1 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
1is que nos voisins appellent encore parfois « les Bourguignons » —, quant à ces vieilles gens qui ont pu s’initier, au cours de séjo
2 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
2ttaqué les Picards, les Lorrains ont repoussé les Bourguignons. Vous aurez bien encore des différends à régler, des intérêts à débat
3 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
3ropéens ont mieux aimé jouer aux Armagnacs et aux Bourguignons que de prendre sur la terre le grand rôle que les Romains surent pren
4 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
4 sont aussi différents les uns des autres que les Bourguignons des Rhénans, voire les [p. 122] Suédois des Italiens. Un paysan jodle
5 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
5 (picard, normand, champenois, francien, lorrain, bourguignon) ; langue d’oc des contrées méridionales (gascon, occitan, limousin,