1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1ies funèbres, comme un qui n’attendrait pas que l’enterrement s’éloigne pour entonner une chanson à boire. Et sa technique auparava
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
2ion dont une brève vue verticale donne la clé… Un enterrement bourgeois, mais le corbillard est traîné par un dromadaire, d’ailleur
3 de même essence que le nôtre. Les gens rient à l’enterrement au ralenti, à l’éclatement des têtes de poupées, à la conclusion. Ce
4st la fantaisie recherchée de certaines scènes (l’enterrement). Cela fait bizarre. Or, dans le monde où le cinéma doit nous « trans
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
5a et s’enfuit en disant que ce n’était pas lui. L’enterrement aura lieu sans suite. Suicide du Marquis Salomon le danseur triste
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
6d’un intense lyrisme de couleurs. Zingg avec un « Enterrement au Pays de Montbéliard » grave et serein. Deux petits Lotiron font un
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
7 retourne avec cette conviction : « Ce fut un bel enterrement ! » Et de même, ceux qui auront pris soin de moi au moment de ma mort
6 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
8est pas moins grand lorsque, après avoir décrit l’enterrement nocturne et secret d’une de ses coreligionnaires, il conclut par ces
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
9 dont l’activité principale se manifeste lors des enterrements : elle assure à chacun de ses membres une nombreuse suite pour leur «
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
10issante, on vit sur le dos de l’État, on suit des enterrements, on se brouille avec ses enfants pour des questions d’argent, on ne c
9 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
11 dont l’activité principale se manifeste lors des enterrements : elle assure à chacun de ses membres une nombreuse suite pour leur d
10 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
12Mom aimante, etc., elle est la fiancée à tous les enterrements, le cadavre à tous les mariages. » Satan, dit-on, sait occuper les ma
13rver 4 , eux à ouvrir. Le divorce est pour nous l’enterrement d’un bonheur, pour eux l’acte de naissance d’une vie plus nette ; ou
11 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
14a vérité, sa vie et son existence, sa mort et son enterrement — et l’évêque Mynster, dit le professeur Martensen, fut un des vrais
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
15a vérité, sa vie et son existence, sa mort et son enterrement — et l’évêque Mynster, dit le professeur Martensen, fut un des vrais
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
16urtout on entendait tinter sur l’Europe un glas d’enterrement. Je ne veux pas parler seulement de la guerre, ni des Tuileries ; je