1 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
1sez n’est encore qu’un petit monsieur, un premier avant-coureur de l’Antéchrist. Et la lutte qu’il mène contre les Églises et le mond
2 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
2a Suisse est-elle une survivance ou bien le signe avant-coureur d’un avenir possible de l’Europe ? Tout au long de l’ouvrage exemplai
3 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
3tique accumule les échecs et multiplie les signes avant-coureurs d’une désintégration fatale. Après avoir craché sur la tombe de Stali
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
4de la Deuxième Guerre — ne serait-il pas le signe avant-coureur d’une renaissance ? [p. 326] José Ortega y Gasset (1883-1955), dans
5 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
5rdi, commence à se manifester par quelques signes avant-coureurs ? — C’est tout à fait possible. Ici s’est terminé notre entretien, ic
6 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
6 Suisse est-elle une survivance, ou bien le signe avant-coureur d’un avenir possible de l’Europe ? Tout au long de l’ouvrage exemplai
7 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
7l’imposer à sa manière). Ce ne sont là que signes avant-coureurs d’un phénomène beaucoup plus ample et plus profond. Théoriciens et pr