1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
1 [p. 274] Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931) e C’est donc qu’il y e
2sincère et souvent fort admirative. Le titre de l’exposition, si l’on y prend bien garde, éludait dans une certaine mesure la ques
3t même de la nouveauté que représentait une telle exposition, le caractère d’avant-garde des toiles frappait le visiteur avant qu’
4t de réalité humaine. Mais l’œuvre maîtresse de l’exposition est sans doute la « Crucifixion » de R.-Th. Bosshardt. C’est un vérit
5 Une remarque encore. Certains critiques de cette exposition se sont demandé non sans ironie où était le calvinisme dans tout ceci
2 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
6 mettre nos opinions personnelles à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure Parole de Dieu. » Du point de vue qui nou
3 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
7 plus populaires ? Comment se dire calviniste ? L’exposition Calvin à la Bibliothèque nationale, si elle a permis à beaucoup de ré
4 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
8ds révélateur ? « L’Esprit n’a pas son palais. L’Exposition de 1937 doit lui en donner un » Par Hippolyte Ducos, député, ancien m
9, président de la commission de renseignement à l’Exposition de 1937 L’Exposition de 1937 en est au stade des réalisations. Les id
10mission de renseignement à l’Exposition de 1937 L’Exposition de 1937 en est au stade des réalisations. Les idées fermentent. Les p
11lectuelle et la Commission de l’enseignement de l’Exposition demandent que, parmi les palais prévus pour 1937, il y en ait un dest
12 doit être construit en dur. Il doit survivre à l’Exposition. Pourvu, à côté des pavillons où se présenteront les grandes découver
13 pour les congrès, il sera, pendant la durée de l’Exposition, le centre de ces « journées », de ces « semaines » consacrées aux hé
14s, c’est-à-dire aux maîtres de la pensée. Après l’Exposition il restera le foyer des chercheurs, toujours prêt à accueillir les sa
15vais buté] : l’esprit est à l’origine de tout ; l’exposition elle-même sera, dans toute son ampleur, une manifestation sensible de
16laire, président d’une commission d’État pour une exposition promise à la publicité universelle, trouve naturel de proposer que « 
17palais reçût le nom de « Cité René-Descartes ». L’Exposition va se dérouler sous le patronage du grand génie, savant, philosophe,
18ique et de la raison universelle, donnera à notre Exposition son sens et sa portée. Je répugne à rendre Descartes responsable de
19cle unique : La Commission de l’enseignement de l’Exposition de 1937, vu le désarroi général 40  ; vu la situation culturelle créé
5 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
20nhumain de ces phénomènes rend leur étude et leur exposition relativement aisées : ils paraissent se détacher d’eux-mêmes des inno
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
21ature profonde de cette foi de se refuser à toute exposition rationaliste, impersonnelle et « objective ». [p. 68] Elle ne se réa
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
22ation technique. Une sorte de visite dirigée de l’exposition universelle des industries et arts appliqués de la mort, avec démonst
8 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
23 délaissé au profit d’un drame que j’écris pour l’Exposition de Zurich. Je veux mettre en scène un héros suisse, le bienheureux Ni
9 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
24e dramatique qui sera joué — Dieu voulant ! — à l’Exposition de Zurich. J’ai tenté de réintégrer Nicolas dans l’actualité la plus
10 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
25nos opinions personnelles [p. 30] à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure Parole de Dieu. » Du point de vue qui nou
11 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un salon atomique (26 décembre 1945)
26oujours paru peu réelle : c’est comme une ville d’exposition qu’on aurait décidé de ne pas détruire. Je m’y perds régulièrement, c
12 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
27rd enguirlandé. — Découvert un autre antidote : l’exposition des chefs-d’œuvre de la peinture suisse du xvie siècle, repliés de B
13 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
28lle part, peu convaincante, pareille à une cité d’exposition qu’on aurait décidé de maintenir pour y loger ceux qui ne trouvent pa
14 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
29ourquoi l’événement mondain de la saison, c’est l’Exposition agricole, où l’on peut voir les taureaux de concours amenés dans la c
15 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
30oujours paru peu réelle : c’est comme une ville d’exposition qu’on aurait décidé de ne pas détruire. Je m’y perds régulièrement, c
16 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
31l’aveu public de cet « avenir », je veux dire son exposition. Pourtant, il faut juger pareil procès sur pièces. L’Œuvre du xxᵉ siè
17 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
32 du livre, de causeries, de concerts commentés, d’expositions itinérantes. (L’expérience des Guildes a prouvé qu’il existe un publi
18 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
33 l’arme secrète des Achéens devient un pavillon d’exposition. On ne court plus que le risque normal d’une « compétition pacifique 
19 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
34iberté. Et cette démonstration, accompagnée d’une exposition gratuite et ouverte à tous des résultats positifs de nos libres discu
20 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
35et de la CECA organisent sur des thèmes européens expositions, journées du cinéma, tables rondes et groupes d’études, et distribuen
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
36ans tous leurs développements, je me bornerai à l’exposition des plus frappans, et à en dire mon sentiment. J’avance donc que l’As
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
37empire français qui viennent contempler à Paris l’exposition universelle de 1867, il a des phrases qui découragent la critique :
38pe. 205 Enfin, dans son discours pour saluer l’Exposition Universelle de 1867, à Paris 206 , Hugo s’élève à des sommets d’éloqu
23 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
39t à foison des écoles de peintres, des galeries d’exposition, des troupes d’acteurs, des groupes d’écrivains, voire des petites re
24 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
40éaliste dans une librairie de la 5e Avenue pour l’exposition de mon livre : La Part du Diable . Rentré en Europe en 1946, Denis d
25 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
41ionnelle capacité de travail, d’un grand talent d’exposition et d’une éloquence « à faire fondre le marbre », ainsi que le nota so
26 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
42e d’une étude d’opinion conduite à la veille de l’Exposition nationale de 1964. Le vote des femmes semble incongru à ceux des Suis
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
43comme on le fait parfois en parcourant une grande exposition et m’arrêtant seulement si quelque chose m’arrête : délibérément subj
44t à ne pas dire un mot plus haut que l’autre. Une exposition de peintres suisses au xvie siècle me fit écrire sur le plus grand d
45et abstraites jalonnaient la « Voie suisse » de l’Exposition nationale [p. 216] de Lausanne en 1964 : plusieurs m’ont paru d’une g
46e machine broyeuse de néant qu’il a montée pour l’Exposition nationale de 1964 donne au contraire l’idée de la stabilité dans une
47cette formule) pour la Journée neuchâteloise de l’Exposition nationale de 1939, je posai d’abord la question du compositeur. Il le
28 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
48héâtre, le texte du spectacle neuchâtelois pour l’Exposition nationale de 1939, celle qui fut interrompue par la guerre. Mon ami A
29 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
49celle qui fut dédiée au Nombre 21) [p. 17] ou une exposition, ou une vitrine (Breton, Seligmann et Duchamp signèrent celle qui ann
30 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
50 (comme celle qui fut dédiée au Nombre 21) ou une exposition, ou une vitrine (Breton, Seligmann et Duchamp signèrent celle qui ann
31 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
51e même qu’en peinture, le tableau, le portrait, l’exposition, le musée ; ou en musique l’harmonie et le contrepoint, les tons, les
32 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
52cident libre. Opéras, ballets, concerts, théâtre, expositions, conférences et débats publics par les plus grands écrivains d’Europe
53ussi la science historique, la biographie, et les expositions. L’Œuvre du xxe siècle veut être au premier chef, littéralement, un
54 au premier chef, littéralement, un compte rendu. Exposition, biographie d’une époque, essai d’orientation parmi tant de recherche
33 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
55qu’en peinture [p. 68] le tableau, le portrait, l’exposition, le musée, ou en musique l’harmonie et le contrepoint, les tons, les
34 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
56, tant aimé que honni, après un tiers de siècle d’exposition à toute espèce d’intempéries critiques, personnelles et publiques, ps