1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1 intérieur, s’il veut rester digne de son rôle et vraiment le coryphée d’une génération casquée. Feu consumateur de toute faible
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
2ologue (septembre 1929) j M. Valéry Larbaud est vraiment un étonnant esprit. Pour présenter au public français cette œuvre « d
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
3sses intellectuelles et morales du grand vaudois. Vraiment, tout ce qui semble viable et humain dans la critique moderne du roma
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
4sir se précisait en moi de commettre enfin l’acte vraiment indéfendable de tout point de vue… J’avais goûté à l’alcool singulièr
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
5aît encore ambiguë : on peut se demander s’il nie vraiment l’interaction de la vie et de l’art, ou s’il la condamne plutôt, à ca
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Notre inquiétude (avril 1927)
6eux mots : inquiétude ou foi. Dès lors sont-elles vraiment les deux termes d’un dilemme, l’une n’étant que le chemin qui mène à
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, La Mort difficile (mai 1927)
7té qui me paraît proprement inhumaine. Tout dire, vraiment ? C’est l’exigence d’une détresse cachée ; elle fait bientôt considér
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
8évoquer votre visage. Peut-être ne vous ai-je pas vraiment aimée, mais bien ce goût profond de ma destruction, [p. 72] ce rongem
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
9c une indignation où j’admire une pointe d’ironie vraiment supérieure. Car rien ne pouvait mieux exciter, signe d’aise extrême,
10révolution en fonction du capitalisme. Est-ce que vraiment vous ne pouvez vous libérer de cette manie française, la politique, e
11nscience de ruminants ou neurasthénie, est-ce que vraiment vous vous êtes tellement amusés avec vos chers principes. [p. 144] R
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conseils à la jeunesse (mai 1927)
12é d’un livre récent sur Aloysius Bertrand. Est-ce vraiment aux romantiques de 1830 que ces reproches s’adressent, ou bien plutôt
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
13ste franchement sa jeunesse. (« Vous vous souciez vraiment trop peu des conséquences de ce que vous écrivez ! ») [p. 257] En dé
12 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
14to pour admirer la nature entre 17 et 19 heures : vraiment, il ne lui manque plus rien — que l’envie. Mauvais travail. Il a perd
13 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
15t même un des très rares parmi les jeunes qui ait vraiment donné quelque chose. C’est pourquoi j’ai lu ce livre, malgré son prem
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
16à la barbarie ? » Si ce réflexe indique un mépris vraiment exagéré pour la jugeotte de l’adversaire ou s’il traduit simplement c
15 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
17s à étouffer toute spontanéité chez un peuple qui vraiment ne péchait point par l’excès de cette vertu. La discipline primaire f
16 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
18 des faits patents et simples ; il serait [p. 41] vraiment dommage de priver ces Messieurs d’une aubaine pour eux si rare. Un fa
17 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Souvenirs d’enfance et de jeunesse, par Philippe Godet (avril 1929)
19ve. Est-ce qu’en ce temps-là on ne se nourrissait vraiment que de petits mots d’esprit et de malices ? Noisettes et cornichons ?
18 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
20e n’y plus penser quelque temps… Car on ne trouve vraiment que ce qu’on a consenti de ne pas trouver sur l’heure. (En petit et i
214] La place Saint-Georges, à Bude, est une place vraiment royale. Vide, elle prend toute sa hauteur. Silencieuse, solennelle de
19 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
22non d’une momie bleuâtre, mais peut-on se reposer vraiment à cent à l’heure. Par-dessous le store, je voyais la lune faire des b
23es aussi, peut-être, la cherchent. Et qui sait si vraiment elle n’existe plus, l’Hermétique Société 18   de ceux qui ne désespè
20 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
24on de la grâce). Mais quoi ? Nous laisserons-nous vraiment « tenter » par cette erreur de Baring ? Cherchons plutôt le secret d’
21 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
25 Mais Kierkegaard reste soucieux : Mynster est-il vraiment de la lignée des Apôtres, se demande-t-il ? Les prêtres sont-ils, dan
22 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
26, nous souffle une voix émouvante, aux résonances vraiment altières, celle-là : la voix de Nietzsche. ⁂ Ici, nous changeons de m
23 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
27onclut que la profession de procureur devait être vraiment bien désagréable, puisqu’elle exigeait de celui qui s’y livrait de se
24 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
28a perdra, mais celui qui veut la perdre la rendra vraiment vivante », répète inlassablement M. Gide 25 . Seulement, celui qui, d
29 vie, et non pas pour Christ, mais pour la rendre vraiment vivante, celui-là ne fait qu’usurper la forme du sacrifice ; et c’est
30et la mesure de leur argumentation, par leur côté vraiment « non-prévenu », et puis, soudain, l’on s’impatiente d’être ramené sa
25 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
31aucune atteinte à la perspicacité parce qu’il est vraiment souverain. Peut-être faut-il reconnaître à ce seul philosophe le priv
26 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
32ieur Hoog, qui atteignent à une qualité d’émotion vraiment pure et insistante. Mais le mérite original et important d’un tel liv
27 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
33ssionnée de l’« impossible », — qui dans ce sens, vraiment, n’est pas un mot français. [p. 22] En ceci, le monde de l’Europe ce
28 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
34e, me dis-je bientôt. Car je professe qu’un désir vraiment pur parvient toujours à créer son objet, de même qu’atteignant un cer
35 pied. Vertige de te revoir, vertige de te perdre vraiment, parce que c’est toi, parce que c’est bien toi de nouveau qui m’appel
36avec un sourire d’opérette : « Les Messieurs sont vraiment gentils ! » Il n’y avait plus qu’à lui prendre chacun un bras, une fe
29 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
37r là muette, assez absente encore pour ressembler vraiment à son image. Je m’éloigne, je suis seul, comme ceux qui se souviennen
30 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
38e n’y plus penser quelque temps… Car on ne trouve vraiment que ce qu’on a consenti de ne pas trouver sur l’heure. En petit et in
39xis La place Saint-Georges, à Bude, est une place vraiment royale. Vide, elle prend toute sa hauteur. Silencieuse, solennelle de
40u nid de poète : car demeurer ici, c’est demeurer vraiment « en pleine nature », un peu au-dessus de la plaine, pas tout à fait
41non d’une momie bleuâtre, mais peut-on se reposer vraiment à 100 km à l’heure. Par-dessous le store, je voyais la lune faire des
42es aussi, peut-être, la cherchent. Et qui sait si vraiment elle n’existe plus, l’Hermétique Société 13 de ceux qui ne désespère
31 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
43in : « Ce piano dont il a cassé les cordes, c’est vraiment l’image de son âme ; j’ai voulu attirer là-dessus l’attention du méde
44 médiocre dont ils se sentent bénéficiaires. Ah ! vraiment les malins ! qui ont préféré faire tout de suite la bête : comme cela
32 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
45rès d’ici. Vont-elles sentir que je les regarde ? Vraiment la plus petite est jolie, très brune, avec un gros collier de verre b
46 que rythmait le train, est-ce qu’ils font encore vraiment mal ? 24 avril 1929 Les habitants de la maison me paraissent peu no
47 trois heures de tennis chaque après-midi) — cure vraiment : il s’agit de dissoudre ces angles droits, ces symétries minérales q
48us sommes regardés sans fin. (Ah ! comment dire ! Vraiment ce fut cette nuit.) Un vent léger écartait une branche et la [p. 157]
49t la retiennent, la captivent. Fin juillet 1929 Vraiment la rapidité ne saurait être le fait d’un esprit incarné, mais seuleme
50leurs vêtements et leur casquette, me prouver que vraiment je n’aurais pas d’envie… Nouvel arrêt. Mais cette fois c’est une fée
51qu’en pensée nous tenions pour nulles. Si j’étais vraiment libre, j’aurais fait place aux deux ouvrières laides, sans méfiance,
52n à la jeune fille, sans fausse honte. Si j’étais vraiment libre, je lui parlerais très doucement… La fumée des cigares lui fait
33 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
53ne et Jean Schlumberger. — Écrivains protestants, vraiment ?… Ou bien, protestants qui écrivent ? — Mais voyons d’abord les œuvr
54 protestante ou catholique, que d’une inspiration vraiment chrétienne. Car c’est à juste titre, croyons-nous, qu’on put écrire d
34 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
55demande à M. Nizan si son appel à une philosophie vraiment humaine, dont les pensées concernent chaque homme dans chaque situati
35 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
56 renoncement et à l’action. Le second Rimbaud est vraiment le même que le premier, dans une phase plus « réalisée ». L’homme mod
36 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
57 Sonnette. — Lord Artur, vous m’amusez beaucoup. Vraiment vous devez être jaloux ce soir. Quand vous cédez à votre manie de rem
37 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
58 solutions, — il y a des ordres 1. Celui qui veut vraiment agir ne demande pas d’abord un programme, mais d’abord une force. On
59 : « Non, je n’ai pas la foi ! » et alors [p. 40] vraiment prier de toute sa pauvreté, plutôt que de dire, comme certains : « J’
38 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
60mulée dans ce passage de Barth : « Que Dieu (mais vraiment Dieu) devienne homme (mais vraiment homme !) c’est ce qui est affirmé
61ue Dieu (mais vraiment Dieu) devienne homme (mais vraiment homme !) c’est ce qui est affirmé ici et qui ici devient la vérité vi
39 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
62faudrait auparavant qu’il ait pris une conscience vraiment révolutionnaire de son vice interne, vice qui affecte dès l’origine s
40 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
63 vraie serait celle dont tous les moyens seraient vraiment ordonnés au vrai but assigné à la vie de l’homme. Le souci des moyens
41 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
64qu’on nous parle du « désarroi actuel ». Croit-on vraiment que tout cela soit si nouveau ? Croit-on vraiment que, jusqu’à ces de
65vraiment que tout cela soit si nouveau ? Croit-on vraiment que, jusqu’à ces dernières années, la civilisation de l’Occident ait
66 les rapports normaux entre les hommes ? Croit-on vraiment que le « désarroi » soit seulement « actuel », et ne veut-on parler d
42 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
67hrétienne. À l’origine permanente de toute action vraiment évangélique, il n’y a pas une sage volonté de réforme, mais une révol
43 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
68oire nécessaire : elle a des points d’application vraiment vitaux. Rien de pareil dans le cas du fascisme. Malgré certaines appa
44 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
69qu’il s’agisse encore, chez elles, d’un spirituel vraiment vivant. Le spirituel dont je me réclame a sa réalité dans l’ordre éva
70finie et qui s’évanouit aussitôt qu’on l’atteint. Vraiment, notre époque vit sur des données fragiles, éthérées ! La carotte qu’
45 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
71sion commune — des mots d’ordre — et une finalité vraiment nouvelle. C’est la doctrine qui crée, avec des révoltes confuses, une
46 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
72tôt pour de dangereux individualistes. C’est donc vraiment de nos affaires qu’il s’agit dans cette discussion. Nous y avons notr
73ns nos démocraties individualistes en démocraties vraiment personnalistes. Et surtout, n’oublions jamais que l’ennemi qui se dre
47 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
74faudrait auparavant qu’il ait pris une conscience vraiment révolutionnaire de son vice interne, vice qui affecte dès l’origine s
48 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
75 dans ces deux groupes de jeunes quelque chose de vraiment nouveau, quelque chose d’irréductible aux vieilles distinctions famil
49 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
76qu’on nous parle du « désarroi actuel ». Croit-on vraiment que tout cela soit si nouveau ? Croit-on vraiment que, jusqu’à ces de
77vraiment que tout cela soit si nouveau ? Croit-on vraiment que, jusqu’à ces dernières années, la civilisation de l’Occident ait
78 les rapports normaux entre les hommes ? Croit-on vraiment que le « désarroi » soit seulement « actuel » et ne veut-on parler de
50 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
79’exemple d’une « présence » et d’une « fidélité » vraiment chrétienne. « Philosopher, c’est apprendre à mourir », disait le tris
51 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
80n redoute plus qu’on ne les aime… Si l’on voulait vraiment un champion de l’esprit, on ferait bien d’aller le prendre parmi ceux
81sont-ils des faux dieux pour nous ? Appelons-nous vraiment l’esprit ? Mais non, nous appelons le « règne de l’esprit », c’est bi
82rticipe encore de la dégradation. « Une objection vraiment méchante s’arcboute toujours contre ce qui la suscite. 58  » Et celui
83est le seul fondement pratique d’une collectivité vraiment vivante. Cependant, il vaut mieux se garder d’insister sur un tel rét
52 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
84par les partis et par le cinéma. Mais croyez-vous vraiment que mon bagnolard, mon lecteur enthousiaste de Clochemerle, grand rom
53 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
85dification sensible. Les objets matériels ne sont vraiment objets que si la connaissance d’un homme les saisit. La connaissance
86la manière dont l’entendement le prévoit. Peut-on vraiment faire plus ? L’événement seul a la vertu de concrétiser le concret, e
87 temps, par le moyen de l’homme, si l’homme n’est vraiment homme que dans l’acte qui fonde sa qualité incomparable de sujet ; si
54 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
88nnaître le sérieux réel de ce jeu ? Et qu’il y va vraiment de tout, c’est-à-dire d’un peu plus que de la plus profonde révolte.
55 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
89ur des choses, elle est sans prise. Elle ne règne vraiment que sur ses propres créatures. Alors il faut refaire un monde. L’arbr
56 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
90ans l’immanence. La foi chrétienne dépasse-t-elle vraiment l’homme ? N’est-elle pas bien plutôt ce qui le juge et en même temps
57 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
91toral, mais qui empêtrent tout élan vers un ordre vraiment nouveau. C’est un effort doctrinal qu’il faudrait, — celui-là même qu
58 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
92 Rien de grand, dans l’ordre humain, ne peut être vraiment dangereux pour un chrétien qui sait en qui il croit. Et pour les autr
59 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
93ns son progrès strictement mesuré, la phrase ici, vraiment, réfléchit sous nos yeux. Ce n’est pas du récit. C’est une espèce de
60 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
94 prochain, de parler de nouveau de patrie. Il y a vraiment du nouveau dans cette œuvre, et c’est à nous plus qu’à quiconque qu’i
61 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
95cret de l’humble bon sens cartésien. » Étiez-vous vraiment « cartésien » en ce temps-là, cher Monsieur Nicodème ? Ou bien l’êtes
96 Nicodème. — Comme c’est bien dit ! Ce M. Monod a vraiment le don de la formule. Et quelle charité dans tout ce qu’il écrit ! P
97ai pas fait cette expérience qu’ils exigent — oui vraiment on dirait que c’est eux qui l’exigent ! — mais j’ai fait l’expérience
98me qui ne veut pas mourir”, c’est exactement ça ! Vraiment, c’est excellent ! » À ce coup, je sentis le rouge me monter au front
99ais vous, avez-vous donc dépassé cette angoisse ? Vraiment, l’avez-vous surmontée ? Quelquefois, lorsque je vous entends, il me
62 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
100tion est alors de savoir s’il existe une mystique vraiment chrétienne, une mystique qui ne soit pas cette « transgression » et c
63 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
101ne qui préside à la Révocation de l’Édit est-elle vraiment une doctrine opposée à celle qui préside à sa promulgation ? I On sa
64 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
102sition de sa Majesté le Radicalisme et deviennent vraiment les deux pôles de la nouvelle vie politique. La carte des partis parl
103est-ce que cette inflation typographique dispense vraiment un chef d’énoncer un programme cohérent ? Sont-ce tous ces grands mot
104s n’oserait pas même imaginer. C’est un spectacle vraiment consternant que celui de ces hommes de bonne volonté sans volonté, se
105ne s’est encore préoccupé de ce problème tactique vraiment crucial, en dehors de L’Ordre nouveau. 5. — Les faits travaillent p
65 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
106otre paix soit encore une guerre ? Ne pouvez-vous vraiment enthousiasmer vos concitoyens qu’en les appelant à la guerre, même si
107 avons besoin de sentir devant nous un adversaire vraiment dangereux, il nous faut cela pour provoquer le déploiement de toutes
66 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
108ns cesse oubliées de nos jours, je ne les ai vues vraiment vécues chez nous que par cet homme solide et fin, passionné et précis
109i vagues qui peuplent une âme d’unioniste romand. Vraiment, le souvenir d’une influence et d’une présence aussi directes et esse
67 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
110 précis, il est prudent de se demander d’abord si vraiment ce problème se pose — ou si l’auteur tout simplement s’est amusé à le
111ue qui nous commande — tant qu’elle nous commande vraiment. Mais autre chose est de poser des questions au sein d’un ordre solid
68 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
112listes comme un manque de goût démagogique, n’est vraiment pas une invention socialiste. Ce n’est que la réplique prolétarienne
113tre posée : l’éthique des maîtres oisifs est-elle vraiment la négation de l’éthique des travailleurs, qui les a enrichis ? Serai
69 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
114ncipe régulateur, pour autant que ce principe est vraiment immanent à tout progrès normal de la culture, dont il est seul à gara
115rces tarissent bientôt. On voit aussi qu’il n’y a vraiment culture que là où règne une mesure commune. Car sans mesure il n’est
70 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
116tation. Les « signes » latins, selon lui, ne sont vraiment la mesure commune qu’en tant qu’ils vivent dans les divers idiomes vu
71 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
117s un sens auquel on puisse se référer et qui fixe vraiment l’usage : un sens commun. La plupart des débats qui nous occupent, q
72 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
118crifiés, de gré ou de force ? Les sauveront-elles vraiment de leur angoisse, ou bien empêcheront-elles seulement cette angoisse
73 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
119criminels, du nôtre. 2° Mais le Plan possède-t-il vraiment cette actualité intrinsèque, cette puissance animatrice qui doit être
120s par le Plan à la création artistique sont-elles vraiment des disciplines fécondes, ou au contraire, des conformismes et des po
74 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
121partielle a peu de chances de créer une communion vraiment vivante. En fait, elle n’y réussit pas. Le schématisme de la propagan
75 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
122on, d’incertitude, qui le rend impropre à unifier vraiment nos vies. Je vois bien dix définitions de l’Homme nouveau : cet idéal
123aine, affirmée par cet acte même. Il n’est de fin vraiment unique — et par conséquent unifiante — que dans la vérité dernière de
124ais, d’autre part, cette vérité dernière n’existe vraiment qu’au lieu et à l’instant précis où je lui obéis en fait. L’acte de f
76 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
125e 67 . Et l’on peut se demander parfois s’il faut vraiment souhaiter qu’il se répande et se vulgarise rapidement. Avant de donne
77 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
126ues contre Marx — manifestent la seule opposition vraiment irréductible qui ait divisé le xixe siècle. Tous les autres débats d
127un Messie ; de la liberté comme si on la désirait vraiment ; d’une dictature étrangère comme d’un paradis ou d’un enfer. Mais :
128 donc discontinu : nous ne sommes que par instant vraiment humains. Et nous avons à conquérir sans cesse le propre, le concret,
129 vrai moteur de la pensée. Pour l’homme créateur, vraiment humain, et que j’appelle la personne, penser ce sera toujours tendre
78 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
130ent bien qu’on est (car rien autour de nous n’est vraiment éclos, vraiment abouti ; aucune musique n’est parfaite, aucun livre n
131st (car rien autour de nous n’est vraiment éclos, vraiment abouti ; aucune musique n’est parfaite, aucun livre n’est parfait, au
79 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
132criminels, du nôtre. 2) Mais le Plan possède-t-il vraiment cette actualité intrinsèque, cette puissance animatrice qui doit être
133s par le Plan à la création artistique sont-elles vraiment des disciplines fécondes, ou au contraire, des conformismes et des po
134e peut pas réussir à créer [p. 262] une communion vraiment vivante. En fait, elle n’y réussit pas. Le schématisme de la propagan
80 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
135symptômes imperceptibles. On n’a qu’à se baisser, vraiment. Des éditeurs lancent chaque automne leur douzaine de nouveaux romanc
81 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
136eur susceptible et réactionnaire. Si l’on accepte vraiment le marxisme, pourquoi s’indigner d’une tactique qui paraît seule capa
82 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
137el doit se rapporter sans cesse toute prédication vraiment fidèle. Cette méconnaissance profonde de la Réforme est la rançon fat
138lation évangélique éclairée par l’Esprit est-elle vraiment suffisante ? Ne faut-il pas la compléter, la garantir, contre nos fai
83 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
139 lui, le désespoir est le péché, la seule maladie vraiment mortelle, dont la foi seule, non la vertu, peut nous guérir. Quant à
140a mort du Christ, homme et Dieu, car lui seul eut vraiment « le droit de mourir pour la vérité », étant lui-même la vérité. C’es
84 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
141éation vers son achèvement intelligible, c’est là vraiment « poétiser », collaborer à l’ouvrage de Dieu, et recréer la catholici
85 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
142ies, sur un plan qui n’est pas celui des intérêts vraiment humains, ni surtout de l’intelligence, mais bien des passions égoïste
86 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
143omnie en service commandé, et dans un conformisme vraiment stalinien. L’auteur englobe le personnalisme dans ce qu’il nomme, ave
87 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
144r, des planchers rudes. Décor candide et gai, oui vraiment plus gai qu’ascétique. Dans le chai, à la porte un peu trop basse, rè
145que je ne puis pas les persuader que je travaille vraiment en écrivant, cela met entre nous une barrière sentimentale, une gêne
146 inquiétudes dont ils n’ont même pas l’air d’être vraiment inquiets, des indiscrétions gênantes et dont on ne sait trop que fair
147érielle. Mais cette révolution ne sera durable et vraiment novatrice que si elle s’accompagne d’une révolution morale chez les b
148vante de l’avoir, on ne l’a plus. Et quand on l’a vraiment, il est probable qu’on l’ignore. (Ne disons rien des hypocrites et de
149énergie ou d’invention qui, s’ils les possédaient vraiment, feraient de leurs détenteurs non point des écrivains mais des Don Ju
150urer. Plusieurs voulurent savoir si cela marchait vraiment là-bas aussi bien que j’avais pu le laisser croire ; si ce n’était pa
151 qui les « soucie », amuse, occupe, ou intéresse. Vraiment non, ce chapitre sur « l’origine rationaliste de la scission entre la
152s et mis une note au bas de la page. Il me semble vraiment que cela se tient. Il me semble aussi que c’est concret. Je me dis qu
153l’homme éprouve pour ses victimes : « Je regrette vraiment [p. 117] beaucoup, mais il faut que je vous mange. Dure nécessité, et
88 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
154s-nous de l’intellectualisme ! » Est-ce qu’il y a vraiment lieu de se plaindre de ce que les hommes modernes aient trop d’idées 
155par les partis et par le cinéma. Mais croyez-vous vraiment que mon bagnolard, mon lecteur enthousiaste de Clochemerle, grand rom
156istoire de notre département ». La discussion n’a vraiment démarré que lorsqu’on [p. 166] s’est mis à parler d’autre chose que d
157eule conscience de cette bourgade léthargique, si vraiment la conscience naît de la mort de son objet, ou tout au moins de quelq
158ont chez les Gentils. Pourquoi ne l’ai-je compris vraiment qu’à la faveur de ce chômage ? C’est qu’il m’a fallu m’éloigner de ce
159re esprit critique. Il y a des jours où tout, oui vraiment tout, les rues, les gens, les PTT, les magasins et les journaux, nous
160tel inflexible sens critique, qu’elle en devienne vraiment insupportable, et que rien ne puisse plus l’apaiser — pas même les né
161lle a vu le pigeon et m’a appelé. — Il [p. 190] a vraiment l’air de vouloir dire quelque chose ! Il est tourné du côté de la pla
162s les opprimait — est justement l’état de l’homme vraiment homme, et le signe d’une accession à la condition générale ! Avouer s
163ar le biais de leur singularité même, qu’on entre vraiment en contact. Ce public-là est relativement restreint. Mais d’autre par
164ouer une comédie de sympathie, d’autant qu’il n’a vraiment pas l’air trop affecté par la perte de cette belle-mère (sauf que les
165rmal — mettons deux à trois heures de marche — et vraiment il n’y a guère à signaler. Sinon peut-être les maisons vides. Il faut
89 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
166nial, la violence loyale d’une certitude pesante, vraiment « grave », d’une dialectique sobre et têtue, qui va droit au point dé
167 pour agir. L. — Mais qu’est-ce qu’agir ? Est-ce vraiment toi qui agis ? Ou n’es-tu pas toi-même agi par de puissantes forces s
168ieu te rejetant vers le néant, en sorte que Dieu, vraiment, n’existe plus pour toi ? Fermer les yeux sur une réalité, ce n’est p
169r si ceux qui refusent le christianisme échappent vraiment à la difficulté ; ou si, au contraire, ils ne la retrouvent pas, mais
90 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
170ent peu de doutes sur la signification orthodoxe, vraiment « dialectique », que l’on donne, chez les communistes, à l’expression
91 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
171ailler, elle a vu le pigeon et m’a appelé. — Il a vraiment l’air de vouloir dire quelque chose ! Il est tourné du côté de la pla
172s les opprimait — est justement l’état de l’homme vraiment homme, et le signe d’une accession à la condition générale ! Avouer s
173ar le biais de leur singularité même, qu’on entre vraiment en contact. Ce public-là est relativement restreint. Mais d’autre par
174ouer une comédie de sympathie, d’autant qu’il n’a vraiment pas l’air trop affecté par la perte de cette belle-mère (sauf que les
175rmal — mettons deux à trois heures de marche — et vraiment il n’y a guère à signaler. Sinon peut-être les maisons vides. Il faut
92 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
176antage qu’une garantie d’économie : une existence vraiment autonome. Le budget de la défense nationale dans un pays dont la vrai
93 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
177r, des planchers rudes. Décor candide et gai, oui vraiment plus gai qu’ascétique. Dans le chai, à la porte un peu trop basse, rè
178que je ne puis pas les persuader que je travaille vraiment en écrivant, cela met entre nous une barrière [p. 72] sentimentale, u
179 qui les « soucie », amuse, occupe, ou intéresse. Vraiment non, ce chapitre sur « l’origine rationaliste de la scission entre la
180s et mis une note au bas de la page. Il me semble vraiment que cela se tient. Il me semble aussi que c’est concret. Je me dis qu
181l’homme éprouve pour ses victimes : « Je regrette vraiment beaucoup, mais il faut que je vous mange. Dure nécessité, et croyez q
94 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
182 ou en voie de création. En effet, le donné n’est vraiment tel que dans la mesure où il est donné à une conscience personnelle.
95 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
183u’un juif, cultivé, libéral et bourgeois, ne peut vraiment concevoir l’hitlérisme qu’en tant qu’absurdité totale. Ce n’est pas l
184otre paix soit encore une guerre ? Ne pouvez-vous vraiment enthousiasmer vos concitoyens qu’en les appelant à la guerre, même si
185 avons besoin de sentir devant nous un adversaire vraiment dangereux, il nous faut cela pour provoquer le déploiement de toutes
186 peut pas l’imaginer d’avance, ni même le désirer vraiment, mais on s’y trouve jeté par force, malgré soi, et c’est cela justeme
187ste. Et il se peut que les chefs nazis le croient vraiment 17 . (De même qu’ils croient qu’en enfermant Niemöller ils abattront
188cun mal qui se fait dans notre monde. S’il existe vraiment un réalisme à peu près digne de ce nom, c’est bien celui qui consiste
96 1938, La Vie protestante, articles (1938–1961). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
189ue vous ferez contre elle, au nom du Christ, sera vraiment une guerre sainte. Trois fois déjà, depuis vingt ans, on nous a sommé
190 toute la presse qu’il possède en Europe, le fait vraiment au nom de l’Évangile ? Et je me demande si cet ordre établi que l’on
191 éléments le chômage et la prostitution, se fonde vraiment sur l’Évangile ? Quand on me dit que les rouges d’Espagne brûlent les
192 qui sont le Duce et le Führer, ne le soutiennent vraiment qu’au nom du Christ ? Pourquoi donc ces dictateurs iraient-ils protég
193i la campagne en faveur du « réarmement » résulte vraiment et d’abord d’un sursaut de la conscience chrétienne ? Où peut aller c
97 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
194ie, et voilà la seule preuve que je vous aime ». (Vraiment, pour dire : Ce n’est que cela ! — comme le diront beaucoup de jeunes
195e, étrangère, d’une vie totale dont il n’a désiré vraiment qu’un illusoire ou fugitif aspect, projeté peut-être par [p. 247] sa
196orte où, l’amour est lent et difficile, il engage vraiment toute une vie, et il n’exige pas moins que cet engagement pour révéle
197. Pourquoi chercher ailleurs que dans la vocation vraiment unique du Solitaire, le secret de son échec humain ? D’autres reçoive
98 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
198 fallu si peu changer et si peu imaginer. Il faut vraiment que dans l’histoire des hommes les faits interviennent moins qu’on ne
199iennent moins qu’on ne croit communément. Il faut vraiment que d’autres facteurs prédominent, facteurs moraux et psychiques. » C
99 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
200, dans une telle « mystification » que nous ayons vraiment oublié ce malheur ? Ou faut-il croire qu’en secret nous préférons ce
201i la ruine au cœur même de nos ambitions ? Est-ce vraiment, comme beaucoup le pensent, la conception dite « chrétienne » du mari
202u’ils l’exercent contre eux-mêmes ? Et ne peut-on vraiment livrer bataille qu’à l’adversaire qu’on porte en soi ? J’avoue que j’
203satisfaction » de l’amour. « Il ne sait de donnoi vraiment rien, celui qui désire l’entière possession de sa [p. 36] dame. Cela
204 renversement de la dialectique passion-obstacle. Vraiment ce n’est plus l’obstacle qui est au service de la passion fatale, mai
205stres, sa naissance, mais la musique est savante, vraiment, et elle nous chante immensément le beau secret : c’est lui qui a vou
100 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
206mme. En la personne de Jésus-Christ, les ténèbres vraiment ont « reçu » la lumière. Et tout homme né de femme qui croit cela, re
207obscurcissement de l’Être unique. Comment l’aimer vraiment, tel qu’il était ? Le salut n’étant qu’au-delà, l’homme religieux se
208u Christ pour son Église (Éph., 5, 25), peut être vraiment réciproque. Car il aime l’autre tel qu’il est — au lieu d’aimer l’idé
209 à celui des Gnostiques et de Manès, ne s’est pas vraiment incarné : il n’a pris que l’apparence d’un homme. C’est ici la grande
210, je me plains, je soupire et je languis. Est-il vraiment possible, se demande le lecteur, d’imaginer que Peire Vidal soit autr
211in, ces potins de milieu littéraire… S’agirait-il vraiment de « pures coïncidences » ? Ce doute et cette question renaissent à l
212arnel est si vive et parfois si brutale qu’il est vraiment impossible de se tromper sur la nature de leurs aspirations. » Si c’e