1 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
1e Jean Huss : ce que voyant, le martyr prononça : O sancta simplicitas ! Oui, réellement, il faut une sainte simplicité p
2 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
2 plein soleil, et regardait au hasard devant lui. O abîme ! les Alpes étaient le spectacle, le spectateur était un crétin
3 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
3vons l’imaginer d’un large fleuve d’or fondu »… O da quod jubes, domine ! 37 [p. 215] 66. Le Bleu du Ciel Ecce,
4 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
4 aussi que nul ne veuille l’être. » [p. 70] 7 « Sancta simplicitas » Sancta simplicitas ! prononce le martyr Jean Huss, tan
5lle l’être. » [p. 70] 7 « Sancta simplicitas » Sancta simplicitas ! prononce le martyr Jean Huss, tandis qu’il voit du haut
5 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
6lus connus ; sans oublier la fameuse « Histoire d’O », les essais de George Bataille et de P. Klossowski pour les initiés
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
7 de l’Empereur était brodée cette inscription : O decus Europæ Cæsar Heinrice beate — Annuat imperii tibi rex qui régnâ
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
8e de dépasser le détroit de Gibraltar : [p. 366] O frati… Considerate la vostra semenza : fatti non foste a viver come b
8 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
9 trou en terre comme un cochon dans son fumier !… O toi mon doux petit faiseur de rimes, je te tire une crotte sur le nez
9 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
10l’allégeance du chevalier désormais serviteur. (« O belle, ô aimable Sagesse… ah ! puisse mon âme recevoir de Vous l’anne