1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
1aim, qui a été jeté au sein d’une nature hostile, de sorte qu’il lui faut sans cesse s’efforcer, ne connaissant que peu de repos de
2 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
2s, bien sûr — et détournés de leur sens primitif, de sorte qu’ils trahissent la pensée de ceux qui les répètent, mais se chargent al
3 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
3celle-ci une autre, et ainsi de suite à l’infini, de sorte que pour finir on est chacun tout seul sur son petit bout de sentier. Et
4 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
4bjets, etc., se fassent inattrayants au possible, de sorte qu’on achèterait par grand besoin, mais non jamais par gourmandise. » — (
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
5e n’est plus alors que par vanité ou par orgueil, de sorte qu’au fond, au lieu d’aider l’homme, je cherche à me faire admirer de lui
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
6écouter dix mélodies et trois parleurs à la fois, de sorte qu’il n’est plus possible de dormir ni de lire, ni même de penser sans co
7 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
7e n’est plus alors que par vanité ou par orgueil, de sorte qu’au fond, au lieu d’aider l’homme, je cherche à me faire admirer de lui
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
8en défaire, et les trahisons qu’il lui a faites ; de sorte qu’il semble ne commencer à l’aimer que quand il lui a donné sujet de le
9 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
9aim, qui a été jeté au sein d’une nature hostile, de sorte qu’il lui faut sans cesse s’efforcer, ne connaissant que peu de repos de
10celle-ci une autre, et ainsi de suite à l’infini, de sorte que pour finir on est chacun tout seul sur son petit bout de sentier. Et
10 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
11e construction, se voit transformée en un centre. De sorte que toutes les maisons — comme tous les temples, les palais, les cités —
11 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Carlo Curcio, Europa, Storia di un’idea (septembre 1959)
12per sous D les noms à particule — mais pas tous — de sorte qu’on finira par trouver Comines entre Dickens et Diderot, cité comme « D
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
13uelle aboutit ce chemin de ruine et de déception, de sorte qu’il croit entendre la voix la plus secrète des choses qui, du fond de l
14 laquelle tous les vrais spirituels sont « morts… de sorte qu’ils servent dans un esprit nouveau, non selon la lettre. 57  » Cette l
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
15joint l’Europe son Église, ne sera jamais rompu : de sorte qu’à bon droit la portion de Japhet est dite Europe. [p. 30] b) Après l
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
16sant du froid au chaud d’une manière insensible ; de sorte que dans une telle température la faculté organique n’éprouve point les s
17nt, que par la crainte des ravages de la guerre ; de sorte que, quand même il se trouverait parmi eux des hommes braves et courageux
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
18me période de cinq ans, dans une cité X d’Italie, de sorte qu’en faisant toujours par la suite une rotation de cinq en cinq ans jusq
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
19 également. L’Italie est divisée en peu d’États ; de sorte que les villes faibles se défendent en s’attachant au parti du vainqueur,
17 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
20’il y ait partout à profusion des symboles saints de sorte que chacun, où qu’il se tourne, trouve matière à de saintes réflexions. §
21les deniers seront mieux employés au bien public. De sorte que les souverainetés demeurent comme elles étaient ; mais aucune d’elles
18 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
22es Français voyagent ordinairement pour épargner, de sorte qu’ils apportent quelquefois plus de dommage que de profit dans les endro
23ent chacun pour le moins deux mille écus par an ; de sorte que la seule ville de Rome tire tous les ans d’Angleterre plus de trente
19 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
24 que la paix et l’indépendance y seront assurées, de sorte que l’on peut généralement escompter que les émigrations de l’Europe nous
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
25s personne n’a le courage d’être sincère et vrai, de sorte qu’un honnête homme, avec des tendances et des sentiments naturels, est m
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
26t s’exerçaient même sous des formes différentes ; de sorte que l’on ne cherchait l’unité qui subsistait malgré ce partage ou tout à
27nt les principes d’un véritable ordre judiciaire, de sorte que chaque État ait intérêt à sauvegarder la constitution des autres ; et
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
28rés de plus de cadavres qu’on n’en peut enterrer, de sorte qu’aux vivants qui leur ont envoyé le carnage, les morts renvoient la pes
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
29eux traditions se sont influencées naturellement, de sorte que, au cours des siècles de vie européenne, Socrate est devenu chrétien
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
30e choisir, chacun choisira ce qu’il y a de mieux, de sorte que, dans l’ensemble, grâce à l’intégration de tous ces choix heureux, le
25 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
31uelle aboutit ce chemin de ruine et de déception, de sorte qu’il croit entendre la voix la plus secrète des choses qui, du fond de l
26 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
32 laquelle tous les vrais spirituels sont « morts… de sorte qu’ils servent dans un esprit nouveau, non selon la lettre. » 131 . Cette
27 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
33s diminuent dans l’unité territoriale considérée, de sorte que celle-ci tend à se confondre avec la simple unité locale. Mais entre
28 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
34s diminuent dans l’unité territoriale considérée, de sorte que celle-ci tend à se confondre avec la simple unité locale. Mais entre
29 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
35oisement de chromosomes eux-mêmes sans précédent, de sorte que la chance est quasi nulle qu’il naisse jamais deux individus pareils.
30 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
36es hommes, lesquels recourent à la mort-aux-rats, de sorte que la peste progresse mieux encore. Il faut parachuter sur l’île, en tou