1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1de « sincérité » interdit de commettre aucun acte volontaire et raisonné parce que ce serait fausser quelque chose ; à la merci de
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2onne de me voir donner ici la préférence à l’acte volontaire, ou mieux : intéressé, tandis qu’en littérature je défends l’acte gra
3ncérité les retient d’imposer aux héros ce rythme volontaire par lequel un Balzac les fait vivre. Ce serait fausser quelque chose
3 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
4-d’œuvre de réalisme stylisé. C’est d’un art très volontaire, qui connaît ses ressources et sait en user avec la sobriété qui prod
4 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5nd de l’âme allemande, qui la porte à la création volontaire, titanique, du réel. Son mensonge devient vérité dès qu’elle le veut
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
6tous les domaines de son activité une application volontaire et soutenue. Ce n’est donc pas l’aspect littéraire de leur expérience
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
7e leur être. Il faut derrière ces idées une masse volontaire, une pesante contrainte de foi, une pureté terrible et humble. Loin d
7 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
8étition. Qu’il y ait une virtu dans l’acceptation volontaire du conflit permanent ; qu’il y ait au contraire un principe de dégrad
8 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
9 efficace, ou mieux : d’une manière consciente et volontaire. Certes, il m’est arrivé de « sentir communiste ». Cela nous arrive à
9 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
10e leur être. Il faut derrière ces idées une masse volontaire, une pesante contrainte de foi, une pureté terrible et humble. Loin d
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
11rticipation de l’idéal évangélique de la pauvreté volontaire, c’est-à-dire de la notion de sacrifice, et, par ailleurs, qualité pr
11 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
12ait preuve dans tous ses jugements, l’atténuation volontaire des condamnations qu’il ne peut s’empêcher de porter parfois, tout ce
12 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
13tieux, tendre cette fois, d’un trait classique et volontaire. Je ne sais rien de plus émouvant que l’effort vers eux-mêmes, et l’u
13 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
14rs de la Passion française, la Bonne Nouvelle des Volontaires Nationaux, leur Œuvre enfin, leur Foi, est-ce que cette inflation typ
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
15mentales ou idéologiques, généreuses ou cyniques, volontaires ou touchantes, qui passionnèrent les débats de ces congrès, il se dég
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
16, faciles [p. 111] à reconnaître, en affirmations volontaires que l’on donnera pour bon argent alors qu’elles ne sont guère qu’une
16 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
17onde ; et celui-ci le leur rend bien. L’ignorance volontaire de cette situation est la seule garantie de ce qu’on nomme, par antip
17 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
18mentales ou idéologiques, généreuses ou cyniques, volontaires ou touchantes qui passionnèrent les débats de ces congrès, il se déga
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
19 d’échapper à la misère pour tomber dans l’ascèse volontaire ; ni d’échapper à la dispersion et à l’isolement pour tomber dans la
19 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
20aine, il se met à prêcher l’amor fati, l’adhésion volontaire et joyeuse à la fatalité inéluctable. C’est dans cette volonté de rec
20 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
21Fronte Popular apaise les activistes. Chiffre des volontaires enrôlés en France pour l’Espagne gouvernementale : novembre et décemb
22Führer sur le rendement du matériel allemand. Des volontaires [p. 43] anglais, qui ont enfin compris, se décident à s’enrôler. Enfi
23gouvernement français constate que le chiffre des volontaires engagés par les bureaux parisiens diminue très rapidement d’une semai
21 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
24 l’État retient 7 % de mon traitement comme « don volontaire » au WHW. Mon devoir est donc fait, si devoir il y a. Et au surplus,
22 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
25n victoire et une abdication forcée en abdication volontaire, il ait fallu si peu changer et si peu imaginer. Il faut vraiment que
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
26 de l’épée nue entre les corps. Mais une chasteté volontaire, c’est un suicide symbolique — (on voit ici le sens caché de l’épée).
27 Mort ! Mais vers une mort d’amour, vers une mort volontaire au terme d’une série d’épreuves dont Tristan sortira purifié ; vers u
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
28e ascension graduelle, par la mort progressive et volontaire que représente l’ascèse (aspect négatif de l’illumination), nous pouv
29onduira quelques-uns des « purs » jusqu’à la mort volontaire, mort par amour de Dieu, consommation du détachement suprême de toute
30 dont nous avons souligné jusqu’ici, non sans une volontaire partialité, l’un des aspects seulement, et le plus contesté. On a tro
31e cathare — c’est-à-dire aboutit à la double mort volontaire. 84 Ainsi s’explique par des raisons spirituelles la formation d’un
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
32re au détachement final et bienheureux, à la mort volontaire des « parfaits ». Cette pénitence a donc une signification toute diff
33lus facilement ils parviennent à la [p. 164] mort volontaire dans l’endura. Au contraire, les mystiques chrétiens voient dans les
34intime, mais humble à l’extrême, et en même temps volontaire et active comme le kantien « amour pratique ». C’est par ce trait, to
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
35esse de Clèves. La mort s’y atténue en séparation volontaire, et la chevalerie fait place à la vertu qui conclut en faveur du mond
36que l’amour d’un honnête homme doit être toujours volontaire ; qu’on ne doit jamais aimer en un point qu’on ne puisse n’aimer pas 
37 divine langueur… » 157 . L’exaltation de la mort volontaire, amoureuse et divinisante, voilà le thème religieux le plus profond d
27 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
38et de profondément démocratique dans l’effacement volontaire des plus grands Suisses de ces temps-là. Mais aujourd’hui, l’égalitar
28 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
39en doutons pas, d’accepter notre démission — soit volontaire, soit forcée. p. 173 34. Voir là-dessus les travaux du professe
29 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
40aine, il se met à prêcher l’amor fati, l’adhésion volontaire et joyeuse à la fatalité inéluctable. C’est dans cette volonté de rec
30 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
41ion d’un regard ferme et appuyé : œil de styliste volontaire, qui s’attache à l’architecture des solides, aux tons fondamentaux, a
42pect de « manifeste » qu’ont certaines pages trop volontaires de Ramuz, écrites en réaction contre le bon goût helvétique. Il est l
31 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
43uprès du chef de la police qui a demandé quelques volontaires. Il nous expose notre tâche : prendre le commandement des pelotons ch
32 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
44connaissance naît d’une perte, donc d’une dépense volontaire ou forcée, et la plus haute naît de la perte de soi-même, quand on ne
33 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
45des ?) Tout cela, au stade présent du moins, trop volontaire et rationnel pour que l’on soit en droit d’y voir une « révolte des i
34 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
46il ne l’est plus d’une manière agressive, ou même volontaire. L’action individuelle d’hommes politiques chrétiens, sensible dans p
35 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
47iens, premiers socialistes français, envoient des volontaires pour travailler au canal. « Suez est le centre de notre vie de travai
36 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
48de la Fondation, les raisons de leurs limitations volontaires, ainsi que la nature de leurs objectifs immédiats et à long terme. Pu
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
49la plus exacte, en Occident 94 . Enfin, l’abandon volontaire ou forcé des colonies européennes en Asie vient de supprimer la cause
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
50, s’abîmerait en extase, et garderait pourtant la volontaire conscience de son évanouissement ; ce serait comme un néant voluptueu
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
51iens croient encore aujourd’hui que la limitation volontaire des naissances est un péché. Mais à l’époque où fut donné ce commande
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
52vé par la raison ; et comment la société libre et volontaire qui unit tous les états européens, prenant la force et la solidité d’
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
53 sa patrie sur une oppression et une exploitation volontaire des autres États. C’est pourquoi les cosmopolites ne se laissent jama
42 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
54battants ainsi récupérés s’ajoutèrent bientôt des volontaires venus de Pologne et d’Amérique, puis l’armée du général Anders, rentr
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
55rétexte qu’elle impliquerait l’abandon préalable, volontaire, déclaré, et au surplus contraire à la Constitution, de leur sacro-sa
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
56r une espèce de yoga, d’entraînement des facultés volontaires, imaginatives, physiques et poétiques. [p. 256] Je proposais une ins
45 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
57nne à celle d’une inénarrable incorporation comme volontaire cycliste en culotte Saumur et casquette de yachting dans l’armée suis
58 de guerre, dès l’automne de 1914. Notre cycliste volontaire rappelé à Genève par Gustave Ador, président du CICR (69 ans, veston
59’Agence recevra 40 000 documents !) Plus de mille volontaires travaillent bientôt. Un jour on annonce à Chenevière et l’on pilote v
46 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
60on conserverait toute sa réalité, celle des liens volontaires entre les cantons, même s’il n’existait plus de frontière entre Genèv
47 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
61ntrigue des « barons félons » (son premier départ volontaire, en 1946). Certes, il est revenu à son appel, et c’est en 1958. « Mai
48 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
62hilosophiques ou anthropologiques d’une platitude volontaire mais non moins humiliante pour l’homme, la futurologie prétendue scie
63sa suprématie. Un régime fondé sur la coopération volontaire, qui aurait partagé équitablement les avantages et les responsabilité
49 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
64hilosophiques ou anthropologiques d’une platitude volontaire mais non moins humiliante pour l’homme, la futurologie prétendue scie
65sa suprématie. Un régime fondé sur la coopération volontaire, qui aurait partagé équitablement les avantages et les responsabilité
50 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
66 de la vie sociale De cette communauté consentie, volontaire — et non subie, comme l’était celle des liens du sang — le mariage es
51 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
67. Il a été proposé de diminuer de 15 %, par choix volontaire des citoyens, la consommation privée d’électricité, en instituant une
52 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
68et fondateur d’une organisation d’activistes, les Volontaires d’Europe, avec lesquels j’ai déjà eu quelques contacts. Idée générale