1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
1d’un aimable anachronisme. Outre qu’elle abuse de Corneille, elle paraît ignorer l’un de ces faits dont l’envergure échappe souve
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
2e à la vertu qui conclut en faveur du monde… 9. Corneille, ou le mythe combattu C’est dans le théâtre classique — donc au cœur
3 ami Cléandre. D’où l’on conclut généralement que Corneille est le premier auteur qui ait voulu soumettre la passion à la raison,
4 mon gré l’enflammer, et l’éteindre… C’est là le Corneille classique, pensera-t-on : la volonté triomphant de la passion. Mais l
5, destiné à persuader le lecteur, ou Cléandre, ou Corneille lui-même, que c’est la liberté qui est désirée, alors que c’est évide
6issant »… On s’y trompe aisément, répétons-le. Et Corneille a tout fait pour cela. Dans la dédicace de sa pièce, il s’adresse en
7t en effet couronnés de succès au cinquième acte. Corneille l’avoue plus tard, tout en feignant de s’en étonner, comme il se doit
8s-ci. Mais dans le plan purement psychologique où Corneille se place, le sens du mythe qui gouverne cette action ne peut que lui
9s, c’est une passion inavouable. L’originalité de Corneille demeure d’avoir voulu combattre et nier cette passion dont il vivait,
10e déchaîné L’opposition classique de Racine et de Corneille se réduit à ceci, touchant le mythe : Racine part du philtre comme d’
11 tout entière à sa proie attachée », — tandis que Corneille ne veut y voir qu’ « une tyrannie dont il faut secouer le joug ». D’o
12mer. (I,1.) Ce n’est pas ce ciel-là qu’eût adoré Corneille ! Ni ces dieux que l’on dupe, et sur qui l’on rejette la faute : Les
13u jour intolérable… 12. Éclipse du mythe Malgré Corneille, malgré Racine jusqu’à Phèdre, la fin du xviie siècle français souff
3 1948, Suite neuchâteloise. IV
14omate et historien, une alliance avec la fille de Corneille, et plus haut, dès le xiie siècle, de fréquents donateurs à l’Abbaye
15galité… Et pourtant si le « grand Ostervald », si Corneille, si la Trappe sont bien loin — et ils le sont — que dire du Singe ? J
4 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Au défi de l’Europe, la Suisse (31 juillet-1er août 1971)
16qu’un… » disait Victor Hugo, reprenant un vers de Corneille. p. 1 al. « Au défi de l’Europe, la Suisse », Gazette de Laus