’est pourquoi l’app
30christianisme ; c’est pourquoi l’apparition d’une volonté contraire définit exactement, pour la chrétienté, le début de la déca
31qu’il n’y ait eu cette preuve, aujourd’hui, d’une volonté de rupture, ce témoignage qui chaque fois qu’il est porté, rétablit l
32tistes et de bigots, demeurer agressifs dans leur volonté de confondre la morale petite-bourgeoise avec les ordres de la foi. E
22 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
33is générales et historiques qui échappent à notre volonté et sur lesquelles nos révoltes sont sans prise, puisque ces révoltes
23 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
34ns la foi ; mais être dans la foi, c’est faire la volonté de Dieu, c’est agir, c’est donc attester sa dignité proprement humain
24 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
35 ultimes efforts et des ultimes défaites de notre volonté de vivre ? Mais aussi, ce Dieu qui nous sauve en dépit de tous nos éc
36ction vraiment évangélique, il n’y a pas une sage volonté de réforme, mais une révolution totale : la conversion. Et la Réforme
25 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
37 cette vie terrestre. Kierkegaard (Journal). La volonté de rupture est l’origine même du christianisme ; c’est pourquoi l’app
38christianisme ; c’est pourquoi l’apparition d’une volonté contraire définit exactement, pour la chrétienté, le début de la déca
39qu’il n’y ait eu cette preuve, aujourd’hui, d’une volonté de rupture, ce témoignage qui chaque fois qu’il est porté, rétablit l
40étistes et de bigots demeurer agressifs dans leur volonté de confondre la morale petite-bourgeoise avec les ordres de la foi. E
26 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
41s humaines. Ils les accusent de faire appel à une Volonté dont l’opération, à leurs yeux, anéantit celle de la volonté humaine,
42t l’opération, à leurs yeux, anéantit celle de la volonté humaine, ou la rend absolument vaine. En somme, ils les accusent de d
43 péché même, si l’on peut définir le péché par la volonté, naturelle à l’homme, d’agir pour soi, et non pour Dieu. C’est mainte
44re plus précise, il devient l’antagonisme de deux volontés qui ne s’opposent pas front à front sur le même plan, mais qui se cou
45 coupent perpendiculairement. Chez les chrétiens, volonté de se soumettre à ce qui juge la vie. Chez les humanistes, volonté de
46mettre à ce qui juge la vie. Chez les humanistes, volonté de vivre par eux-mêmes, de vivre à tout prix, le plus possible, comme
47urrait-il les nommer, s’il n’a d’abord cherché la volonté de Dieu, si souvent contraire à la sienne ?) [p. 116] Prier pour qu’
27 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
48’Ordre nouveau, Esprit, Plans, Réaction, par leur volonté proclamée de rupture, et plus encore par leurs revendications constru
49e ressort de la nouvelle Révolution Française. La volonté, la possibilité de rupture, affirmée par les politiciens marxistes, m
50pes » ? Les hommes n’entendront de nous que notre volonté de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux, c’est grave de penser jus
28 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
51un homme ! Mais ne le suis-je pas par cette seule volonté de l’être ? Il faut croire que non, et que je suis encore mal assuré
29 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
52 parce que le monde n’est jamais plus fort qu’une volonté de pauvreté. Pauvre, mais d’une pauvreté qui ne se mesure pas à l’aun
30 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
53rogressive n’eût pas suffi [p. 200] à éveiller la volonté de la réaliser et de la faire sortir de l’utopie. Il fallut qu’un fai
54fique libre. Tout cela relève d’une seule et même volonté : celle de profaner le sacré collectif et ses tabous, afin de s’affir
55hysiquement, mais du fait qu’il peut incarner une volonté particulière de Dieu. Et dès lors, cet homme n’a pas-seulement le dro
31 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
56ssant d’intellectuels proclamer avec émotion leur volonté de s’intéresser à la cité dont ils sont membres. Cette émotion est ce
32 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
57lan premier, dans sa prise sur le réel et dans sa volonté de le transformer, donc finalement de le dominer. S’engager, ce n’est
33 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
58is générales et historiques qui échappent à notre volonté et sur lesquelles nos révoltes sont sans prise, puisque ces révoltes
34 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
59n’en veulent point avoir. Son essai manifeste une volonté très nette de passer outre aux prudences intéressées de la scolastiqu
35 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
60histoire évolue selon des lois fatales, et que la volonté de quelques-uns n’y changera rien. Que la révolte, enfin, d’un seul c
36 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
61Mais avant l’œuvre, il y a l’appel de l’homme, sa volonté déterminée, son attitude créatrice. Je dirai donc ce que notre désir
37 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
62étermine néanmoins… la composante affective de la volonté de changer [p. 433] radicalement le monde. Bien des confusions traîn
38 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
63 Les idées fermentent. Les plans s’ordonnent. Les volontés se tendent. Les chantiers s’ouvrent. Une fois de plus, la France va a
64que l’on enseigne aux jeunes clercs : et c’est la volonté, consciente ou non, d’esquiver l’engagement pratique. [p. 37] Ce qu’o
65tés au chômage par la crise — plutôt que par leur volonté d’indépendance — dès qu’ils sont en assez grand nombre pour constitue
39 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
66st en lui, en lui est la puissance, en lui est la volonté de tout le peuple 26 . » C’est cette troisième faction qui a bénéfic
40 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
67ant que celui de ces hommes de bonne volonté sans volonté, se lançant, par amour d’une idée, dans des complots dont ils ignoren
68derrière lesquels on n’arrive pas à distinguer de volonté, de passion nette, d’idée maîtresse, que pourra-t-il résulter d’autre
69roupes. Il est temps de donner à ces troupes une volonté commune constructive, un programme qu’elles puissent opposer aux entr
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
70gnage : alliance de l’Éternel et témoignage de sa volonté. Dans l’Arche sont les tables de la loi. La Loi est la mesure sacrée.
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
71lus « exquis » et par suite inapte à traduire une volonté d’action bientôt jugée vulgaire. Nous décrirons plus loin l’aspect sp
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
72exaltation emphatique de ce qu’ils appellent la « volonté des hommes » 44 , mythe nietzschéen sournoisement introduit dans une
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
73is que l’on affirme en général, à côté d’elle, la volonté d’être une nation. Un Français qui proclame aujourd’hui, à grand écla
74e l’aspect politique et l’aspect économique d’une volonté tout à fait distincte du nationalisme et du socialisme. Volonté de fu
75 fait distincte du nationalisme et du socialisme. Volonté de fusion complète des actions et des idéaux particuliers en une unit
76rce et du rêve obscur des masses. [p. 107] ⁂ « La volonté et l’action d’Adolf Hitler ont amené le triomphe du Mouvement. C’est
77 que ces trois activités, commandées par la seule volonté de garder le pouvoir politique, ont marqué, dans toutes les révolutio
78 pas toujours la capacité d’admirer, mais pour la volonté, affirmée par l’État, de fonder une culture nouvelle et populaire. En
79 du Parti, qui selon la parole du Führer est « la volonté organisée de la nation ». Dans les deux régimes, on s’efforcera de dé
80est le porte-parole du peuple, l’interprète de sa volonté et du sens de son évolution. » (Voelkischer Beobachter, n° cité.) Rem
45 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
81’elle est consciemment anarchique, en vertu d’une volonté et d’un idéal déclarés. Le libéralisme n’a le droit de critiquer la d
82ctature et crime, discipline sociale et tyrannie, volonté de servir et trahison des clercs, etc., tout cela au nom d’une concep
46 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
83trice : réalité et vérité assumées dans une seule volonté. Il reste à remplacer chacun des termes abstraits de cette formule pa
84ommes pas, et qui nous est hostile, non point par volonté méchante, ni par avidité ou jalousie, ni par nature mais du seul fait
47 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
85 prononcer dès qu’elle flaire dans une formule la volonté de modifier les conditions de son repos. « Si c’est avec tes mains qu
86ent de confondre, ou tout au moins de marquer une volonté de confondre ce que des siècles de culture bourgeoise nous ont appris
87scription « pure et simple ». Pure, marque ici la volonté de ne pas juger, c’est-à-dire de ne pas s’engager ; simple, traduit l
88simple, traduit le ressentiment anti-poétique, la volonté de tout ramener à quelque chose d’homogène, de scientifique. « La men
89e l’inactualité de la pensée. Le second, c’est la volonté d’assurer l’homme contre les risques de la possession. a) C’est en v
90peur de la mort — le régime que dès maintenant la volonté blessée des hommes francs, par un acte, ici, que j’atteste, met en cr
48 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
91mettre sans cesse l’automatisme de la pensée à sa volonté créatrice, et à revendiquer âprement la primauté du risque sur la séc
92sons ici le principe d’une ascèse d’incarnation : volonté d’assumer dans une prise unique tout ce que notre péché sépare ; méfi
93tituer leur pouvoir, leur impatience propre, leur volonté d’incarnation ? On pourrait prévoir dans le détail une philologie et
94ions perpétuelles menacent de déprimer en nous la volonté d’incarnation, c’est-à-dire de transformation du monde. Ce sont le co
95créer, et finalement la dépasser. Pourtant, toute volonté d’incarner la pensée côtoiera ce double péril. C’est là sa dialectiqu
96imaginent le donné, l’état du langage banal, sans volonté de transformation ; tandis que les autres imaginent des métamorphoses
97 part, il opposera à l’évasion dans l’abstrait la volonté de s’ordonner à un but, et d’y soumettre ses moyens. Le style qu’il f
98assion de s’engager. Que chaque phrase indique la volonté d’atteindre un but, dont la nature commande le choix des mots, le ryt
99; Descartes, dont la limpidité naît d’une ardente volonté d’expliquer et de justifier son intuition, rien qu’elle, dégagée de t
100 porteurs de la conscience du but commun et de la volonté de le servir par leur pensée. Le plan précis du cadre matériel nouvea
49 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
101cifs imposés par la cour de Louis XIV). ⁂ La même volonté d’incarnation se manifeste dans l’allure de la phrase chez Ramuz. On
102r ; ou plutôt ils n’ont pas d’autre loi que cette volonté de plier l’attention aux phases d’un geste, d’une action ou d’une pen
103vision. Tout, par ailleurs, indique chez Ramuz la volonté de ne pas faire prendre une chose pour une autre, ni certain aspect c
104rect que possible avec l’objet ; elle est dans la volonté, dans l’amour, dans la création du contact avec l’objet. » Mais on pe
105e la personne dans la tension entre l’objet et la volonté formatrice. Rédemption [p. 167] par l’effort créateur… Autant de form
106à être présent »). Je vois ce grand exemple d’une volonté tendue vers l’origine d’où procèdent à la fois les lois d’un art, la
50 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
107exaltation emphatique de ce qu’ils appellent la « volonté des hommes » 57 , mythe nietzschéen sournoisement introduit dans une
108’elle est consciemment anarchique, en vertu d’une volonté et d’un idéal déclaré. Le libéralisme n’a le droit de critiquer la di
109 crime, discipline sociale [p. 261] et brutalité, volonté de servir et trahison des clercs, etc., tout cela au nom d’une concep
110trice : réalité et vérité assumées dans une seule volonté. Il reste à remplacer chacun des termes abstraits de cette formule pa
111ommes pas, et qui nous est hostile, non point par volonté méchante, ni par avidité ou jalousie, mais par nature, par le seul fa
51 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
112age malgré tant de prudences, persévérer dans une volonté révolutionnaire dont le marxisme s’est détourné parce qu’il a fait er
52 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
113 qui est de Dieu. Pour nous, ne connaissons de la volonté de Dieu que ce qu’il lui a plu de nous en révéler dans l’Écriture, et
114son Église pour être une fidèle interprète de ses volontés, et une sûre dispensatrice de ses sacrements ? » Décidément, nous som
115acte où elle demeure la « fidèle interprète » des volontés de Dieu. Mais c’est ici que Bossuet nous arrête : « Qu’entendez-vous,
53 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
116 pour n’avoir pas été soumises dès le début à une volonté perspicace et fanatique de libération, ne tardent pas à se retourner
54 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
117as vrai comporte en soi une division et divise la volonté qu’on met à le réaliser. [p. 975] Tel est le sujet de la Pureté du cœ
55 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
118e des hommes, par ce qui manifeste, justement, sa volonté de catholicité ! ⁂ Non qu’il soit « méconnu », bien sûr. Mais parmi t
56 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
119ées, ne se soucient pas forcément de la véritable volonté de la nation… Pour moi, ajoutait-il, je viens faire appel à vous tous
120 un dictateur, mais je suis le porte-parole d’une volonté nationale à laquelle j’obéirai toujours aveuglément. (« Je marche com
57 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
121ssant d’intellectuels proclamer avec émotion leur volonté de s’intéresser à la cité dont ils sont membres. Leur émotion est cel
58 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
122ous les efforts de la diplomatie française, et la volonté même de paix qu’affiche l’ancien combattant Adolf Hitler ne peuvent r
123a ne se justifie que par la guerre. Hors de toute volonté humaine, bonne ou mauvaise. Alors, qui osera dire qu’il est trop tard
59 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
124de dépendre entièrement de bonnes ou de mauvaises volontés lointaines, et du hasard, éveille par résonance un sentiment de liber
125our eux-mêmes sans doute. Et on dit le Peuple, la volonté du Peuple, — comme si on ne les avait jamais vus ! ou jamais aimés. L
126 ne nous rebattait les oreilles de phrases sur la volonté et la mission du peuple. On a beau se méfier des phrases, il faut se
127quelle angoisse d’infériorité se cache sous cette volonté de puissance ! La force est calme. Et il me plaît de croire qu’elle s
128nous devons quelque chose à ce monde, c’est notre volonté de le changer, de le connaître afin de le changer, de le connaître en
60 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
129es idées. Car les idées naissent simplement d’une volonté qui est en l’homme de chercher en toutes [p. 152] choses le vrai. Si
130 lois et aux pouvoirs qu’il aurait dû combattre. (Volonté et Pouvoir des masses, fatalités économiques, évolution de l’Histoire
131l’Homme ! Il est venu, il est venu le jour que la Volonté Populaire appelait de tous ses espoirs ! Mais que dis-je le jour ! C’
132our qui le souci de se montrer humain prime cette volonté de puissance et ce culte du jeune guerrier à quoi certains de nos voi
133 faut abandonner la croyance illusoire en quelque Volonté infaillible du Peuple. Ou mieux : présenter ce que l’on fait comme l’
134nter ce que l’on fait comme l’expression de cette Volonté. Aider le peuple sans demander son avis. Avec l’espoir qu’un jour ou
135urnaux, les orateurs et les affiches. Et c’est la volonté réelle des travailleurs, trahie par le langage politicien. La dictatu
61 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
136roire que « l’Éternel est vivant », croire que sa volonté, — qui a tout prévu, — peut aussi tout changer en un instant aux yeux
137yeuse à la fatalité inéluctable. C’est dans cette volonté de reconnaître notre totale irresponsabilité, qu’il croit trouver et
138lté fondamentale que posent les rapports de notre volonté et de l’éternité souveraine, demeure entière. La différence, c’est qu
62 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
139rançais qui demeurent les meilleurs garants de la volonté française de paix. — Le communisme est un moment de la France éternel
63 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
140roids. À part cela, il reste son exaltation de la volonté humaine, de [p. 314] l’athéisme et de la force, qui sont devenus les
141rre entière » et « portant la vie au comble de la volonté de puissance et de l’ironie ». Il me paraît que c’est bien à quoi dev
142s de revues sur Nietzsche : le Zarathoustra et la Volonté de Puissance 67 . Beaucoup mieux traduites que les œuvres précédemme
143rale la conception du « retour éternel » et de la volonté d’éternisation, qui est le véritable message « religieux » de Nietzsc
144e fatalisme mécanique par une glorification de la volonté humaine, qui doit vouloir son destin éternel et nécessaire… Enfin, de
64 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
145 lois et aux pouvoirs qu’il aurait dû combattre. (Volonté et pouvoir des masses, fatalités économiques, évolution de l’Histoire
65 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
146e « toutes les paroles soient sacrées », c’est la volonté [p. 481] proprement eschatologique des poètes chrétiens et des romant
147 chrétiens et des romantiques allemands, c’est la volonté de réintégration générale de la création dans son état d’innocence et
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
148 de l’esprit), mais sans nul doute aussi quelques volontés convergentes de construction, de reprise à pied d’œuvre ; un souci de
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
149 crispation de méfiance ou de timidité ; dans une volonté de synthèse, et non point dans la crainte perpétuelle de n’aboutir qu
68 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
150de dépendre entièrement de bonnes ou de mauvaises volontés lointaines, et du hasard, éveille par résonnance un sentiment de libe
69 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
151ymboles de l’injustice et du vol — animée par une volonté de retour à l’économique fut condamnée à l’échec dès le départ, du si
70 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
152voire dans la grossièreté des termes, que dans la volonté de pourchasser l’opposition vaincue jusque dans ses derniers retraits
153intenant il est disciple de Nicolaï Hartmann : la volonté, le réel, l’orgueil de l’homme… Le régime le dégoûte et le repousse.
71 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
154ppel irrationnel à de nouvelles raisons de vivre, volonté angoissée de croire à la première qui se présente — fût-elle aussi in
155de la nation, et au contenu de cette religion, la volonté collective de puissance ? [p. 73] Devant cette volonté religieuse, t
156é collective de puissance ? [p. 73] Devant cette volonté religieuse, toutes les résistances ont cédé. L’internationale ouvrièr
157e si bêtes. Mais ce qu’il faut voir, c’est que la volonté des hommes n’a jamais pesé si peu que dans les régimes totalitaires.
158ise sa force de cohésion. Quelle que soit donc la volonté consciente et avouée du Führer et du peuple, il n’y a pas de raison d
159décadent. Retrouver une foi qui ne soit pas cette volonté anxieuse de croire à la Nation… Le seul problème pratique, sérieux, u
72 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
160l’âme allemande dans l’esprit et selon la [p. 78] volonté du Führer… Le Führer au cours d’une séance spéciale, qui n’a pas duré
161ontes juifs, le dogme du péché originel (né de la volonté de domination mondiale des juifs) ; le dualisme de l’âme [p. 79] et d
162 un grand malade, de peur de lui ôter sa dernière volonté de vivre. Le peuple n’est pas encore mûr pour la nouvelle conception
73 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
163ées, ne se soucient pas forcément de la véritable volonté de la nation… Pour moi, ajoutait-il, je viens faire appel à vous tous
164ateur, mais je suis [p. 82] le porte-parole d’une volonté nationale à laquelle j’obéirai toujours aveuglément. Voilà ce que j’a
165uriez fort bien gouverner sans recourir à cette « volonté » organisée, et qui a commencé par suivre aveuglément vos ordres avan
74 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
166 Car les efforts de la diplomatie française et la volonté même de paix qu’affiche l’ancien-combattant Adolf Hitler ne peuvent r
167a ne se justifie que par la guerre. Hors de toute volonté humaine, bonne ou mauvaise. On me dira sans doute qu’il est trop tard
75 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
168rde une signification, représente bien plutôt une volonté de s’évader de l’ambiance sociale, et de souligner le caractère privé
169 problème devient insoluble dès que s’y ajoute la volonté moderne d’être le maître de son bonheur, ou ce qui revient peut-être
76 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
170est avant tout l’obéissance, et en second lieu la volonté de faire une œuvre. Car la fidélité n’est pas du tout une espèce de c
171fidélité de Tristan était un perpétuel refus, une volonté d’exclure et de nier la création dans sa diversité, d’empêcher le mon
172délité des époux est l’accueil de la créature, la volonté d’accepter l’autre tel qu’il est, dans son intime singularité. Insist
173r fidèle dans le mariage chrétien témoigne que la volonté de Dieu, même quand elle ruine notre bonheur, est salutaire. L’amour
174dans sa loi primitive, troublée par le péché ? La volonté chrétienne de transformer le pécheur dans son âme et dans sa conduite
175urs) du dynamisme européen, sont orientés par une volonté exactement contraire à celle de passion. Ce qui peut induire en erreu
176’homme : un microcosme. Tout ce qui détruit cette volonté centrale, ou en dévie, compromet la fidélité, et donne des chances no
77 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
177mme les résultantes de deux lâchetés, non de deux volontés. Or, quand le sens civique fléchit, c’est-à-dire quand chacun veut av
78 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
178 qu’il y avait là un fait nouveau, le signe d’une volonté d’hégémonie. C’était traduire en termes classiques la réalité pressen
79 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
179lan premier, dans sa prise sur le réel et dans sa volonté de le transformer, donc finalement de le dominer. S’engager, ce n’est
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
180e, ou mieux, une sorte de complicité les lie : la volonté que le roman continue, ou comme on dit, qu’il rebondisse. Supprimez c
181u comme on dit, qu’il rebondisse. Supprimez cette volonté, il n’y aura plus de vraisemblance qui tienne : c’est ce qui se passe
182taisies de l’auteur.) Supposez au contraire cette volonté toute pure, il n’y aura plus d’invraisemblance possible : c’est le ca
183 de quoi je me plains, car mon mal me vient de ma volonté ; c’est mon vouloir qui devient mon mal ; mais j’ai tant d’aise à vou
184a passion. Notons aussi qu’en cette extrémité, la volonté de se séparer revêt une valeur [p. 46] affective plus forte que la pa
185ssimulait une passion beaucoup plus terrible, une volonté profondément inavouable — et qui ne pouvait que se « trahir » par des
186. Au fond le plus secret de leur cœur, c’était la volonté de la mort, la passion active de la Nuit qui leur dictait ses décisio
187elle est la fin qu’ils se préparent de toute leur volonté profonde, et plus que profonde, abyssale. Qui donc oserait avouer qu’
188 c’est qu’ils avaient le gage, par la foi, qu’une Volonté toute personnelle et « lumineuse » se substituerait à la leur. Ce n’é
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
189ntre la diffusion de l’hérésie, sans parler de sa volonté de demeurer ésotérique. Quoi qu’il en soit, Chrétien de Troyes a nota
190e la catastrophe, tandis que de l’autre, c’est la volonté secrète, mais infaillible, des deux amants mystiques. Dans les légend
191irs vers un bonheur inaccessible, celui-là met sa volonté en guerre avec son désir. 90 (Encontre désir fait volier, dit le tex
192une force aveugle, étrangère aux personnes, d’une volonté de la Déesse Minne, reviviscence de la Grande Mère des plus vieilles
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
193es qu’entraîne la mortification des sens et de la volonté, mais l’âme souffre séparation et rejection, dans le temps même de la
194lui-même, la passion de la passion sans terme, la volonté de la mort sans retour. L’on s’aperçoit, à cette limite, que la proue
195fections humaines : attrait sexuel, faim et soif, volonté. Exaltation en termes humains de l’amour de Dieu. Ainsi se dessinent
196u’à la manière dont la tentation coexiste avec la volonté d’obéissance chez le croyant. Historiquement parlant, il est donc mal
197Et n’est-elle pas typique de toute passion, cette volonté de s’exprimer, de se décrire comme pour mieux jouir de soi-même ? Mai
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
198ché ou comment procède le péché. C’est lorsque la volonté humaine se sépare de Dieu pour être une volonté à soi, qu’elle suscit
199a volonté humaine se sépare de Dieu pour être une volonté à soi, qu’elle suscite sa propre ardeur et brûle de sa propre affecti
200ourmenté par la loi chrétienne — c’est la secrète volonté qui devait donner naissance au mythe. Mais la confusion de la foi, « 
201iétés » de l’amour, mais l’obstacle n’est plus la volonté de mort, si secrète et métaphysique dans Tristan : c’est simplement l
202’il me force : et quand j’aime, je veux Que de ma volonté dépendent tous mes vœux ; Que mon feu m’obéisse, au lieu de me contra
203’est là le Corneille classique, pensera-t-on : la volonté triomphant de la passion. Mais la suite de la comédie, même si nous i
204uses du mythe, nous ferait bien voir que la vraie volonté du personnage est exactement opposée à ces hautaines déclarations. « 
205 philtre » (ici métaphorique). Bien mieux ; cette volonté de liberté est devenue l’agent le plus efficace de la passion qu’elle
206 jour. Il fallait cette douloureuse poussée de la volonté de mort cherchant à se délivrer d’elle-même par l’impossible aveu, se
207plus que fortune et propriétés.) [p. 257] ⁂ Cette volonté de jouir du mythe mais sans le payer trop cher, on la voit s’exprimer
208urnoises avec l’instinct, qu’elle excitait par sa volonté même de le nier. L’ambiguïté du langage mystique de l’hérésie devait
84 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
209nt s’accumuler au sommet. Or il est clair que ces volontés de puissance affrontées — il y a déjà plusieurs États totalitaires —
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
210rde une signification, représente bien plutôt une volonté de s’évader de l’ambiance sociale et [p. 302] de souligner le caractè
211 problème devient insoluble dès que s’y ajoute la volonté moderne d’être le maître de son bonheur, ou ce qui revient peut-être
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
212à une Vérité que l’on croit, et en second lieu la volonté de faire une œuvre. Car la fidélité n’est pas du tout une espèce de c
213fidélité de Tristan était un perpétuel refus, une volonté d’exclure et de nier la création dans sa diversité, d’empêcher le mon
214délité des époux est l’accueil de la créature, la volonté d’accepter l’autre tel qu’il est, dans son intime singularité. Insist
215dans sa loi primitive, troublée par le péché ? La volonté chrétienne de transformer le pécheur dans son âme et dans sa conduite
216344] du dynamisme européen, sont orientés par une volonté exactement contraire à celle de la passion. Ce qui peut induire en er
217’homme : un microcosme. Tout ce qui détruit cette volonté centrale, ou en dévie, compromet la fidélité et donne des chances nou
87 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
218 que les époux sont tenus par devoir à toutes les volontés l’un de l’autre. Que ce jugement que nous prononçons avec une extrême
88 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
219 dictature qui s’affirmerait malgré elle, non par volonté mais par crainte, pour assurer le « salut » de nos libertés… Ils ont
89 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
220ureur titanique qui animait ces Renaissants, leur volonté de « singer Dieu », de recenser les objets et les formes, les rythmes
90 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
221munauté progressive n’eût pas suffi à éveiller la volonté de la réaliser et de la faire sortir de l’utopie. Il fallut qu’un fai
222fique libre. Tout cela relève d’une seule et même volonté : celle de profaner le sacré collectif et ses tabous, afin de s’affir
223hysiquement, mais du fait qu’il peut incarner une volonté particulière de Dieu. Et dès lors, cet homme n’a pas seulement le dro
91 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
224venant la maladie collectiviste. C’est dans cette volonté de recréer des groupes à la mesure de la personne, matériellement et
92 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
225 crispation de méfiance ou de timidité ; dans une volonté de synthèse, et non point dans la crainte perpétuelle de n’aboutir qu
93 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
226e pourquoi de notre défense, le pourquoi de notre volonté d’autonomie. Elles nous forcent, non sans brutalité, à dire enfin ce
94 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
227ême équilibre entre les conditions de fait et les volontés de l’esprit. C’est une interminable interaction de l’idéal et de la n
228Ligue, il trouvera tous les autres unis contre sa volonté d’hégémonie. Ainsi jusqu’à la fin du xve siècle. À ce moment, malgré
229issance ou tradition) mais encore et surtout, par volonté. Leur esprit, leur personne, retrouvent ainsi plusieurs grandes dimen
230n qu’ils aient ceci de commun : l’œcuménicité, la volonté de relativiser les frontières politiques. (Nul besoin d’abolir celles
95 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
231spective biblique, rapportant tout à Dieu et à sa volonté souveraine, nous permet de prendre une vue du Mal moins locale et plu
232ire ce qui n’est pas, et mentir par un acte de sa volonté réfléchie. Le minéral repose où il fut composé, la plante pousse où s
96 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
233e n’a jamais prétendu qu’il agissait par mauvaise volonté. Nous sommes tous, nos ennemis y compris, [p. 89] des « hommes de bon
234onduit son héros d’épreuves en surprises, par une volonté mystérieuse qui est celle du chef d’une société secrète. On veut amen
97 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
235qu’il a fallu pour polir un galet…) En vérité, la volonté, la création, le besoin d’écrire, simplement, coïncide en sa profonde
236 leurs vraies raisons, leurs complaisances, leurs volontés secrètes ? C’est l’alibi rêvé : « Je n’y étais pas, la fatalité seule
98 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
237e le Seigneur, l’Éternel : Parce que tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu, Voici, je ferai venir contre toi des étrange
238’Éternel : Parce que tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu, Voici, je ferai venir contre toi des étrangers, Les plus vio
239nés et révélés par Dieu comme étant l’ordre de sa Volonté. Toute ma confiance repose dans la certitude que nos méfaits et ceux
240, et par des mots qui mettent de l’ordre dans nos volontés égarées : tous les mots clairs sont des mots d’ordre. Or que voyons-
99 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
241 non pas sur les fatalités du passé, ouverte à la volonté d’un Dieu transcendant et non pas fermée sur les intérêts d’un groupe
100 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
242e n’a jamais prétendu qu’il agissait par mauvaise volonté. Nous sommes tous des « hommes de bonne volonté ». Pourtant voyez ce